BoxePar Julie Cadilhac - Bscnews.fr / "La Boxe, c'est déjà de la danse. C'est ce qui m'a frappé lorsqu'adolescent, j'ai découvert le hip hop après de nombreuses années de pratique des arts martiaux".

Mourad Merzouki a donc imaginé un ballet à la croisée de ces deux disciplines et le pari est réussi puisque le public ressort KO d'admiration. Pas un élément de cette pièce n'est dénué de grâce et d'intelligence: la musique originale du Quatuor Debussy est une petite merveille: les quatre musiciens Christophe Collette, Dorian Lamotte, Vincent Deprecq et Fabrice Bihan nous accompagnent dans ce combat chorégraphique avec Schubert, Verdi, Ravel, Glenn Miller, Mendelssohn et tant d'autres compositeurs de génie. Chaque note précède, induit ou provoque un coup de pied en arrière, en bâton, en marteau, en croissant...un coup de poing balancé, crocheté, retourné, de revers. Entourés d'un fond de scène somptueux, assis sur des chaises dont le dossier immense est constitué d'arabesques métalliques, les violons, alto et violoncelle suivent les mouvements des danseurs ; sorte de libellules musicales , ils se retrouvent même parfois  pris dans les filets du ring, acolytes de fortune des combattants piégés dans la lumière des poursuites et forcés d'entreprendre le combat. Mourad Merzouki a su réinvestir les gestes et les us du ring pour permettre aux danseurs de se les réapproprier de manière naturelle et extrêmement poétique... et il n'exclut pas l'humour dans cette peinture singulière de la boxe! D'où la présence de l'arbitre bedonnant qui interprète des pas de danse soulignant sa corpulence et caricaturant ses agissements habituels ou encore de certains duels qui instaurent un univers à la Chaplin délicatement drôle!

Dans cette lutte pour exister, pour s'affirmer, qui prend même des résonances tribales face au public adversaire le temps de quelques minutes d'affrontement, Mourad Merzouki sait orchestrer des moments magiques où l'on est "en suspension", accroché aux halètements des boxeurs, aux caresses de l'archer sur les cordes et à l'indicible légerété , malgré les coups et les confrontations récurrentes, qui flotte sur le plateau. Le chorégraphe réussit d'ailleurs à déjouer les lois du temps et ménage un ralenti admirable où l'action se fait intemporelle, cinématographique, lors de l'entrée des boxeurs en peignoir à capuche. L'on n'oubliera pas aussi le ballet des punching-ball qui s'animent , deviennentBoxe des partenaires de danse à part entière, s'improvisent métronomes ou s'interposent entre deux lutteurs. Il faut également saluer les performances  des neuf danseurs : maîtrisant les techniques du break dance, ils enchaînent des figures acrobatiques épatantes : des battles de Poppin s'improvisent où les techniques du robot, du tétris, du smurf alternent avec la contraction saccadée de diverses parties du corps. D'autres excellent dans les figures au sol et le salut des interprètes est d'ailleurs un feu d'artifice hallucinant de phases et de freezes ! Si vous ajoutez à cela une générosité qui transpire de chaque pore de peau...Foncez vous procurer une place, les dates ne manquent pas!

Crédit-photo: Michel Cavalca

Boxe Boxe

Centre chorégraphique national de Créteil et du Val de Marne

Compagnie Käfig

De Mourad Merzouki

Avec Rémi Autechaud, Guillaume Chan Ton, Mourad Merzouki, Aurélien Desobry, Magali Duclos, Frédéric Lataste, David Rodrigues, Steven Valade, Teddy Verardo

Dates des représentations:

Le 4 juillet 2012 à l'Opéra-Comédie ( Festival Montpellier Danse)

Le 16 octobre 2012 au Théâtre Anne de Bretagne ( Vannes)

Du 8 au 10 novembre 2012 au Théâtre d'Angoulême ( Angoulême)

Le 20 novembre 2012 à la Salle Ravel ( Levallois-Perret)

Le 23 novembre 2012 à la Grande Salle Kabardock ( Le Port-Ile de la Réunion)

Le 20 janvier 2013 à L'Odyssée ( Périgueux)

Le 22 janvier 2013 au Centre Culturel de Bergerac

Le 26 janvier 2012 à Espace Jean Lurçat (Juvisy-sur-Orge)

peignoirLes 31/01 et 1 février 2013 à Le Carré, Scène Nationale ( Château-Gontier)

Le 7 février 2013 au Théâtre Saint-Louis (Cholet)

Le 15 mars 2013 au Centre Athanor ( Montluçon)

Le 4 avril 2013 à la Scène Nationale d'Evreux-Louviers

Le 7 avril 2013 au Théâtre ( Maisons-Alfort)

Le 9 avril 2013 au Théâtre André Malraux ( Rueil Malmaison)

Le 11 avril 2013 à l'Espace Carpeaux ( Courbevoie)

Le 13 avril 2013 au Centre d'Art et de Culture ( Meudon)

Le 16 mai 2013 au Théâtre (Calais)

Le 23 mai 2012 au Théâtre ( Onet le Château)

Le 25 mai 2013 à la Croisée des Arts (Saint-Maximin)

Juin: Macao Culturel Centre, Chine

Les 5 et 6 mars 2015 à la Cigallière, Sérignan - Sortie Ouest ( 34)

Toutes les dates sur le site de la compagnie

A lire aussi:

Le ballet royal de Flandres et son Artifact hypnotisant

Twin Paradox : une vision expérimentale des amants qui laisse perplexe

Isabelle Georges : sur les traces d'une étoile

{fcomment}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

THÉÂTRE

A LA UNE

L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
Publication : lundi 2 mai 2016 09:59

Par Boris Henry - Sa soeur, son amour. Frère et sœur, Martin et Virginie sont également amants. Ils s'aiment depuis leur adolescence, sont allés assez loin, hésitent, mais y reviennent inlassablement. Si Virginie, mariée et mère de deux enfants, veut désormais en rester là, Martin souhaite toujours aller plus loin. Où cela va-t-il les mener ?

Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Publication : lundi 2 mai 2016 09:48

Par Boris Henry - Ulysse Wincoop est né le jour du massacre de Sioux dans lequel périt le chef Big Foot, le 29 décembre 1890. Un soldat américain l'a recueilli, emporté bien loin, puis l'a confié à sa sœur et son mari. Ulysse grandit, persuadé que ses parents adoptifs sont ceux naturels. Mais différentes tensions apparaissent avant que la vie d'Ulysse ne bascule du jour au lendemain.

La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
Publication : lundi 2 mai 2016 09:20

De Florence Yeremian - Deux couples, un capitaine pompier et une servante qui joue les pendules. Tels sont les personnages de la Cantatrice Chauve, prêts à vous entrainer dans leurs infernales jacasseries.Entre une foule d'inepties sur la société, des dialogues ubuesques sur la routine quotidienne et des tirades déjantées à propos de la vie conjugale, vous allez très vite perdre pied mais c'est en partie ce que l'on cherche lorsque l'on vient voir une œuvre de Ionesco...

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile