Delphine De Vigan " Un soir de décembre" Critique Par Mélina Hoffman - BSCNEWS.FR / « C'est l'histoire d'une femme qui écrit à un homme qui écrit, une femme sans contours, venue de nulle part, qu'il a peut-être oubliée, qui peu à peu se dessine, refait surface, cherche de l'air. Un air plus doux, apaisé. »
Mathieu Brin en a connu des femmes. De nombreuses femmes qu'il a séduites, désirées, aimées l'espace de quelques heures, parfois un peu plus longuement. Il en a pleurées aussi, certaines. A 45 ans, il partage désormais sa vie avec Elise et leurs deux garçons. Une vie heureuse et plutôt tranquille que vient pimenter la publication du premier roman de Mathieu. Le succès est au rendez-vous et de nombreuses lettres de lecteurs et d'admiratrices viennent se glisser dans sa boîte aux lettres.  Jusqu'au jour où l'une d'elles, au ton étrangement familier, va éveiller en lui le souvenir troublant d'une passion qu'il croyait évanouie.  
« (...) Peut-être sauras-tu lire entre les lignes, dans cet espace intact qu'aucun mot ne caresse ni ne frappe, ce que je ne sais pas dire. » Entre les lignes Mathieu reconnaît ce désir vif et exaltant, c'est celui de Sara. Sara est l’une de ces femmes qui ont traversé sa vie. Sara appartient au passé. Un passé qu’Elise est venue balayer d’un revers de main en entrant dans la vie et dans le cœur de Mathieu. Pourquoi alors, les lettres de la jeune femme qui se succèdent, toutes empreintes d’une même fièvre, bouleversent-elles autant Mathieu ? La mémoire peut-elle faire renaître une passion ancienne de dix ans ? Voudra-t-il la revoir ? Est-ce seulement ce qu’elle attend de lui ?
Très vite, Mathieu sent tout contrôle lui échapper et s’isole dans le souvenir de ce passé qui le plonge dans une insatiable soif d’écriture. Il puise dans ces lettres l’inspiration pour écrire son second roman. Plus rien d’autre ne compte. L’écriture, espace où tout devient possible ; l’écriture qui engloutit tout, qui enflamme le corps, le cœur, qui attise les sentiments les plus brûlants, ceux que l’on n’ose pas confronter à la réalité. C’est au milieu des mots qu’il la retrouve, elle qui n’a cessé de l’attendre, de l’espérer toutes ces années ; elle qu’il avait quittée un soir de décembre ; elle dont, soudainement, il ressent le besoin.
Avec la justesse, la sensibilité et la délicatesse qu’on lui connaît, Delphine de Vigan nous entraîne dans les variations de la passion amoureuse, l’intensité du désir, le pouvoir de la mémoire, ou encore les paradoxes de l’écriture qui libère et emprisonne à la fois. L’écriture, aussi, qui permet de redessiner la réalité en l’imprégnant de nos désirs les plus inassouvis. L’écriture pour tromper l’absence, le vide et l’oubli comme l’exprime Sara à travers chacune de ses lettres.
 « Au fil des années, j'ai créé pour m'accompagner un être fictif, recomposé, modelé sous les doigts, conforme au besoin extrême que j'avais de toi. Tu n'avais pas d'autre réalité que celle-ci, surgie du manque, façonnée par l'attente, réinventée. Tu n'avais pas d'autre réalité que cet impossible oubli. »
L’histoire n’est pas originale et je ne cache pas lui avoir préféré Les heures souterraines [1], mais Delphine de Vigan sait la rendre délicieuse et enivrante. Chacun de ses mots sonne incroyablement juste et nous brûle, tout comme le désir brûle la plume de chacun de ces deux amants perdus.

[1] Voir ici chronique dans le numéro de juillet 2011 et sur le site Internet du BSC News.

 

> Achetez Delphine De Vigan " Un soir de décembre " Points chez notre partenaire Fnac.com


À lire aussi :

Napoléon : un dictionnaire amoureux et sans concession

Yann Moix : Michael Jackson fut les Beatles à lui tout seul

L'ingénue libertine et la lectrice de Raymond Jean

Vladimir Maïakovski, Julien Guill et la poésie futuriste

Gallimard : un nouveau type de polar qui transcende le genre

 

 

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

J'aime l'Info du BSC NEWS

 NICE JAZZ FESTIVAL 2016J'aime l'info - BSC NEWS

Enregistrer

Enregistrer

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Théâtre de Nîmes : les femmes mènent la danse

Théâtre de Nîmes : les femmes mènent la danse

Publication : vendredi 26 août 2016 10:59

Par Ludivine Augé - Le théâtre de Nîmes ouvre sa nouvelle saison 2016-2017 avec des choix audacieux, de l'énergie à revendre et des femmes qui sont bien décidées à montrer leur talent.

La Scène Nationale de Sète : une saison 2016-2017 florissante

La Scène Nationale de Sète : une saison 2016-2017 florissante

Publication : vendredi 26 août 2016 10:53

Par Deborah Valentin - La Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau dévoile sa nouvelle saison 2016-2017 qui s’annonce particulièrement inventive et dynamique. Au programme de ce calendrier pluridisciplinaire, ce ne sont pas moins de 40 spectacles, ponctués de visites, d’ateliers artistiques et d’actions culturelles, que le public pourra découvrir à partir du mois de septembre.

humainTrophumain : La grande bouffe théâtrale à Montpellier

humainTrophumain : La grande bouffe théâtrale à Montpellier

Publication : vendredi 26 août 2016 09:29

Par Romain Rougé - Pour sa troisième saison à la direction du Centre National Dramatique de Montpellier - désormais théâtre humainTrophumain, le controversé Rodrigo Garcia persiste et signe : le programme 2016/2017 ne s’annonce pas moins barré ! Il est fort à parier que pour le public, le menu sera alléchant ou repoussant.

Soleil Brûlant en Algérie : Couvrez cette guerre que je ne saurais voir

Soleil Brûlant en Algérie : Couvrez cette guerre que je ne saurais voir

Publication : jeudi 25 août 2016 10:09

Par Romain Rougé - 1956, Alexandre Tikhomiroff est mobilisé et envoyé en Algérie. Le jeune officier se retrouve au milieu d’une guerre qu’il ne faut pas nommer. Dans Soleil Brûlant en Algérie, le dessinateur Gaétan Nocq met en images les souvenirs de « Tiko ». Un beau roman graphique qui raconte un des pans les plus complexes de l’histoire de la République française.

Visa pour l'Image : le photojournalisme entre guerre et paix à Perpignan

Visa pour l'Image : le photojournalisme entre guerre et paix à Perpignan

Publication : jeudi 25 août 2016 10:35

Par Ludivine Augé - Le festival international de photojournalisme de Perpignan, rendez-vous incontournable des passionnés de photographie, acte cette année sa 28e édition.

Syma Mobile

SYMA JUIN2016

Enregistrer

Enregistrer