Napoléon : un dictionnaire amoureux et sans concessionPar Marc Emile Baronheid - BSCNEWS.FR / La gloire militaire, combien ça coûte ? Pourquoi Napoléon glissait-t-il la main droite sous la partie gauche de son gilet ? Seul Jean Tulard pourrait répondre, qui a enseigné l’histoire de Napoléon à la Sorbonne. Il n’avance pourtant nulle explication, dans son  passionnant dictionnaire. Admirateur mais pas inconditionnel, il n’élude ni ne dissimule les erreurs et les faiblesses de l’Empereur, dont il se plaît à rappeler quelques réflexions tranchantes, telle « Il vaut mieux que les femmes travaillent de l’aiguille que de la langue ». Tulard rétablit la vérité historique à propos de la Berezina, explique la défaite de Waterloo, conteste le nombre de morts dans les guerres napoléoniennes qui n’auraient pas appauvri financièrement la France, montre le rôle de Bonaparte dans la création de nos institutions modernes et, rappelant la position impériale face à la presse ( « Si je lâche la bride à la presse, je ne resterai pas trois mois au pouvoir »), établit un parallèle édifiant avec une  parenthèse récente de la République.
« Dictionnaire amoureux de Napoléon », Jean Tulard, Plon, 24 euros

 Tu veux ma photo ?
En Bd comme en photographie, le recours au noir et blanc exige un supplément de maîtrise et de rêve. La notion de rêve peut paraître cynique, appliquée à un album qui évoque les « gueules cassées ». Et pourtant. Fondée en 1921, l’association française « Les blessés de la face » entendait venir en aide à tous les défigurés  de la Première Guerre mondiale, bientôt surnommés les gueules cassées, comme pour désamorcer les cruels commentaires de comptoir des Stéphane Guillon de l’époque. Un album émouvant et réaliste décrit le sort des 10.000 à 15.000 mutilés du visage soumis à la violence du regard de leurs compatriotes et à la torture sentimentale infligée par un mélange de curiosité, de compassion, de dégoût. Ici se révèle le vrai parcours du combattant. Son histoire est réussie, au prix d’une sobriété fracassante.
« Gueule d’amour », Delphine Priet-Mahéo et Aurélien Ducoudray, La Boîte à bulles, 19 euros

Ma tête à couper
Si vous ouvrez au hasard l’imposant Dictionnaire du Romantisme, vous risquez d’être surpris. Essayons. La page 317 propose l’ entrée  Guillotine. Lieu d’exorcisme social, elle fascinait les romantiques par sa double face de vampire féminin et de stigmate de la Terreur. Le ton est donné ; l’ouvrage va loin, soucieux de donner une vision globale du mouvement à travers 649 articles qui définissent les idées, motifs, modes, territoires, poètes, artistes, penseurs ou hommes politiques qui ont bâti une idée née en terre germanique avant de gagner la France postrévolutionnaire, pour essaimer ensuite  dans l’Europe entière, puis dans les empires coloniaux et en Amérique. Connaître la poésie gauchesque, la scapigliatura, les sources d’inspiration de Théodore Géricault, le personnage de Frankenstein, le massif hugolien ? Rien de plus simple : ayez toujours  à votre chevet ce dictionnaire qui vaut à lui seul toute une bibliothèque!


>  le « Dictionnaire du Romantisme », sous la direction d’Alain Vaillant, CNRS éditions chez notre partenaire FNAC.COM

 

 

 

À lire aussi :

Yann Moix : Michael Jackson fut les Beatles à lui tout seul

L'ingénue libertine et la lectrice de Raymond Jean

Vladimir Maïakovski, Julien Guill et la poésie futuriste

Gallimard : un nouveau type de polar qui transcende le genre

Esquisses : un numéro qui pose le problème du silence

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Abonnez-vous au BSC NEWS

Abonnement BSC NEWS

Evènement

SETEOCT2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Malia : les racines de Malawi Blues

Malia : les racines de Malawi Blues

Publication : vendredi 23 septembre 2016 13:55

Par Nicolas Vidal - Malia est assurément l’une des plus belles voix et l’une des figures les plus accomplies du Jazz vocal.

Harold Lopez-Nussa : El Viaje, une ode au voyage

Harold Lopez-Nussa : El Viaje, une ode au voyage

Publication : vendredi 23 septembre 2016 10:42

Par Nicolas Vidal - Le pianiste cubain Harold Lopez-Nussa revient avec un voyage musical qui trace son périple de la Havane à l’Afrique.

Librairies indépendantes : 8 départements à l'étude

Librairies indépendantes : 8 départements à l'étude

Publication : vendredi 23 septembre 2016 15:56

Par Deborah Valentin - Une restitution publique de l’étude «  État des lieux de la librairie indépendante : 8 départements, 1 métropole » menée par le Centre National des Lettres Midi Pyrénées (CRLMP) se déroulera ce lundi 26 septembre 2016 à l’Hôtel de Région de Toulouse de 13h30 à 17h30.

David Mackenzie : la puissance mélancolique du Texas

David Mackenzie : la puissance mélancolique du Texas

Publication : vendredi 23 septembre 2016 11:56

Par Jonathan Rodriguez - La nostalgie des plaines texanes. Comancheria signe le retour de David MacKenzie après s’être notamment distingué en 2014 avec Les Poings contre les murs, film carcéral brutal. Le cinéaste britannique abandonne les barreaux pour poser sa caméra dans le désert texan où deux frères, se muent en braqueurs de banques afin d’éviter la saisie de leur propriété familiale.

Charles Jackson : le jeu dangereux de l’ivresse

Charles Jackson : le jeu dangereux de l’ivresse

Publication : jeudi 22 septembre 2016 11:44

Par Deborah Valentin - Grand succès aux Etats-Unis, Le Poison (The Lost Weekend) est le premier roman de l’auteur américain Charles Jackson qui paraît en France chez Julliard en 1946. Aujourd’hui le roman revient pour cette rentrée littéraire 2016 aux éditions Belfond.

La Toile

Enregistrer

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR