Napoléon : un dictionnaire amoureux et sans concessionPar Marc Emile Baronheid - BSCNEWS.FR / La gloire militaire, combien ça coûte ? Pourquoi Napoléon glissait-t-il la main droite sous la partie gauche de son gilet ? Seul Jean Tulard pourrait répondre, qui a enseigné l’histoire de Napoléon à la Sorbonne. Il n’avance pourtant nulle explication, dans son  passionnant dictionnaire. Admirateur mais pas inconditionnel, il n’élude ni ne dissimule les erreurs et les faiblesses de l’Empereur, dont il se plaît à rappeler quelques réflexions tranchantes, telle « Il vaut mieux que les femmes travaillent de l’aiguille que de la langue ». Tulard rétablit la vérité historique à propos de la Berezina, explique la défaite de Waterloo, conteste le nombre de morts dans les guerres napoléoniennes qui n’auraient pas appauvri financièrement la France, montre le rôle de Bonaparte dans la création de nos institutions modernes et, rappelant la position impériale face à la presse ( « Si je lâche la bride à la presse, je ne resterai pas trois mois au pouvoir »), établit un parallèle édifiant avec une  parenthèse récente de la République.
« Dictionnaire amoureux de Napoléon », Jean Tulard, Plon, 24 euros

 Tu veux ma photo ?
En Bd comme en photographie, le recours au noir et blanc exige un supplément de maîtrise et de rêve. La notion de rêve peut paraître cynique, appliquée à un album qui évoque les « gueules cassées ». Et pourtant. Fondée en 1921, l’association française « Les blessés de la face » entendait venir en aide à tous les défigurés  de la Première Guerre mondiale, bientôt surnommés les gueules cassées, comme pour désamorcer les cruels commentaires de comptoir des Stéphane Guillon de l’époque. Un album émouvant et réaliste décrit le sort des 10.000 à 15.000 mutilés du visage soumis à la violence du regard de leurs compatriotes et à la torture sentimentale infligée par un mélange de curiosité, de compassion, de dégoût. Ici se révèle le vrai parcours du combattant. Son histoire est réussie, au prix d’une sobriété fracassante.
« Gueule d’amour », Delphine Priet-Mahéo et Aurélien Ducoudray, La Boîte à bulles, 19 euros

Ma tête à couper
Si vous ouvrez au hasard l’imposant Dictionnaire du Romantisme, vous risquez d’être surpris. Essayons. La page 317 propose l’ entrée  Guillotine. Lieu d’exorcisme social, elle fascinait les romantiques par sa double face de vampire féminin et de stigmate de la Terreur. Le ton est donné ; l’ouvrage va loin, soucieux de donner une vision globale du mouvement à travers 649 articles qui définissent les idées, motifs, modes, territoires, poètes, artistes, penseurs ou hommes politiques qui ont bâti une idée née en terre germanique avant de gagner la France postrévolutionnaire, pour essaimer ensuite  dans l’Europe entière, puis dans les empires coloniaux et en Amérique. Connaître la poésie gauchesque, la scapigliatura, les sources d’inspiration de Théodore Géricault, le personnage de Frankenstein, le massif hugolien ? Rien de plus simple : ayez toujours  à votre chevet ce dictionnaire qui vaut à lui seul toute une bibliothèque!


>  le « Dictionnaire du Romantisme », sous la direction d’Alain Vaillant, CNRS éditions chez notre partenaire FNAC.COM

 

 

 

À lire aussi :

Yann Moix : Michael Jackson fut les Beatles à lui tout seul

L'ingénue libertine et la lectrice de Raymond Jean

Vladimir Maïakovski, Julien Guill et la poésie futuriste

Gallimard : un nouveau type de polar qui transcende le genre

Esquisses : un numéro qui pose le problème du silence

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Evènement

Festival Jazz à Junas - 2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Brazil Festival :  la musique brésilienne à l'honneur

Brazil Festival : la musique brésilienne à l'honneur

Publication : samedi 30 juillet 2016 10:20

Par la rédaction - Du 4 au 6 août 2016, la cité balnéaire de la Grande-Motte dans l'Hérault va résonner aux rythmes brésiliens à l'occasion des Jeux Olympiques de Rio.

Roman : pas d'été sans Antoine Blondin

Roman : pas d'été sans Antoine Blondin

Publication : samedi 30 juillet 2016 07:01

Par Marc Emile Baronheid - Ce roman paru en 1970 a valu au facétieux Fallet le prix de l’Humour venu étoffer un palmarès riche déjà de l’Interallié 1964 pour Paris au mois d’août. Des  hommages incontestables à une écriture conjuguant  cabrioles goguenardes et  fluidité des arabesques.

Dino Saluzzi :  Imagenes, dix pièces belles de musique

Dino Saluzzi : Imagenes, dix pièces belles de musique

Publication : jeudi 28 juillet 2016 06:59

Par Nicolas Vidal - Le BSC NEWS a une certaine inclinaison à aimer le travail de l’argentin Dino Saluzzi ( lire la chronique de El Valle de la Infancia ici)

Esperanza Spalding : Emily's D et la recherche de l'enfance

Esperanza Spalding : Emily's D et la recherche de l'enfance

Publication : vendredi 29 juillet 2016 08:34

Par Nicolas Vidal  - « Ce spectacle se déroule comme une suite de tableaux musicaux vivants»  tel que le définissait Esperanza Spalding pour la sortie de ce nouvel album « Emily’s D+ Evolution» et pour les concerts prévus à cette occasion.

Rêve d'Olympe : l'odyssée tragique de Samia

Rêve d'Olympe : l'odyssée tragique de Samia

Publication : mercredi 27 juillet 2016 07:43

Par Romain Rougé - Samia Yusuf Omar était Somalienne. En 2008, elle participe aux Jeux olympiques de Pékin. Son retour au pays sonnera le glas de ses ambitions.

Syma Mobile

SYMA JUIN2016

Enregistrer

Enregistrer