Yann Moix : Michael Jackson fut les Beatles à lui tout seulPar Laurence Biava - BSCNEWS.FR / Michael Jackson fut les Beatles à lui tout seul, il fut solitairement quatre, et même à l'époque des Jackson 5, il était déjà 5 à lui tout seul, Michael Jackson fut 5 comme les doigts de la main de son gant.

Yann Moix a publié Cinquante ans dans la peau de Michael Jackson aux éditions Grasset, à peine trois mois après le décès fulgurant de la pop star internaitonale. L'écrivain et cinéaste évoque dans cet essai, le destin d'un "homme à l'envers", comme il avait qualifié l'artiste dans Le Figaro le 30 juin de la même année.Le récit a été écrit "d'un trait" à l'annonce de la mort du Roi de la pop le 25 juin 2009, cela fera déjà trois ans cette année. "Michael nous aura apporté, avec ces envers à l'endroit, quelque chose d'inattendu : la première paix mondiale". L’essai est un écrit mystique que son sujet : il y est à la fois question d’enfance, de noir, de blanc, de sainteté et d’idolâtrie.
Dans «Cinquante ans dans la peau de Michael Jackson », l’allusion aux fameux sosies désoeuvrés de la star et la disparition de celle que Moix caractérise, avec raison, comme la plus grande idole planétaire, nous plonge dans l’immédiateté de cette mort précisément trop démysthifiée par les médias. Imprégné on ne peut mieux, il parle carrément de «deuil universel ». Jackson est mort le 25 juin 2009, Moix a écrit son livre en juillet 2009. Voici la 1ère grande mort de l’ère internet : la première mort non pas mondiale, mais mondialisée, mondiabuzzée, jamais mort n’aura à ce point été relayée. Et le degré d’interprétation supplémentaire de cette mort gigantesque a été jusqu’au délire au point d’en être inqualifiable.   

L’essai est très original. L’écriture du livre de Yann Moix est frénétique, alerte, elle vient retranscrire l’urgence de l’événement, les impressions sont retranscrites à chaud, il n’y a pas de coupure, jamais de perte d’élan, ce qui fait qu’on lit ce livre d’une traite, le souffle coupé par cette écriture soignée et avertie. Yann Moix ne s’inscrit pas dans une perspective romanesque. Il ne cherche pas à créer une histoire avec des rebondissements, c’est ce qui fait la force de cet opus atypique et admirable. L’analyse est sage et extrêmement fouillée : il cherche à l’intérieur de l’homme comme « dans la peau de John Malkovitch » et derrière le fameux masque, une fois retirés les gants blancs, les idées surgissent. C’est un récit écrit de l’intérieur avec un canevas très Benjamin Button. On nous conte une vie à l’envers. «quand Michael Jackson était noir, il était blanc. Maintenant qu’il est mort, le voici vivant ». Ce constat est exact. Plus loin, l’auteur écrit que Michael est vieux dès l’enfance, il procède par analogie. Alors ? L’époque du néant ? L’enfance ? l’art ? la liberté ? La presse ? On dirait qu’il prend le parti  de dire le contraire de la pensée bienséante. Certains journalistes de la presse écrite en prennent pour leur grade. Les questions évoquées font forcément grincer des dents, puisque Moix traite tout à rebrousse–poil. Il décape, il défent son point de vue, étaye ses thèses propres, quitte à se heurter au mépris de cette élite intellectuelle gardienne du ton lisse et de la pensée en boite qu’il honnit. J’ai trouvé que son approche d’un non-fan revendiqué était audacieuse. Habité par une volonté de montrer qu’il existe une alternative à notre modèle critique, brandissant sa liberté de ton, il semble se foutre de ce que l’on pense. Moix explique bien comment Jackson, constitue un  symbole : un idéal de vie qui diffère de tous les autres êtres. Quelquefois, il m’a semblé que le ton du livre était d’une grande candeur au sens noble du terme. Le côté oeuvre générationnelle, aussi, sans doute, qui n’a pas pour but de faire le deuil d’un homme mais d’une époque. On se dit que cette génération et l’époque de Jackson, Moix les a bien cernées. Surtout quand il décrypte l’insondable mystère d’un homme qui a fini par vaincre l’adulte en lui. Bien sur que des convictions intimes ne sont pas des preuves mais je partage ses thèses très affûtées au niveau de l’âge. Il écrit : « Jackson n’a jamais eu 50 ans mais deux fois 25. Avec son corps humain, Jackson faisait soit un aller simple jusqu’à 50 ans, soit il allait de 0 à 25 ans et dans un second temps de 25 ans à 0 dans le sens du retour. Il dépeint là l’essence même du personnage Jackson : c’est ce qui s’est produit.. Jackson est un génie musical, un homme qui a montré que l’enfance n’est pas liée à la régression. Moix nous explique alors dans des pages très convaincantes – les plus convaincantes de l’essai - qu’il n’y a rien de pire que de confondre l’Enfant et l’infantile. Jackson a  progressé en enfance, par son inventivité permanente, où l’imagination ne suit aucune règle préétablie, il est revenu à une source de création originelle. Jackson était un Messie. C’est le Messie des Enfants. Juste vision. La société de consommation est friande de biens matériels mais aussi de biens immatériels. C’est la raison pour laquelle il faut appuyer la thèse mystique de Jackson. Moix enfonce le clou : «aucune différence entre les textes de Sainte Thérèse de Lisieux, sa vie n’était pas plus profonde ou mystique que Jackson. Ce n’est pas un déni du génie de Sainte Thérèse, entre les poèmes sulpiciens de la petite Thérèse  et Billie Jean, il n’y a aucune réelle différence » Evidemment, on y retrouve la même imagerie naive. Plus loin : « On ne canonise jamais le second degré ». Le saint est effectivement celui qui est là pour le fan de Michael, celui que je suis, que je reste. L’inaccessibilité ne tient pas la route : il n’est pas le critère opposé, mais il est jugé paradoxalement, c'est-à-dire comme proche des gens, d’où le relief mégalomaniaque et les processions mystiques perçus au moment de son décès. C’est un bel essai, vibrant, décalé, éclaté, où l’on perçoit à la fois les contradictions du mystérieux et outragé chanteur Jackson et l’érithisme du cœur de Moix.

Yann Moix " Cinquante ans dans la peau de Michael Jackson" - Le livre de poche


> Achetez l'ouvrage de Yann Moix chez notre partenaire Fnac.com

 

À lire aussi :

Philosophie : réconcilier les littéraires et les scientifiques

Politique : les onze auteurs qui ne laissent pas indifférent

Les politiques sont-ils des people comme les autres?

Les jeux de pouvoir en politique

{fcomment}


Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Des places à gagner

robinmckelle

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Événement

Comedieudlivre bscnews

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Stavanger:  un huis-clos aux relents de repentance
Stavanger: un huis-clos aux relents de repentance
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:14

De Florence Yérémian - Florence a sauvé Simon du suicide. En longeant le quai, elle a vu ce jeune homme étendu sur les rails avec sa coupe de champagne. L’esprit grisé par les bulles, il attendait la mort à défaut d’autre chose… Intriguée par ce pauvre ère semblable à un enfant perdu, elle a décidé de le ramener chez elle pour qu’ils puissent finir la nuit ensemble.Malgré la peur et la fatigue, ces deux inconnus ne parviennent pas à s’endormir. Solitaires et amers, ils se font face, se confrontent, et vont, l’espace d’un soir, s'ouvrir l’un à l’autre afin de comprendre enfin ce qui les ronge depuis toujours...  

Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Publication : mercredi 25 mai 2016 15:54

Par Nicolas Vidal - Lorsqu’on tire ses influences entre autres de Fiona Apple, on a finalement une prédisposition artistique qui flirte avec le bon goût. Athenais, jeune songwriter montpelliéraine, après avoir fait ses classes à Londres, s’est installée à Montpellier pour lancer ses projets. Voici déjà son second EP qui oscille entre folk et pop porté par une voix délicatement pâtinée qui donne envie d’en savoir plus. On attend maintenant impatiemment son premier album. Rafraîchissant !

Les Suds à Arles : le carrefour des cultures musicales
Les Suds à Arles : le carrefour des cultures musicales
Publication : mercredi 25 mai 2016 14:54

Par Jonathan Rodriguez - La 21e édition du Festival Les Suds à Arles se dévoile. Du 11 au 17 juillet 2016, cet évènement estival au coeur de la cité arlésienne accueillera plus de 60 000 festivaliers, 60 concerts et des rencontres musicales. Viendront s’ajouter une quarantaine de stages et master classes (chant, danse et musique). Chaque été pendant une semaine, jour et nuit, le festival met en avant une exigence artistique assumée doublée d’un esprit festif indispensable. Un mélange bienvenu entre les plus grandes voix et les sonorités du monde, des plus populaires aux plus intimistes alliant acoustiques, électriques ou électroniques.

Tribeqa : à la conjonction du jazz et du hip hop nantais
Tribeqa : à la conjonction du jazz et du hip hop nantais
Publication : mercredi 25 mai 2016 14:23

Par Nicolas Vidal - Tribeqa est un transfuge de la scène musicale nantaise et de son incroyable vitalité. L’idée musicale tourne autour d’une architecture Afro-Jazz-Hip Hop qui surprend et s’affirme au carrefour des influences. Ni trop Jazz, ni trop Hip-Hop, l’alchimie prend avec vigueur. On vous recommande la découverte de Tribeqa.

Florian Pellissier :  Cap vers le son Blue Note
Florian Pellissier : Cap vers le son Blue Note
Publication : mercredi 25 mai 2016 11:39

Par Nicolas Vidal - Le postulat est simple. Le Quintet de Florian Pellissier revendique à l’enregistrement un son des années 60 similaire à celui du Label Blue Note. Le pari est osé mais réussi avec son nouvel album «Cap de bonne espérance». On aime les ondulations et les saveurs mirobolantes de cet album dans lequel le Florian Pellissier Quintet excelle.

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.