Cuisine chinoisePar Soisic Belin - Bscnews.fr / Claude Lévi Strauss: "Toute nourriture est bonne à penser" . En effet, le passage du cru au cuit, l'alliance de divers mets, l'apparition accidentelle de nouvelles textures (le vin de céréales) sont les reflets les plus concrets d'une civilisation.Contrairement à notre mentalité judéo-chrétienne occidentale, la cuisine chinoise et les installations pénibles qui en découlent ( l'abattage des animaux) est du ressort des hommes.
Loin d'être un gynécée, la cuisine s'apparente à  l'andrône antique. C'est peut être le seul point immuable de cette culture culinaire chinoise, tout le reste ayant évolué au fil du temps et des dynasties. Les changements sont notables dans la cuisine en tant que telle : les modes de cuisson, l’ajout d'ingrédients, l'arrivée de l'exotisme, l'assimilation de la nourriture à une véritable philosophie; comme nous le précise à juste titre Jean Paul Desroches* "Les Chinois ne pensent qu'à ça! Quand vous croisez un Chinois dans la rue Chifanle Meiyou ( Avez-vous mangé?) est la première question que vous lui posez". Tout au long de ce parcours pensé de manière chronologique, découpé par des paravents auto-éclairés, vous serez étonné par l'affichage de recettes plus étonnantes les unes que les autres " chien braisé dans son bouillon de tortue"... Si les aliments qui garnissaient les multiples ustensiles exposés (ding tripodes, gui coupes...) nous sont tout simplement contés et qu'il nous faut les imaginer, on nous apprend que les techniques et les installations liées à la table ont aussi bien changé au fil du temps et des volontés dynastiques : l'arrivée des baguettes Kuaizi au IIème siècle av.J.-C. est à mettre en parallèle avec l'introduction des graisses animales et des huiles végétales, de même que le délaissement des nattes et des plateaux pour les tables et les chaises illustre un rapprochement avec les cours occidentales et la volonté de les concurrencer tout en les imitant. On remarquera l'introduction du luxe dans la vaisselle (or, argent, laque, porcelaine...).Si cette exposition se veut innovatrice, c’est surtout à la toute fin que l'on retrouve une installation vidéo du collectif d'art numérique PLEIX "une dinette cinétique" où se mêle graphisme 3D et photographie.
Comme le rappelle Stéphane Martin* "cette exposition inaugure un partenariat avec le musée national de Chine, partons donc sur cette note encourageante, car on restera tout de même sur sa "faim"...  en attente de plus...d'objets, d'explications, d'interactions... Cependant les nombreuses activités proposées en accord avec cette thématique de la gastronomie chinoise vont certainement combler ce petit manque et ,de fait ,nous réjouir!


* Paul DESROCHES
Commissaire de l’exposition "Les séductions du Palais" en partenariat avec Yan ZHI du musée National de Chine
*Stéphane MARTIN
Président du Musée du Quai Branly.


Au Musée du Quai Branly, Mezzanine Est

Du Mardi 19 juin 2012 au Dimanche 30 septembre 2012.
.

-BEFORE du vendredi 6 juillet de 19h à 23h (Visite de l'exposition, dégustation des classiques culinaires de "l'Empire du Milieu", revisités par des grands Chefs, DJ No Breakfast, projection de photographies invitant au voyage).

-Weekend "Les seductions du Palais" du samedi 7 au dimanche 8 juillet (visite contée dans l'exposition, découverte de jeux chinois, une rencontre au Salon de lecture et bien sûr la traditionnelle cérémonie du thé.) 

A lire aussi:

Entre réel et virtuel, un regard sans concessions sur la société chinoise

Le petit chaperon chinois

Quelle légende se cache derrière le Nouvel An Chinois?

Un conte chinois plein de sagesse

{fcomment}

cuisine

Événement

Comedieudlivre bscnews

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Dans les bacs

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.