BSC News

 

 

 

           

Lana Del Rey - Video Games / Blue jeanPar Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Si jeune et déjà au coeur de polémiques, de controverses sur son vrai faux talent et son superpouvoir charnel et artificiel de séduction, la jeune Américaine Lana Del Rey est passée du stade phénomène musical à une lolita qui défraie la chronique musicale et sociale. Il ne se passe pas une semaine depuis le début de l’année sans que Lana Del Rey agite l’actualité. À ce titre, on est en droit de se demander si cela lui est propre où si le besoin de «dérapages» de l’écosystème des people est devenu si pressant qu’il se nourrit de tout et n’importe quoi. À mon sens, il est important de se concentrer sur l’essence de notre plaisir et de nos passions : la musique et en l’occurrence, celle de Lana Del Rey.
Lana Del Rey est née sur internet où elle a lancé deux morceaux qui se sont propagés sur la Toile à une vitesse fulgurante. Videos Games et Blue Jean ont immédiatement magnétisé des centaines de milliers d’internautes avec une force de persuasion qui a étonné l’Américaine elle-même. Deux morceaux qui plongent dans une nostalgie, une candeur et une étonnante sensibilité qui ne laissent pas insensibles. Lana Del Rey se définit tout d’abord comme «un écrivain» , se sent «comme chez elle» dans les films de David Lynch et évoque le pouvoir poétique de la musique à l’inverse de celui des relations humaines. Son salut ? Elle le doit aux poètes beat, «à Jack Kerouac et à Allen Ginsberg».
Suite à ces découvertes littéraires, Lana Del Rey voit s’ouvrir en elle de nouveaux horizons et respire un air nouveau qui semble la porter vers autre chose. Sa maturité ? Elle en prend conscience lorsqu’elle s’installe à New York à 18 ans. C’est à cette période qu’elle se plonge dans une dimension musicale encore inconnue après avoir passé sa jeunesse à Lake Placid au nord de New York.
Dès le début, Lana Del Rey a su avec une dextérité exquise nous plonger dans un univers où l’on se sent immédiatement à l’aise alors qu’il peut nous paraître totalement étranger : Los Angeles dans les années 50, des groupes d’adolescents qui flirtent, qui font du vélo, qui arpentent des trottoirs en skateboard, Hollywood Boulevard, des gens devant un cinéma, le drapeau américain qui claque au vent, Lana Del Rey derrière une caméra qui chante, minaude et nous sourit avec un regard à la fois fuyant, là brandissant une bouteille de Whysky, ici avec un débardeur échancré qui lance des regards à la caméra.
Au premier abord, les clips peuvent paraître décousu et mal fagotés, mais c’est en réalité une fantastique mis en scène de la chanteuse qui maîtrise le chant, la mélodie, l’harmonie musicale et une façon bien à elle de raconter de se raconter.
Lana Del Rey ne révoque pas l’idée d’apporter un soin tout particulier à la mise en scène de son propre talent et de sa musique. Car il y a quelque chose de profondément romanesque dans l’univers de Lana Del Rey qui mérite d’être raconté avec une certaine légèreté tout autant qu’il doit être écouté avec respect.
Lana Del Rey, c’est une certaine idée de la  jeunesse américaine et d’une Amérique du siècle dernier déclinée avec une saisissante modernité. Lana Del Rey a toutes les qualités pour devenir une icône Pop tout autant que l’a été Amy Winehouse pour mettre en scène et magnifier sa fiction personnelle et musicale.

Lana Del Rey - Video Games Blue Jean - Polydor

 

À lire aussi :

John Morillion : l'antidote à la morosité

Ida Sand : la voix venue du froid

Loic Lantoine vous dit dans un sourire...

Frankie Rose, l’une des filles les plus cools du monde

 

Son nouveau clip : National Anthem

 


Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Publication : samedi 3 décembre 2016 10:00

Par Nicolas Vidal - Passez un petit moment musical avec Tournée Générale. Le nom du groupe est sans équivoque.

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:51

Par Marc Emile Baronheid - Un maître-queux sybarite propose cette salve époustouflante de nouvelles mitonnées dans la volupté, servies avec un accompagnement carnassier.

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:38

Par Nicolas Vidal  - Du beau et bon Flamenco distillé par Myrdinn qui mérite une écoute attentive et passionnée. Le titre de l’album «Rosa de Papel» est également une chanson de cet album sur le poème de Federico Garcia Lorca.

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Publication : jeudi 1 décembre 2016 09:45

Par Mélina Hoffmann - Pétillante, énergique, cynique, délicieusement déjantée, subtilement provocante, peste juste ce qu’il faut : Elodie Poux a surtout un style bien à elle et un grain de folie totalement assumé qui fait un bien fou.

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Publication : mercredi 30 novembre 2016 08:31

Par Mélina Hoffmann - Vous cherchez un spectacle où ne surtout pas emmener vos enfants ? Alors vous êtes au bon endroit ! 3 minutes suffisent à comprendre le pourquoi du titre : #nofilter. Mais ça aurait tout aussi bien pu être #nolimit, car Loïc Fontaine n’a absolument aucun tabou et il n’édulcore rien.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR