Lana Del Rey - Video Games / Blue jeanPar Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Si jeune et déjà au coeur de polémiques, de controverses sur son vrai faux talent et son superpouvoir charnel et artificiel de séduction, la jeune Américaine Lana Del Rey est passée du stade phénomène musical à une lolita qui défraie la chronique musicale et sociale. Il ne se passe pas une semaine depuis le début de l’année sans que Lana Del Rey agite l’actualité. À ce titre, on est en droit de se demander si cela lui est propre où si le besoin de «dérapages» de l’écosystème des people est devenu si pressant qu’il se nourrit de tout et n’importe quoi. À mon sens, il est important de se concentrer sur l’essence de notre plaisir et de nos passions : la musique et en l’occurrence, celle de Lana Del Rey.
Lana Del Rey est née sur internet où elle a lancé deux morceaux qui se sont propagés sur la Toile à une vitesse fulgurante. Videos Games et Blue Jean ont immédiatement magnétisé des centaines de milliers d’internautes avec une force de persuasion qui a étonné l’Américaine elle-même. Deux morceaux qui plongent dans une nostalgie, une candeur et une étonnante sensibilité qui ne laissent pas insensibles. Lana Del Rey se définit tout d’abord comme «un écrivain» , se sent «comme chez elle» dans les films de David Lynch et évoque le pouvoir poétique de la musique à l’inverse de celui des relations humaines. Son salut ? Elle le doit aux poètes beat, «à Jack Kerouac et à Allen Ginsberg».
Suite à ces découvertes littéraires, Lana Del Rey voit s’ouvrir en elle de nouveaux horizons et respire un air nouveau qui semble la porter vers autre chose. Sa maturité ? Elle en prend conscience lorsqu’elle s’installe à New York à 18 ans. C’est à cette période qu’elle se plonge dans une dimension musicale encore inconnue après avoir passé sa jeunesse à Lake Placid au nord de New York.
Dès le début, Lana Del Rey a su avec une dextérité exquise nous plonger dans un univers où l’on se sent immédiatement à l’aise alors qu’il peut nous paraître totalement étranger : Los Angeles dans les années 50, des groupes d’adolescents qui flirtent, qui font du vélo, qui arpentent des trottoirs en skateboard, Hollywood Boulevard, des gens devant un cinéma, le drapeau américain qui claque au vent, Lana Del Rey derrière une caméra qui chante, minaude et nous sourit avec un regard à la fois fuyant, là brandissant une bouteille de Whysky, ici avec un débardeur échancré qui lance des regards à la caméra.
Au premier abord, les clips peuvent paraître décousu et mal fagotés, mais c’est en réalité une fantastique mis en scène de la chanteuse qui maîtrise le chant, la mélodie, l’harmonie musicale et une façon bien à elle de raconter de se raconter.
Lana Del Rey ne révoque pas l’idée d’apporter un soin tout particulier à la mise en scène de son propre talent et de sa musique. Car il y a quelque chose de profondément romanesque dans l’univers de Lana Del Rey qui mérite d’être raconté avec une certaine légèreté tout autant qu’il doit être écouté avec respect.
Lana Del Rey, c’est une certaine idée de la  jeunesse américaine et d’une Amérique du siècle dernier déclinée avec une saisissante modernité. Lana Del Rey a toutes les qualités pour devenir une icône Pop tout autant que l’a été Amy Winehouse pour mettre en scène et magnifier sa fiction personnelle et musicale.

Lana Del Rey - Video Games Blue Jean - Polydor

 

À lire aussi :

John Morillion : l'antidote à la morosité

Ida Sand : la voix venue du froid

Loic Lantoine vous dit dans un sourire...

Frankie Rose, l’une des filles les plus cools du monde

 

Son nouveau clip : National Anthem

 


Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Des places à gagner

robinmckelle

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Événement

Comedieudlivre bscnews

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

LE CHOIX

Bill Frisell : une belle symbiose entre musique et image
Bill Frisell : une belle symbiose entre musique et image
Publication : vendredi 27 mai 2016 10:07

Par Nicolas Vidal - Bill Frisell joue sur cette belle symbiose entre musique et image. De toute son aura qu’il dégage en tant que grand guitariste de jazz depuis près de 30 ans, il rend hommage ( une fois de plus ) dans ce nouvel album à la musique populaire « When You wish upon a star ». Il affirme encore et encore son indéboulonnable statut de défricheur avec cet énième album.

A LA UNE

Bill Frisell : une belle symbiose entre musique et image
Bill Frisell : une belle symbiose entre musique et image
Publication : vendredi 27 mai 2016 10:07

Par Nicolas Vidal - Bill Frisell joue sur cette belle symbiose entre musique et image. De toute son aura qu’il dégage en tant que grand guitariste de jazz depuis près de 30 ans, il rend hommage ( une fois de plus ) dans ce nouvel album à la musique populaire « When You wish upon a star ». Il affirme encore et encore son indéboulonnable statut de défricheur avec cet énième album.

Julien Fortier : l’élégante cavale
Julien Fortier : l’élégante cavale
Publication : vendredi 27 mai 2016 09:55

Julien Fortier, c’est avant tout une empreinte vocale, grave, qui happe, et qui semble venir d’un autre temps. Dans ce nouvel EP,  « CAVALES I  », il déploie un univers « clair-obscur » stylisé, qui lui colle aux pores. Ce jeune trentenaire, auteur, compositeur, interprète Montpelliérain, à la verve poétique et séductrice,  déroule brillamment, un certain côté théâtral à la mélancolie assumée.

Saint-Maur en Poche : une 8e édition so british !
Saint-Maur en Poche : une 8e édition so british !
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:48

Par Jonathan Rodriguez - God save the Queen ! Pour sa huitième édition, Saint Maur en Poche propose de partir à la découverte des auteurs de la langue anglaise. Une belle occasion d’écumer les genres les plus prolifiques de la littérature british. Ce salon international du livre au format de poche se déroulera les 18 et 19 juin, place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés. Il est une nouvelle fois organisé par la librairie La Griffe Noire du célèbre Gérard Collard et de Jean Casel et proposera deux espaces de rencontres – le Café de la Griffe noire et le Café des Déblogueurs – dans lesquels les auteurs présenteront leurs ouvrages au cours d’interviews menées par les libraires, des blogueurs ou des journalistes. Au final ce sont plus de 180 auteurs qui viendront à la rencontre des lecteurs.

Stavanger:  un huis-clos aux relents de repentance
Stavanger: un huis-clos aux relents de repentance
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:14

De Florence Yérémian - Florence a sauvé Simon du suicide. En longeant le quai, elle a vu ce jeune homme étendu sur les rails avec sa coupe de champagne. L’esprit grisé par les bulles, il attendait la mort à défaut d’autre chose… Intriguée par ce pauvre ère semblable à un enfant perdu, elle a décidé de le ramener chez elle pour qu’ils puissent finir la nuit ensemble.Malgré la peur et la fatigue, ces deux inconnus ne parviennent pas à s’endormir. Solitaires et amers, ils se font face, se confrontent, et vont, l’espace d’un soir, s'ouvrir l’un à l’autre afin de comprendre enfin ce qui les ronge depuis toujours...  

Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Publication : mercredi 25 mai 2016 15:54

Par Nicolas Vidal - Lorsqu’on tire ses influences entre autres de Fiona Apple, on a finalement une prédisposition artistique qui flirte avec le bon goût. Athenais, jeune songwriter montpelliéraine, après avoir fait ses classes à Londres, s’est installée à Montpellier pour lancer ses projets. Voici déjà son second EP qui oscille entre folk et pop porté par une voix délicatement pâtinée qui donne envie d’en savoir plus. On attend maintenant impatiemment son premier album. Rafraîchissant !

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.