Lana Del Rey - Video Games / Blue jeanPar Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Si jeune et déjà au coeur de polémiques, de controverses sur son vrai faux talent et son superpouvoir charnel et artificiel de séduction, la jeune Américaine Lana Del Rey est passée du stade phénomène musical à une lolita qui défraie la chronique musicale et sociale. Il ne se passe pas une semaine depuis le début de l’année sans que Lana Del Rey agite l’actualité. À ce titre, on est en droit de se demander si cela lui est propre où si le besoin de «dérapages» de l’écosystème des people est devenu si pressant qu’il se nourrit de tout et n’importe quoi. À mon sens, il est important de se concentrer sur l’essence de notre plaisir et de nos passions : la musique et en l’occurrence, celle de Lana Del Rey.
Lana Del Rey est née sur internet où elle a lancé deux morceaux qui se sont propagés sur la Toile à une vitesse fulgurante. Videos Games et Blue Jean ont immédiatement magnétisé des centaines de milliers d’internautes avec une force de persuasion qui a étonné l’Américaine elle-même. Deux morceaux qui plongent dans une nostalgie, une candeur et une étonnante sensibilité qui ne laissent pas insensibles. Lana Del Rey se définit tout d’abord comme «un écrivain» , se sent «comme chez elle» dans les films de David Lynch et évoque le pouvoir poétique de la musique à l’inverse de celui des relations humaines. Son salut ? Elle le doit aux poètes beat, «à Jack Kerouac et à Allen Ginsberg».
Suite à ces découvertes littéraires, Lana Del Rey voit s’ouvrir en elle de nouveaux horizons et respire un air nouveau qui semble la porter vers autre chose. Sa maturité ? Elle en prend conscience lorsqu’elle s’installe à New York à 18 ans. C’est à cette période qu’elle se plonge dans une dimension musicale encore inconnue après avoir passé sa jeunesse à Lake Placid au nord de New York.
Dès le début, Lana Del Rey a su avec une dextérité exquise nous plonger dans un univers où l’on se sent immédiatement à l’aise alors qu’il peut nous paraître totalement étranger : Los Angeles dans les années 50, des groupes d’adolescents qui flirtent, qui font du vélo, qui arpentent des trottoirs en skateboard, Hollywood Boulevard, des gens devant un cinéma, le drapeau américain qui claque au vent, Lana Del Rey derrière une caméra qui chante, minaude et nous sourit avec un regard à la fois fuyant, là brandissant une bouteille de Whysky, ici avec un débardeur échancré qui lance des regards à la caméra.
Au premier abord, les clips peuvent paraître décousu et mal fagotés, mais c’est en réalité une fantastique mis en scène de la chanteuse qui maîtrise le chant, la mélodie, l’harmonie musicale et une façon bien à elle de raconter de se raconter.
Lana Del Rey ne révoque pas l’idée d’apporter un soin tout particulier à la mise en scène de son propre talent et de sa musique. Car il y a quelque chose de profondément romanesque dans l’univers de Lana Del Rey qui mérite d’être raconté avec une certaine légèreté tout autant qu’il doit être écouté avec respect.
Lana Del Rey, c’est une certaine idée de la  jeunesse américaine et d’une Amérique du siècle dernier déclinée avec une saisissante modernité. Lana Del Rey a toutes les qualités pour devenir une icône Pop tout autant que l’a été Amy Winehouse pour mettre en scène et magnifier sa fiction personnelle et musicale.

Lana Del Rey - Video Games Blue Jean - Polydor

 

À lire aussi :

John Morillion : l'antidote à la morosité

Ida Sand : la voix venue du froid

Loic Lantoine vous dit dans un sourire...

Frankie Rose, l’une des filles les plus cools du monde

 

Son nouveau clip : National Anthem

 


Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Evènement

SETEOCT2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

LE CHOIX

Malia : les racines de Malawi Blues

Malia : les racines de Malawi Blues

Publication : vendredi 23 septembre 2016 13:55

Par Nicolas Vidal - Malia est assurément l’une des plus belles voix et l’une des figures les plus accomplies du Jazz vocal.

A LA UNE

Juste la fin du monde : l'oeuvre électrique et lumineuse de Xavier Dolan

Juste la fin du monde : l'oeuvre électrique et lumineuse de Xavier Dolan

Publication : vendredi 30 septembre 2016 13:41

Par Jonathan Rodriguez – Chaque film de Xavier Dolan est un évènement. Grand prix à Cannes et un casting français XXL (Gaspard Ulliel, Marion Cotillard, Léa Seydoux, Vincent Cassel, Nathalie Baye) Juste la fin du monde ne déroge pas à la règle. Après douze ans d’absence, Louis retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine. Une histoire simple aux problématiques complexes. En adaptant la pièce éponyme de Jean-Luc Lagarce, le pari était risqué. Huis-clos puissant, la force du sixième film du jeune Québécois réside dans sa capacité à se détacher totalement d’un procédé théâtral – trop souvent utilisé au cinéma –  pour livrer une œuvre de pure mise en scène.

Poil de carotte : une BD toujours d'actualité

Poil de carotte : une BD toujours d'actualité

Publication : vendredi 30 septembre 2016 09:29

Par Romain Rougé - Le plus célèbre des souffre-douleur ressuscite dans le monde du 9ème art. Les saynètes les plus marquantes du roman de Jules Renard sont ici sélectionnées pour découvrir ou redécouvrir l’enfance martyrisée de François Lepic, alias Poil de Carotte.

Équitation : Toma Chaput, une passion dévorante

Équitation : Toma Chaput, une passion dévorante

Publication : jeudi 29 septembre 2016 15:57

Par Nicolas Vidal - Toma Chaput est un passionné au sens littéral du terme. Fou de chevaux depuis sa plus tendre enfance, il a gravi un à un les échelons de l’apprentissage et de la connaissance du cheval. Aujourd’hui, dresseur reconnu, après avoir collaboré notamment avec Bartabas, il travaille au sein des Haras nationaux de Pompadour où il partage sa passion avec le public. Révélation d’Equestria en 2013, Toma Chaput se produit également en spectacle avec sa compagnie Atao. Nous l’avons rencontré pour partager avec lui sa passion équestre dévorante. On notera l’excellent travail du photographe Antoine Bassaler qui agrémente cette interview. (Crédit photo : Antoine Bassaler)

Nicolas Dubourg : La Vignette, un théâtre de « première ligne »

Nicolas Dubourg : La Vignette, un théâtre de « première ligne »

Publication : jeudi 29 septembre 2016 15:41

Par Deborah Valentin - Situé en plein coeur de l’université de Paul Valéry à Montpellier, le Théâtre la Vignette s’est construit comme un lieu d’ouverture, de dialogues, d’échanges entre artistes, universitaires, intellectuels et étudiants. Devenue une scène conventionnée depuis le 1er janvier 2016 pour l’émergence et sa diversité, le Théâtre  la Vignette s’inscrit dans un réseau national et ne cesse, au fil des années, de développer son projet culturel dans son travail avec les artistes et le public. Le Directeur du théâtre la Vignette, Nicolas Dubourg nous présente cette nouvelle saison 2016-1017. Rencontre.

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Publication : mercredi 28 septembre 2016 10:28

Par Florence Yérémian - Chloé et Nicolas sont fiancés. L’une est peintre, l’autre neurologue et ils vivent ensemble depuis quatre ans. L’idylle est belle et semble durer jusqu’au jour où Nicolas découvre que Chloé le trompe. Refusant tout repentir, il la quitte mais son infidèle est soudainement victime d’un accident. Devenue amnésique, Chloé ne se rappelle plus de rien, pas même du prénom de son conjoint ! Un certain neurologue entre alors dans sa vie pour lui faire retrouver la mémoire et tenter, si possible, de la reconquérir.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR