Inouk être humainPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Illustration Pole Ka/Crédit-photos: Christophe Pétraud/ Malgré la chaleur pesante de cette fin de mois de juin à Montpellier, les élèves de l'Autre Théâtre ont réussi à faire venir jusqu'à nos plages la blancheur des banquises, le vent glacé et toutes les belles légendes qui sont attachées à la Sibérie. Il était une fois Inouk -Être - Humain : 14 jeunes filles et garçons réunis pour un chaleureux projet théâtral mis en scène par Aglaïa Romanovskaia. La partie nord de l'Asie nourrit de nombreuses histoires qui se chuchotent comme un secret au creux des igloos: les chasseurs ,qui se mettent en danger lors de chaque expédition, y racontent les infortunes de leur expédition, les fantômes qui hantent la mer y surgissent aussi et effrayent les enfants, on y croise une femme squelette, une femme géante ou une chamane. L'Autre Théâtre nous narre tout cela avec l'appui d'une belle scénographie de Daniel Fayet : un iceberg dont la présence protège des tempêtes autant qu'elle menace par sa taille et sa force implicite et puis 14 bassins d'eau que chacun des protagonistes apprivoise à sa façon. Une année d'exploration pour ce groupe d'acteurs durant laquelle le travail sur le corps a été un axe majeur, encadré par la chorégraphe Natacha Kouznetsova. Ensemble, le groupe , solidaire et avec un enthousiasme communicatif, a appris à explorer leurs possibles corporels - et leur mémoire - puis ont su trouver leur place dans cette création. Le fruit d'une équipe unie,?  Un moment de partage poétique avec le public et une invitation pour chacun de nous à découvrir l'Inouk qui est en lui. Certaines scènes sont d'ailleurs très émouvantes et esthétiques, notamment celle de Laura Deleaz qui interprète la femme squelette avec beaucoup de grâce et de gravité ou encore la rencontre entre l'orphelin et Mylia ( interprétés par Victor Silvy et Babeth Maggiollo) où les mains se rejoignent dans la transparence du verre, lorsque la buée est effacée.

Le spectateur qui suit le travail de la troupe de l'Autre Théâtre  apprécie les progrès des élèves et prend plaisir à retrouver des visages, des personnalités qui s'affirment d'année en année. On a d'ailleurs appris avec intérêt dans la feuille de salle que trois des acteurs de la troupe ont commencé une formation professionnelle en intégrant la compagnie de l'ESAT BULLE BLEUE. L'aventure théâtrale continue donc ! Félicitations à tous ceux qui ont contribué à cette belle aventure humaine au coeur de la banquise:  Acteurs, Anim-acteurs et Artistes professionnels ! Et à l'an prochain!

 

Titre: Inouk-Être-Humain

Par l'Autre Théâtre

Mise en scène: Aglaïa Romanovskaïa

Acteurs: Victor Silvy, Taha Naïli, Hugo Corbeau, Mathieu Beaufort, Sylvie Chavent, Laura Deleaz, Julien Colombo, Aymeric Tissié, Jean Marie Herbet, Babeth Maggiollo, Stéphanie Ferdous, Bruce Kimpe, Romain Toffoli, Geoffrey Genet

Anim-acteurs: Régis Esquieu, Marie-Laurence Deleaz, Fafa Serres, Nicole Chapillon, Aude Coumelonge, Jean Chavent, Emilie Pignède, Nicole Doualla, Julie Roussel, David Gimenez.

Dates des représentations:

Les 26, 27 et 28 juin 2012 au Printemps des Comédiens ( Montpellier)

A lire aussi:

L'Autre Théâtre à la rencontre de la richesse de l'Autre

{fcomment}

l'Autre théâtreInouk être humain

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:28

Par Nicolas Vidal - Un album en totale osmose avec son créateur, Nihil Novi s’imprègne des envies et de la recherche musicale qui passionne Marcus Strickland entre hip-hop, jazz et couches de son entremêlées pour donner une atmosphère très particulière à son univers musical.

Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:27

Par Nicolas Vidal - Gogo Penguin a beaucoup vadrouillé ces derniers mois dans le monde entier suite à des succès à la chaîne. Leur album «V2.0» a été nommé aux Mercury Awards. Aujourd’hui, ce nouvel album "Man Made Object" ne fait pas offense à la patte singulière de l’univers musical dans lequel Gogo Penguin évolue.

Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Publication : mercredi 27 avril 2016 09:28

Par Pascal Baronheid - Pour sa troisième édition, le Festival Normandie impressionniste a choisi de rassembler sa programmation autour du thème « Portraits impressionnistes ». Sujet rassembleur, intime et populaire, il s’intéresse plus largement à la question de la figure, du visage et du corps, de la famille, des cercles amicaux, des représentations sociales. Le regard que les impressionnistes ont porté sur le monde dessine aussi le portrait d’une époque.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile