Raymond Jean - la Lectrice - Actes Sud Babel

Par Marc-Emile Baronheid - BSCNEWS.FR / L’éditeur annonce un livre « empreint d’un soupçon d’érotisme ». Encore faut-il s’entendre sur le sens à donner au mot « soupçon », pour apprécier ce roman paru en 1986, auquel son adaptation au cinéma allait conférer une notoriété inattendue.

Jeune femme désoeuvrée, Marie-Constance a l’idée de proposer par une petite annonce ses services de lectrice à domicile. Son mentor lui recommande pas de Proust, pas de Robbe-Grillet, pas de poésie.  Ses premiers clients composent une manière d’inventaire à la Prévert : un adolescent paraplégique, une comtesse marxiste, une fillette à l’âme buissonnière, un PD-G  entreprenant. La faute à Claude Simon ? Tout de même pas ! Plutôt aux phéromones qu’éparpille  la lectrice, avec son petit air faussement innocent et merveilleusement désirable. Une allumeuse, cette Marie-Constance ? Elle se voudrait pourtant modèle, « un instrument parfaitement neutre et docile, un pur outil ». Docile, certes, puisqu’elle accepte de porter des jupes ou des robes qu’elle laisse remonter  sur ses cuisses « très progressivement et comme si cela se faisait par des mouvements naturels » pour entendre s’animer le souffle de l’ado. Maupassant a encore frappé. Avec le temps et le bouche-à-oreille qui anime les villes de province, Marie-Constance commence à se parer de notoriété. A petit commerce innocent, aléas de la frilosité bien-pensante. L’ingénue libertine sera accusée de rapt, de vol, d’incitation au trouble de l’ordre public, voire d’abus de faiblesse. Qui peut imaginer, devant les rayons paisibles d’une bibliothèque, qu’un livre n’est jamais apprivoisé. Simplement, les mots donnent le change, attendant l’occasion de prendre la clé des chants.
Raymond Jean  s’est éteint le 3 avril dernier dans son village du Vaucluse, à l’âge de 87 ans. Auteur d’une quarantaine de livres, il revendiquait un communisme critique doublé d’un désir d’intervention. L’autre désir, pur celui-là, ubac de son oeuvre,  en devint l’adret  à la sortie du film de Michel Deville, en 1988. Miou-Miou dans le rôle titre, c’était tout de même plus troublant que ses contemporaines Anémone et Josiane Balasko.  Le milieu littéraire et les amateurs éclairés   savaient que Jean avait signé l’essai « La Poétique du désir » et reçu trois ans plus tôt la Bourse Goncourt de la nouvelle pour « Un fantasme de Bella B et autres récits », son premier livre paru chez Actes Sud. Le public plus large découvrait qu’un professeur d’université en région pouvait être un éternel étudiant en sensualité, reçu cette fois summa cum laude.


« La Lectrice », Raymond Jean, Actes Sud Babel n° 575, 7,70 euros

 

À lire aussi

Gallimard : de Michel Déon à Félicien Marceau

Marguerite Duras : un barrage contre l'opacifique

Colette : j'aime être gourmande

Les révoltés du Bounty : l'histoire est en marche

 

{fcomment}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
Publication : lundi 2 mai 2016 09:59

Par Boris Henry - Sa soeur, son amour. Frère et sœur, Martin et Virginie sont également amants. Ils s'aiment depuis leur adolescence, sont allés assez loin, hésitent, mais y reviennent inlassablement. Si Virginie, mariée et mère de deux enfants, veut désormais en rester là, Martin souhaite toujours aller plus loin. Où cela va-t-il les mener ?

Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Publication : lundi 2 mai 2016 09:48

Par Boris Henry - Ulysse Wincoop est né le jour du massacre de Sioux dans lequel périt le chef Big Foot, le 29 décembre 1890. Un soldat américain l'a recueilli, emporté bien loin, puis l'a confié à sa sœur et son mari. Ulysse grandit, persuadé que ses parents adoptifs sont ceux naturels. Mais différentes tensions apparaissent avant que la vie d'Ulysse ne bascule du jour au lendemain.

La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
Publication : lundi 2 mai 2016 09:20

De Florence Yeremian - Deux couples, un capitaine pompier et une servante qui joue les pendules. Tels sont les personnages de la Cantatrice Chauve, prêts à vous entrainer dans leurs infernales jacasseries.Entre une foule d'inepties sur la société, des dialogues ubuesques sur la routine quotidienne et des tirades déjantées à propos de la vie conjugale, vous allez très vite perdre pied mais c'est en partie ce que l'on cherche lorsque l'on vient voir une œuvre de Ionesco...

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile