Au royaume des aveuglesPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Laurette, Adil et leur père, ancien flic à l'éducation rigide, ne forment pas vraiment une famille idéale. De nombreux conflits ponctuent leurs échanges et la jeune soeur surtout ne supporte pas la résignation à se conformer aux exigences de la société que manifestent les deux hommes avec lesquels elle partage le toit. Rebelle, elle s'est rapprochée d'un groupe d'activistes qui fomente un plan d'attaque contre le système en place. Au royaume des aveugles est une bande-dessinée qui s'installe dans un cadre futuriste attrayant, un thriller efficace qui nous emporte notamment dans les coulisses inquiétantes des forces de l'ordre et des luttes de pouvoir. Si la couverture et le titre accrochent immédiatement le lecteur, les premières planches laissent de marbre ; sans doute à cause du visage singulier de l'héroïne peint par Frédéric Salsedo ( Que Laurette a des traits durs et masculins!) avec lequel tout de même on se familiarise page après page et de l'utilisation d'un langage familier et djeun's dont on se passerait bien (même lorsqu'il est justifié par la présence d'une correspondance SMS) . Pourtant, dès que l'on apprend l'appartenance de Laurette à un groupe d'activistes, on est emporté par le récit de cette révolution en tapinois et de cette famille monoparentale étrange. Laurette et ses amis tentent d'agir contre une société où la notion de vie privée est devenue une illusion à cause de la multiplication des caméras, des réseaux sociaux et des systèmes de surveillance automatisés. Le lecteur ne peut que penser à l'évolution de notre monde depuis une dizaine d'années où la profusion des informations étourdit et dans lequel Facebook règnent en maîtres, disposant de multiples informations sur chacun de nous, souvent à notre insu car nous ne pouvons maîtriser les informations et visuels que d'autres publient à notre sujet. Olivier Jouvray, Frédérik et Greg Salsado nous invitent à entamer un bras de fer haletant contre la disparition de la liberté individuelle. Un premier tome très prometteur d'une trilogie que l'on vous conseille de suivre en filature!

Titre de la série: Au royaume des aveugles

T.1: Les Invisibles

Editions: Le Lombard

Scénario: Olivier Jouvray

Dessin: Fred Salsedo

Couleurs: Greg Salsedo

Parution: Mai 2012

Prix: 14,45€

A lire aussi:

Nous ne serons jamais des héros: quand un père et un fils essaient de se comprendre

Lady Elza: une enquêtrice sexy à l'Excentric Club

Staline : une bande dessinée racée sur la mort du dictateur

{fcomment}

Dernière minute

Dans les bacs

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Holly Ann, Tome 2 : La dernière Natchez
Holly Ann, Tome 2 : La dernière Natchez
Publication : mercredi 4 mai 2016 13:44

Par Boris Henry - Holly Ann rencontre Diane, une Indienne à la recherche de son père qui, la nuit précédente, n'est pas rentré chez lui. L'étrange et belle détective accompagne la jeune femme dans la maison close où elle compte retrouver son géniteur. Là, Diane a la mauvaise surprise d'y rencontrer une prostituée portant le collier dont son père ne se sépare jamais. Dans le même temps, La Nouvelle-Orléans est le théâtre de pluies incessantes qui intriguent ses habitants.

Rio : Favelas, les pavés sous la plage
Rio : Favelas, les pavés sous la plage
Publication : mercredi 4 mai 2016 10:38

Par Boris Henry - Rubeus et Nina vivent dans l'une des favelas de Rio de Janeiro. Leur mère, amoureuse d'un policier, est victime de la violence de celui-ci. Les deux enfants fuient et sont livrés à eux-mêmes. Rapidement, ils rencontrent des gamins des rues qui les accueillent, non sans réticence, au sein de leur groupe. Des habitants, voyant d'un mauvais œil ces enfants qui vivent de larcins, paient des policiers afin de les éliminer.

Le Très Court festival : du cinéma en trois minutes
Le Très Court festival : du cinéma en trois minutes
Publication : mercredi 4 mai 2016 09:42

Par Léopoldine Deriot - Le Très court festival est déjà adolescent! La 17ème édition du festival propose 150 films cette année. L’évènement ultra-connecté est organisé simultanément sur 5 continents, dans 30 pays, soit 80 villes, du 3 au 12 juin 2016. Après le court métrage, voici le format « très court »: 3 minutes d’images. Un laps de temps très restreint qui donne paradoxalement aux réalisateurs plus de liberté. Il faut aller droit à l’essentiel. La créativité et les expérimentations les plus spectaculaires sont permises grâce à un budget rendu alors plus accessible.

Le Marathon des mots : -expressions africaines à Toulouse
Le Marathon des mots : -expressions africaines à Toulouse
Publication : mercredi 4 mai 2016 09:31

Par Romain Rougé - La douzième édition du Marathon des mots se tiendra du 23 au 26 juin 2016 à Toulouse. Organisée en partenariat avec Toulouse Métropole, le Centre national du Livre et la Fondation La Poste, l’événement aura pour thème l’Afrique, représentée par des écrivains africains francophones, anglophones et lusophones.

Dans le jardin de l’ogre : récit viscéral sur l’addiction sexuelle
Dans le jardin de l’ogre : récit viscéral sur l’addiction sexuelle
Publication : mardi 3 mai 2016 15:59

Par Jonathan Rodriguez – Saisissant. Leila Slimani nous plonge dans le quotidien d’une sex-addict enfermé dans une dépendance insoutenable et puissante. Un récit captivant qui émeut autant qu’il accroche.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile