John Morillion "Love It All" - Par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / John Morillion est une belle surprise musicale tant sa spontanéité, son énergie et la force de ses mélodies vous plongent dans un langoureux bain musical d’où il sera bien difficile de s’extraire. Et tant mieux. John Morillion a cette faculté de proposer un style bien à lui qui oscille entre le folk, le Pop Rock et la ballade sans jamais s’égarer et tromper son auditoire. Sans compter que sa création possède l’épaisseur de celui qui a vécu, qui existe et qui prend le recul nécessaire de nous en faire profiter. Il y a fort à parier que vous n’avez pas fini d’entendre parler de John Morillion.

Pouvez-vous nous parler de votre première rencontre avec la musique ?
Mon premier vrai souvenir marquant date de mes 6 ans, sur un vieux tourne disque, j'ecoutais en chantant et en dansant avec ma grand-mère Hit the Road Jack de Ray Charles, Milord d'Edith Piaf et In The Army Now de Status Quo; les 3 disques tournaient en boucle.


Est-ce que votre enfance partagée entre l'Angleterre, la France et les USA,  a-t'elle été la terreau de cette incroyable candeur musicale ?
La pension en Angleterre m'a ouvert très jeune à une passion pour la langue anglaise et la culture anglo-saxonne en général, mais bien entendu dans le domaine musical plus que tout. Les groupes que j'ai le plus écouté dans mon adolescence par la suite sont les Smashing Pumpkins de Chicago et Radiohead qui sont originaires de la région d'Oxford. La candeur doit donc me venir de plus tard ; une ville comme New-York m'a beaucoup ouvert l'esprit aussi sur toutes les possibilités créatives.


La passion pour le voyage est-il une valeur fondatrice de votre musique ?
Beaucoup de gens ont senti dans l'album une invitation au voyage que j'assume totalement. Le voyage est une expérience qui amène à confronter sa réalité à d'autres et je pense que c'est ce qui me passionne; rechercher ce que l'on a d'universel. C'est incroyable tout ce que l'on peut partager avec des gens venus de l'autre bout de la planète. Je sais qu'il y a aujourd'hui des gens au Japon et au Mexique qui m'envoyent des messages sur Facebook, qu'ils m'ont découvert par tel ou tel moyen, et qu'il aprécient ma musique; ca me fait particulierement plaisir.


On note chez vous des influences musicales très différentes qui ont la particularité d'avoir une charge émotionnelle forte. On pense à Beck, Ray Charles ou encore Eliott Smith. N'est ce pas la pierre angulaire de votre travail ?
J'aime en effet le coté "bricoleur cool" de Beck, la force dansante de Ray Charles et la pureté émotionelle d'Eliott Smith.


Quelle a été votre démarche artistique pour " Love it All" ?
J'ai tenté de partager ce que j'ai de meilleur en moi, et de couvrir une palette d'émotion la plus large possible. Avoir des chansons qui donnent la pêche était aussi très important pour moi, je m'étais fixé cet objectif. On est, en tant qu'être humain, conscient de notre destin, mais cela ne veut pas dire qu'on est contraint à se morfondre. C'est précisément cette énergie qui m'intéresse, cette force de vie qui nous pousse a rester optimiste.


D'où vous vient cette envie de raconter des histoires et de vous affirmer aujourd'hui comme un prometteur songwritter ?
Je ne pense pas que mon anglais soit assez littéraire et poétique pour me presenter comme un songwriter...l'envie de raconter des histoires vient surement de ma passion pour le cinéma, et je tente d'aller à l'essentiel.


Entre mélodie, fraîcheur et rock énergique, votre musique est terriblement addictive. Quel est le secret d'un tel cocktail ?Je compare souvent la musique à la cuisine, mais je ne sais jamais vraiment ce qu'il se passe lorsque je compose...je pense que j'essaye de faire un bon plat!

Où vous situez-vous ? Dans le Folk, la ballade, le Pop Rock ? Ou les trois à la fois finalement ?
J'aime m'imaginer au centre de ces trois courants.

Avez-vous conscience de votre singularité musicale ou avez-vous juste envie de jouer la musique qui vous plaît ?
Je pense, pour encore une fois comparer la musique avec la nourriture, qu'il faut toujours se méfier du cuisinier qui ne goute pas son plat. J'ai fait chaque morceau avec l'envie de partager ce que j'estime bon.

Après la sortie de ce premier album "Love it All", avez-vous déjà une idée de précise de vos prochaines pistes de travail ?
J'ai en effet plusieurs pistes de travail, mais je garde tout ça bien au chaud pour les peaufiner et travailler, je l'espère, bien entouré pour le deuxième album. En attendant, tourner avec mes musiciens est ma priorité!

Voyez-vous poindre à l'horizon un deuxième album ?
J'ai envie de voir celui-là faire son chemin, mais le travail de studio est aussi un vrai plaisir et j'ai déjà quelques démos.

Où pourra t-on voir John Morillion en concert dans les prochaines semaines ?
Je serai à Paris le 5 juillet à la Bellevilloise à Paris et sûrement avant ça au Bus Palladium; toutes dates sont quoi qu'il en soit sur le site internet www.johnmorillion.com et sur ma page facebook john morillion !

À lire aussi :

Loic Lantoine vous dit dans un sourire...

Ezio : un groupe aux parenthèses justes et poétiques

Daphné: entre espoir, douceur et fantaisie

Too Much & The White Nots : le folk n'est pas mort

Nadeah : de serveuse à étoile montante de la nouvelle scène

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

J'aime l'Info du BSC NEWS

 NICE JAZZ FESTIVAL 2016J'aime l'info - BSC NEWS

Enregistrer

Enregistrer

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

LE CHOIX

Nader Mekdachi :  « Primitives » et des histoires rocambolesques

Nader Mekdachi : « Primitives » et des histoires rocambolesques

Publication : lundi 22 août 2016 11:30

Par Nicolas Vidal - Nader Mekdachi remet les couverts avec ce nouvel album de Padam où il continue avec force et vigueur tout le travail entrepris ces dernières années.

A LA UNE

Journal d’une bipolaire : mettre des mots sur les troubles de l’humeur

Journal d’une bipolaire : mettre des mots sur les troubles de l’humeur

Publication : mercredi 24 août 2016 10:41

Par Romain Rougé - Journal d’une bipolaire est l’histoire vraie d’Emilie Guillon, atteinte de maniaco-dépression, maladie aujourd’hui connue sous le nom de bipolarité. A la fois touchant et informatif, ce récit autobiographique dessine les espoirs et les doutes du malade ainsi que les conséquences sur son quotidien et ses proches.

Gstaad Menuhin Festival & Academy : quand le classique se met au vert

Gstaad Menuhin Festival & Academy : quand le classique se met au vert

Publication : mercredi 24 août 2016 10:30

Par Ludivine Augé - 2016 est une année forte pour les Alpes Suisses qui fêtent la 60ème édition de son festival dédié à la musique classique, Gstaad Menuhin Festival & Academy, et le centenaire de son fondateur, le célèbre violoniste Yehudi Menuhin.

Le Livre sur la Place : Nancy fait sa rentrée littéraire

Le Livre sur la Place : Nancy fait sa rentrée littéraire

Publication : mercredi 24 août 2016 09:58

Par Romain Rougé - La 38ème édition du premier salon national de la rentrée littéraire aura lieu du 9 au 11 septembre 2016 à Nancy, en présence des académiciens Goncourt. Le Livre sur la Place réunira près de 550 auteurs avec un programme oscillant entre rencontres et partages autour du livre.

Le Teckel : Une satire sociale qui donne la nausée

Le Teckel : Une satire sociale qui donne la nausée

Publication : mercredi 24 août 2016 09:21

Par Florence Yérémian - Le cinéma de Todd Solondz est particulier : à-mi chemin entre la comédie provocatrice et le film social, il présente un goût récurant pour le cynisme et l'humour noir. Avec sa dernière création, ce réalisateur indépendant nous plonge de nouveau dans l’étrangeté malsaine de son univers en lui conférant encore plus d'âpreté.

Arnaud Genon : Tu vivras toujours, son émouvant premier roman

Arnaud Genon : Tu vivras toujours, son émouvant premier roman

Publication : mardi 23 août 2016 15:19

Par Laurence Biava - Arnaud Genon vit et enseigne en Allemagne. Il a publié de nombreux articles et plusieurs essais consacrés à la littérature autobiographique et autofictionnelle. Tu vivras toujours est son premier roman.

Syma Mobile

SYMA JUIN2016

Enregistrer

Enregistrer