Les Suds à Arles : le programme riche et multiple de Marie José JustamondPar BSCNEWS.FR /Pour sa 17ème édition, les Suds à Arles se dérouleront du 9 au 15 juillet 2012. Fort d'une programmation culturelle riche et variée, le festival accueillera cette année entre autres Tigran Hamasyan ( son interview sur le BSCNEWS.FR ici), Avishai Cohen, Bomba Estereo, El Gusto, Yom et The Wonder Rabbis... Marie José Justamond, la directrice des Suds à Arles nous en dit plus et nous dévoile le programme.

Quelle est la singularité des Suds à Arles à l'inverse d'autres manifestations musicales ?
La singularité de ce festival, qui fête cette année sa 17e édition, tient à sa programmation de concerts mais aussi de rencontres, de débats, de cinéma, de nombreux temps d’échanges avec les artistes tout au long de la semaine. C’est aussi la spécificité de nos musiques : en effet, les « musiques du monde » englobent la musique sacrée ou profane, acoustique ou électrique, populaire  ou savante, intimiste ou festive… ce qui en fait toute sa singularité et toute sa richesse.
Il y a une diversité des propositions, des facettes aussi diverses que variées. Dans l’esprit, il y a toujours cette recherche des racines, des cultures musicales, c’est ce qui compose le contenu de la programmation.
Ce festival représente des musiques de territoires dans des lieux magnifiques et dans un cadre patrimonial exceptionnel.
Les Suds, à Arles c’est donc une semaine d’évènements : de 10h à 4h du matin ; et 42 stages de musique, danse, chant...

Quel est le fil rouge suivi par l'organisation pour monter ce festival chaque année ?

Ce sont des coups de cœurs musicaux essentiellement qui composent le fil rouge de ce festival et c’est le cas tous les ans.
Des thématiques émaillent le festival. Dans le cadre du programme Nomadisme et Deltas pour Marseille - Provence 2013, c’est le delta du Nil qui est présenté en 2012 avec la formation Mawawil sur la nouvelle scène des Alyscamps.... mais aussi les 50 ans de l’indépendance de l’Algérie qu’on  ne pouvait oublier. Ce sont différents styles musicaux qui forgent la programmation des Suds, à Arles. Tous les festivals n’ont pas la chance d’harmoniser leur programmation et leurs lieux. Nous, nous avons la chance de pouvoir le faire. Quelques exemples : Les Moments Précieux offrent un concert de musique intimiste et avec des artistes rares à écouter dans la Cour de l’Archevêché. Les Nuits des Forges offrent des créations vidéos et de la musique dans une ambiance underground, aux anciens ateliers SNCF, friche industrielle en réhabilitation. Mais aussi les siestes musicales : de la musique douce à écouter installé dans un transat à l’ombre des arcades de l’Espace Van Gogh…

C'est un mélange des cultures et des champs artistiques. Quel est le secret pour harmoniser tout cela ?

Tout se tisse tout au long de l’année, l’élaboration avance au fil des mois grâce à un peu d’expérience et de savoir-faire. « Harmonie », c’est bien le mot ; il faut que tout soit « rond ». Cette programmation est comme une belle tapisserie, avec des fils qui se croisent, s’entrelacent, se recoupent et se relient sans cesse.

Quel  est le programme idéal pour quelqu'un qui ne connaît pas le festival et qui souhaiterait le découvrir ?
Le programme idéal dépendra vraiment du type de personne, des goûts musicaux. Je dirais qu’une journée type commence à 10h du matin et peut se finir à 4h du matin (calendrier complet dans sur le site officiel des Suds à Arles ) c’est bien l’originalité de notre festival : chacun peut y trouver son compte, choisir son programme alternant concerts et moments de détente, de réflexion ou de fête !

Quels seront les grands moments des Suds à Arles cette année ?

Le spectacle vivant est difficile à prévoir car ce sont des gammes de musiques différentes avec des publics différents, des lieux différents. Zebda aura cette convivialité si communicative ; El Gusto prévoit une soirée riche en émotions et réunira tous les publics dans la musique ; les concerts d’Avishaï Cohen et d’Anoushka Shankar seront de très beaux instants de musicalité.

Si vous deviez définir le festival en un mot, quel serait-il ?

Un mot c’est difficile tellement ce festival est riche, intense et multiple. Un mot qui en ressortirait: « humaineté », soit un néologisme tiré des mots «humain » et « humanité »

Retrouvez le programme complet et achetez vos places en ligne sur le site officiel du Festival " Les Suds à Arles"

Gagnez deux places pour le concert de Piers Faccini et de Badjé Tounkara le 10 juillet

 

À LIRE AUSSI

Alexandre Vialatte : un prix littéraire à son nom

Gérard Collard : jamais sans mon libraire

Printival : Hommage à Boby Lapointe

Nathalie Kuperman, Reine du Prix de la Closerie des Lilas 2012

Aix-en-Provence : Rencontres du 9e Art

{fcomment}

LE BSC NEWS du mois

COuv BSCNEWS BRILLANTE JAN16

AU THÉÂTRE

AnnonceBCSElyse300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Joris-Karl Huysmans : ses chroniques de Paris
Joris-Karl Huysmans : ses chroniques de Paris
Publication : mardi 9 février 2016 08:14

Par Marc Emile Baronheid - Joris-Karl Huysmans  fréquente et raconte le jardin du Luxembourg, le parc Monceau, le boulevard Montparnasse, un gentil bal à Grenelle, de petits coins où les servantes plument des dindons.

Tom Clancy : déflagrations, coups fourrés et cadavres dans Chef de Guerre
Tom Clancy : déflagrations, coups fourrés et cadavres dans Chef de Guerre
Publication : lundi 8 février 2016 14:40

Par Marc Emile Baronheid - Tom Clancy est un poids lourd du roman d’espionnage, chantre inconditionnel de la toute puissance et de la détermination des USA à défendre la démocratie universelle, quitte à pratiquer un chauvinisme vitaminé.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...

Pieter Aspe : les tribulations du commissaire Van In
Pieter Aspe : les tribulations du commissaire Van In
Publication : vendredi 5 février 2016 08:55

Par Marc Emile Baronheid - Si Brel avait connu l’univers des romans de Peter Aspe, il y aurait peut-être puisé matière à une autre chanson sur les Flamands. C’est que, chevillées au Plat Pays comme elles le sont, les tribulations du commissaire Van In et de sa pulpeuse amoureuse Hannelore, plongent le lecteur dans une truculence reconnaissable entre toutes.

Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet… de qualité !
Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet… de qualité !
Publication : jeudi 4 février 2016 18:44

Par Florence Yérémian - On ne se lasse jamais de regarder Monsieur Jourdain: siècle après siècle, ce drôle de bourgeois a si souvent été mis en scène qu’il semble faire partie de notre entourage. Poudré, enrubanné et burlesque à souhait, le voici aujourd’hui sur la scène du Théâtre Michel entouré, comme de coutume, de ses Maitres d’arme, de musique ou de philosophie.

CINEMA

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...

Steve Jobs : portrait en trois temps d’un visionnaire mégalomaniaque
Steve Jobs : portrait en trois temps d’un visionnaire mégalomaniaque
Publication : lundi 1 février 2016 08:27

Ce nouveau film consacré à Steve Jobs se focalise sur trois moments clef de sa vie : le lancement du Macintosh en 1984, celui du NeXTcube en 1988 (après son éviction de chez Apple) et la consécration de l’iMac en 98.