Les enfants de JehovahInterview de Fabrice Murgia/ Photos DR/ Propos recueillis par Julie Cadilhac - Bscnews.fr / Fabrice Murgia est un jeune metteur en scène qui a fait ses classes en tant que comédien à l'ESACT. Il travaille aujourd'hui pour le cinéma, la télévision et le théâtre. Avec la compagnie Artara, il a monté le  mémorable Chagrin des ogres et présente pour le Printemps des Comédiens 2012 une nouvelle création , Les Enfants de Jehovah. Rencontre avec un jeune homme plein de talent dont l'esthétique, s'appuyant beaucoup sur les nouvelles technologies, nous invite à une expérience de théâtre sensorielle.


Pourriez-vous nous présenter la compagnie Artara?
A la base, c'est un collectif de jeunes artistes de plusieurs disciplines différentes qui s'est réuni pour un premier spectacle ( à l'époque j'avais 18 ans) qui se nomme "Le chagrin des ogres". On a pu tourner en France et en Europe et ,de fil en aiguille, on a pu créer des spectacles plus importants dont les Enfants de Jehovah que l'on présente au Printemps des Comédiens.


Ces enfants de Jehovah mettent en jeu des thèmes qui vous sont assez personnels. Votre expérience est-elle toujours votre première source d'inspiration?
Je ne peux imaginer un spectacle sans qu'il soit basé sur une matière documentaire qui m'anime très fort. Je n'arrive pas à répondre à une commande ,ou à dire je vais bosser sur ce thème, s'il n'y a pas un sentiment en amont ou la nécessité d'en parler.

Est-ce le fait de devenir papa qui a déclenché l'envie de parler des siens et de leur histoire?
Oui, il y a cette question d'éducation, évidemment, et puis j'avais aussi l'envie d'en découdre avec mon histoire personnelle. La nécessité est née du tissu familial .


Vous avez dit lors d'une interview pour Les Trois Coups que "le théâtre portait un fardeau lié aux auteurs". Un an après, diriez-vous la même chose?
Je veux dire que, quand on fait de la mise en scène, ce qui est pesant, c'est que lorsqu'on parle d'un spectacle à un programmateur, il y a toujours cette notion du texte, cette question du texte…. qui n'est pourtant pas tout le temps le premier élément de la dramaturgie. On peut créer sans avoir le texte comme principal axe mais c'est encore difficile aujourd'hui de pouvoir passer outre cette idée du texte. Avec le texte, parfois, il me semble qu’on a le sens coincé dans la bouche et qu’on est moins dans la déduction première.

Dans ces Enfants de Jehovah, quelle sorte de famille dépeignez-vous? La distribution n'est composée que de trois femmes, n'est-ce pas?Fabrice MurgiaL'idée du spectacle, c'est qu'il y a une jeune fille qui laisse un message à son frère et qui est hantée par le personnage de sa mère. Il y a deux femmes qui jouent un personnage double qui est en fait la mère, Giulia et qui représente aussi l'assemblée ; deux femmes pour jouer cette espèce de fantôme et puis  il y a la fille au milieu. Le casting n'est pas une famille à proprement parler. On voit aussi un enfant en vidéo.

Vous évoquez la question des sectes :votre pièce est-elle volontairement engagée, dénonciatrice?
Il y a l'idée de dénoncer l'endoctrinement ou , en tous cas, de parler d'un moment de la vie où l'on est vulnérable, que ce soit vis à vis d'une idée religieuse ou politique. Un moment où tout peut basculer, un moment où l'on est dans une fragilité extrême.C'est l'histoire d'une femme qui a perdu un enfant et qui vient d'émigrer dans un pays qu'elle ne connaît pas et dont elle ignore la langue et c'est cette addition de peurs qui va la faire basculer dans un moment de doute.


Vous exprimez aussi l'envie de provoquer une réaction sur le rapport trouble entre les origines et l'argent..
Il y a une motivation consumériste qui pousse les êtres à bouger. Il y a l'idée qu'il faut  régler par l'argent une situation, que l'argent est le nerf de la guerre. Dans n'importe quelle couche sociale, on est asphyxié à cette idée économique, cette peur qui peut être moteur de mouvement. Il y a cette perte des origines et cette envie de posséder, deux sentiments qui se mélangent dans le spectacle.


Quel point de vue avez-vous choisi? celui de l'enfant?
Tout  a changé en cours de route et maintenant tout est vu au travers de la soeur qui laisse un message à son frère pour lui dire de revenir dans l'affect et de rejoindre le groupe.

Comment naît le texte?
Il naît à partir de témoignages retranscrits: interviews, documentaires qui se trouvent retransposés sur le plateau. C'est une technique qui change régulièrement, parfois on fait de l'improvisation aussi.

Quel rôle donnez-vous à  la vidéo, au son et aux langages technologiques?
Elles sont des protagonistes à part entière dans le cas de l'enfant en vidéo; elles ont aussi une valeur narrative et les interventions de voix sont importantes dans la construction des personnages. Ces effets cherchent à  aller au delà de la simple description; ils décalent le propos vers un endroit qui est de l'ordre de l'étrange, du mystère, de l'indéfinissable.

Votre compagnie dit vouloir créer une cohérence entre la forme scénique et le sujet...
Oui, elle cherche une sorte d'équilibre entre les éléments de la dramaturgie que sont, pour moi, la musique, la vidéo, les lumières et l'espace. C'est un théâtre d'effets et d’un coup, il faut marcher sur le fil, il faut regarder cette pensée et tendre le fil…

Vos images sont imaginées pour être à la fois sensorielles et créatrices de distance...
L'objectif est que le spectacle se fasse davantage dans la tête du spectateur que sur le plateau. Les images que l'on crée ne sont jamais fermées, il faut les compléter avec son vécu.

Sur quels autres projets travaillez-vous en parallèle?
Je fais un spectacle pour enfants à côté de ça, je fais occasionnellement du cinéma aussi et je me dirige de plus en plus vers l'écriture…écriture de scénarios de films notamment.

Dates des représentations:

Les 16,17 et 18 juin 2012 au Printemps des Comédiens ( Montpellier-Domaine d’Ô)

Le 30 septembre 2012 à Limoges Les Francophonies en Limousin
 
Les 13 et 14 novembre 2012 à Tarbes-Pyrénées Le Parvis Scène Nationale


Le 16 novembre 2012  à Lillebonne Juliobonna / Festival Automne en Normandie


Du 20 novembre au 1er décembre 2012 à  Bruxelles au Théâtre National 


 Du 6 au 8 décembre 2012 à  Créteil Les Théâtrales Charles Dullin - Maison des Arts de Créteil

Le 18 janvier 2013 à  Istres - Le Théâtre de l’Olivier


Du 21 au 23 janvier 2013 à Montluçon - Le Festin - CDN
 
Le 26 janvier 2013 à Ste Maxime - Le Carré
 
Du 29 janvier au 2 février 2013 à Namur - Le Théâtre de Namur
 

Les 12 et 13 février 2013  à Neuilly-sur-Seine - Le Théâtre de Neuilly-sur-Seine
 
Du 19 au 21 février 2013 à Tournai - La Maison de la Culture de Tournai
 

Les 14 et 15 mars 2013 à Grasse - Le Théâtre de Grasse

A lire aussi:

Printemps des Comédiens : Richard aime Richard...Nous aussi!

Le bestiaire merveilleux de Raoul

La Cuisine Amoureuse de Jean Varela: à consommer sans modération!

{fcomment}

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Événement

Comedieudlivre bscnews

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Publication : mercredi 25 mai 2016 15:54

Par Nicolas Vidal - Lorsqu’on tire ses influences entre autres de Fiona Apple, on a finalement une prédisposition artistique qui flirte avec le bon goût. Athenais, jeune songwriter montpelliéraine, après avoir fait ses classes à Londres, s’est installée à Montpellier pour lancer ses projets. Voici déjà son second EP qui oscille entre folk et pop porté par une voix délicatement pâtinée qui donne envie d’en savoir plus. On attend maintenant impatiemment son premier album. Rafraîchissant !

Les Suds à Arles : le carrefour des cultures musicales
Les Suds à Arles : le carrefour des cultures musicales
Publication : mercredi 25 mai 2016 14:54

Par Jonathan Rodriguez - La 21e édition du Festival Les Suds à Arles se dévoile. Du 11 au 17 juillet 2016, cet évènement estival au coeur de la cité arlésienne accueillera plus de 60 000 festivaliers, 60 concerts et des rencontres musicales. Viendront s’ajouter une quarantaine de stages et master classes (chant, danse et musique). Chaque été pendant une semaine, jour et nuit, le festival met en avant une exigence artistique assumée doublée d’un esprit festif indispensable. Un mélange bienvenu entre les plus grandes voix et les sonorités du monde, des plus populaires aux plus intimistes alliant acoustiques, électriques ou électroniques.

Tribeqa : à la conjonction du jazz et du hip hop nantais
Tribeqa : à la conjonction du jazz et du hip hop nantais
Publication : mercredi 25 mai 2016 14:23

Par Nicolas Vidal - Tribeqa est un transfuge de la scène musicale nantaise et de son incroyable vitalité. L’idée musicale tourne autour d’une architecture Afro-Jazz-Hip Hop qui surprend et s’affirme au carrefour des influences. Ni trop Jazz, ni trop Hip-Hop, l’alchimie prend avec vigueur. On vous recommande la découverte de Tribeqa.

Florian Pellissier :  Cap vers le son Blue Note
Florian Pellissier : Cap vers le son Blue Note
Publication : mercredi 25 mai 2016 11:39

Par Nicolas Vidal - Le postulat est simple. Le Quintet de Florian Pellissier revendique à l’enregistrement un son des années 60 similaire à celui du Label Blue Note. Le pari est osé mais réussi avec son nouvel album «Cap de bonne espérance». On aime les ondulations et les saveurs mirobolantes de cet album dans lequel le Florian Pellissier Quintet excelle.

Niels Ackermann : Slavoutytch, clichés d’une jeunesse (radio)active
Niels Ackermann : Slavoutytch, clichés d’une jeunesse (radio)active
Publication : mercredi 25 mai 2016 11:04

Par Romain Rougé - Niels Ackerman a passé trois ans à Slavoutytch, en Ukraine. Le photojournaliste est parti à la rencontre des « enfants de Tchernobyl » qui habitent une ville sortie de terre après la catastrophe. Dans « L’Ange Blanc », l’ouvrage qui rend compte de son travail, il propose une autre vision de l’Ukraine et de Tchernobyl. Interview.

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.

La Toile