Par Marc Emile Baronheid - BSCNEWS.FR / Elisabeth Taylor et Richard Burton ont assuré en 1966, au cinéma, le succès mondialement durable d’une pièce écrite quelques années plus tôt par Thomas Albee. L’œuvre doit à ses qualités intrinsèques d’appartenir aux classiques du XXe siècle. Elle montre un couple usé par le mariage, une nuit d’ivresse, des apparences trompeuses, des mensonges polis. Et soudain, comme un coup de poing … Le texte de la présente édition a été revu par l’auteur, 43 ans après sa création, pour en aiguiser le mécanisme. Outre le réaménagement de la structure dramaturgique, les termes orduriers ou insultants ont été remis au goût du jour. La modernité est à ce prix. C’est en invoquant pareil motif stylistique que le jury du prix Pulitzer refuse de le décerner à Albée  en 1962. L’écrivain se vengera de maîtresse façon, en l’obtenant par la suite à trois reprises. Ceci est la première traduction de l’édition définitive. Remarquable, elle est l’œuvre de Daniel Loayza, par ailleurs auteur des notes et de la postface.
« Qui a peur de Virginia Woolf ? », Edward Albee, Actes Sud-Papiers, 20 euros

 

À lire aussi

Les pelles : comment elles peuvent vous sauver

Deux romans de femmes autour de l'aléa masculin

Guillotine Sèche : le récit extraordinaire de René Belbenoit

Qui a peur de lire Virginia Woolf ?

Angelo Rinaldi : Le coupeur de têtes de gondole

 

{fcomment}


AU THÉÂTRE

AnnonceBCSElyse300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Le Cid : une partition cornélienne toute en facéties
Publication : vendredi 12 février 2016 18:03

Par Florence Yérémian - Peut-on aimer l’assassin de son père? Telle est la question que pose le Cid en mettant en scène la passion de deux jeunes tourtereaux brisée par la querelle de leurs aïeux. Dans cette histoire d’amour et d’honneur, Chimène est éprise de Rodrigue mais elle doit réclamer la tête de son amant car il a tué son père…

Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Publication : jeudi 11 février 2016 08:46

Par Marc Emile Baronheid - Pendant les trois années, ou presque, qui s’écoulèrent entre la disparition d’Hemingway et  la première publication de Paris est une fête au printemps 1964, le manuscrit subit de fâcheux amendements de la part d’individus irrespectueux, se croyant investis d’une mission de redressement.

Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Publication : jeudi 11 février 2016 08:26

                                  Par Sophie Sendra - En ce début d’année les Editions du Caïman offrent à leurs lecteurs un florilège de nouveautés qui raviront les aficionados des Polars et des thrillers.

Colette : " Paris, je t'aime"
Colette : " Paris, je t'aime"
Publication : mercredi 10 février 2016 08:41

Par Marc Emile Baronheid - Colette a vingt ans lorsqu’elle découvre Paris. Elle l’aimera profondément. Ses premières adresses sont pour l’essentiel choisies par ses maris, ses amants, ses maîtresses.

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

CINEMA

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...