richardPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Crédit-photo: Marie Clauzade/  "J'ai bien l'intention de prouver que je suis un méchant et que je hais les plaisirs frivoles des jours actuels"(William Shakespeare), profère l'affreux cadet de la dynastie des Tudors, Richard, le duc d'York à la difformité révélatrice d'une âme noire . Assassiner son roi et frère Edouard puis le puîné Georges, duc de Clarence, Richard y songe à chaque heure et imagine une terrible machination pour parvenir à récupérer la couronne. Pour peu de temps d'ailleurs, rassurez-vous, car, à la bataille de Bosthworth, il est battu par le futur Henri VII d'Angleterre...

Qu'est-ce qui meut Richard sinon son égocentrisme et sa haine d'autrui? Pestiféré de la famille, sa rancune a grossi avec le nombre des années et il est à point, oui, pour un spectacle grand-guignolesque de réglement de comptes. Il était une fois les Trois Richard...Trois acteurs pour un rôle. Trois Richard pour un Richard III. Un théâtre drôlatique et décalé qui cependant n'oublie pas de laisser au Verbe et à l'intrigue le premier rôle. Un théâtre où le comique prend d'exquis airs effrayants et où les cauchemars se parent de couleurs attrayantes. Un théâtre, enfin, de bric et de broc ( on applaudira ici la scénographie imaginée par le décorateur Dick Bird) où le raté est un morceau de choix et où un accessoire justifie une nouvelle incarnation: ainsi une fraise et une couronne font de Valérie Crouzet une Reine accablée par la cruauté du destin ou encore une manche enrubannée suffit à donner à Marc Prin le faste du Duc de Clarence. Dan Jemmet  dans ses mises en scène, "force la confrontation entre quelque chose tiré de (sa) vie et le texte", un choix esthétique qui avait déjà fait naître, il y a deux ans, une Comédie des Erreurs à mourir de rire. S'inspirant du trio des frères Stooge, une troupe comique américaine des années 50, le metteur en scène britannique a choisi de donner à la dernière pièce de la première tétralogie de William Shakespeare une coloration potache hilarante. Et en effet, l'horrible Richard à la silhouette monstrueuse n'est -il pas bien plus un personnage de comédie? Sa violence démesurée  en fait un candidat idéal pour le ridicule. Giovanni Calo, Valérie Crouzet, Marc Prin , joyeux lurons complices des pires forfaits, campent donc trois Gargamels hilarants à la mine patibulaire. Une tasse de thé à la main, dès l'ouverture de la pièce, ils fomentent des stratagèmes dignes des pires racailles puis transforment plus tard les draps en linceuls, poignardent les êtres marionnettes et n'ont pas la hauteur nécessaire pour attraper tout seul la couronne...Dan Jemmett a truffé sa mise en scène de clins d'oeil réjouissants qui montrent le caractère ubuesque de ce prétendant à la couronne antipathique. L'humour, jouant souvent sur des scènes de violence physique exagérée, nommé slapstick par les anglais et dérivant de lavaleriecrouzet Commedia dell'arte, offre notamment une scène de jurons délectable et, quelques manigances plus loin, une correction en bonne et due forme contre ses soi-mêmes - même si Richard aime Richard - terriblement cocasse. Dans ces Trois Richard, l'anachronisme s'en donne à coeur joie : la partition musicale qui accompagne cette farce est aussi décalée que pertinente ( Il n'y a que le génie anglais, assurément, pour réussir à mêler ACDC à un empoisonnement shakespearien!) et le linge sale se lave grâce à un programme performant.  Richard III est triplement bossu, fielleux, répugnant et tyrannique dans la mise en scène délicieusement culottée de Dan Jemmett. Triplement drôle aussi. On accorde donc à toute la troupe un triple bravo!

Titre: Les trois Richard

Adaptation: Dan Jemmett et Mériam Korichi

Traduction: Mériam Korichi

Mise en scène: Dan Jemmett

Décor: Dick Bird

Lumière: Arnaud Jung

Costumes: Sylvie Martin-Hyszka

Avec Giovanni Calo, Valérie Crouzet, Marc Prin.

Production: Compagnie des Petites Heures Le Comité des Fêtes

Dates des représentations:

Les 7,8 et 9 juin 2012 au Printemps des Comédiens ( Montpellier)


•    Shakespeare Festival im Globe – Neuss : 1 rep. le 14 juin 2012
•    Théâtre – Béziers : 2 rep. du 11 au 12 octobre 2012
•    Théâtre – Caen : 2 rep. du 16 au 17 octobre 2012
•    Maison des Arts – Thonon-les-Bains : 3 rep. du 23 au 25 octobre 2012
•    Théâtre de Cornouaille – Quimper : 2 rep. du 13 au 14 novembre 2012
•    Spectacles Français – Bienne : 1 rep. le 27 novembre 2012
•    Théâtre Les Sablons – Neuilly : 3 rep. du 11 au 13 décembre 2012
•    Le Toboggan – Décines : 2 rep. du 19 au 20 décembre 2012
•    Théâtre – Grasse : 2 rep. du 11 au 12 janvier 2013
•    Centre dramatique régional – Tours : 5 rep. du 15 au 19 janvier 2013
•    Le Rive Gauche – St-Etienne-du-Rouvray : 1 rep. le 22 janvier 2013
•    Le Forum – Blanc-Mesnil : 1 rep. le 12 février 2013
•    Centre d’Art et de Culture – Meudon : 1 rep. le 15 février 2013
•    Le Radiant – Caluire-et-Cuire : 2 rep. du 19 au 20 février 2013
•    Espaces Pluriels – Pau : 1 rep. le 26 février 2013

A lire aussi:

Le bestiaire merveilleux de Raoul

La Cuisine Amoureuse de Jean Varela: à consommer sans modération!

Hanokh Levin : Les Numéros Cabaret imaginés par Richard Mitou

La vie de Galilée par la compagnie Primesautier Théâtre

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

J'aime l'Info du BSC NEWS

 NICE JAZZ FESTIVAL 2016J'aime l'info - BSC NEWS

Enregistrer

Enregistrer

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Journal d’une bipolaire : mettre des mots sur les troubles de l’humeur

Journal d’une bipolaire : mettre des mots sur les troubles de l’humeur

Publication : mercredi 24 août 2016 10:41

Par Romain Rougé - Journal d’une bipolaire est l’histoire vraie d’Emilie Guillon, atteinte de maniaco-dépression, maladie aujourd’hui connue sous le nom de bipolarité. A la fois touchant et informatif, ce récit autobiographique dessine les espoirs et les doutes du malade ainsi que les conséquences sur son quotidien et ses proches.

Gstaad Menuhin Festival & Academy : quand le classique se met au vert

Gstaad Menuhin Festival & Academy : quand le classique se met au vert

Publication : mercredi 24 août 2016 10:30

Par Ludivine Augé - 2016 est une année forte pour les Alpes Suisses qui fêtent la 60ème édition de son festival dédié à la musique classique, Gstaad Menuhin Festival & Academy, et le centenaire de son fondateur, le célèbre violoniste Yehudi Menuhin.

Le Livre sur la Place : Nancy fait sa rentrée littéraire

Le Livre sur la Place : Nancy fait sa rentrée littéraire

Publication : mercredi 24 août 2016 09:58

Par Romain Rougé - La 38ème édition du premier salon national de la rentrée littéraire aura lieu du 9 au 11 septembre 2016 à Nancy, en présence des académiciens Goncourt. Le Livre sur la Place réunira près de 550 auteurs avec un programme oscillant entre rencontres et partages autour du livre.

Le Teckel : Une satire sociale qui donne la nausée

Le Teckel : Une satire sociale qui donne la nausée

Publication : mercredi 24 août 2016 09:21

Par Florence Yérémian - Le cinéma de Todd Solondz est particulier : à-mi chemin entre la comédie provocatrice et le film social, il présente un goût récurant pour le cynisme et l'humour noir. Avec sa dernière création, ce réalisateur indépendant nous plonge de nouveau dans l’étrangeté malsaine de son univers en lui conférant encore plus d'âpreté.

Arnaud Genon : Tu vivras toujours, son émouvant premier roman

Arnaud Genon : Tu vivras toujours, son émouvant premier roman

Publication : mardi 23 août 2016 15:19

Par Laurence Biava - Arnaud Genon vit et enseigne en Allemagne. Il a publié de nombreux articles et plusieurs essais consacrés à la littérature autobiographique et autofictionnelle. Tu vivras toujours est son premier roman.

Syma Mobile

SYMA JUIN2016

Enregistrer

Enregistrer