Daniel MerriamInterview de Daniel Merriam/Photos DR/ Propos recueillis et traduits par Julie Cadilhac - Bscnews.fr / Daniel Merriam vit en Californie tout près de San Francisco. Imprégné d'une enfance bucolique dans le Maine, au Nord-Est des Etats-Unis, ses tableaux surréalistes puisent leur force et leur émotion dans l'observation singulière que l'artiste fait de ce qui l'entoure. Autodidacte, il peint dès son plus jeune âge, devient illustrateur commercial pour des multinationales puis ,dès l'âge de 25 ans,  se consacre exclusivement à la peinture. Exposé dans de nombreuses galeries américaines - et en compagnie, parfois, de grands noms du troisième art -, ses toiles sont exposées en Europe également  depuis quelques années dans divers musées à l'occasion d'expositions de groupe. En novembre 2012,  on pourra  notamment découvrir deux de ses toiles au Grand Palais parisien lors d'une exposition organisée par le Salon Comparaisons. Inspirées par l'architecture victorienne américaine, ses oeuvres offrent au regard  des mondes merveilleux et délicieusement colorés où respirent d'étonnants personnages, souvent hybrides. Machineries flottantes,  bâtiments excentriques et parfois même personnifiés, costumes d'époque haute couture, le fantasque flirte avec le beau dans l'univers féérique de Daniel Merriam et chaque toile est prétexte à faire décoller l'imagination! En compagnie de singes en livrée, d'une fanfare rocambolesque ou d'une princesse mystérieuse, l'artiste  nous invite à un voyage où "la réalité est prise par surprise" et dans lequel l'imaginaire devient maître du jeu. Bienvenu(s) dans l'univers de Daniel Merriam où le monde devient un théâtre….Entrez!


Où avez-vous grandi? Votre enfance a-t-elle été déterminante selon vous dans la maturation de votre art? Quelle période de votre vie a  influencé le plus votre pinceau?
J'ai grandi dans le Maine. Je suis né à York Harbor, un petit village de pêcheurs qui était un lieu très touristique l'été. L'endroit attirait pour ses aspects rustiques et son charme suranné. Il y avait de nombreuses expositions d'art dans la région. En fait, la qualité des travaux exposés augmentait grâce aux arts locaux qui prospéraient mais aussi à l'environnement universitaire. Quand j'étais petit, j'ai vu quelques excellentes expositions d'art moderne. Elles m'ont tellement marqué que ça m’a donné envie de maîtriser des compétences artistiques alors même que j'étais un jeune garçon.
Le Maine est assez rural donc naviguer au milieu des bois m'était une activité naturelle. Je me promenais pendant des miles tout seul sans une boussole ou une route à suivre. Si je connaissais la terre, j'étais aussi le maître des eaux. Entre la navigation à voiles, la pêche et la plongée, j'ai dépensé autant de temps dans l'eau qu'à l'extérieur. Mon monde a été modelé par la réalité brute de la nature et les traitements imaginaires de ma perception. Mon rapport à la nature est sans aucun doute enraciné dans les formes et les modèles que l'on trouve à l'intérieur de mon art. Tant ma famille que notre communauté possèdent une qualité fantasque qui demeure dans mon art. Je devrais donc dire, je crois, que mon enfance est ce qui a inspiré le plus mon art.



Où habitez- vous aujourd'hui? êtes-vous plutôt citadin ou bucolique?
Je vis sur la baie de San Francisco dans la petite ville de Sausalito. Je peux voir la ville depuis mon appartement mais je dois traverser le Pont du Golden Gate pour l'atteindre. J'ai vécu dans de nombreux endroits aux Etats-Unis et j'ai finalement  trouvé l'équilibre parfait entre la grande ville et la campagne. Sausalito me permet d'avoir accès aux deux.



Quels enseignements avez-vous suivi? Qu'avez-vous appris d'indispensable à l'école? et de quoi vous seriez-vous dispensé?OndineEn 1980, quand je me présentais pour entrer dans des écoles d'art, on n'encourageait pas le travail figuratif. On me disait que mes capacités ne seraient pas appréciées à leur juste valeur. J'ai alors choisi de travailler en tant qu'illustrateur commercial plutôt que de devenir un peintre "abstrait". Les modes dans l'art ont changé plusieurs fois depuis lors et heureusement la peinture figurative a gagné aujourd'hui un vif intérêt auprès des collectionneurs d'art. En ce qui concerne mon enseignement artistique, je n'ai presque rien à citer. Nous avions le cours d'art à l'école primaire mais c'était assez basique. J'ai appris les techniques par l'observation, l'essai et l'erreur. J'ai du persévérer seul comme je l'avais été dans les bois. La leçon la plus intéressante que j'ai reçue fut le jour où mon professeur d'anglais du 10ème grade a proposé une série de mes dessins humoristiques politiques lors d'un concours de journalisme et que j'ai gagné le premier prix! Ah! le pouvoir du stylo ne s'applique pas seulement à l'écriture!  Autre chose qui est restée ancrée dans ma mémoire? lorsque mon professeur d'art au lycée ( une femme taiseuse) m'a dit: " Vous savez, ce serait une catastrophe si vous finissiez à  conduire un camion."


Avec quels outils et quelles matières travaillez-vous?
Au début de ma carrière, j'étais connu pour mon travail à l'aquarelle. J'ai renoncé à l'aquarelle pour la plupart de mes travaux maintenant et je travaille essentiellement avec de la peinture acrylique sur panneau ou sur toile. J'ai toujours adoré également les dessins au crayon et je les considère comme un essentiel dans mon travail.



Avez-vous des mentors question peinture?
C'est difficile pour moi de trouver un mentor mais je n'oublierai jamais la générosité d'Alan Magee lorsqu’il  partageait ses sagesses avec moi.

D'autres domaines ( littéraires etc…) influencent-ils votre travail? Lesquels en particulier?
La nature est ma plus grande source d'inspiration. Quand vous mentionnez la littérature, je ne peux pas m'empêcher de faire le rapport entre les oeuvres d'Ernest Hemmingway et mon enfance. Ensuite? je me souviens de m’être  moins plongé dans la mythologie que dans Jules Verne. Je suis également passionné par la science et l'histoire, et avec les corrélations qu’il y a entre l'art et la religion. La musique a toujours été l'autre moitié de mes inclinations artistiques et elle reste pour moi une part importante de mon tissu émotionnel.



Vous souvenez-vous d'une rencontre qui aurait nourri votre art?
A chaque fois que je suis confronté à du travail artistique de qualité, j'ai envie de rentrer au studio et de créer. Comme si l'artiste me montrait des possibilités. Les artistes me présentent à une émotion, un sentiment et j'ai envie d'en voir davantage. Leur âme est affichée dans leur travail.



Avec quel(s)adjectif(s) qualifieriez-vous votre peinture? excentrique? baroque? surréaliste?
Tout ceci et plus encore. " Fantastique" aurait été le terme académique à utiliser jusqu'à il y a six ans de cela. De nouveaux mouvements artistiques ont été reconnus et nommés depuis comme le Steam punk, le Neo-Victorian, le lowbrow et le pop-surréalisme. L'Imaginary Realism et le Magical Realism sont deux nouveaux courants qui se battent pour avoir un statut reconnu. Mon art pourrait être classé dans une de ces catégories. Je me considère comme un surréaliste romantique. Je suis influencé par l'Art nouveau et la Belle Epoque, le Gothique, la Renaissance, le Victorien, le «vaudeville»…

StageVous semblez priser les architectures complexes…trouvez-vous nos maisons et immeubles trop classiques, trop fades, sans fantaisie? Quel courant architectural vous séduit particulièrement?
Je vois l'architecture comme un reflet du propriétaire ou, ce qui est plus important, de celui qui y habite. Nous sommes -en tant qu'êtres humains- pré-programmés pour exprimer avec des ornements et des symboles ce qui parle de nos idéaux. J'ai grandi dans la Nouvelle Angleterre, au milieu de maisons de bois qui avaient été construites entre 1650 et 1890; beaucoup d'entre elles avaient été construites par leurs habitants. Ils construisaient et embellissaient d'après leurs goûts et en fonction des matériaux qu'ils avaient à disposition. C'est le genre de liberté que le "Nouveau Monde" permettait. Je trouve dans l'Art nouveau de Barcelone un autre exemple de l'expression architecturale qui n'est pas entièrement différente de la Victorienne. Je suis également impressionné par les châteaux que l'on trouve partout en Europe. C’est comme quelque chose qui est inspiré par un rêve. C'est la volonté industrielle ou gouvernementale qui ne répond pas la plupart du temps à l'intimité. De toutes les déceptions que l'on pourrait avoir dans l'architecture, la plus grande est celle de la simplification de l'architecture  pour des questions d'économie. Aussi juste que cela puisse être, je préfère juste voir dans l’architecture la preuve de l'expression humaine et de l'esprit qui suinte aux encoignures.

Dans vos toiles, vous montrez le monde tel que vous aimeriez qu'il soit?
J'ai juste le temps de montrer une petite tranche de ce que j'aimerais qu'il soit. Mes peintures sont composées de mes idéaux et filtrées de nombreuses manières différentes. Nous sommes tous embarrassés par nos propres limitations et souvent, quand je peins, je teste mes limites.


 
Il perce comme une nostalgie pour une époque où les costumes étaient cousus de fil d'or et les cheveux coiffés savamment, je me trompe?
On a perdu beaucoup lors des héritages de nos cultures et chaque génération tente d’en reconstituer une partie. Peut-être que nos descendants regarderont en arrière nos modes et en verrons un idéal. Qui n'aime pas porter une bonne perruque de temps en temps? J'aime m'habiller en costume et aller à un bal. Je voyage dans le temps avec le coeur.



Participer à des bals costumés au carnaval de Venise ou à des bals de fin d'année dans les palais russes, c’est  votre rêve d'artiste?
Cela ne fait pas seulement rêver les artistes mais aussi les gens de toutes conditions sociales qui aimeraient se livrer à ces frivolités.

Vous utilisez une palette extrêmement grande, semblez toutefois apprécier les couleurs vives et chaleureuses….le choix de la couleur est-il un moment crucial dans le dessin?
Il est en général nécessaire de planifier l'histoire de la couleur puisque les premiers coups de pinceau transparaîtront jusqu'à la fin.


Quelle couleur vous représente le mieux et pourquoi?
Le vert ou peut-être le rouge. Le bleu est assez sympathique. Je  ne peux qu’être momentanément partiel vis à vis des couleurs car sinon je ne serai pas capable d'utiliser toute la palette des couleurs...

Dans les thèmes récurrents de vos tableaux, on trouve le cirque et le théâtre….pourquoi?magCe sont les arènes dans lesquelles mon imagination se complaît et abonde. J'ai une affinité avec le "performer", je suppose que c'est parce que je me produis moi-même avec mon art. Mon chevalet est ma scène.



Vos toiles sont peuplées aussi de créatures mythologiques…parce que vous êtes plus attiré par les êtres imaginaires que les visages réalistes?
Il y a une autre dimension dans laquelle je peux entrer quand j'emploie l'imagination et la création semble m'appartenir davantage quand je dessine des êtres imaginaires.

Peignez-vous parfois des portraits de personnes réelles? pour des commandes par exemple?
On ne voudrait probablement pas commander à un peintre surréaliste de peindre un portrait à moins de vouloir une queue ou trois oreilles. Quand je débutais, j'ai fait pas mal de réalisme et j'ai été commissionné pour un certain nombre de portraits ( en  excluant l’ajout d’une queue bien sûr…)

Nous avons choisi Center Stage pour notre couverture de mai..pourriez-nous nous expliquer l'histoire de cette toile?
 J'avais développé son personnage sous une forme plus petite dans d'autres peintures. C’est une jeune femme qui ose et j'ai du commencer à oser comme elle pour la sortir de moi.

Vous avez publié trois artwork, n'est-ce pas? Savez-vous s'ils sont disponibles en France en librairie? Où peut-on se les procurer?
En France, vous pouvez trouver mon Artbook au Château de Belcastel si vous avez l'occasion de visiter ce beau château d'Aveyron dont le site est : http: // chateaudebelcastel.com

Votre dernier artwork se nomme "prendre la réalité par surprise"…est-ce votre credo pictural?
Dans mon processus de création et dans ma vie de tous les jours, je regarde toujours les choses depuis une perspective surréaliste ou magique. Ceci rend l'objet que je regarde plus dynamique et surprenant... parce que vous ne savez jamais ce qu'un sujet peut provoquer.


Quoi de prévu pour cette année 2012? des expositions? de nouvelles toiles?
Ma nouvelle exposition a commencé le 26 mai à l'AFA Galery à New-York, intitulée " Greatest Show on Earth". C'est un ensemble de travaux dédiés au cirque . Cette année, j'ai exposé à Las Vegas au Caesars Palace. Je suis très enthousiaste d'être en train de finir la construction de mon propre concept de galerie à Sausalito, qui est censé ouvrir début juillet. Ma conception architecturale a été le sujet de débats passionnés auprès de l'administration locale et le bâtiment promet d'être un de mes  travaux les plus conséquents. A la fin du mois de novembre, deux de mes toiles seront exposées au Grand Palais à Paris dans le cadre d'une exposition de groupe organisée par le salon de l'art actuel Comparaisons. Pour toutes mes actualités, vous pouvez visiter mon site web: http://www.danielmerriam.com
 
Le site de Daniel Merriam:
http://www.danielmerriam.com

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Des places à gagner

robinmckelle

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Événement

Comedieudlivre bscnews

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Bill Frisell : une belle symbiose entre musique et image
Bill Frisell : une belle symbiose entre musique et image
Publication : vendredi 27 mai 2016 10:07

Par Nicolas Vidal - Bill Frisell joue sur cette belle symbiose entre musique et image. De toute son aura qu’il dégage en tant que grand guitariste de jazz depuis près de 30 ans, il rend hommage ( une fois de plus ) dans ce nouvel album à la musique populaire « When You wish upon a star ». Il affirme encore et encore son indéboulonnable statut de défricheur avec cet énième album.

Julien Fortier : l’élégante cavale
Julien Fortier : l’élégante cavale
Publication : vendredi 27 mai 2016 09:55

Julien Fortier, c’est avant tout une empreinte vocale, grave, qui happe, et qui semble venir d’un autre temps. Dans ce nouvel EP,  « CAVALES I  », il déploie un univers « clair-obscur » stylisé, qui lui colle aux pores. Ce jeune trentenaire, auteur, compositeur, interprète Montpelliérain, à la verve poétique et séductrice,  déroule brillamment, un certain côté théâtral à la mélancolie assumée.

Saint-Maur en Poche : une 8e édition so british !
Saint-Maur en Poche : une 8e édition so british !
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:48

Par Jonathan Rodriguez - God save the Queen ! Pour sa huitième édition, Saint Maur en Poche propose de partir à la découverte des auteurs de la langue anglaise. Une belle occasion d’écumer les genres les plus prolifiques de la littérature british. Ce salon international du livre au format de poche se déroulera les 18 et 19 juin, place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés. Il est une nouvelle fois organisé par la librairie La Griffe Noire du célèbre Gérard Collard et de Jean Casel et proposera deux espaces de rencontres – le Café de la Griffe noire et le Café des Déblogueurs – dans lesquels les auteurs présenteront leurs ouvrages au cours d’interviews menées par les libraires, des blogueurs ou des journalistes. Au final ce sont plus de 180 auteurs qui viendront à la rencontre des lecteurs.

Stavanger:  un huis-clos aux relents de repentance
Stavanger: un huis-clos aux relents de repentance
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:14

De Florence Yérémian - Florence a sauvé Simon du suicide. En longeant le quai, elle a vu ce jeune homme étendu sur les rails avec sa coupe de champagne. L’esprit grisé par les bulles, il attendait la mort à défaut d’autre chose… Intriguée par ce pauvre ère semblable à un enfant perdu, elle a décidé de le ramener chez elle pour qu’ils puissent finir la nuit ensemble.Malgré la peur et la fatigue, ces deux inconnus ne parviennent pas à s’endormir. Solitaires et amers, ils se font face, se confrontent, et vont, l’espace d’un soir, s'ouvrir l’un à l’autre afin de comprendre enfin ce qui les ronge depuis toujours...  

Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Publication : mercredi 25 mai 2016 15:54

Par Nicolas Vidal - Lorsqu’on tire ses influences entre autres de Fiona Apple, on a finalement une prédisposition artistique qui flirte avec le bon goût. Athenais, jeune songwriter montpelliéraine, après avoir fait ses classes à Londres, s’est installée à Montpellier pour lancer ses projets. Voici déjà son second EP qui oscille entre folk et pop porté par une voix délicatement pâtinée qui donne envie d’en savoir plus. On attend maintenant impatiemment son premier album. Rafraîchissant !

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.