Thomas Barrandon Escape From EarthPar Eddie Williamson - BSCNEWS.FR / Les productions électro-pop années 80 du collectif Valerie continuent de faire des émules. C’est d’ailleurs à l’occasion d’une playlist qu’il a réalisé pour la bande à David Grellier que j’ai découvert Thomas Barrandon. Le label Sauroid est italien, mais Thomas Barrandon, lui, est bien français. Son premier album est une sorte de cocktail électro-geek qui évoque tour à tour le 8-bits, les bandes originales de Carpenter, les mauvais effets spéciaux dans l’espace et la pizza froide.

Dans la veine ultra nostalgique, Sauroid pousse le bouchon un peu plus loin que Valerie. Un coup d’œil à leur catalogue donne une bonne idée de leur référence clé : la sous-culture bis de l’époque de la science fiction cheap, les comics sur du mauvais papiers… les années 80, mais pas seulement ; une sorte d’enfance geek passée à croire aux OVNI, à vénérer Albator, bref, vous me suivez. On est tout près de Valerie/FVTVR mais avec la tonalité arcade en plus.

C’est séduisant, mais malheureusement je dois dire que leurs titres sont souvent prostrés dans une électro trop pittoresque qui a tendance à me lasser : d’abord parce que les sons sont toujours un peu les mêmes, mais surtout parce que je trouve que c’est typiquement de la musique « cul entre deux chaises » où charme vintage et modernité font mauvais ménage. Par exemple, j’aime très moyennement les productions 8-bits qui essayent quand même de se la jouer incrustable sur une playlist de boite. En fait, le seul musicien 8-bits que j’écoute régulièrement, c’est Divag, pour la bonne et simple raison qu’il joue à fond la carte « bande originale de jeu vidéo » et que je revis les caves labyrinthiques de Pokémon avec lui. Je parle de Divag et du 8-bits parce que je dois avouer que j’y pense sur une bonne partie d’Escape From Earth.

Dans cette catégorie, le morceau que je retiens dans cet album, c’est « Chase ». Pour le retenir, c’est sûr, c’est pas compliqué : le thème reste obstinément en tête même après que tout l’album soit passé (ou presque). « Chase », c’est pratiquement un seul thème, mais c’est surtout 4 minutes à le bourriner de toutes les façons possible. Dans la même veine, il y a aussi « The Last Race Between You And Me ». L’ingrédient bonus de l’album, c’est aussi et surtout ses échappées mélancoliques sur « Contrivance », « Watch The World Burn » ou « The Quiet Earth », des morceaux en forme de ballade électro assez lancinante, avec des tonalités beaucoup plus riches que ce qu’on a l’habitude d’entendre dans ce type de sons. C’est à la fois simple et élaboré, c’est doux, assez hypnotique.  Mention spéciale à la fin de « Contrivance », savoureusement inquiétante, parfaite pour rôder dans la nuit avec un sabre laser.

Les plus malins auront remarqué que je ne parle pratiquement que de la première moitié de l’album, et bien oui, parce qu’aussi inventif et talentueux qu’il puisse être, Thomas Barrandon travaille dans une électro où le risque de se répéter plane toujours, et malheureusement, même Escape From Earth s’y brûle un peu les ailes… Comme si on finissait par avoir les oreilles un peu désinhibées. Ou comme ces odeurs qu’on ne sent plus après y avoir été exposé trop longtemps. Il faut dire que l’album est long (56 minutes). Il pourrait se passer du troisième tiers, à l’exception de « Sense Of Wonder », qui m’embarque dans une foule de sensations à la limite de l’épilepsie avec ses superpositions de nappes phasées, son fond sonore aux airs de signal radio extraterrestre et son rythme lent et pesant.

Sorti le 14 septembre 2011 (Sauroid)
En écoute sur Soundcloud : http://soundcloud.com/thomasbarrandon/sets/escape-from-earth-the-album


À lire aussi

The Experimental Tropic Blues : le trio belge de référence

Un candidat musical pour 2012

Frankie Rose, l’une des filles les plus cools du monde

A Place to Bury Strangers : excellents dès leur premier album

 

{fcomment}

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

BackStage

Ndobo-Emma : une artiste singulière de Montpellier
Ndobo-Emma : une artiste singulière de Montpellier
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:59
Christian Olivier : ON/OFF, son premier album solo
Christian Olivier : ON/OFF, son premier album solo
Publication : lundi 18 avril 2016 11:56
Snarky Puppy : Une expérience unique à chaque concert
Snarky Puppy : Une expérience unique à chaque concert
Publication : mercredi 30 novembre -0001 00:09
Catfish : Un appel au crowdfunding pour leur album Dohyo
Catfish : Un appel au crowdfunding pour leur album Dohyo
Publication : mardi 29 mars 2016 11:49
Ethioda : ADN musical multi-ethnique
Ethioda : ADN musical multi-ethnique
Publication : mercredi 23 mars 2016 09:27

LE CHOIX

Fragments : l'EP classieux et poétique de iAROSS
Fragments : l'EP classieux et poétique de iAROSS
Publication : vendredi 6 mai 2016 11:15

Par Audrey Prieur - Le groupe de rock lyrique, Montpelliérain, vient de sortir « Fragments », un Ep live de cinq titres issus de leur deuxième album, « renverser »,  cinq fragments musicaux, enregistrés  lors d’une tournée en  Suisse et à la réunion. Le groupe formé autour de Nicolas Iarossi, (Chant et violoncelle), Colin Vincent (guitare), Germain Lebot (Batterie), déroule un style toujours aussi classieux, porté par des textes à la poésie engagée, un style dans lequel, les sonorités sombres portées par un violoncelle omniprésent, et les pensées éruptives se côtoient, toute en résonance. En prime, une reprise, très épurée, du « Spleen », de Charles Baudelaire. Le trio, planche actuellement, sur leur troisième album, dont la sortie est prévue pour la fin de l’année. 

A LA UNE

La Veuve Choufleuri : Une opérette comico-lyrique
La Veuve Choufleuri : Une opérette comico-lyrique
Publication : vendredi 6 mai 2016 14:38

De Florence Yérémian - Une soirée musicale se prépare chez La Choufleuri. Afin d’y attirer le gratin du tout-Paris, elle y a censément convié La Callas, Bartholdi et Laurent Pagny. Seulement voilà, toutes ces célébrités se décommandent à la dernière minute et certaines ont même déjà passé l’arme à gauche… Entourée de son valet, de sa fille Ernestine et de ses bouteilles de champagne, la veuve Choufleuri désespère… Intervient alors Babylas, compositeur sans-le-sou et auteur d’un soi-disant opéra:  amoureux fou de Mademoiselle Ernestine, ce malicieux cantador va profiter de la situation pour faire « chanter » la veuve et gagner la main dotée de sa dulcinée...

Fragments : l'EP classieux et poétique de iAROSS
Fragments : l'EP classieux et poétique de iAROSS
Publication : vendredi 6 mai 2016 11:15

Par Audrey Prieur - Le groupe de rock lyrique, Montpelliérain, vient de sortir « Fragments », un Ep live de cinq titres issus de leur deuxième album, « renverser »,  cinq fragments musicaux, enregistrés  lors d’une tournée en  Suisse et à la réunion. Le groupe formé autour de Nicolas Iarossi, (Chant et violoncelle), Colin Vincent (guitare), Germain Lebot (Batterie), déroule un style toujours aussi classieux, porté par des textes à la poésie engagée, un style dans lequel, les sonorités sombres portées par un violoncelle omniprésent, et les pensées éruptives se côtoient, toute en résonance. En prime, une reprise, très épurée, du « Spleen », de Charles Baudelaire. Le trio, planche actuellement, sur leur troisième album, dont la sortie est prévue pour la fin de l’année. 

Phèdre(s) : Isabelle Huppert au centre d'une profanation scabreuse
Phèdre(s) : Isabelle Huppert au centre d'une profanation scabreuse
Publication : vendredi 6 mai 2016 09:57

De Florence Yérémian - La provocation est-elle devenue une nécessité absolue au théâtre? L’on peut légitimement se poser cette question face à la nouvelle réalisation de Warlikovski. En guise d’entrée en scène de Phèdre(s), il nous offre une danseuse en string gesticulant lascivement sur des chants arabes… Etrange prologue non, pour nous présenter l’illustre « fille de Minos et de Pasiphaé »? Mais ne soyons pas conservateurs et tentons de comprendre la démarche de ce créateur subversif.

Mare Nostrum II : un album délicat et mélancolique
Mare Nostrum II : un album délicat et mélancolique
Publication : mercredi 4 mai 2016 16:58

Par Nicolas Vidal - Un album résultant de l’émulation musicale de musiciens de premier plan que sont le trompettiste sarde Paolo Fresu, l’accordéoniste Richard Galliano et le pianiste Jan Lundgren. Mare Nostrum II, qui paraît chez l’incontournable label Act Music est le prolongement de rencontres musicales qui datent de dix ans en arrière. Ce deuxième volume de Mare Nostrum ne cesse de confondre les instruments et les styles tout en délicatesse, mélancolie et plaisir ! Mare Nostrum IIPaolo Fresu, Richard Galliano, Jan Lundgren

Comédie du livre de Montpellier : les actions LR Livre et Lecture
Comédie du livre de Montpellier : les actions LR Livre et Lecture
Publication : jeudi 5 mai 2016 09:21

Par Romain Rougé - La Comédie du livre se tiendra les 27, 28 et 29 mai 2016 à Montpellier. A cette occasion et en partenariat avec le Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées, l’association Languedoc-Roussillon Livre et Lecture s’installera sur la célèbre place pour proposer des événements en lien avec l’actualité littéraire locale.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile