Thomas Barrandon Escape From EarthPar Eddie Williamson - BSCNEWS.FR / Les productions électro-pop années 80 du collectif Valerie continuent de faire des émules. C’est d’ailleurs à l’occasion d’une playlist qu’il a réalisé pour la bande à David Grellier que j’ai découvert Thomas Barrandon. Le label Sauroid est italien, mais Thomas Barrandon, lui, est bien français. Son premier album est une sorte de cocktail électro-geek qui évoque tour à tour le 8-bits, les bandes originales de Carpenter, les mauvais effets spéciaux dans l’espace et la pizza froide.

Dans la veine ultra nostalgique, Sauroid pousse le bouchon un peu plus loin que Valerie. Un coup d’œil à leur catalogue donne une bonne idée de leur référence clé : la sous-culture bis de l’époque de la science fiction cheap, les comics sur du mauvais papiers… les années 80, mais pas seulement ; une sorte d’enfance geek passée à croire aux OVNI, à vénérer Albator, bref, vous me suivez. On est tout près de Valerie/FVTVR mais avec la tonalité arcade en plus.

C’est séduisant, mais malheureusement je dois dire que leurs titres sont souvent prostrés dans une électro trop pittoresque qui a tendance à me lasser : d’abord parce que les sons sont toujours un peu les mêmes, mais surtout parce que je trouve que c’est typiquement de la musique « cul entre deux chaises » où charme vintage et modernité font mauvais ménage. Par exemple, j’aime très moyennement les productions 8-bits qui essayent quand même de se la jouer incrustable sur une playlist de boite. En fait, le seul musicien 8-bits que j’écoute régulièrement, c’est Divag, pour la bonne et simple raison qu’il joue à fond la carte « bande originale de jeu vidéo » et que je revis les caves labyrinthiques de Pokémon avec lui. Je parle de Divag et du 8-bits parce que je dois avouer que j’y pense sur une bonne partie d’Escape From Earth.

Dans cette catégorie, le morceau que je retiens dans cet album, c’est « Chase ». Pour le retenir, c’est sûr, c’est pas compliqué : le thème reste obstinément en tête même après que tout l’album soit passé (ou presque). « Chase », c’est pratiquement un seul thème, mais c’est surtout 4 minutes à le bourriner de toutes les façons possible. Dans la même veine, il y a aussi « The Last Race Between You And Me ». L’ingrédient bonus de l’album, c’est aussi et surtout ses échappées mélancoliques sur « Contrivance », « Watch The World Burn » ou « The Quiet Earth », des morceaux en forme de ballade électro assez lancinante, avec des tonalités beaucoup plus riches que ce qu’on a l’habitude d’entendre dans ce type de sons. C’est à la fois simple et élaboré, c’est doux, assez hypnotique.  Mention spéciale à la fin de « Contrivance », savoureusement inquiétante, parfaite pour rôder dans la nuit avec un sabre laser.

Les plus malins auront remarqué que je ne parle pratiquement que de la première moitié de l’album, et bien oui, parce qu’aussi inventif et talentueux qu’il puisse être, Thomas Barrandon travaille dans une électro où le risque de se répéter plane toujours, et malheureusement, même Escape From Earth s’y brûle un peu les ailes… Comme si on finissait par avoir les oreilles un peu désinhibées. Ou comme ces odeurs qu’on ne sent plus après y avoir été exposé trop longtemps. Il faut dire que l’album est long (56 minutes). Il pourrait se passer du troisième tiers, à l’exception de « Sense Of Wonder », qui m’embarque dans une foule de sensations à la limite de l’épilepsie avec ses superpositions de nappes phasées, son fond sonore aux airs de signal radio extraterrestre et son rythme lent et pesant.

Sorti le 14 septembre 2011 (Sauroid)
En écoute sur Soundcloud : http://soundcloud.com/thomasbarrandon/sets/escape-from-earth-the-album


À lire aussi

The Experimental Tropic Blues : le trio belge de référence

Un candidat musical pour 2012

Frankie Rose, l’une des filles les plus cools du monde

A Place to Bury Strangers : excellents dès leur premier album

 

{fcomment}

Événement

Comedieudlivre bscnews

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

BackStage

Ndobo-Emma : une artiste singulière de Montpellier
Ndobo-Emma : une artiste singulière de Montpellier
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:59
Christian Olivier : ON/OFF, son premier album solo
Christian Olivier : ON/OFF, son premier album solo
Publication : lundi 18 avril 2016 11:56
Snarky Puppy : Une expérience unique à chaque concert
Snarky Puppy : Une expérience unique à chaque concert
Publication : mercredi 30 novembre -0001 00:09
Catfish : Un appel au crowdfunding pour leur album Dohyo
Catfish : Un appel au crowdfunding pour leur album Dohyo
Publication : mardi 29 mars 2016 11:49
Ethioda : ADN musical multi-ethnique
Ethioda : ADN musical multi-ethnique
Publication : mercredi 23 mars 2016 09:27

LE CHOIX

Airelle Besson : toujours plus haut avec Radio One
Airelle Besson : toujours plus haut avec Radio One
Publication : lundi 23 mai 2016 10:47

Par Nicolas Vidal - Le nouvel album d’Airelle Besson sonne comme une belle promesse.

A LA UNE

Festival des jeux du théâtre de Sarlat : Une 65ème édition éclectique
Festival des jeux du théâtre de Sarlat : Une 65ème édition éclectique
Publication : mardi 24 mai 2016 11:30

Par Jonathan Rodriguez - Le Festival des Jeux du Théâtre de Sarlat - le plus ancien après Avignon et qui compte parmi les plus renommés de France - présentera sa 65ème édition du 18 juillet au 3 août.

Jazz in Marciac : le prestigieux festival de Jazz se dévoile pour 2016
Jazz in Marciac : le prestigieux festival de Jazz se dévoile pour 2016
Publication : mardi 24 mai 2016 10:59

Par Jonathan Rodriguez - « Marciac a choisi le Jazz. À moins que ce ne soit l’inverse » clame Chazz Belmont. La 39ème édition du plus célèbre des festivals de Jazz se dévoile. Du 29 juillet au 15 août 2016, cette petite ville du Gers vibrera comme chaque années aux sons des trompettes, des saxophones et des voix de la planète Jazz. La nouvelle programmation, dense et de qualité, reste fidèle à sa réputation.

Jazz à Sète : La rencontre Jazz et Hip-hop pour l’édition 2016
Jazz à Sète : La rencontre Jazz et Hip-hop pour l’édition 2016
Publication : lundi 23 mai 2016 14:27

Par Jonathan Rodriguez - Pour la 21e fois, le jazz sera au rendez-vous dans la très jolie ville de Sète. Cette nouvelle édition se déroulera du 13 au 19 juillet dans le cadre idyllique du Théâtre de la mer. Le retour de Snarky Puppy le 13 juillet, une première dans l’histoire du festival, fera l’évènement après avoir marqué les esprits l’été dernier.

Airelle Besson : toujours plus haut avec Radio One
Airelle Besson : toujours plus haut avec Radio One
Publication : lundi 23 mai 2016 10:47

Par Nicolas Vidal - Le nouvel album d’Airelle Besson sonne comme une belle promesse.

Verve : le son de l’Amérique dans un livre
Verve : le son de l’Amérique dans un livre
Publication : lundi 23 mai 2016 10:55

Par Nicolas Vidal - L’histoire du Jazz fourmille d’anecdotes les plus croustillantes les unes que les autres. Des destinées fabuleuses, des légendes ou des des histoires personnelles qui ont changé le cours de la musique. 

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.

La Toile