La place royalePar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Photo: Alain Fonteray/  Si la fraîcheur des comédiens est indéniable, leur investissement dans l'Académie expérimentale d'Eric Vigner incontestable, le résultat du laboratoire du Théâtre de Lorient  suscite peu d'enthousiasme. Le projet initial - réunir sept jeunes acteurs d'horizons divers ( Maroc, Corée du Sud, Roumanie, Allemagne, Belgique, Mali et Israël) était pourtant pertinent et aurait pu faire naître une fleur cornélienne singulière et délicate. La mise en scène est cependant sans saveur et la direction des acteurs se complait dans des excentricités qui parasitent la compréhension - un pseudo-ballet , des épées qui se croisent, des mains sans cesse vers le ciel  qui n'ont rien de naturel et donnent aux comédiens des airs gauches. En outre, la diction de l'alexandrin, souvent malmené et écorché, fait peiner la compréhension or la Place Royale est loin d'être la pièce de Corneille la plus accessible....Si les costumes sont dignes d'un défilé de mode dernier chic et qu'ils semblent justifiés par le caractère original et "branché" des protagonistes tels que les dépeint Corneille, ils sont dans la lignée d'une pièce où les concepts ont balayé les émotions. Lors du bal, un bestiaire de masques superbe s'impose sur le plateau mais là encore, si l'on est charmé par l'esthétique, le sens demeure  opaque. Alors, oui, on sort déçu de n'avoir pas pu vibrer à l'unisson avec Angélique ou encore détester violemment l'égoïste Alidor. On quitte le théâtre frustré. C'est la fin de la tournée...on n'aura donc pas à éviter de vous la recommander!

Titre: La place royale

De Pierre Corneille

Mise en scène, décors et costume: Eric Vigner

Avec Vlad Chirita, Lahcen Elmazouzi, Eye Haidara, Hyunjoo Lee, Tommy Milliot, Nico Rogner, Isaïe Sultan

Dates de représentation:

- Au Théâtre des 13 vents du 22 au 25 mai 2012

- Du 29 janvier au 1er février 2013 au Théâtre de Nîmes

 

À lire aussi

Patrick Pineau et les farces de Tchekhov : un cocktail Molotov pour rire

Ô Carmen! ou quand le clown se fait enfant de bohème

L'Atrabilaire Amoureux à la sauce Cartoun Sardines

Petites infidélités entre ami(e)s

Annabelle M et son histoire sans faim

{fcomment}

LE BSC NEWS du mois

COuv BSCNEWS BRILLANTE JAN16

AU THÉÂTRE

AnnonceBCSElyse300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

THÉÂTRE

Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet de qualité !
Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet de qualité !
Publication : jeudi 4 février 2016 18:44
Hikikomori: portrait tortueux d’un enfant en souffrance
Hikikomori: portrait tortueux d’un enfant en souffrance
Publication : mercredi 27 janvier 2016 08:12
Kiki : Un spectacle cabaret autour de la Reine du Parnasse
Kiki : Un spectacle cabaret autour de la Reine du Parnasse
Publication : jeudi 21 janvier 2016 09:06
Les créanciers : dissection scénique d'un triangle amoureux
Les créanciers : dissection scénique d'un triangle amoureux
Publication : mercredi 20 janvier 2016 09:56
Le manuscrit de Rembrandt : un dialogue mystique un peu trop sentencieux
Le manuscrit de Rembrandt : un dialogue mystique un peu trop sentencieux
Publication : lundi 4 janvier 2016 07:48

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Joris-Karl Huysmans : ses chroniques de Paris
Joris-Karl Huysmans : ses chroniques de Paris
Publication : mardi 9 février 2016 08:14

Par Marc Emile Baronheid - Joris-Karl Huysmans  fréquente et raconte le jardin du Luxembourg, le parc Monceau, le boulevard Montparnasse, un gentil bal à Grenelle, de petits coins où les servantes plument des dindons.

Tom Clancy : déflagrations, coups fourrés et cadavres dans Chef de Guerre
Tom Clancy : déflagrations, coups fourrés et cadavres dans Chef de Guerre
Publication : lundi 8 février 2016 14:40

Par Marc Emile Baronheid - Tom Clancy est un poids lourd du roman d’espionnage, chantre inconditionnel de la toute puissance et de la détermination des USA à défendre la démocratie universelle, quitte à pratiquer un chauvinisme vitaminé.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...

Pieter Aspe : les tribulations du commissaire Van In
Pieter Aspe : les tribulations du commissaire Van In
Publication : vendredi 5 février 2016 08:55

Par Marc Emile Baronheid - Si Brel avait connu l’univers des romans de Peter Aspe, il y aurait peut-être puisé matière à une autre chanson sur les Flamands. C’est que, chevillées au Plat Pays comme elles le sont, les tribulations du commissaire Van In et de sa pulpeuse amoureuse Hannelore, plongent le lecteur dans une truculence reconnaissable entre toutes.

Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet de qualité !
Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet de qualité !
Publication : jeudi 4 février 2016 18:44

Par Florence Yérémian - On ne se lasse jamais de regarder Monsieur Jourdain: siècle après siècle, ce drôle de bourgeois a si souvent été mis en scène qu’il semble faire partie de notre entourage. Poudré, enrubanné et burlesque à souhait, le voici aujourd’hui sur la scène du Théâtre Michel entouré, comme de coutume, de ses Maitres d’arme, de musique ou de philosophie.

CINEMA

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...

Steve Jobs : portrait en trois temps d’un visionnaire mégalomaniaque
Steve Jobs : portrait en trois temps d’un visionnaire mégalomaniaque
Publication : lundi 1 février 2016 08:27

Ce nouveau film consacré à Steve Jobs se focalise sur trois moments clef de sa vie : le lancement du Macintosh en 1984, celui du NeXTcube en 1988 (après son éviction de chez Apple) et la consécration de l’iMac en 98.