The Hunger Games : un film cousu de fil blanc mais divertissantPar Candice Nicolas - BSCNEWS.FR / The Hunger Games, un livre de Suzanne Collins paru en 2008, a été porté à l’écran et fait des ravages chez les adolescents depuis quelques mois déjà. Dans un futur incertain – et peut-être pas si lointain, mais tout à fait post-apocalyptique – l’Amérique du Nord n’est plus qu’une ruine divisée en douze districts, sur laquelle règne le Capitole, la capitale de la nation de Panem. Tous les ans, pour rappeler à la population des temps plus difficiles et amuser la Cour, on organise un jeu télévisé ultra-violent. Chacun des douze districts doit offrir en pâture un jeune garçon et une jeune fille, les Tributs, pour concourir aux jeux de la faim, les Hunger Games. Il s’agit-là d’un Koh-Lanta version hardcore, les vingt-quatre concurrents sont exilés sur une île entièrement contrôlée par les organisateurs, et où ils peuvent trouver des armes et de la nourriture, grâce à la bienveillance de leurs sponsors. A la fin, il n’en restera plus qu’un, pour gagner il faut donc survivre.

Dans le district 12, le plus pauvre, celui des mines de charbon, Katniss (Jennifer Lawrence, X-men – les origines), décide de se porter volontaire quand sa petite sœur est tirée au sort. Va l’accompagner dans son périple le tout aussi jeune Peeta (Josh Hutcherson, Tout va bien), secrètement amoureux de sa partenaire depuis leur tendre enfance. Une fois au Capitole, les Tributs mènent une vie de prince ; leurs dernières heures sont irisées de couleurs éclatantes, tant par les chambres où on les loge, les repas qu’on leur propose et les tenues dont on les accoutre. Une fois installés et rassasiés, les candidats sont entraînés pendant quelques jours, habillés aux couleurs de leur district, puis jetés dans l’arène. Mais attention, tous les coups sont permis, même, et surtout, les plus bas ! Les pièges incontournables, les animaux sauvages et les incendies se hisseront jusqu’au bout sur la route de ceux qui s’approcheront trop près de la victoire.

Le film est un agréable divertissement, bien que cousu de fil blanc, on apprécie les apparitions de Donald Sutherland en monarque absolu et de Woody Harrelson en conseiller déjanté, et également la présence du beau Lenny Kravitzt en styliste révolutionnaire. A noter des décors et des costumes spectaculaires, qui insistent bien sur la superficialité et l’ignorance de certains trains de vie. On retrouve en effet dans ce film de jolies critiques sociales, mais surtout une accusation sévère des émissions de télé-réalité contemporaines ; on ne peut pas sortir de la salle sans se demander, « mais jusqu’où ira-t-on ? » Les Hunger Games sont un événement cruel et inhumain qui mêle la barbarie des jeux romains à la stupidité des shows voyeuristes, mais on en redemande tous les ans. A moins que la jeune Katniss ne mette fin à ce cirque inhumain. A suivre dans Catching Fire (novembre 2013) et Mokingjay, les deux, voire trois derniers volets de la trilogie.

Date de sortie au cinéma : 21 mars 2012 (2h 22min)
Réalisé par Gary Ross
Avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth plus
Genre :  Science fiction

 

 

À lire aussi :

Alex Hyde-White : Trois jours (d'Hamlet)

Starbuck : David Wosniak, père de 533 enfants

I'm yours : Pour ceux qui ne croient plus au coup de foudre

Behold The Lamb : Un parcours initiatique sur fond de religion et de drogue

 

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Evènement

Festival Jazz à Junas - 2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Brazil Festival :  la musique brésilienne à l'honneur

Brazil Festival : la musique brésilienne à l'honneur

Publication : samedi 30 juillet 2016 10:20

Par la rédaction - Du 4 au 6 août 2016, la cité balnéaire de la Grande-Motte dans l'Hérault va résonner aux rythmes brésiliens à l'occasion des Jeux Olympiques de Rio.

Roman : pas d'été sans Antoine Blondin

Roman : pas d'été sans Antoine Blondin

Publication : samedi 30 juillet 2016 07:01

Par Marc Emile Baronheid - Ce roman paru en 1970 a valu au facétieux Fallet le prix de l’Humour venu étoffer un palmarès riche déjà de l’Interallié 1964 pour Paris au mois d’août. Des  hommages incontestables à une écriture conjuguant  cabrioles goguenardes et  fluidité des arabesques.

Dino Saluzzi :  Imagenes, dix pièces belles de musique

Dino Saluzzi : Imagenes, dix pièces belles de musique

Publication : jeudi 28 juillet 2016 06:59

Par Nicolas Vidal - Le BSC NEWS a une certaine inclinaison à aimer le travail de l’argentin Dino Saluzzi ( lire la chronique de El Valle de la Infancia ici)

Esperanza Spalding : Emily's D et la recherche de l'enfance

Esperanza Spalding : Emily's D et la recherche de l'enfance

Publication : vendredi 29 juillet 2016 08:34

Par Nicolas Vidal  - « Ce spectacle se déroule comme une suite de tableaux musicaux vivants»  tel que le définissait Esperanza Spalding pour la sortie de ce nouvel album « Emily’s D+ Evolution» et pour les concerts prévus à cette occasion.

Rêve d'Olympe : l'odyssée tragique de Samia

Rêve d'Olympe : l'odyssée tragique de Samia

Publication : mercredi 27 juillet 2016 07:43

Par Romain Rougé - Samia Yusuf Omar était Somalienne. En 2008, elle participe aux Jeux olympiques de Pékin. Son retour au pays sonnera le glas de ses ambitions.

Syma Mobile

SYMA JUIN2016

Enregistrer

Enregistrer