Propos recueillis par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / À première vue, il ne paraît pas évident que la Suède soit une terre de Jazz. Mais Ida Sand est là pour briser ce préjugé tellement absurde que son album «The Gospel Truth» en est sublime. Née dans le Nord du pays, Ida Sand a été élevée aux confluences des musiques et du chant. Aujourd’hui, elle nous propose un Jazz puissant, organique et vocal. Une plongée fascinante dans l’incroyable diversité d’un album qui fait déjà référence. Une grande voix est en train de naître.

On peut lire dans votre biographie que vous avez commencé votre carrière dans une église. Est-ce exact ?
Oui, c’est exact. Ma mère était organiste dans l'église dans laquelle elle a travaillé. C’est dans cette église que j'ai pris l'habitude de chanter et jouer dès mon plus jeune âge. J'apprécie beaucoup cet endroit où j’ai appris à chanter et jouer correctement. Cela m’a permis d’être à l’aise devant un public et cela a plus de valeur pour moi que n’importe quelle académie de musique.


Entre un papa chanteur d'opéra et une maman organiste dans une Église, peut-on dire que la musique d'Ida Sand est à la confluence de ces deux courants musicaux ?
J'ai été  très certainement sous l'influence de mes parents. Ma maman était une musicienne qui pouvait imiter presque chaque style tandis que mon père était un vrai passionné. Les gens qui ont écouté chanter mon père disent très souvent que nous avons le même timbre de voix bien que nos genres diffèrent totalement l'un de l'autre. Je suis très heureuse de cette comparaison car mon père a toujours chanté avec son coeur.


Quand vous êtes-vous passionnée pour le Gospel ainsi que pour Ray Charles et Aretha Franklin ?
Je dirais que ce fut vers 8-10ans. Il y avait un LP avec Mahalia Jackson dans ma maison. J'ai été fasciné par la puissance de sa voix. Quand j’ai eu 15 ans, j'ai commencé à adapter la soul et la voix du gospel de plus en plus souvent.


Quelles sont à votre avis les passerelles entre le Gospel et le Jazz ?
L'improvisation, je pense. La voie qu'un chanteur de Gospel accentue ainsi que l’amplitude autour de la mélodie n'est pas différente de chanteurs de jazz comme Ella Fitzgerald, Nancy Wilson ect..


Quelle a été la place de la religion dans votre carrière musicale ?
Je ne dirais pas du tout que la religion a été très importante.  Mais pour moi, la musique est une chose spirituelle et je pense que j'ai une tendance à chanter les chansons qui sont attendrissantes et intenses.


Votre succès n'est-il pas dû à ce formidable apprentissage de la musique depuis votre plus jeune âge ?
Pour moi,  la musique a toujours fait partie naturellement de ma vie. Il y avait tant de musique chez moi et dans monq quotidien. Je ne me rappelle pas ne pas avoir jouer et chanter. Il tombait sous le sens que je ferais de la musique une carrière.


Lorsqu'on prend la mesure de votre talent, on se persuade bien volontiers que la Suède est une terre de Gospel et de Jazz. Qu'en est-il ?

Pour moi, la Suède est principalement rock & Pop-country.. Nos plus grands artistes évoluent et réussissent dans ce genre. Mais bien sûr si nous regardons dans le monde entier, la Suède a également de nombreux interprètes de jazz très talentueux : Nils Landgren, E.S.T, Ulf Wakenius pour n’en nommer que quelqu’uns. Il n’y a pas beaucoup de chanteurs de Gospel célèbres. Dans les années 80,  il y a eu une grande vague de musique gospel qui avait fédéré un très large public mais plus tellement de nos jours.

Votre univers musical est d'une incroyable diversité. Est-ce pour vous la base de votre musique ?
Oui j’ai acquis ces dernières années plus de sérenité dans mon travail. Avant, j'avais envie de faire beaucoup de choses différentes en même temps. Quel label allait s’engager avec une artiste qui n’avait que peu de cohérence et qui n’arrêtait pas de butiner ça et là ? Nils Landgren m'a dit : " Ce qui est étranger avec vous Ida, c’est quelque soit la façon dont vous chantez, c’est une réussite ". Après cela, je me suis sentie beaucoup plus en confiance pour ma propre musique.

Vos albums trouvent un équilibre parfait entre voix et instruments. Ils dégagent une harmonie incroyable. Est-ce une volonté de votre part d'équilibrer les arrangements?
Oui! Parce que je joue du piano moi-même et me considère comme "un» dans le groupe. A mon sens, il est inévitable que le chant et des instruments se rejoignent parfaitement. Je suis heureuse de vous l’entendre dire parce que c’est le sens même de ma musique. C'est très important pour moi que les chants respectent parfaitement l'harmonie du groupe. C'est aussi pourquoi j’aime beaucoup enregistrer mon album si possible d’une traite.

Que vous a apporté personnellement votre carrière solo ?
Une des expériences les plus intéressantes pour moi car j’ai pu rencontré un public et cela m’a beaucoup enrichi. J’aime entendre que ma musique est jouée lors de célébrations et lorsque de jeunes artistes m’avouent que je suis leur modèle musical, cela me rend très fière.  Je pense aussi que si je n'avais pas fait de carrière solo, j’aurais pu devenir aigrie avec le temps.  Peu importe aujourd’hui où cela me ménera, je suis heureuse d’avoir saisi ma chance.

Que vous a-t-elle apporté musicalement ?
Je me sens beaucoup plus confiante aujourd’hui et plus particulièrement au piano. Je pense que je suis devenue une bien meilleure interprète qu’auparavant. Il est très important de croire en soi de façon à entrer sur scène détendu et de se confronter au public. J’ai beaucoup travaillé dans ce domaine ces dernières années.

Ida Sand travaille-t-elle actuellement sur d'autres projets d'album ?
J'ai quelques idées et j’ai de bons espoirs de les mener à bien. J'ai le désir de collaborer avec un autre artiste mais pour le moment je le garde pour moi.

 

IDA SAND
The Gospel Truth
(Act Music)

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

J'aime l'Info du BSC NEWS

 NICE JAZZ FESTIVAL 2016J'aime l'info - BSC NEWS

Enregistrer

Enregistrer

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

LE CHOIX

Nader Mekdachi :  « Primitives » et des histoires rocambolesques

Nader Mekdachi : « Primitives » et des histoires rocambolesques

Publication : lundi 22 août 2016 11:30

Par Nicolas Vidal - Nader Mekdachi remet les couverts avec ce nouvel album de Padam où il continue avec force et vigueur tout le travail entrepris ces dernières années.

A LA UNE

Delphine Coulin : « On ne peut pas retirer aux gens ce qu’ils ont vus »

Delphine Coulin : « On ne peut pas retirer aux gens ce qu’ils ont vus »

Publication : mercredi 31 août 2016 11:29

Par Romain Rougé - Venue présenter Voir du Pays (critique à lire ici) à Montpellier, Delphine Coulin nous parle de ce film adapté de son propre livre. Grâce à cette oeuvre, elle assure avoir balayé un certains nombre de clichés qu’elle avait sur l’armée.

USA : Les librairies américaines inversent la tendance

USA : Les librairies américaines inversent la tendance

Publication : mercredi 31 août 2016 11:19

Par Deborah Valentin - Selon l’étude publiée par le Bureau du recensement des États-Unis (US Census Bureau), les ventes de livres dans les librairies américaines ont augmenté pour ce semestre 2016 de 6,1 % à 5,4 milliards de dollars contre 5 milliards en 2014.  C’est une hausse importante et symbolique pour l’industrie du livre imprimé.

Festival du Livre de Mouans-Sartoux : un rendez-vous important

Festival du Livre de Mouans-Sartoux : un rendez-vous important

Publication : mercredi 31 août 2016 14:50

Par Ludivine Augé - Du 7 au 9 octobre, la 29e édition du festival du livre de Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) accueillera pour cette nouvelle édition près de 400 auteurs ainsi que des réalisateurs et des personnalités comme Guy Bedos, Jean Teulé ou Christine Ockrent. La programmation proposera également des tables rondes, des conférences, des concerts ou la projection d’avant-premières de films et de documentaires pour un festival qui s’enrichit au fil des ans.

Voir du Pays : la guerre en Afghanistan, version inédite et féminine

Voir du Pays : la guerre en Afghanistan, version inédite et féminine

Publication : mercredi 31 août 2016 10:45

Par Romain Rougé - Sélectionné au dernier festival de Cannes dans la catégorie « Un Certain Regard », Voir du Pays des soeurs Coulin est reparti avec le prix, mérité, du meilleur scénario. Il parle de deux femmes militaires qui reviennent d’Afghanistan et qui, en compagnie de leur section, vont passer trois jours à Chypre dans un hôtel cinq étoiles pour « décompresser » avant leur retour en France. Mais se libérer de la violence de la guerre n’est pas chose aisée, loin s’en faut.

Rentrée littéraire 2016 : entre actualité et valeurs sûres

Rentrée littéraire 2016 : entre actualité et valeurs sûres

Publication : mardi 30 août 2016 14:32

Par Romain Rougé - Depuis mi-août et jusqu’à fin septembre, 560 nouveaux ouvrages prennent progressivement place chez les libraires : c’est la rentrée littéraire ! Si la production affiche une légère baisse en 2016, cette institution très française reste incontournable pour les auteurs, les éditeurs, les libraires et bien sûr, les lecteurs.

Syma Mobile

SYMA JUIN2016

Enregistrer

Enregistrer