Propos recueillis par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / À première vue, il ne paraît pas évident que la Suède soit une terre de Jazz. Mais Ida Sand est là pour briser ce préjugé tellement absurde que son album «The Gospel Truth» en est sublime. Née dans le Nord du pays, Ida Sand a été élevée aux confluences des musiques et du chant. Aujourd’hui, elle nous propose un Jazz puissant, organique et vocal. Une plongée fascinante dans l’incroyable diversité d’un album qui fait déjà référence. Une grande voix est en train de naître.

On peut lire dans votre biographie que vous avez commencé votre carrière dans une église. Est-ce exact ?
Oui, c’est exact. Ma mère était organiste dans l'église dans laquelle elle a travaillé. C’est dans cette église que j'ai pris l'habitude de chanter et jouer dès mon plus jeune âge. J'apprécie beaucoup cet endroit où j’ai appris à chanter et jouer correctement. Cela m’a permis d’être à l’aise devant un public et cela a plus de valeur pour moi que n’importe quelle académie de musique.


Entre un papa chanteur d'opéra et une maman organiste dans une Église, peut-on dire que la musique d'Ida Sand est à la confluence de ces deux courants musicaux ?
J'ai été  très certainement sous l'influence de mes parents. Ma maman était une musicienne qui pouvait imiter presque chaque style tandis que mon père était un vrai passionné. Les gens qui ont écouté chanter mon père disent très souvent que nous avons le même timbre de voix bien que nos genres diffèrent totalement l'un de l'autre. Je suis très heureuse de cette comparaison car mon père a toujours chanté avec son coeur.


Quand vous êtes-vous passionnée pour le Gospel ainsi que pour Ray Charles et Aretha Franklin ?
Je dirais que ce fut vers 8-10ans. Il y avait un LP avec Mahalia Jackson dans ma maison. J'ai été fasciné par la puissance de sa voix. Quand j’ai eu 15 ans, j'ai commencé à adapter la soul et la voix du gospel de plus en plus souvent.


Quelles sont à votre avis les passerelles entre le Gospel et le Jazz ?
L'improvisation, je pense. La voie qu'un chanteur de Gospel accentue ainsi que l’amplitude autour de la mélodie n'est pas différente de chanteurs de jazz comme Ella Fitzgerald, Nancy Wilson ect..


Quelle a été la place de la religion dans votre carrière musicale ?
Je ne dirais pas du tout que la religion a été très importante.  Mais pour moi, la musique est une chose spirituelle et je pense que j'ai une tendance à chanter les chansons qui sont attendrissantes et intenses.


Votre succès n'est-il pas dû à ce formidable apprentissage de la musique depuis votre plus jeune âge ?
Pour moi,  la musique a toujours fait partie naturellement de ma vie. Il y avait tant de musique chez moi et dans monq quotidien. Je ne me rappelle pas ne pas avoir jouer et chanter. Il tombait sous le sens que je ferais de la musique une carrière.


Lorsqu'on prend la mesure de votre talent, on se persuade bien volontiers que la Suède est une terre de Gospel et de Jazz. Qu'en est-il ?

Pour moi, la Suède est principalement rock & Pop-country.. Nos plus grands artistes évoluent et réussissent dans ce genre. Mais bien sûr si nous regardons dans le monde entier, la Suède a également de nombreux interprètes de jazz très talentueux : Nils Landgren, E.S.T, Ulf Wakenius pour n’en nommer que quelqu’uns. Il n’y a pas beaucoup de chanteurs de Gospel célèbres. Dans les années 80,  il y a eu une grande vague de musique gospel qui avait fédéré un très large public mais plus tellement de nos jours.

Votre univers musical est d'une incroyable diversité. Est-ce pour vous la base de votre musique ?
Oui j’ai acquis ces dernières années plus de sérenité dans mon travail. Avant, j'avais envie de faire beaucoup de choses différentes en même temps. Quel label allait s’engager avec une artiste qui n’avait que peu de cohérence et qui n’arrêtait pas de butiner ça et là ? Nils Landgren m'a dit : " Ce qui est étranger avec vous Ida, c’est quelque soit la façon dont vous chantez, c’est une réussite ". Après cela, je me suis sentie beaucoup plus en confiance pour ma propre musique.

Vos albums trouvent un équilibre parfait entre voix et instruments. Ils dégagent une harmonie incroyable. Est-ce une volonté de votre part d'équilibrer les arrangements?
Oui! Parce que je joue du piano moi-même et me considère comme "un» dans le groupe. A mon sens, il est inévitable que le chant et des instruments se rejoignent parfaitement. Je suis heureuse de vous l’entendre dire parce que c’est le sens même de ma musique. C'est très important pour moi que les chants respectent parfaitement l'harmonie du groupe. C'est aussi pourquoi j’aime beaucoup enregistrer mon album si possible d’une traite.

Que vous a apporté personnellement votre carrière solo ?
Une des expériences les plus intéressantes pour moi car j’ai pu rencontré un public et cela m’a beaucoup enrichi. J’aime entendre que ma musique est jouée lors de célébrations et lorsque de jeunes artistes m’avouent que je suis leur modèle musical, cela me rend très fière.  Je pense aussi que si je n'avais pas fait de carrière solo, j’aurais pu devenir aigrie avec le temps.  Peu importe aujourd’hui où cela me ménera, je suis heureuse d’avoir saisi ma chance.

Que vous a-t-elle apporté musicalement ?
Je me sens beaucoup plus confiante aujourd’hui et plus particulièrement au piano. Je pense que je suis devenue une bien meilleure interprète qu’auparavant. Il est très important de croire en soi de façon à entrer sur scène détendu et de se confronter au public. J’ai beaucoup travaillé dans ce domaine ces dernières années.

Ida Sand travaille-t-elle actuellement sur d'autres projets d'album ?
J'ai quelques idées et j’ai de bons espoirs de les mener à bien. J'ai le désir de collaborer avec un autre artiste mais pour le moment je le garde pour moi.

 

IDA SAND
The Gospel Truth
(Act Music)

{fcomment}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

BackStage

Ndobo-Emma : une artiste singulière de Montpellier
Ndobo-Emma : une artiste singulière de Montpellier
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:59
Christian Olivier : ON/OFF, son premier album solo
Christian Olivier : ON/OFF, son premier album solo
Publication : lundi 18 avril 2016 11:56
Snarky Puppy : Une expérience unique à chaque concert
Snarky Puppy : Une expérience unique à chaque concert
Publication : mercredi 30 novembre -0001 00:09
Catfish : Un appel au crowdfunding pour leur album Dohyo
Catfish : Un appel au crowdfunding pour leur album Dohyo
Publication : mardi 29 mars 2016 11:49
Ethioda : ADN musical multi-ethnique
Ethioda : ADN musical multi-ethnique
Publication : mercredi 23 mars 2016 09:27

LE CHOIX

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

A LA UNE

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:28

Par Nicolas Vidal - Un album en totale osmose avec son créateur, Nihil Novi s’imprègne des envies et de la recherche musicale qui passionne Marcus Strickland entre hip-hop, jazz et couches de son entremêlées pour donner une atmosphère très particulière à son univers musical.

Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:27

Par Nicolas Vidal - Gogo Penguin a beaucoup vadrouillé ces derniers mois dans le monde entier suite à des succès à la chaîne. Leur album «V2.0» a été nommé aux Mercury Awards. Aujourd’hui, ce nouvel album "Man Made Object" ne fait pas offense à la patte singulière de l’univers musical dans lequel Gogo Penguin évolue.

Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Publication : mercredi 27 avril 2016 09:28

Par Pascal Baronheid - Pour sa troisième édition, le Festival Normandie impressionniste a choisi de rassembler sa programmation autour du thème « Portraits impressionnistes ». Sujet rassembleur, intime et populaire, il s’intéresse plus largement à la question de la figure, du visage et du corps, de la famille, des cercles amicaux, des représentations sociales. Le regard que les impressionnistes ont porté sur le monde dessine aussi le portrait d’une époque.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile