Par Damien Luce - BSCNEWS.FR / Le septième Art est une sorte de Philippe de Champaigne de la musique (ce peintre du dix-septième siècle, chez qui les grands de ce monde allaient se faire brosser le portrait) : Quoi de mieux qu'un bon film pour immortaliser à jamais une œuvre musicale ? Mais cet honneur est à double tranchant : souvent, plutôt que de parler du Trio en Mi bémol majeur de Schubert, on parlera de la musique de Barry Lindon. Heureusement, Schubert n'a pas eu besoin de Stanley Kubrick pour se faire un nom.

C'est encore à Kubrick (qui décidément aimait butiner dans les classiques) que notre compositeur du jour doit une renommée universelle : Richard Strauss (1864-1949). Je parle, bien sûr, de l'inoubliable thème de 2001, Odyssée de l'espace. Cette pompeuse trompette, ponctuée d'accords non moins pompeux, et qui semble dire : « Vous allez voir ce que vous allez voir ! » Avant de se trouver dans la bande originale d'un long métrage, cette musique appartenait à un Poème symphonique composé en 1896 : Ainsi parlait Zaratoustra, op. 31, œuvre inspirée du Poème philosophique éponyme de Nietzsche.

Rappelons-le, Richard Strauss n'est en rien lié à ses deux homonymes Autrichiens, les deux Johan (père et fils), qui depuis plus de deux siècles sont les ambassadeurs de la valse viennoise, dont ils ont cloués les trois temps sur tous les parquets de la planète. Non, le Strauss qui nous occupe est Allemand, « l'autre Strauss », comme on le nomme parfois. Et si je n'ai pas grande affection pour les sucreries des premiers (et je n'ai rien contre la valse, mais il faut un Ravel pour sublimer cette forme), j'ai en revanche une grande admiration pour le second. Admiration pour ses Poèmes symphoniques (notamment son Don Quichotte pour violoncelle et orchestre), pour ses Lieder, mais aussi, et c'est l'objet de cette chronique, pour ses Stimmungsbilder (Scènes d'impressions), un cahier de cinq pièces pour piano. L'auteur du Chevalier à la rose n'avait certes pas fait du piano son cheval de bataille. On compte, en tout et pour tout, trois opus dédiés à cet instrument : les cinq Pièces pour piano op. 3, la Sonate op. 5 et les Stimmungsbilder op. 9. Œuvres de jeunesse, donc, mais est-ce une raison de les bouder ? La postérité a vite fait de reléguer ces pages au tiroir des errances (voire des erreurs) de jeunesse. On leur reproche surtout de ne pas ressembler au Strauss des Opéras. Et alors ? Quoi de commun entre la  juvénile Ballade de Fauré et son Thème et variations ? Entre Les premiers Préludes de Scriabine et sa dernière Sonate ? Celui lui qui écoute les Stimmunsbilder avec une oreille neuve et objective y trouve une indiscutable beauté. On objectera que ces pièces ne révolutionnent en rien le piano, ce qui est vrai, mais pourquoi la beauté devrait toujours se trouver du côté de l'avant-garde ?
Preuve à l'appui, commençons par la plus sublime de ces cinq pièces, la deuxième, An Einsamer Quelle (À la source solitaire). ( en écoute ici )
Cette musique semble avoir été écrite d'un seul jet, tant l'inspiration en est haute et constante. Un ostinato figurant le lent truchement de l'eau. Sur cette nappe sonore un thème fragile vient glisser comme une feuille légère, ponctué par des basse qui décalent légèrement l'harmonie. Cette source est lieu de ferveur et de recueillement. On se laisse vite charmé (ensorcelé) par cette monotonie sensible, dont le point culminant enchérit à peine sur le silence ; silence au pied duquel la musique vient mourir, comme une source qui, après avoir fait son petit bout de chemin, retournerait à la terre.
Revenons en arrière. La première pièce, Auf Stillem Waldespfab (dans le sentier silencieux de la forêt) est clairement d'une encre schumannienne, tant dans l'écriture pianistique (cette manière de confier à la main droite un chant et son accompagnement en accords) que dans l'harmonie.
http://www.damienluce.com/wordpress/wp-content/uploads/strauss_sentier_silencieux_foret.mp3
Il règne dans cette forêt une lumière comparable à celle que l'on trouve chez Schumann. On y entre avec la même joie feutrée. L'intermède, sans quitter la quiétude initiale, chahute un peu, s'élance à plusieurs reprises vers les cimes, pour retomber sans hâte.
Intermezzo. Derrière le titre de la troisième pièce se cache une scène de chasse. ( en écoute ici )
On s'y lance en grande pompe, dans un tintamarre impétueux et cuivré. Musique gaillarde, criblée de doubles-notes, et ponctuée à la basse par de grosses quintes viriles. Mais le meilleur de la pièce est à venir : l'intermède nous réserve une haletante chasse à courre, figurée par des accords répétés. Le tempo s'emballe. On trouve dans ces pages toute l'alacrité ludique d'un Mendelssohn.
La Rêverie est touchante par sa simplicité. ( en écoute ici )
Deux pages émues, qui alternent le balancement d'une berceuse avec une mélodie égrenée, indécise, qui semble improvisée. Tout cela s'enchaîne sans arrière pensée, tranquillement, dans une placidité pastorale.

La Scène des landes (Heidebild) peut surprendre. On ne s'attend pas à l'étrangeté de cette fin.  (en écoute ici )
On y trouve pourtant une beauté brut, presque âpre, avec ces bourdons de quintes, ces appels   ornementés dans l'aigu (on croirait presque entendre le Grieg des Slåtters, en moins audacieux). L'intermède est un peu plus banal. Les aspérités du début sont aplanie par une fluctuation de triolets. Mais le bourdon de quinte est toujours là, bourru et obstiné.

On trouvera un enregistrement des Stimmungsbilder par Roberto Giordano, dans un disque sortie en 2009 chez La Bottega Discantica.

{fcomment}

LE BSC NEWS du mois

COuv BSCNEWS BRILLANTE JAN16

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

BackStage

Jack Savoretti : l'abnégation comme moteur du succès
Jack Savoretti : l'abnégation comme moteur du succès
Publication : mercredi 27 janvier 2016 08:32
Gumguts : des concerts live en appartement
Gumguts : des concerts live en appartement
Publication : jeudi 19 novembre 2015 09:16
Sarah Lancman : quand le jazz fait appel au crowdfunding
Sarah Lancman : quand le jazz fait appel au crowdfunding
Publication : mardi 17 novembre 2015 09:14
Sollex : un artiste-entrepreneur qui roule bien
Sollex : un artiste-entrepreneur qui roule bien
Publication : samedi 7 novembre 2015 16:41
Lartigo : Hipster Patois, un nouvel album punchy
Lartigo : Hipster Patois, un nouvel album punchy
Publication : jeudi 8 octobre 2015 08:26

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

LE CHOIX

Bd Music : Sarah Vaughan & Cabu
Bd Music : Sarah Vaughan & Cabu
Publication : jeudi 4 février 2016 07:35

Par Nicolas Vidal - Allez chiner du côté de Bd music qui vient de faire paraître 2 nouveaux opus de BD jazz composés d’une BD et de deux Cd. On se délectera, d’une part, de la discographie complète de Sarah Vaughan ou l’on retrouvera tous ses plus grands  titres sur deux CD incontournables.

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Colette : " Paris, je t'aime"
Colette : " Paris, je t'aime"
Publication : mercredi 10 février 2016 08:41

Par Marc Emile Baronheid - Colette a vingt ans lorsqu’elle découvre Paris. Elle l’aimera profondément. Ses premières adresses sont pour l’essentiel choisies par ses maris, ses amants, ses maîtresses.

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

Joris-Karl Huysmans : ses chroniques de Paris
Joris-Karl Huysmans : ses chroniques de Paris
Publication : mardi 9 février 2016 08:14

Par Marc Emile Baronheid - Joris-Karl Huysmans  fréquente et raconte le jardin du Luxembourg, le parc Monceau, le boulevard Montparnasse, un gentil bal à Grenelle, de petits coins où les servantes plument des dindons.

Tom Clancy : déflagrations, coups fourrés et cadavres dans Chef de Guerre
Tom Clancy : déflagrations, coups fourrés et cadavres dans Chef de Guerre
Publication : lundi 8 février 2016 14:40

Par Marc Emile Baronheid - Tom Clancy est un poids lourd du roman d’espionnage, chantre inconditionnel de la toute puissance et de la détermination des USA à défendre la démocratie universelle, quitte à pratiquer un chauvinisme vitaminé.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...

CINEMA

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...