La folie sganarellePar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Crédit-photo: Pierre François/Toujours le même étonnement ravi lorsqu'on entend vibrer les mots de Molière! Génie incontestable des caractères burlesques, des situations tordantes et des jeux de mots hilarants, il invite le spectateur à rire de tout et d'abord de soi-même.

De la farce traditionnelle française, Molière a gardé les coups de bâton, les disputes conjugales, les jurons fleuris mais y a ajouté une langue spirituelle qui caricature à plaisir nos faiblesses, nos excès, nos ridicules. Dans le triptyque mis en scène par Claude Buchvald ( L'amour médecin - Le Mariage forcé- La Jalousie du barbouillé), on entend aussi battre le coeur d'un autre genre populaire dont masques, tréteaux et improvisation constituaient les ingrédients sacrés, celui de la Commedia dell'arte: l'on reconnaît en Sganarelle un Pantalone amoureux d'une lolita écervelée, en Pancrace ou le sceptique Marphurius  le Docteur Bolonais  faisant rebondir des théories sur chaque mot prononcé par son interlocuteur, en Lucinde et Clitandre des Amoureux malmenés par l'autorité d'un père,en  Lisette une Colombine qui sait jouer la comédie et manipuler son maître et enfin en Champagne un Zanni niais mais fidèle. Rire de bon coeur, jouir de la vélocité d'une langue brillante et recevoir une leçon de dramaturgie comique, voilà ce que nous offre Molière. La touche personnelle du metteur en scène Claude Buchvald est pertinente car elle respecte l'essence de la farce et les singularités qu'y a insèrées le dramaturge, sa direction d'acteurs est pointilleuse et se soucie à toute minute de communiquer l'énergie qui sous-tend le texte. Claude Buchvald, entourée d'une troupe de comédiens de qualité, s'empare de ces textes à l'humour subversif en préservant l'oralité du théâtre improvisé et la liberté propre aux troupes itinérantes: le plateau est vide à l'exception d'une petite maison-tour sur roues, les corps vibrent et s'expriment à coeur joie et dès l'entrée des protagonistes sur scène,on sent bien s'imposer un théâtre du Verbe.
L'ajout d'un intermède improvisé où deux bonimenteurs tentent de vendre au public un remède miracle est d'une espièglerie attrayante, la scène des devineresses égyptiennes crée une note éthérée et onirique aussi juste qu'originale, la juxtaposition des trois farces, enfin, est un mariage réussi où l'on finit même par oublier qu'elles sont distinctes tant des éléments récurrents (comme la satire des médecins et des savants) tissent des liens forts entre chaque acte. On finira par applaudir la performance de Mouss Zouheyri qui interprète un Pancrace atteint d'hystérie philosophique et de diarrhée verbale d'une drôlerie extrême et de façon générale, on félicitera l'ensemble des comédiens qui nous offre un heureux moment avec Molière!

Titre: La folie Sganarelle

Auteur: Molière

Mise en scène: Claude Buchvald

Avec Benjamin Abitan, Laurent Claret, Cécile Duval, Régis Kermorvant, Claude Merlin, Aurélia Poirier, Stéphanie Schwartzbrod, Céline Vacher, Mouss Zouheyri

Durée: 1h45 sans entracte.

Les représentations:

En Mars 2012 - Tournée régionale organisée par: Théâtre Sortie Ouest de Béziers(34)

- 1er mars 2012 Pezenas à l'Illustre Théâtre
- 2 mars 2012 Portiragnes
- 4 mars 2012 Bedarieux
- 6 mars 2012 Capestang
- 8 mars 2012 Lésignan Corbières
- 9 mars 2012 Minervois
Du 13 au 17 mars 2012 : Théâtre du Gymnase – Marseille (13)
Du 20 au 24 mars 2012 : Théâtre de Sète – Scène Nationale (34)
- 27 mars 2012 Uzes
- 29 mars 2012: Lodève
- 30 mars 2012 Abeilhan

Photo : Mouss  Zouheyri  ; Cécile Duval ; Laurent Claret

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Evènement

SETEOCT2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Juste la fin du monde : l'oeuvre électrique et lumineuse de Xavier Dolan

Juste la fin du monde : l'oeuvre électrique et lumineuse de Xavier Dolan

Publication : vendredi 30 septembre 2016 13:41

Par Jonathan Rodriguez – Chaque film de Xavier Dolan est un évènement. Grand prix à Cannes et un casting français XXL (Gaspard Ulliel, Marion Cotillard, Léa Seydoux, Vincent Cassel, Nathalie Baye) Juste la fin du monde ne déroge pas à la règle. Après douze ans d’absence, Louis retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine. Une histoire simple aux problématiques complexes. En adaptant la pièce éponyme de Jean-Luc Lagarce, le pari était risqué. Huis-clos puissant, la force du sixième film du jeune Québécois réside dans sa capacité à se détacher totalement d’un procédé théâtral – trop souvent utilisé au cinéma –  pour livrer une œuvre de pure mise en scène.

Poil de carotte : une BD toujours d'actualité

Poil de carotte : une BD toujours d'actualité

Publication : vendredi 30 septembre 2016 09:29

Par Romain Rougé - Le plus célèbre des souffre-douleur ressuscite dans le monde du 9ème art. Les saynètes les plus marquantes du roman de Jules Renard sont ici sélectionnées pour découvrir ou redécouvrir l’enfance martyrisée de François Lepic, alias Poil de Carotte.

Équitation : Toma Chaput, une passion dévorante

Équitation : Toma Chaput, une passion dévorante

Publication : jeudi 29 septembre 2016 15:57

Par Nicolas Vidal - Toma Chaput est un passionné au sens littéral du terme. Fou de chevaux depuis sa plus tendre enfance, il a gravi un à un les échelons de l’apprentissage et de la connaissance du cheval. Aujourd’hui, dresseur reconnu, après avoir collaboré notamment avec Bartabas, il travaille au sein des Haras nationaux de Pompadour où il partage sa passion avec le public. Révélation d’Equestria en 2013, Toma Chaput se produit également en spectacle avec sa compagnie Atao. Nous l’avons rencontré pour partager avec lui sa passion équestre dévorante. On notera l’excellent travail du photographe Antoine Bassaler qui agrémente cette interview. (Crédit photo : Antoine Bassaler)

Nicolas Dubourg : La Vignette, un théâtre de « première ligne »

Nicolas Dubourg : La Vignette, un théâtre de « première ligne »

Publication : jeudi 29 septembre 2016 15:41

Par Deborah Valentin - Situé en plein coeur de l’université de Paul Valéry à Montpellier, le Théâtre la Vignette s’est construit comme un lieu d’ouverture, de dialogues, d’échanges entre artistes, universitaires, intellectuels et étudiants. Devenue une scène conventionnée depuis le 1er janvier 2016 pour l’émergence et sa diversité, le Théâtre  la Vignette s’inscrit dans un réseau national et ne cesse, au fil des années, de développer son projet culturel dans son travail avec les artistes et le public. Le Directeur du théâtre la Vignette, Nicolas Dubourg nous présente cette nouvelle saison 2016-1017. Rencontre.

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Publication : mercredi 28 septembre 2016 10:28

Par Florence Yérémian - Chloé et Nicolas sont fiancés. L’une est peintre, l’autre neurologue et ils vivent ensemble depuis quatre ans. L’idylle est belle et semble durer jusqu’au jour où Nicolas découvre que Chloé le trompe. Refusant tout repentir, il la quitte mais son infidèle est soudainement victime d’un accident. Devenue amnésique, Chloé ne se rappelle plus de rien, pas même du prénom de son conjoint ! Un certain neurologue entre alors dans sa vie pour lui faire retrouver la mémoire et tenter, si possible, de la reconquérir.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR