Le bas Jekyll Elizabeth CarecchioPar Julie Cadilhac-Bscnews.fr/ Crédits-photo Elizabeth Carecchio/  Roman d'épouvante mais aussi oeuvre psychanalytique s'interrogeant sur le dédoublement de la personnalité, le texte de Robert-Louis Stevenson a hanté tous ceux qui ont eu la terrifiante idée de s'y pencher. Dans la brume londonienne, le rire dément de Hyde frémit en notes malfaisantes "et l'on sent dans ses veines courir un frisson glacé"...

Denys Podalydès réussit à rendre toute l'atmosphère sombre de ce récit et nous plonge dans les abysses de la conscience humaine. Tout est à louer: l'adaptation du texte de Stevenson par Christine Montalbetti restitue l'essence cauchemardesque de l'oeuvre et n'en oublie ni la poésie ni le caractère scientifique. La co-mise en scène de Denis Podalydès, Emmanuel Bourdieu et Eric Ruf explore en profondeur la bestialité de Hyde, le dérèglement des pulsions et les sursauts de la conscience pour éviter la potence, la dualité intrinsèque de Jekyll et les déchirements de son âme qui refuse de regarder dans la psyché la part sombre de son être, le rapport au public devenu le confident de la confession de Jekyll. La scénographie est remarquable, esquissant un appartement de vieux célibataire dandy déjà délabré qui, par ses blessures matérielles, laisse déjà imaginer une main animale qui se l'est approprié; le laboratoire est dans les coulisses, nommé mais jamais montré, lieu si mystérieux qu'on nous laisse la liberté d'en fantasmer le contenu. Les lumières de Stéphanie Daniel composent des tableaux saisissants, rendent le visage monstrueux en de certaines minutes de démence et sont ainsi un protagoniste à part entière. Le jeu de Denis Podalydès est brillant et sa performance magistrale: une leçon de théâtre d'un grand Homme de Scène. Joueur et  badin en début de monologue, sorte d'Arlequin mondain, il compose avec autant de brio dans le registre machiavélique. Ses va et vient récurrents entre le personnage de Jekyll et de Hyde en fin de pièce sont d'une clarté impressionnante et c'est l'estomac serré que l'on voit venir la mort lente du docteur. Ce texte littéraire aux tournures élégantes et souvent savantes glisse, fluide, dans le tympan du spectateur; chaque virgule fait sens, chaque mot a son heure de gloire et l'ensemble s'éclaire malgré la noirceur du décor. Parfois le comédien emprunte des phrases du texte original, en anglais, et l'on a alors le sentiment délicieux de toucher la moelle même de cette histoire torturée. Seul sur scène, Denis Podalydès a le pouvoir pourtant de la peupler de nombreux personnages par le travestissement, une porte entrebâillée ou même un magnétophone. Pas de doute que vous sortirez enthousiaste de ce spectacle époustouflant d'intelligence, de beauté et génie théâtral. Il faut y courir car vous aurez rendez-vous avec une pièce mémorable!

Lors de la rencontre qui a suivi la représentation, Denis Podalydès a évoqué la difficulté initiale à laquelle il s'était confrontée : comment représenter surDenis podalydès scène le fantastique? comment représenter  toute l'obscurité que contient chaque ligne du texte de Robert-Louis Stevenson? Avec Emmanuel Bourdieu et Eric Ruf, le choix de réutiliser les techniques du cinéma muet s'est très vite imposé. Jouer dans l'ombre sur le plateau était une façon de créer une tension, "dans l'ombre, forcément, le spectateur imagine une bête, quelque chose de terrifiant" et cela évite d'avoir à imaginer des effets spéciaux coûteux et peu réalistes au théâtre. Christine Montalbetti a réécrit le texte pour qu'il s'adapte davantage que l'original à la scène et que la langue, tout en restant littéraire, puisse ménager aussi des moments d'improvisation dans lequel pouvait se glisser à plaisir l'acteur. Car si cette histoire fantastique  tenait tant à coeur à Denis Podalydès, c'est qu'il  voyait un parallèle évident entre le duo Jekyll et Hyde et celui d'un acteur avec le personnage qu'il incarne. D'ailleurs, en choisissant de ne jouer que la dernière partie du roman de Stevenson, c'est à dire celle qui raconte la confession de Jekyll, Christine Montalbetti et Denis Podalydès ont imaginé que, dès le début de la pièce, c'est Hyde qui a pris le corps de Jekyll en otage et qui feint d'être Jekyll....et si l'on rit, c'est avec une nervosité épidermique, tant le discours du docteur Jekyll fascine autant qu'il rebute et le spectateur a la tête et le coeur pris en otage dans cette tourmente identitaire qui dénonce aussi l'hypocrisie sociale.

De Christine Montalbetti ( Adaptation de Robert-Louis Stevenson)

Mise en scène: Denis Podalydès

Co-mise en scène: Emmanuel Bourdieu et Eric Ruf

Scénographie Eric Ruf

Assistante à la scénographie: Delphine Sainte Marie

Costumes: Christian Lacroix

Lumière: Stéphanie Daniel

Son: Bernard Valléry

Conseils chorégraphiques: Cécile Bon

Dates de représentation:

A la Scène nationale de Sète (34) du 28/02 au 3/03 2012

Au Carré Léon Gaumont ( Sainte Maxime) le 10/03 2012

A l'Hexagone ( Meylan) les 13 et 14 mars 2012

Au Théâtre Jean-Bart ( Saint Nazaire) les 19 et 20 mars 2012

Au Centre culturel Georges Pompidou ( Vincennes) du 31 mars au 1 avril 2012

A l'espace 1789 ( Saint-Ouen) les 4 et 5 avril 2012

le cas jekyll

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Evènement

Festival Jazz à Junas - 2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Dino Saluzzi :  Imagenes, dix pièces belles de musique

Dino Saluzzi : Imagenes, dix pièces belles de musique

Publication : jeudi 28 juillet 2016 06:59

Par Nicolas Vidal - Le BSC NEWS a une certaine inclinaison à aimer le travail de l’argentin Dino Saluzzi ( lire la chronique de El Valle de la Infancia ici)

Esperanza Spalding : Emily's D et la recherche de l'enfance

Esperanza Spalding : Emily's D et la recherche de l'enfance

Publication : vendredi 29 juillet 2016 08:34

Par Nicolas Vidal  - « Ce spectacle se déroule comme une suite de tableaux musicaux vivants»  tel que le définissait Esperanza Spalding pour la sortie de ce nouvel album « Emily’s D+ Evolution» et pour les concerts prévus à cette occasion.

Rêve d'Olympe : l'odyssée tragique de Samia

Rêve d'Olympe : l'odyssée tragique de Samia

Publication : mercredi 27 juillet 2016 07:43

Par Romain Rougé - Samia Yusuf Omar était Somalienne. En 2008, elle participe aux Jeux olympiques de Pékin. Son retour au pays sonnera le glas de ses ambitions.

René Fallet : l'altesse sérénissime du Grand Braquet

René Fallet : l'altesse sérénissime du Grand Braquet

Publication : mardi 26 juillet 2016 10:45

Par Marc Emile Baronheid - L’histoire se passe à Ablon-sur-Seine, avatar possible de Jaligny-sur-Besbre,  principauté du Grand Braquet, dont Fallet fut l’altesse sérénissime.

Les Beatles : un livre d’énigmes aux couleurs psychédéliques

Les Beatles : un livre d’énigmes aux couleurs psychédéliques

Publication : samedi 23 juillet 2016 08:02

Par Nicolas Vidal - Une bonne occasion pour réviser les Beatles cet été avec ce livre d’énigmes aux couleurs psychédéliques Les Beatles en 20 tableaux retrace l’hsitoire du célébre groupe à travers  un ouvrage ludique et passionnant sous le prisme de Ringo Star.

Syma Mobile

SYMA JUIN2016

Enregistrer

Enregistrer