Le bas Jekyll Elizabeth CarecchioPar Julie Cadilhac-Bscnews.fr/ Crédits-photo Elizabeth Carecchio/  Roman d'épouvante mais aussi oeuvre psychanalytique s'interrogeant sur le dédoublement de la personnalité, le texte de Robert-Louis Stevenson a hanté tous ceux qui ont eu la terrifiante idée de s'y pencher. Dans la brume londonienne, le rire dément de Hyde frémit en notes malfaisantes "et l'on sent dans ses veines courir un frisson glacé"...

Denys Podalydès réussit à rendre toute l'atmosphère sombre de ce récit et nous plonge dans les abysses de la conscience humaine. Tout est à louer: l'adaptation du texte de Stevenson par Christine Montalbetti restitue l'essence cauchemardesque de l'oeuvre et n'en oublie ni la poésie ni le caractère scientifique. La co-mise en scène de Denis Podalydès, Emmanuel Bourdieu et Eric Ruf explore en profondeur la bestialité de Hyde, le dérèglement des pulsions et les sursauts de la conscience pour éviter la potence, la dualité intrinsèque de Jekyll et les déchirements de son âme qui refuse de regarder dans la psyché la part sombre de son être, le rapport au public devenu le confident de la confession de Jekyll. La scénographie est remarquable, esquissant un appartement de vieux célibataire dandy déjà délabré qui, par ses blessures matérielles, laisse déjà imaginer une main animale qui se l'est approprié; le laboratoire est dans les coulisses, nommé mais jamais montré, lieu si mystérieux qu'on nous laisse la liberté d'en fantasmer le contenu. Les lumières de Stéphanie Daniel composent des tableaux saisissants, rendent le visage monstrueux en de certaines minutes de démence et sont ainsi un protagoniste à part entière. Le jeu de Denis Podalydès est brillant et sa performance magistrale: une leçon de théâtre d'un grand Homme de Scène. Joueur et  badin en début de monologue, sorte d'Arlequin mondain, il compose avec autant de brio dans le registre machiavélique. Ses va et vient récurrents entre le personnage de Jekyll et de Hyde en fin de pièce sont d'une clarté impressionnante et c'est l'estomac serré que l'on voit venir la mort lente du docteur. Ce texte littéraire aux tournures élégantes et souvent savantes glisse, fluide, dans le tympan du spectateur; chaque virgule fait sens, chaque mot a son heure de gloire et l'ensemble s'éclaire malgré la noirceur du décor. Parfois le comédien emprunte des phrases du texte original, en anglais, et l'on a alors le sentiment délicieux de toucher la moelle même de cette histoire torturée. Seul sur scène, Denis Podalydès a le pouvoir pourtant de la peupler de nombreux personnages par le travestissement, une porte entrebâillée ou même un magnétophone. Pas de doute que vous sortirez enthousiaste de ce spectacle époustouflant d'intelligence, de beauté et génie théâtral. Il faut y courir car vous aurez rendez-vous avec une pièce mémorable!

Lors de la rencontre qui a suivi la représentation, Denis Podalydès a évoqué la difficulté initiale à laquelle il s'était confrontée : comment représenter surDenis podalydès scène le fantastique? comment représenter  toute l'obscurité que contient chaque ligne du texte de Robert-Louis Stevenson? Avec Emmanuel Bourdieu et Eric Ruf, le choix de réutiliser les techniques du cinéma muet s'est très vite imposé. Jouer dans l'ombre sur le plateau était une façon de créer une tension, "dans l'ombre, forcément, le spectateur imagine une bête, quelque chose de terrifiant" et cela évite d'avoir à imaginer des effets spéciaux coûteux et peu réalistes au théâtre. Christine Montalbetti a réécrit le texte pour qu'il s'adapte davantage que l'original à la scène et que la langue, tout en restant littéraire, puisse ménager aussi des moments d'improvisation dans lequel pouvait se glisser à plaisir l'acteur. Car si cette histoire fantastique  tenait tant à coeur à Denis Podalydès, c'est qu'il  voyait un parallèle évident entre le duo Jekyll et Hyde et celui d'un acteur avec le personnage qu'il incarne. D'ailleurs, en choisissant de ne jouer que la dernière partie du roman de Stevenson, c'est à dire celle qui raconte la confession de Jekyll, Christine Montalbetti et Denis Podalydès ont imaginé que, dès le début de la pièce, c'est Hyde qui a pris le corps de Jekyll en otage et qui feint d'être Jekyll....et si l'on rit, c'est avec une nervosité épidermique, tant le discours du docteur Jekyll fascine autant qu'il rebute et le spectateur a la tête et le coeur pris en otage dans cette tourmente identitaire qui dénonce aussi l'hypocrisie sociale.

De Christine Montalbetti ( Adaptation de Robert-Louis Stevenson)

Mise en scène: Denis Podalydès

Co-mise en scène: Emmanuel Bourdieu et Eric Ruf

Scénographie Eric Ruf

Assistante à la scénographie: Delphine Sainte Marie

Costumes: Christian Lacroix

Lumière: Stéphanie Daniel

Son: Bernard Valléry

Conseils chorégraphiques: Cécile Bon

Dates de représentation:

A la Scène nationale de Sète (34) du 28/02 au 3/03 2012

Au Carré Léon Gaumont ( Sainte Maxime) le 10/03 2012

A l'Hexagone ( Meylan) les 13 et 14 mars 2012

Au Théâtre Jean-Bart ( Saint Nazaire) les 19 et 20 mars 2012

Au Centre culturel Georges Pompidou ( Vincennes) du 31 mars au 1 avril 2012

A l'espace 1789 ( Saint-Ouen) les 4 et 5 avril 2012

le cas jekyll

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Evènement

SETEOCT2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Équitation : Toma Chaput, une passion dévorante

Équitation : Toma Chaput, une passion dévorante

Publication : jeudi 29 septembre 2016 15:57

Par Nicolas Vidal - Toma Chaput est un passionné au sens littéral du terme. Fou de chevaux depuis sa plus tendre enfance, il a gravi un à un les échelons de l’apprentissage et de la connaissance du cheval. Aujourd’hui, dresseur reconnu, après avoir collaboré notamment avec Bartabas, il travaille au sein des Haras nationaux de Pompadour où il partage sa passion avec le public. Révélation d’Equestria en 2013, Toma Chaput se produit également en spectacle avec sa compagnie Atao. Nous l’avons rencontré pour partager avec lui sa passion équestre dévorante. On notera l’excellent travail du photographe Antoine Bassaler qui agrémente cette interview. (Crédit photo : Antoine Bassaler)

Nicolas Dubourg : La Vignette, un théâtre de « première ligne »

Nicolas Dubourg : La Vignette, un théâtre de « première ligne »

Publication : jeudi 29 septembre 2016 15:41

Par Deborah Valentin - Situé en plein coeur de l’université de Paul Valéry à Montpellier, le Théâtre la Vignette s’est construit comme un lieu d’ouverture, de dialogues, d’échanges entre artistes, universitaires, intellectuels et étudiants. Devenue une scène conventionnée depuis le 1er janvier 2016 pour l’émergence et sa diversité, le Théâtre  la Vignette s’inscrit dans un réseau national et ne cesse, au fil des années, de développer son projet culturel dans son travail avec les artistes et le public. Le Directeur du théâtre la Vignette, Nicolas Dubourg nous présente cette nouvelle saison 2016-1017. Rencontre.

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Publication : mercredi 28 septembre 2016 10:28

Par Florence Yérémian - Chloé et Nicolas sont fiancés. L’une est peintre, l’autre neurologue et ils vivent ensemble depuis quatre ans. L’idylle est belle et semble durer jusqu’au jour où Nicolas découvre que Chloé le trompe. Refusant tout repentir, il la quitte mais son infidèle est soudainement victime d’un accident. Devenue amnésique, Chloé ne se rappelle plus de rien, pas même du prénom de son conjoint ! Un certain neurologue entre alors dans sa vie pour lui faire retrouver la mémoire et tenter, si possible, de la reconquérir.

Brooklyn Village : Ira Sachs, un portrait de famille tout en finesse

Brooklyn Village : Ira Sachs, un portrait de famille tout en finesse

Publication : mercredi 28 septembre 2016 08:56

Par Jonathan Rodriguez – À la mort de son grand-père, la famille de Jake (13 ans) hérite de la maison de Brooklyn, dont le rez-de-chaussée est occupé par Leonor, une couturière latino-américaine, qui tient un magasin. Se liant d’une amitié franche et sincère avec Tony, le fils de Leonor, Jake va être confronté au monde des adultes, et à leurs problèmes. Les relations cordiales entre les parents vont, en effet, s'envenimer pour des raisons financières.  

Loïs Le Van : la nouvelle voix du Jazz français

Loïs Le Van : la nouvelle voix du Jazz français

Publication : mardi 27 septembre 2016 11:22

Par Nicolas Vidal - Loïs Le Van se postionne déjà comme une révélation sur la scène du Jazz.  Lauréat du concours de Jazz Vocal Voicingers,  le jeune chanteur a une vision très précise  de ce que doit être l’émotion du jazz et son rapport intime à la sincérité. Rencontre passionnante avec Loïs Le Van pour son nouvel album.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR