Le bas Jekyll Elizabeth CarecchioPar Julie Cadilhac-Bscnews.fr/ Crédits-photo Elizabeth Carecchio/  Roman d'épouvante mais aussi oeuvre psychanalytique s'interrogeant sur le dédoublement de la personnalité, le texte de Robert-Louis Stevenson a hanté tous ceux qui ont eu la terrifiante idée de s'y pencher. Dans la brume londonienne, le rire dément de Hyde frémit en notes malfaisantes "et l'on sent dans ses veines courir un frisson glacé"...

Denys Podalydès réussit à rendre toute l'atmosphère sombre de ce récit et nous plonge dans les abysses de la conscience humaine. Tout est à louer: l'adaptation du texte de Stevenson par Christine Montalbetti restitue l'essence cauchemardesque de l'oeuvre et n'en oublie ni la poésie ni le caractère scientifique. La co-mise en scène de Denis Podalydès, Emmanuel Bourdieu et Eric Ruf explore en profondeur la bestialité de Hyde, le dérèglement des pulsions et les sursauts de la conscience pour éviter la potence, la dualité intrinsèque de Jekyll et les déchirements de son âme qui refuse de regarder dans la psyché la part sombre de son être, le rapport au public devenu le confident de la confession de Jekyll. La scénographie est remarquable, esquissant un appartement de vieux célibataire dandy déjà délabré qui, par ses blessures matérielles, laisse déjà imaginer une main animale qui se l'est approprié; le laboratoire est dans les coulisses, nommé mais jamais montré, lieu si mystérieux qu'on nous laisse la liberté d'en fantasmer le contenu. Les lumières de Stéphanie Daniel composent des tableaux saisissants, rendent le visage monstrueux en de certaines minutes de démence et sont ainsi un protagoniste à part entière. Le jeu de Denis Podalydès est brillant et sa performance magistrale: une leçon de théâtre d'un grand Homme de Scène. Joueur et  badin en début de monologue, sorte d'Arlequin mondain, il compose avec autant de brio dans le registre machiavélique. Ses va et vient récurrents entre le personnage de Jekyll et de Hyde en fin de pièce sont d'une clarté impressionnante et c'est l'estomac serré que l'on voit venir la mort lente du docteur. Ce texte littéraire aux tournures élégantes et souvent savantes glisse, fluide, dans le tympan du spectateur; chaque virgule fait sens, chaque mot a son heure de gloire et l'ensemble s'éclaire malgré la noirceur du décor. Parfois le comédien emprunte des phrases du texte original, en anglais, et l'on a alors le sentiment délicieux de toucher la moelle même de cette histoire torturée. Seul sur scène, Denis Podalydès a le pouvoir pourtant de la peupler de nombreux personnages par le travestissement, une porte entrebâillée ou même un magnétophone. Pas de doute que vous sortirez enthousiaste de ce spectacle époustouflant d'intelligence, de beauté et génie théâtral. Il faut y courir car vous aurez rendez-vous avec une pièce mémorable!

Lors de la rencontre qui a suivi la représentation, Denis Podalydès a évoqué la difficulté initiale à laquelle il s'était confrontée : comment représenter surDenis podalydès scène le fantastique? comment représenter  toute l'obscurité que contient chaque ligne du texte de Robert-Louis Stevenson? Avec Emmanuel Bourdieu et Eric Ruf, le choix de réutiliser les techniques du cinéma muet s'est très vite imposé. Jouer dans l'ombre sur le plateau était une façon de créer une tension, "dans l'ombre, forcément, le spectateur imagine une bête, quelque chose de terrifiant" et cela évite d'avoir à imaginer des effets spéciaux coûteux et peu réalistes au théâtre. Christine Montalbetti a réécrit le texte pour qu'il s'adapte davantage que l'original à la scène et que la langue, tout en restant littéraire, puisse ménager aussi des moments d'improvisation dans lequel pouvait se glisser à plaisir l'acteur. Car si cette histoire fantastique  tenait tant à coeur à Denis Podalydès, c'est qu'il  voyait un parallèle évident entre le duo Jekyll et Hyde et celui d'un acteur avec le personnage qu'il incarne. D'ailleurs, en choisissant de ne jouer que la dernière partie du roman de Stevenson, c'est à dire celle qui raconte la confession de Jekyll, Christine Montalbetti et Denis Podalydès ont imaginé que, dès le début de la pièce, c'est Hyde qui a pris le corps de Jekyll en otage et qui feint d'être Jekyll....et si l'on rit, c'est avec une nervosité épidermique, tant le discours du docteur Jekyll fascine autant qu'il rebute et le spectateur a la tête et le coeur pris en otage dans cette tourmente identitaire qui dénonce aussi l'hypocrisie sociale.

De Christine Montalbetti ( Adaptation de Robert-Louis Stevenson)

Mise en scène: Denis Podalydès

Co-mise en scène: Emmanuel Bourdieu et Eric Ruf

Scénographie Eric Ruf

Assistante à la scénographie: Delphine Sainte Marie

Costumes: Christian Lacroix

Lumière: Stéphanie Daniel

Son: Bernard Valléry

Conseils chorégraphiques: Cécile Bon

Dates de représentation:

A la Scène nationale de Sète (34) du 28/02 au 3/03 2012

Au Carré Léon Gaumont ( Sainte Maxime) le 10/03 2012

A l'Hexagone ( Meylan) les 13 et 14 mars 2012

Au Théâtre Jean-Bart ( Saint Nazaire) les 19 et 20 mars 2012

Au Centre culturel Georges Pompidou ( Vincennes) du 31 mars au 1 avril 2012

A l'espace 1789 ( Saint-Ouen) les 4 et 5 avril 2012

{fcomment}

le cas jekyll

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

THÉÂTRE

A LA UNE

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:28

Par Nicolas Vidal - Un album en totale osmose avec son créateur, Nihil Novi s’imprègne des envies et de la recherche musicale qui passionne Marcus Strickland entre hip-hop, jazz et couches de son entremêlées pour donner une atmosphère très particulière à son univers musical.

Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:27

Par Nicolas Vidal - Gogo Penguin a beaucoup vadrouillé ces derniers mois dans le monde entier suite à des succès à la chaîne. Leur album «V2.0» a été nommé aux Mercury Awards. Aujourd’hui, ce nouvel album "Man Made Object" ne fait pas offense à la patte singulière de l’univers musical dans lequel Gogo Penguin évolue.

Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Publication : mercredi 27 avril 2016 09:28

Par Pascal Baronheid - Pour sa troisième édition, le Festival Normandie impressionniste a choisi de rassembler sa programmation autour du thème « Portraits impressionnistes ». Sujet rassembleur, intime et populaire, il s’intéresse plus largement à la question de la figure, du visage et du corps, de la famille, des cercles amicaux, des représentations sociales. Le regard que les impressionnistes ont porté sur le monde dessine aussi le portrait d’une époque.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile