Propos recueillis par Audrey Johnson (correspondante à Londres) - BSCNEWS.FR / Après plus de 20 ans de musique à son actif, rencontre avec  Ezio, auteur compositeur d’origine italienne vivant en Angleterre. Son groupe éponyme n’a cessé d’être en tournée depuis  la rencontre avec le guitariste Booga en 1990. Leur dernier album « This is the day », donne un nouveau souffle à une carrière prolifique, et s’écoute comme une série d’histoires et de parenthèses justes et poétiques.

Comment êtes-vous entré dans le monde de la musique ?
J'ai commencé à écrire des chansons sans raison apparente il y a 20 ans et j'ai décidé d'aller les jouer. J'ai toujours été un musicien et je ne pouvais pas faire partie des groupes que j’aimais. Alors j'ai décidé d'écrire mes propres chansons et c'est là que j'ai commencé à attirer plus d'attention et avoir du travail. Nous avons débuté très vite, j'ai rencontré Booga quand il avait environ 15 ans. Nous avons commencé à  jouer à Londres et dans le Sud-est de l'Angleterre et ensuite nous avons signé avec un label important et puis nous sommes venus à Paris pour enregistrer. Nous avons même fait une tournée avec les Négresses Vertes.


Ca fait plus de 20 ans que vous tournez ; est ce que votre façon de vous produire devant un public a changé ?
J'ai vraiment changé ma façon de jouer devant un public. Comment ça? 
Je suis bien meilleur ! Avant j'avais l'habitude d'être très agressif dans ma musique parce que je voulais que le public comprenne, et j‘essayais de les forcer à comprendre. Maintenant je suis plus calme. Le public est plus enclin à écouter si vous êtes plus calme. C'est la différence entre un acteur sur une scène et un acteur dans un film. Vous faites en sorte que les gens vous regardent plutôt que de vous démener en face d'eux.


Votre dernier album semble aller un peu plus loin dans les thèmes que vous explorez. Pensez-vous qu’il est différent des précédents?
Je pense qu'il l’est. Je ne sais pas comment il a été perçu parce qu'il est différent des précédents. Je pense qu’il est peut-être moins romantique. Les précédents étaient un peu plus idéalisés. Ils parlaient du fait d’être en perte de contrôle. Celui-ci a plus à voir avec le sentiment de ne pas aimer le monde dans lequel nous vivons; le sentiment que vous vieillissez et que vous n’avez plus la même place. C'est ce que j’ai ressenti quand j'ai écrit ces chansons, est-ce, oui ou non, ce que les gens comprennent quand ils l'entendent, je ne sais pas.

Pourriez-vous expliquer la chanson "Supermarkets" à nos lecteurs?
C'est une histoire inventée sur le genre de fille qui avait beaucoup de succès à l’école et ce qui se passe quand vous êtes très populaire étant jeune. Pour certaines personnes, le meilleur moment de leur vie c'est quand ils étaient à l'école par exemple. Et après ça, les choses empirent. Ils n'en tirent aucun avantage. Avant qu’ils ne s’en aperçoivent ils passent d'une fille très populaire au genre de femme qui vole au supermarché pour attirer l'attention.
Vos textes sont parfois comme de courtes nouvelles, avec des personnages et de petits détails…
En fait il faut que ça raconte une histoire dans une certaine mesure. Je ne vois pas l’intérêt de chanter pour faire un joli son, vous savez. On me dit que 95% des enregistrements sont maintenant effectués par des « comités » (plutôt que par des artistes, ndt). Avec la technologie que nous avons, nous pouvons faire quelque chose qui sonne de façon absolument fantastique, mais c’est très superficiel. Donc, si ça ne parle de rien, vous allez bientôt vous ennuyer. Si vous racontez des histoires, ça ne me dérange pas de les répéter encore et encore. Si je chante n’importe quoi, dès qu’un public me regarde, je vais me sentir idiot. C'est pourquoi je trouve si difficile d’écrire des chansons; je pourrais facilement écrire une chanson dans les prochaines heures ou quelque chose qui sonne comme une chanson, mais ça ne serait une chanson que si elle venait de mon fort intérieur. - Il est très facile de faire quelque chose qui sonne comme de la musique. Des adolescents le font dans des chambres partout. Il y a un million d'heures de musique téléchargées sur l'Internet toutes les minutes. Comment les gens sont-ils censés trouver ce qui est bon? C'est comme la photographie tout le monde peut faire des images numériques. Et pourtant, une image vraiment géniale est quelque chose de  réellement précieux. Mais il y en a trop et  c'est pourquoi tout a été dévalué et les normes ont toutes été érodées.


Avez-vous jamais écrit autre chose que des chansons?
Vous devez savoir : Je n'ai pas très bien réussi à l'école. En fait je n’y suis pas vraiment allé! Je ne me sens pas qualifié  pour le faire. Je sais que je suis bon pour jouer, je sais que là je peux, je ne suis pas en danger. Si mettais des mots sur une page, je me sentirais très nu. Jouer de la guitare a été mon « anti - école », c'était mon évasion. Je peux m'exprimer avec la musique plus facilement. Je pense aussi que c'est un excellent moyen de communiquer parce que les gens sont plus enclins à vous écouter s’ils aiment le son que vous faites plutôt que d’avoir à choisir et à lire quelque chose.


Dans votre dernier album, vous répétez dans l'une des chansons (Marina) «ce monde est trop grand » ; est-ce juste un de vos personnages qui parle?
C’est ce que je ressens, je pense que les gens de ma génération le ressentent aussi. L'histoire de cette chanson se passe sur internet. C’est un peu comme prendre conscience du nombre de personnes qui tentent de faire la même chose que vous. Quand nous avons commencé à faire de la musique, on ne trouvait pas beaucoup d’auteurs compositeurs qui se produisaient en acoustique; maintenant il y en a des milliers. Ils ne sont pas très bons, mais ils sont nombreux. Il y a beaucoup de bruit, tout le monde retransmet sur internet, Maintenant il n'y a pas beaucoup de gens prêts à recevoir. C'est transmettre tout le temps, les réseaux sociaux. Les gens disent que cela rend le monde très petit mais en fait ça vous fait réaliser à quel point le monde est grand et combien on peut s’y perdre.

Ezio - This is the day ( Tapete Records)

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

J'aime l'Info du BSC NEWS

 NICE JAZZ FESTIVAL 2016J'aime l'info - BSC NEWS

Enregistrer

Enregistrer

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

LE CHOIX

Nader Mekdachi :  « Primitives » et des histoires rocambolesques

Nader Mekdachi : « Primitives » et des histoires rocambolesques

Publication : lundi 22 août 2016 11:30

Par Nicolas Vidal - Nader Mekdachi remet les couverts avec ce nouvel album de Padam où il continue avec force et vigueur tout le travail entrepris ces dernières années.

A LA UNE

Spirou et Fantasio : un mariage et de la magie

Spirou et Fantasio : un mariage et de la magie

Publication : lundi 29 août 2016 15:57

Par Boris Henry - Durant la Seconde Guerre mondiale à Bruxelles, une mère et sa fille adolescente quittent leur domicile afin d'échapper à la Gestapo venue les chercher. Grâce à un collier aux pouvoirs magiques, la mère rajeunit sa fille et lui permet de fuir incognito.

Black Dog : Le paumé et la mante religieuse

Black Dog : Le paumé et la mante religieuse

Publication : lundi 29 août 2016 15:01

Par Boris Henry - Un polonais immigré aux États-Unis travaille dans un garage. En réparant plus vite que prévu la voiture d'un riche malfaiteur, il retient l'attention de celui-ci qui lui propose de le recontacter mais, dans le même temps, il s'attire les foudres de son patron qui le licencie. Rapidement, espérant trouver une situation plus clémente, il appelle le bandit. Il aurait mieux fait de s'abstenir.

Manipulator : la BD anti-manipulation signée Makyo

Manipulator : la BD anti-manipulation signée Makyo

Publication : lundi 29 août 2016 14:04

Par Romain Rougé - Manipulator n’est pas seulement une BD, c’est aussi un guide pour décrypter les comportements humains. Ici, on parle de manipulation, sous toutes ses formes. Entre jeux de pouvoir et harcèlement psychologique, Makyo dessine un pan de la société d’aujourd’hui.

Nocturama : portrait latent d’une jeunesse nihiliste

Nocturama : portrait latent d’une jeunesse nihiliste

Publication : lundi 29 août 2016 09:15

Par Florence Yérémian - Le film s’ouvre sur les couloirs labyrinthiques du métro parisien. Une demi-douzaine de jeunes issus de toutes catégories sociales s’y dispersent et s'y croisent dans un manège minutieusement chronométré. Menés par une même quête, ils ont décidé de placer des bombes aux quatre coins de la capitale afin de faire exploser des lieux de pouvoir. Le jour même et de façon simultanée s’enflamment donc le ministère des finances, une tour de la Défense et la si symbolique statue de Jeanne d’Arc... Une fois leur action terminée, ces adolescents se retranchent dans un grand magasin et attendent les conséquences de leurs actes : la tension se relâche alors, l’angoisse s’instaure…

Théâtre de Nîmes : les femmes mènent la danse

Théâtre de Nîmes : les femmes mènent la danse

Publication : vendredi 26 août 2016 10:59

Par Ludivine Augé - Le théâtre de Nîmes ouvre sa nouvelle saison 2016-2017 avec des choix audacieux, de l'énergie à revendre et des femmes qui sont bien décidées à montrer leur talent.

Syma Mobile

SYMA JUIN2016

Enregistrer

Enregistrer