Propos recueillis par Audrey Johnson (correspondante à Londres) - BSCNEWS.FR / Après plus de 20 ans de musique à son actif, rencontre avec  Ezio, auteur compositeur d’origine italienne vivant en Angleterre. Son groupe éponyme n’a cessé d’être en tournée depuis  la rencontre avec le guitariste Booga en 1990. Leur dernier album « This is the day », donne un nouveau souffle à une carrière prolifique, et s’écoute comme une série d’histoires et de parenthèses justes et poétiques.

Comment êtes-vous entré dans le monde de la musique ?
J'ai commencé à écrire des chansons sans raison apparente il y a 20 ans et j'ai décidé d'aller les jouer. J'ai toujours été un musicien et je ne pouvais pas faire partie des groupes que j’aimais. Alors j'ai décidé d'écrire mes propres chansons et c'est là que j'ai commencé à attirer plus d'attention et avoir du travail. Nous avons débuté très vite, j'ai rencontré Booga quand il avait environ 15 ans. Nous avons commencé à  jouer à Londres et dans le Sud-est de l'Angleterre et ensuite nous avons signé avec un label important et puis nous sommes venus à Paris pour enregistrer. Nous avons même fait une tournée avec les Négresses Vertes.


Ca fait plus de 20 ans que vous tournez ; est ce que votre façon de vous produire devant un public a changé ?
J'ai vraiment changé ma façon de jouer devant un public. Comment ça? 
Je suis bien meilleur ! Avant j'avais l'habitude d'être très agressif dans ma musique parce que je voulais que le public comprenne, et j‘essayais de les forcer à comprendre. Maintenant je suis plus calme. Le public est plus enclin à écouter si vous êtes plus calme. C'est la différence entre un acteur sur une scène et un acteur dans un film. Vous faites en sorte que les gens vous regardent plutôt que de vous démener en face d'eux.


Votre dernier album semble aller un peu plus loin dans les thèmes que vous explorez. Pensez-vous qu’il est différent des précédents?
Je pense qu'il l’est. Je ne sais pas comment il a été perçu parce qu'il est différent des précédents. Je pense qu’il est peut-être moins romantique. Les précédents étaient un peu plus idéalisés. Ils parlaient du fait d’être en perte de contrôle. Celui-ci a plus à voir avec le sentiment de ne pas aimer le monde dans lequel nous vivons; le sentiment que vous vieillissez et que vous n’avez plus la même place. C'est ce que j’ai ressenti quand j'ai écrit ces chansons, est-ce, oui ou non, ce que les gens comprennent quand ils l'entendent, je ne sais pas.

Pourriez-vous expliquer la chanson "Supermarkets" à nos lecteurs?
C'est une histoire inventée sur le genre de fille qui avait beaucoup de succès à l’école et ce qui se passe quand vous êtes très populaire étant jeune. Pour certaines personnes, le meilleur moment de leur vie c'est quand ils étaient à l'école par exemple. Et après ça, les choses empirent. Ils n'en tirent aucun avantage. Avant qu’ils ne s’en aperçoivent ils passent d'une fille très populaire au genre de femme qui vole au supermarché pour attirer l'attention.
Vos textes sont parfois comme de courtes nouvelles, avec des personnages et de petits détails…
En fait il faut que ça raconte une histoire dans une certaine mesure. Je ne vois pas l’intérêt de chanter pour faire un joli son, vous savez. On me dit que 95% des enregistrements sont maintenant effectués par des « comités » (plutôt que par des artistes, ndt). Avec la technologie que nous avons, nous pouvons faire quelque chose qui sonne de façon absolument fantastique, mais c’est très superficiel. Donc, si ça ne parle de rien, vous allez bientôt vous ennuyer. Si vous racontez des histoires, ça ne me dérange pas de les répéter encore et encore. Si je chante n’importe quoi, dès qu’un public me regarde, je vais me sentir idiot. C'est pourquoi je trouve si difficile d’écrire des chansons; je pourrais facilement écrire une chanson dans les prochaines heures ou quelque chose qui sonne comme une chanson, mais ça ne serait une chanson que si elle venait de mon fort intérieur. - Il est très facile de faire quelque chose qui sonne comme de la musique. Des adolescents le font dans des chambres partout. Il y a un million d'heures de musique téléchargées sur l'Internet toutes les minutes. Comment les gens sont-ils censés trouver ce qui est bon? C'est comme la photographie tout le monde peut faire des images numériques. Et pourtant, une image vraiment géniale est quelque chose de  réellement précieux. Mais il y en a trop et  c'est pourquoi tout a été dévalué et les normes ont toutes été érodées.


Avez-vous jamais écrit autre chose que des chansons?
Vous devez savoir : Je n'ai pas très bien réussi à l'école. En fait je n’y suis pas vraiment allé! Je ne me sens pas qualifié  pour le faire. Je sais que je suis bon pour jouer, je sais que là je peux, je ne suis pas en danger. Si mettais des mots sur une page, je me sentirais très nu. Jouer de la guitare a été mon « anti - école », c'était mon évasion. Je peux m'exprimer avec la musique plus facilement. Je pense aussi que c'est un excellent moyen de communiquer parce que les gens sont plus enclins à vous écouter s’ils aiment le son que vous faites plutôt que d’avoir à choisir et à lire quelque chose.


Dans votre dernier album, vous répétez dans l'une des chansons (Marina) «ce monde est trop grand » ; est-ce juste un de vos personnages qui parle?
C’est ce que je ressens, je pense que les gens de ma génération le ressentent aussi. L'histoire de cette chanson se passe sur internet. C’est un peu comme prendre conscience du nombre de personnes qui tentent de faire la même chose que vous. Quand nous avons commencé à faire de la musique, on ne trouvait pas beaucoup d’auteurs compositeurs qui se produisaient en acoustique; maintenant il y en a des milliers. Ils ne sont pas très bons, mais ils sont nombreux. Il y a beaucoup de bruit, tout le monde retransmet sur internet, Maintenant il n'y a pas beaucoup de gens prêts à recevoir. C'est transmettre tout le temps, les réseaux sociaux. Les gens disent que cela rend le monde très petit mais en fait ça vous fait réaliser à quel point le monde est grand et combien on peut s’y perdre.

Ezio - This is the day ( Tapete Records)

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Evènement

SETEOCT2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

LE CHOIX

Malia : les racines de Malawi Blues

Malia : les racines de Malawi Blues

Publication : vendredi 23 septembre 2016 13:55

Par Nicolas Vidal - Malia est assurément l’une des plus belles voix et l’une des figures les plus accomplies du Jazz vocal.

A LA UNE

Équitation : Toma Chaput, une passion dévorante

Équitation : Toma Chaput, une passion dévorante

Publication : jeudi 29 septembre 2016 15:57

Par Nicolas Vidal - Toma Chaput est un passionné au sens littéral du terme. Fou de chevaux depuis sa plus tendre enfance, il a gravi un à un les échelons de l’apprentissage et de la connaissance du cheval. Aujourd’hui, dresseur reconnu, après avoir collaboré notamment avec Bartabas, il travaille au sein des Haras nationaux de Pompadour où il partage sa passion avec le public. Révélation d’Equestria en 2013, Toma Chaput se produit également en spectacle avec sa compagnie Atao. Nous l’avons rencontré pour partager avec lui sa passion équestre dévorante. On notera l’excellent travail du photographe Antoine Bassaler qui agrémente cette interview. (Crédit photo : Antoine Bassaler)

Nicolas Dubourg : La Vignette, un théâtre de « première ligne »

Nicolas Dubourg : La Vignette, un théâtre de « première ligne »

Publication : jeudi 29 septembre 2016 15:41

Par Deborah Valentin - Situé en plein coeur de l’université de Paul Valéry à Montpellier, le Théâtre la Vignette s’est construit comme un lieu d’ouverture, de dialogues, d’échanges entre artistes, universitaires, intellectuels et étudiants. Devenue une scène conventionnée depuis le 1er janvier 2016 pour l’émergence et sa diversité, le Théâtre  la Vignette s’inscrit dans un réseau national et ne cesse, au fil des années, de développer son projet culturel dans son travail avec les artistes et le public. Le Directeur du théâtre la Vignette, Nicolas Dubourg nous présente cette nouvelle saison 2016-1017. Rencontre.

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Publication : mercredi 28 septembre 2016 10:28

Par Florence Yérémian - Chloé et Nicolas sont fiancés. L’une est peintre, l’autre neurologue et ils vivent ensemble depuis quatre ans. L’idylle est belle et semble durer jusqu’au jour où Nicolas découvre que Chloé le trompe. Refusant tout repentir, il la quitte mais son infidèle est soudainement victime d’un accident. Devenue amnésique, Chloé ne se rappelle plus de rien, pas même du prénom de son conjoint ! Un certain neurologue entre alors dans sa vie pour lui faire retrouver la mémoire et tenter, si possible, de la reconquérir.

Brooklyn Village : Ira Sachs, un portrait de famille tout en finesse

Brooklyn Village : Ira Sachs, un portrait de famille tout en finesse

Publication : mercredi 28 septembre 2016 08:56

Par Jonathan Rodriguez – À la mort de son grand-père, la famille de Jake (13 ans) hérite de la maison de Brooklyn, dont le rez-de-chaussée est occupé par Leonor, une couturière latino-américaine, qui tient un magasin. Se liant d’une amitié franche et sincère avec Tony, le fils de Leonor, Jake va être confronté au monde des adultes, et à leurs problèmes. Les relations cordiales entre les parents vont, en effet, s'envenimer pour des raisons financières.  

Loïs Le Van : la nouvelle voix du Jazz français

Loïs Le Van : la nouvelle voix du Jazz français

Publication : mardi 27 septembre 2016 11:22

Par Nicolas Vidal - Loïs Le Van se postionne déjà comme une révélation sur la scène du Jazz.  Lauréat du concours de Jazz Vocal Voicingers,  le jeune chanteur a une vision très précise  de ce que doit être l’émotion du jazz et son rapport intime à la sincérité. Rencontre passionnante avec Loïs Le Van pour son nouvel album.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR