Habemus PapamPar Julie Cadilhac-Bscnews.fr/ Voilà un film de grande qualité que ce soit par les thèmes qu'il aborde avec  respect et intelligence que pour l'excellent casting qui le compose. Six fois nominé au Festival de Cannes et ayant reçu six prix des Nastri d'Argento (Prix de la presse italienne), la presse et le public se sont rejoints en ce sens.  Habemus Papam est la locution latine prononcée par le cardinal protodiacre depuis le balcon central de la basilique Saint-Pierre au Vatican lorsque le Conclave a désigné un nouveau Pape. Si l'on vous désignait pour être l'évêque de Rome, le successeur de Saint-Pierre, le premier représentant sur terre d'une église de plus d'un million trois cent mille fidèles, ne seriez-vous pas étreint par une angoisse terrible?

Sauriez-vous supporter le poids d'une telle responsabilité? Pour Melville, ce n'est plus simplement une question hypothétique, c'est une réalité qui l'a terrassé suite à un très long vote du Conclave. Déboussolé depuis cette nomination, il a perdu tous ses repères  et n'arrive pas à endosser son nouveau rôle. Les fidèles massés sur la place Saint-Pierre attendent en vain l'apparition du nouveau souverain pontife et les cardinaux qui l'ont élu sont fort inquiets. Pourquoi Melville réagit-il ainsi? Fait-il une dépression? Est-il simplement angoissé? Pense-t-il qu'il ne sera pas à la hauteur? Un film émouvant qui réfléchit sur la notion de vocation. Sommes-nous tous capables d'être un berger? Certains ne vivent-ils pas plus sereins lorsqu'ils se savent guidés? Nanni Moretti choisit de montrer les choix courageux et responsables d'un homme face à son destin. Usant d'un style presque documentaire, il suit pas à pas un Homme qui ne voulait pas être pape mais aimait passionnément le théâtre. Michel Piccoli est désarmant de sincérité et de fragilité dans le rôle de Melville et ses acolytes cardinaux sont tout aussi touchants par leur humanité. C'est un film qui nous invite à savourer chaque seconde passée, libre, à flâner dans la rue. On aime se promener avec Melville dans les rues de Rome, s'asseoir à table avec des inconnus et les écouter vivre avec un oeil bienveillant. Un long métrage qui rappelle tout le revers des titres honorifiques et nous incite à trouver notre propre définition de la vie idéale. On aime aussi le choix du réalisateur Nanni Moretti de faire entrer au Vatican un athée ,néophyte aux protocoles ayant lieu entre ces murs. En découlent des comiques de situation fort plaisants et.... n'est pas plus malin celui qu'on croirait!  Ce psychanalyste divorcé, mettant ses talents au service d'un Vatican désarmé , initiant  les cardinaux du monde entier au volley, organisant des tournois, fait office de dose d'humour subtile. Mais on applaudira surtout cette capacité remarquable de traiter d'un sujet religieux sans provocation, sans animosité....avec déférence. Habemus Papam parle de ce que nous sommes, outrepasse les clichés et sera apprécié par tous ceux qui ont élu la tolérance comme mode de conduite et de regard vis à vis d'autrui.

 

Titre: Habemus Papam

Réalisateur: Nanni Moretti

Avec Michel Piccoli, Nanni Moretti, Jerzy Stuhr, Renato Scarpa, Franco Graziosi, Margherita Buy...

Date de sortie cinéma: septembre 2011

En DVD le 8 février 2012.

{fcomment image=http://www.bscnews.fr/images/dvdcinema/19706160.jpg}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
Publication : lundi 2 mai 2016 09:59

Par Boris Henry - Sa soeur, son amour. Frère et sœur, Martin et Virginie sont également amants. Ils s'aiment depuis leur adolescence, sont allés assez loin, hésitent, mais y reviennent inlassablement. Si Virginie, mariée et mère de deux enfants, veut désormais en rester là, Martin souhaite toujours aller plus loin. Où cela va-t-il les mener ?

Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Publication : lundi 2 mai 2016 09:48

Par Boris Henry - Ulysse Wincoop est né le jour du massacre de Sioux dans lequel périt le chef Big Foot, le 29 décembre 1890. Un soldat américain l'a recueilli, emporté bien loin, puis l'a confié à sa sœur et son mari. Ulysse grandit, persuadé que ses parents adoptifs sont ceux naturels. Mais différentes tensions apparaissent avant que la vie d'Ulysse ne bascule du jour au lendemain.

La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
Publication : lundi 2 mai 2016 09:20

De Florence Yeremian - Deux couples, un capitaine pompier et une servante qui joue les pendules. Tels sont les personnages de la Cantatrice Chauve, prêts à vous entrainer dans leurs infernales jacasseries.Entre une foule d'inepties sur la société, des dialogues ubuesques sur la routine quotidienne et des tirades déjantées à propos de la vie conjugale, vous allez très vite perdre pied mais c'est en partie ce que l'on cherche lorsque l'on vient voir une œuvre de Ionesco...

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile