La liberté pour quoi faire?Par Julie Cadilhac- Bscnews.fr/photo Marc Ginot/ La liberté pour quoi faire? ou la proclamation aux imbéciles est un spectacle qui demande avant tout de se débarrasser de ses idées reçues sur l'auteur Georges Bernanos - souvent controversé - dont le style pamphlétaire et poétique coule et gronde dans les gorges inspirées des deux comédiens brillants que sont Jacques Allaire et Jean-Pierre Baro.

Jacques Allaire, en l'épurant volontairement de ses clichés, en refusant de porter sur le plateau les phrases les plus connues qui réduisent une pensée et l'appauvrissent, fait entendre une voix en colère émouvante, un chant d'indignation contre un monde qui court à sa perte. La France contre les robots et La liberté pour quoi faire? sont deux textes troublants de modernité dont les invectives désespérées adressées à l'Homme - qui se laisse dévorer par un libéralisme carnassier, pervertir par un confort aliénant, se dissoudre dans un monde sans révolte et sans idée neuve - résonnent violemment auprès de tous ceux qui gardent un sentiment de nostalgie inexplicable quant aux principes fondateurs que portait la révolution et qui se sont brisés contre l'Argent, valeur suprême et tyrannique de notre monde contemporain. Jacques Allaire nous invite à la représentation des cauchemars qui lui sont apparus suite à la digestion de ces textes: il faut donc accepter de vivre une expérience onirique où une succession de tableaux s'empare du plateau et en fait son instrument de démonstration.

Qu'y voit-on? Au début, au milieu des ténèbres, deux hommes aux lampes-torches viennent porter une parole étrange, sortie d'on ne sait quel gouffre, exprime une parole qui plaisante autant qu'elle désespère. Puis deux bonimenteurs -dont les mots s'égrènent selon un rythme proche de l'hallucination, saccadé, en suspension - osent nous proposer une vie sans liberté, sinistres bonhommes prétextant nous délivrer d'un bien dont nous n'avons pas besoin. Ensuite des lapins inquiétants, pantins désarticulés, viennent creuser davantage l'angoisse de ce monde dont le rire énorme est une gueule ouverte prête à  engloutir. Sur les planches, des chaises partout que l'on déplace à l'envi: présence humaine que l'on malmène, qui supporte tout et finit par former un charnier au pied d'un mât de cocagne où un clown blanc apostrophe les imbéciles que nous sommes! Cet être s'agrippe, et à chaque respiration, le dernier saut semble être une porte de salut et il nous demande peut-être de nous réveiller pour que se termine son supplice. Les corps se dénudent, vidés, démunis et se métamorphosent en monstres maculés de sang et à la gueule de canard-porte voix; silhouettes maladroites et engoncées qui gisent droits, prêtes à vaciller dans ce monde sali. "En digérant ce texte, la première image que j'ai vue, c'étaient 150 chaises, un mât de cocagne, des rubans partout et de la musique de foire et une grande passerelle qui se jette dans le public " explique le metteur en scène. Une scénographie qui exerce un pouvoir ambivalent sur l'imagination du spectateur tant elle déclenche fascination et effroi. Imaginez une fête foraine à laquelle on a ôté la vivacité des couleurs; n'y restent que des pitres aux visages blafards et des fanions achevant de s'effilocher sur le cimetière d'un lieu où, avant, perlaient les rires. Quelle plus grande vision d'angoisse que cela? Où sont passés les âmes qui faisaient vivre ce lieu autrefois? On applaudira notamment le dernier tableau de cette odyssée sinistre sur notre civilisation: une voix off, deux êtres muets dans une école où le fantôme d'un drapeau continue de flotter, un air connu... et on y entend  le coeur d'une humanité pas tout à fait morte sursauter malgré elle et se dire "bon sang, réveillons nous!" Une expérience à vivre assurément!

 

Le teaser de la pièce: ICI

 

Titre: La liberté pour quoi faire? ou la proclamation aux imbéciles

Textes de: Georges Bernanos

Mise en scène: Jacques Allaire

Scénographie: Jacques Allaire

Assistant scénographe: Guillaume Allory

Avec Jacques Allaire et Jean-Pierre Baro

Décembre 2011:
1, 2 et 3 décembre 2011 Parquet de bal, Sète – Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau (34)

Février 2012 :
17 février 2012 Théâtre de la Tête Noire – Saran (45)

Mars 2012:

3 mars, Alénya (66)

6 mars 2012 Le Parvis – Scène Nationale Tarbes Pyrénées (65)


Avril 2012:
5 avril 2012 Théâtre de Clermont-l'Hérault (34)

 Octobre 2012:

Du 3 au 5 octobre 2012, Théâtre des Treize Vents, Centre Dramatique National Languedoc-Roussillon Montpellier (34)
Le 9 octobre 2012, Théâtre de Chelles (77)
Le 12 octobre 2012, Théâtre de Vénissieux, Scène régionale (69)
Le 23 octobre 2012, Scènes des 3 Ponts – Castelnaudary (11)
Le 25 octobre 2012, L'Arc, Scène nationale Le Creusot (71)

Novembre 2012:

Le 9 novembre 2012, Salle François Mitterrand – Figeac (46)

Janvier 2013:


Le 30 janvier 2013, Scène nationale 61 – Mortagne (61)

Février 2013:

Les 4 et  5 février 2013, Le Salmanazar, Scène de création et de diffusion d’Epernay (51)
Les 7 et 8 février 2013, Théâtre du Chêne Noir – Avignon (84)
Le 15 février 2013, Théâtre de l’Atrium – Tassin-la-Demi-Lune (69)

Juillet 2013:

Le 13 au Théâtre du Cloître – Bellac (87)

 

Pour en savoir plus: L'interview de Jacques Allaire

{fcomment}

Dernière minute

Dans les bacs

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

THÉÂTRE

A LA UNE

Dans le jardin de l’ogre : récit viscéral sur l’addiction sexuelle
Dans le jardin de l’ogre : récit viscéral sur l’addiction sexuelle
Publication : mardi 3 mai 2016 15:59

Par Jonathan Rodriguez – Saisissant. Leila Slimani nous plonge dans le quotidien d’une sex-addict enfermé dans une dépendance insoutenable et puissante. Un récit captivant qui émeut autant qu’il accroche.

Outlander : Une saga épique au coeur des Highlands
Outlander : Une saga épique au coeur des Highlands
Publication : mardi 3 mai 2016 14:13

Par Florence Yérémian - L’histoire d’Outlander débute en Écosse au lendemain de la seconde guerre mondiale. Claire et Frank Randall ont passé cinq ans séparés l'un de l'autre : elle, en tant qu'infirmière, lui comme espion à la solde des Britanniques. Afin de ressouder leur couple, ils entament une seconde Lune de Miel dans la mystique cité d’Inverness. Tandis que les habitants s’apprêtent à célébrer la fête de Samhain, Claire disparaît au cœur d'un sanctuaire nommé Craig na Dun. Sans trop comprendre, elle se retrouve transportée sur le même site mégalithique… deux cent ans auparavant ! Perdue dans les  Highlands en plein soulèvement Jacobite, elle va devoir faire face aux croyances ancestrales et à la haine des Écossais pour le peuple anglais. Surnommée « La Sassenach » par le clan Mac Kenzie, elle se voit contrainte d’épouser un certain Jamie Fraser pour échapper aux poursuites du terrible Black Jack, un capitaine britannique qui s’avère être l’ancêtre direct de son premier mari…

Stupor Mundi : l’étonnante BD médiévale
Stupor Mundi : l’étonnante BD médiévale
Publication : mardi 3 mai 2016 09:31

Par Romain Rolugé - Stupor Mundi ou « Stupeur du Monde » est l’humble sobriquet de Frédéric II, empereur du XIIIème siècle avec lequel le scénariste et dessinateur Néjib nous familiarisent. Le traitement  fictionnel de la BD est assuré par le personnage d’Hannibal Qassim El Battouri, scientifique chassé de Bagdad qui va devenir le protégé de l’empereur en échange d’une de ses inventions…

La Fille du froid : itinéraire d’une enfant glacée
La Fille du froid : itinéraire d’une enfant glacée
Publication : mardi 3 mai 2016 09:18

Par Romain Rougé - La Fille du froid est le dixième roman de l’auteur londonien Rupert Thomson. L’histoire est celle de Katherine, née d’une fécondation in vitro. La jeune fille de 19 ans va entreprendre un voyage qui la conduira toujours plus au nord de la planète pour s’émanciper, faire le deuil de sa mère disparue et mettre à l’épreuve les sentiments d’un père absent.

Journées rouges et boulettes bleues : la BD à échelle humaine
Journées rouges et boulettes bleues : la BD à échelle humaine
Publication : mardi 3 mai 2016 08:55

Journées rouges et boulettes bleues raconte un pan de la vie de François, père de famille en proie aux doutes. Pendant ses vacances dans le sud de la France, il se met à penser à sa vie « toute tracée ». Une BD qui privilégie le réalisme et les sentiments humains signée Olivier Perret, Rémy Benjamin et Cyprien Mathieu.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile