Les BonnesPar Julie Cadilhac - Bscnews.fr/ Pluie de paillettes argentées, pluie d'injures et de caresses dans un monde ennuyeux comme la pluie pour celles qui rêvent de la corde, pluie de mots, pluie d'applaudissements enfin ...

Jacques Vincey offre une version des Bonnes de Genet qui répond avec une perfection diluvienne à la note d'intention du dramaturge. Présente dans son plus simple appareil en prologue à la pièce, cette note, portée par une voix badine, nous définit un théâtre où la catharsis doit être sur le devant de la scène et énonce les clés qui éclairent ce spectacle aussi sombre que lumineux. Ces dames déconnent et leur étouffement est  tel- dans le rôle que leur impose la vie- qu'elles rient de tout et mettent en scène le quotidien pour réussir à le digérer. Elles fantasment sur ce bagne inaccessible où Monsieur purge sa peine, elles extirpent toutes leurs pulsions monstrueuses de leurs poitrines lasses et les jouent sur leur terrain de jeu de prédilection - les appartements de Madame. On ne peut reprocher à Jacques Vincey aucune fausse note: les costumes, la scénographie, la distribution, les lumières, tout est d'une esthétique merveilleuse. Les comédiennes ( Hélène Alexandridis et Myrto Procopiu) donnent à ces deux soeurs fratricides une folie inquiétante. Dans les dérives permanentes où les entraîne leur imagination fantasque, elles sont aussi monstrueuses que touchantes dans cette gémellité qu'elles embrassent autant qu'elles repoussent. Leur ennemi ( Marilu Marini), cette Madame un peu cocotte dont elles envient les tenues et les bijoux, fascine dès son entrée tant elle exprime le visage ambivalent de l'arrogance des maîtres et de la fragilité des femmes. Sorte de marionnette ,au départ, que Solange manipule, elle se réincarne peu à peu en être autonome pour mieux échapper au sort fomenté par les deux soeurs. On est happé par le récit de cette histoire bien étrange :un conte "qu'il faut à la fois croire et refuser de croire" tant il choisit avec délectation la morsure enivrante de l'imagination et se complaît à diriger en un jeu "furtif" trois personnages féminins improbables. Tantôt au rez de chaussée en cuisine, tantôt à l'étage de la maîtresse, on pourrait nommer ce récit allégorique "le rêve de l'escalier " tant l'escalier est le complice délicieux du travestissement schizophrène. Qui sont ces Bonnes? Sont-elles sérieuses? A-t-on le droit de rire? Parfois, lorsque les miroirs s'emmêlent, lorsque les veines du cou de Claire palpitent avec autant de charme que ceux de Madame,  le tragique éclabousse  les fenêtres et se dissout dans le tilleul. Pour ajouter au sentiment d'irréel, la lente progression du dessein de Solange et de Claire est imprimée par des sonneries stridentes, des effets d'éclairage au stroboscope, des fumigènes et halos de fumée. A la fin? Dans la course étourdissante d'un manège lancé à pleine vitesse, le rire de Madame explose, les illusions fondent tandis que le destin se noue et peut-être croira-t-on apercevoir, avant que le noir ne s'impose, une ogresse, des enfants perdues...à moins que ce ne soit le contraire?

 

Titre: Les Bonnes

Auteur: Jean Genet

Mise en scène: Jacques Vincey

 

LES BONNES Tournée 2011-­‐2012

Montpellier, Théâtre des Treize Vents, CDN du 22 au 26 novembre
TNP-­‐Villeurbanne du 29 novembre au 10 décembre
Angers, Grand Théâtre 13, 14 et 15 décembre 2011
Théâtre de l’Athénée-­‐Louis Jouvet, Paris du 13 janvier au 3 février 2012
Toulouse, Théâtre National de Toulouse du 7 au 10 février
Périgueux, L’Odyssée 14 et 15 février
Saintes, Gallia Théâtre 20 février
La Rochelle, La Coursive Scène nationale -­ du 22 au 25 février
Grenoble, MC2  Scène nationale du 28 février au 10 mars 13 et 14 mars
Grasse, le Théâtre 13 et 14 mars
Saint-­‐Raphaël, le Théâtre 16 mars
Draguignan, Théâtres en Dracénie 20 mars
Saint-­‐Valéry-­‐en-­‐Caux , Le Rayon vert  23 mars
Genève, Forum Meyrin 27 et 28 mars
Foix, L’Estive – Scène nationale 31 mars
Bourg-­‐en-­‐Bresse 3,4 et 5 avril
Aulnay-­‐sous-­‐Bois, Espace Jacques Prévert 12 avril
Brest, Le Quartz – Scène nationale 26, 27 et 28 avril 2012
{fcomment}

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

THÉÂTRE

A LA UNE

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:28

Par Nicolas Vidal - Un album en totale osmose avec son créateur, Nihil Novi s’imprègne des envies et de la recherche musicale qui passionne Marcus Strickland entre hip-hop, jazz et couches de son entremêlées pour donner une atmosphère très particulière à son univers musical.

Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:27

Par Nicolas Vidal - Gogo Penguin a beaucoup vadrouillé ces derniers mois dans le monde entier suite à des succès à la chaîne. Leur album «V2.0» a été nommé aux Mercury Awards. Aujourd’hui, ce nouvel album "Man Made Object" ne fait pas offense à la patte singulière de l’univers musical dans lequel Gogo Penguin évolue.

Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Publication : mercredi 27 avril 2016 09:28

Par Pascal Baronheid - Pour sa troisième édition, le Festival Normandie impressionniste a choisi de rassembler sa programmation autour du thème « Portraits impressionnistes ». Sujet rassembleur, intime et populaire, il s’intéresse plus largement à la question de la figure, du visage et du corps, de la famille, des cercles amicaux, des représentations sociales. Le regard que les impressionnistes ont porté sur le monde dessine aussi le portrait d’une époque.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile