Par Sophie Sendra - BSCNEWS.FR / Quelle est la relation entre Dieu, l'écologie et la politique ? A priori, certains pourraient y voir plus qu'une relation, mais des relations d'interconnexions ; d'autres rien, mis à part une succession de croyances telles que croire en Dieu, croire en l'écologie, croire (encore ou pas) en la politique. En cette rentrée littéraire qui produit à la fois des livres, des auteurs et des polémiques, il en est quelques unes qui ne manqueront pas de surprendre.

Édition et Polémique

Comment penser l'écologie et la politique est une des questions soulevées par l'ouvrage de Pascal Bruckner, Le Fanatisme de l'Apocalypse (Éditions Grasset, 2011).
Dans celui-ci, et dans certaines interviews, le philosophe revient sur le message censé transparaître des discours alarmistes voire catastrophistes des prévisions écologistes et météorologiques : tout va disparaître et ce sera de notre faute.
Associé à la pensée de Claude Allègre, Pascal Bruckner déclenche les foudres de ses interlocuteurs. Ce qui pose problème dans cette pensée c'est d'imaginer que l'écologie  n'a aucune base de données sur les problèmes que traverse la planète et sur l'impact de l'homme sur ces changements. Contrarier ces données objectives serait de l'aveuglement.  Par contre, il faut rester dans une pensée philosophique.
Pascal Bruckner fait un raccourci entre une pensée purement humaine de « catastrophisme » et de peur d'une fin du monde, et une réalité qui est la perturbation climatique dont nous sommes en partie responsables. Réduire Claude Allègre en « pseudo-scientifique » est une erreur car il est bel et bien un scientifique qui, malheureusement, n'arrive pas toujours à se faire comprendre clairement.
L'écologie ne fait pas l'apologie de l'Apocalypse, elle ne la souhaite pas, elle anticipe sur un avenir dont on sait qu'il sera trouble en cas de non respect des ressources naturelles.
Les climatologues n'en sont qu'aux prémices de leur science et peuvent donc se tromper sur certaines choses, mais on ne peut imputer à certains la possibilité de créer une polémique afin de questionner le paradigme.
Ce qui est gênant c'est « la polémique pour la polémique ». La fin du monde n'est pas une croyance, elle est une certitude : comme toutes planètes, la terre sera inerte un jour ou l'autre (le plus tard est souhaitable) ; comme toutes espèces, certaines sont vouées à disparaître et la théorie de l'évolution de Darwin l'explique admirablement.
Depuis sa « création » notre planète voit se succéder des périodes chaudes et des périodes froides ainsi que des bouleversements climatiques dont nous ne sommes pas responsables.
D'un côté comme de l'autre, il faut raison gardée : la peur du néant est une des composantes de la nature humaine ; l'écologie nous explique certaines problématiques sans pour autant oublier que la terre opère ses propres changements naturels. Claude Allègre ne nie pas les changements, quant à ne les imputer qu'à l'activité de l'homme uniquement serait effectivement une erreur comme le dit l'ancien ministre. Pascal Bruckner surf sur la vague de la polémique sans réellement toucher le lecteur par sa logique rhétorique. Les clichés sont normalement les ennemis du philosophe, ne cédons pas à une panique inutile ni à une négation absolue des problèmes.

Et Dieu dans tout ça ?
L'Apocalypse qui est censée nous frapper est, dans l'imaginaire des croyances de tous bords, la punition divine qui sanctionnerait notre comportement immoral.
Entre le livre de Pascal Bruckner et celui de Robert Buckman, Les Racines de la Foi (Éditions H&O, 2011), un lien est possible.
Afin de comprendre cette « drôle » de mécanique qu'est la croyance, l'auteur nous présente une large recherche en neurosciences qui tente d'expliquer notre besoin de « figures héroïques » et divines. Ce projet d'explications de la nature humaine a pour but « d'empêcher les idéologues de manipuler nos instincts ».
Dans notre cheminement de pensées, une relation avec notre question de départ est possible. Ainsi, les écologistes seraient donc des idéologues qui, telles les religions, surferaient sur la mode de la manipulation des instincts ? L'écologie serait donc une Religion ?
Si la théorie des Bruckner et Allègre est juste, alors l'écologie susciterait l'éclosion d'un « caractère pathogène » comme le dit le Docteur Wendell Watters dans Mortelle Religion (Éditions H&O, 2011) concernant la doctrine chrétienne. Autre polémique en marche.
Ainsi, entre l'écologie, la religion et la politique il n'y qu'un pas à franchir, une question à poser : en quoi ou en qui croire ?
Les écologistes seraient des commerciaux déguisés, les religions des créateurs de pathologies et de troubles du comportent et les politiciens des communicants manipulateurs ?
La polémique a ceci de bon, c'est qu'elle déclenche le questionnement, elle bouscule les paradigmes, elle doit créer la discussion et la dispute au sens noble du terme.

S'il fallait conclure
Lisez, débattez, échangez car il fut un temps, on brulait les livres : seule la dictature de la pensée était plausible et envisageable. La polémique est peut-être le dernier refuge des provocateurs, elle est sans doute dérangeante, mais elle est nécessaire pour susciter le débat.

{fcomment}

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Des places à gagner

robinmckelle

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Événement

Comedieudlivre bscnews

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Saint-Maur en Poche : une 8e édition so british !
Saint-Maur en Poche : une 8e édition so british !
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:48

Par Jonathan Rodriguez - God save the Queen ! Pour sa huitième édition, Saint Maur en Poche propose de partir à la découverte des auteurs de la langue anglaise. Une belle occasion d’écumer les genres les plus prolifiques de la littérature british. Ce salon international du livre au format de poche se déroulera les 18 et 19 juin, place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés. Il est une nouvelle fois organisé par la librairie La Griffe Noire du célèbre Gérard Collard et de Jean Casel et proposera deux espaces de rencontres – le Café de la Griffe noire et le Café des Déblogueurs – dans lesquels les auteurs présenteront leurs ouvrages au cours d’interviews menées par les libraires, des blogueurs ou des journalistes. Au final ce sont plus de 180 auteurs qui viendront à la rencontre des lecteurs.

Stavanger:  un huis-clos aux relents de repentance
Stavanger: un huis-clos aux relents de repentance
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:14

De Florence Yérémian - Florence a sauvé Simon du suicide. En longeant le quai, elle a vu ce jeune homme étendu sur les rails avec sa coupe de champagne. L’esprit grisé par les bulles, il attendait la mort à défaut d’autre chose… Intriguée par ce pauvre ère semblable à un enfant perdu, elle a décidé de le ramener chez elle pour qu’ils puissent finir la nuit ensemble.Malgré la peur et la fatigue, ces deux inconnus ne parviennent pas à s’endormir. Solitaires et amers, ils se font face, se confrontent, et vont, l’espace d’un soir, s'ouvrir l’un à l’autre afin de comprendre enfin ce qui les ronge depuis toujours...  

Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Publication : mercredi 25 mai 2016 15:54

Par Nicolas Vidal - Lorsqu’on tire ses influences entre autres de Fiona Apple, on a finalement une prédisposition artistique qui flirte avec le bon goût. Athenais, jeune songwriter montpelliéraine, après avoir fait ses classes à Londres, s’est installée à Montpellier pour lancer ses projets. Voici déjà son second EP qui oscille entre folk et pop porté par une voix délicatement pâtinée qui donne envie d’en savoir plus. On attend maintenant impatiemment son premier album. Rafraîchissant !

Les Suds à Arles : le carrefour des cultures musicales
Les Suds à Arles : le carrefour des cultures musicales
Publication : mercredi 25 mai 2016 14:54

Par Jonathan Rodriguez - La 21e édition du Festival Les Suds à Arles se dévoile. Du 11 au 17 juillet 2016, cet évènement estival au coeur de la cité arlésienne accueillera plus de 60 000 festivaliers, 60 concerts et des rencontres musicales. Viendront s’ajouter une quarantaine de stages et master classes (chant, danse et musique). Chaque été pendant une semaine, jour et nuit, le festival met en avant une exigence artistique assumée doublée d’un esprit festif indispensable. Un mélange bienvenu entre les plus grandes voix et les sonorités du monde, des plus populaires aux plus intimistes alliant acoustiques, électriques ou électroniques.

Tribeqa : à la conjonction du jazz et du hip hop nantais
Tribeqa : à la conjonction du jazz et du hip hop nantais
Publication : mercredi 25 mai 2016 14:23

Par Nicolas Vidal - Tribeqa est un transfuge de la scène musicale nantaise et de son incroyable vitalité. L’idée musicale tourne autour d’une architecture Afro-Jazz-Hip Hop qui surprend et s’affirme au carrefour des influences. Ni trop Jazz, ni trop Hip-Hop, l’alchimie prend avec vigueur. On vous recommande la découverte de Tribeqa.

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.