Hitchcock _ ScalaInterview d'Eric Scala/ Propos recueillis par Julie Cadilhac - BSCNEWS.FR/ Illustrations d'Eric Scala/Eric Scala est un illustrateur aux productions protéiformes: caricaturiste, peintre de nus féminins, inspiré par l’univers fantastique autant que par des thèmes plus réalistes, son trait mérite notre attention! Il est parti exposer ses nouvelles amours, les ladies du burlesque, au Canada, et s’est prêté à l’exercice de l’interview dès son retour du pays des caribous et du sirop d’érable! On l’en remercie!

 

Avec quels outils travaille Eric Scala?
Le peintre ? avec de l'huile en glacis et l’acrylique … l'illustrateur? avec photoshop Painter et sketchbookpro mais aussi un peu de 3 D et le modeleur? avec un vieux canif sur de la glaise...

Vous dessinez des caricatures, mais aussi des nus féminins, optez aussi pour des travaux plus abstraits...dans quel ordre ( de préférence) classeriez-vous ces diverses spécialités?
En fonction de l'humeur et de la demande, je dessine tous les jours sur des petits calepins qui se sont accumulés depuis des années Ad Astra en a fait un recueil qui s'appelle Sketchbook vous y trouverez un peu de tout :croquis de nus avec les tableaux en fond, des dodues, des caricatures, des monstres, des dragons etc ...

Quels références picturales vous inspirent? Mark Twain - Eric Scala
Vu mon côté peintre et illustrateur, ça va du musée au web et encore une fois ça dépend des jours, mais certains sont immuables tels que Vinci et Rembrandt ( si vous regardez un de ses tableaux de loin et que vous vous rapprochez quel choc! Daumier également ( superbes tableaux au musée des Beaux arts de Montréal ).... bref, si je résume, pour éviter de faire une liste trop grande : d’abord Alma Tadema et les peintres pré-raphaëlites qui vous amènent naturellement vers le peintre illustrateur qu'était Norman Rockwell et la délicatesse d'Arthur Rackham. De manière plus contemporaine? nous avons le génial Beksinski que j'avais rencontré sur Paris et l'immense Jeffrey Catherine Jones avec qui j'ai eu le privilège d'échanger quelques mots et puis tous les autres actuels Mignola , James Gurney, Peter de Sève etc... et dans le monde de la caricature? l'incontournable Sebastian Krüger, Jason Seiler, l'incroyable Dominic Philibert, Paul Moyse, Wouter Tulp, David Duque, Jeff Stahl que vous pouvez retrouver dans mes liens sur mon blog!

Commençons par vos portraits satiriques: quels conseils simples donneriez-vous à un peintre qui souhaiterait s'adonner à ce genre?
D'abord il faut aimer le genre humain, un peu de morphopsychologie, de la sympathie ou de l'antipathie selon et surtout beaucoup d'humilité . Mon Hitch je l’ai mélangé avec les oiseaux de Pixar: je trouvais qu'on y voyait deux façons de traiter les oiseaux au cinema .

Salvador Dali - ScalaLe choix de vos sujets est-il le fruit de coïncidences? Des exemples d'anecdotes de création?
Certains sont souvent le fruit du hasard en peinture! Weekend à Tchernobyl, par exemple, a commencé comme un nu et je me suis dit « encore un nu !» et j'ai tout mélangé avec un couteau de peinture...c'était comme du modelage! Clint a commencé aussi en tâtonnant et un peu au hasard ... Mais bien sûr, en ce qui concerne les illustrations, on me demande quelque chose de particulier donc le travail y est plus classique.

Vous dessinez aussi des scènes fantastiques où l'on aperçoit des robots, des drapés qui métamorphosent les corps et les visages....d'où naît cette inspiration?
La plupart du temps, j’aime dessiner quelque chose qu'on ne m'a pas demandé, changer mes habitudes en peinture... il n'est pas rare de voir des gens qui peignent toute leur vie le même thème! ça fait un peu peur, non? …En peinture; au début, je voilais les visages je trouvais simplement que c'était plus facile de s'identifier...

Pour jouer sur les effets de flous, vos personnages semblent se fondre dans le décor quiLandau - Scala les happe...votre public y voit-il un côté sombre, angoissant qui le fascine? ou un côté mystérieux qui l'intrigue?
Oui, c’est parce que je privilégie l’attitude. En quelques minutes, dans mes croquis, il faut que l’on puisse identifier ce que je veux dessiner. De ce côté, je suis plus peintre qu’illustrateur: je préfère donner à la personne qui regarde la possibilité d'utiliser son imaginaire... si tout est dit, ça a moins d'impact, il me semble...

Cet été, quels travaux avez-vous exposé au Canada? Dans quel cadre figurait cette "exhibition" de vos oeuvres?
D'un côté, des caricatures, de l'autre, des portraits de Ladies du Burlesque, et là je boucle la boucle car je les travaille comme des caricatures... mais esthétiques !Je retourne à mes amours premiers,les modeles féminins, avec une seule différence, c'est que dans le burlesque, il y a des personnages différents, l'ambiance est forte, je vais d'ailleurs en faire certaines en peinture et imaginer une exposition de peintures de ces filles, mais ça, c'est une autre histoire...

Eric ScalaLe Canada est-il un lieu privilégié pour les artistes? Les institutions y sont-elles plus ouvertes, plus dynamiques, plus accueillantes?
Je découvre le Canada. Il y a un gros potentiel et peut être une curiosité qui a disparu sur le vieux continent... l'avenir nous en dira plus . Prochaine étape la fin d'année avec une grosse surprise …

Le site d’Eric Scala: ICI

 

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Marcus Strickland : une atmosphère musicale entre hip hop et jazz
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:28

Par Nicolas Vidal - Un album en totale osmose avec son créateur, Nihil Novi s’imprègne des envies et de la recherche musicale qui passionne Marcus Strickland entre hip-hop, jazz et couches de son entremêlées pour donner une atmosphère très particulière à son univers musical.

Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Gogo Penguin : un nouvel album électro-accoustique
Publication : jeudi 28 avril 2016 15:27

Par Nicolas Vidal - Gogo Penguin a beaucoup vadrouillé ces derniers mois dans le monde entier suite à des succès à la chaîne. Leur album «V2.0» a été nommé aux Mercury Awards. Aujourd’hui, ce nouvel album "Man Made Object" ne fait pas offense à la patte singulière de l’univers musical dans lequel Gogo Penguin évolue.

Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Festival Normandie : Tous impressionnistes au Havre
Publication : mercredi 27 avril 2016 09:28

Par Pascal Baronheid - Pour sa troisième édition, le Festival Normandie impressionniste a choisi de rassembler sa programmation autour du thème « Portraits impressionnistes ». Sujet rassembleur, intime et populaire, il s’intéresse plus largement à la question de la figure, du visage et du corps, de la famille, des cercles amicaux, des représentations sociales. Le regard que les impressionnistes ont porté sur le monde dessine aussi le portrait d’une époque.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile