Hitchcock _ ScalaInterview d'Eric Scala/ Propos recueillis par Julie Cadilhac - BSCNEWS.FR/ Illustrations d'Eric Scala/Eric Scala est un illustrateur aux productions protéiformes: caricaturiste, peintre de nus féminins, inspiré par l’univers fantastique autant que par des thèmes plus réalistes, son trait mérite notre attention! Il est parti exposer ses nouvelles amours, les ladies du burlesque, au Canada, et s’est prêté à l’exercice de l’interview dès son retour du pays des caribous et du sirop d’érable! On l’en remercie!

 

Avec quels outils travaille Eric Scala?
Le peintre ? avec de l'huile en glacis et l’acrylique … l'illustrateur? avec photoshop Painter et sketchbookpro mais aussi un peu de 3 D et le modeleur? avec un vieux canif sur de la glaise...

Vous dessinez des caricatures, mais aussi des nus féminins, optez aussi pour des travaux plus abstraits...dans quel ordre ( de préférence) classeriez-vous ces diverses spécialités?
En fonction de l'humeur et de la demande, je dessine tous les jours sur des petits calepins qui se sont accumulés depuis des années Ad Astra en a fait un recueil qui s'appelle Sketchbook vous y trouverez un peu de tout :croquis de nus avec les tableaux en fond, des dodues, des caricatures, des monstres, des dragons etc ...

Quels références picturales vous inspirent? Mark Twain - Eric Scala
Vu mon côté peintre et illustrateur, ça va du musée au web et encore une fois ça dépend des jours, mais certains sont immuables tels que Vinci et Rembrandt ( si vous regardez un de ses tableaux de loin et que vous vous rapprochez quel choc! Daumier également ( superbes tableaux au musée des Beaux arts de Montréal ).... bref, si je résume, pour éviter de faire une liste trop grande : d’abord Alma Tadema et les peintres pré-raphaëlites qui vous amènent naturellement vers le peintre illustrateur qu'était Norman Rockwell et la délicatesse d'Arthur Rackham. De manière plus contemporaine? nous avons le génial Beksinski que j'avais rencontré sur Paris et l'immense Jeffrey Catherine Jones avec qui j'ai eu le privilège d'échanger quelques mots et puis tous les autres actuels Mignola , James Gurney, Peter de Sève etc... et dans le monde de la caricature? l'incontournable Sebastian Krüger, Jason Seiler, l'incroyable Dominic Philibert, Paul Moyse, Wouter Tulp, David Duque, Jeff Stahl que vous pouvez retrouver dans mes liens sur mon blog!

Commençons par vos portraits satiriques: quels conseils simples donneriez-vous à un peintre qui souhaiterait s'adonner à ce genre?
D'abord il faut aimer le genre humain, un peu de morphopsychologie, de la sympathie ou de l'antipathie selon et surtout beaucoup d'humilité . Mon Hitch je l’ai mélangé avec les oiseaux de Pixar: je trouvais qu'on y voyait deux façons de traiter les oiseaux au cinema .

Salvador Dali - ScalaLe choix de vos sujets est-il le fruit de coïncidences? Des exemples d'anecdotes de création?
Certains sont souvent le fruit du hasard en peinture! Weekend à Tchernobyl, par exemple, a commencé comme un nu et je me suis dit « encore un nu !» et j'ai tout mélangé avec un couteau de peinture...c'était comme du modelage! Clint a commencé aussi en tâtonnant et un peu au hasard ... Mais bien sûr, en ce qui concerne les illustrations, on me demande quelque chose de particulier donc le travail y est plus classique.

Vous dessinez aussi des scènes fantastiques où l'on aperçoit des robots, des drapés qui métamorphosent les corps et les visages....d'où naît cette inspiration?
La plupart du temps, j’aime dessiner quelque chose qu'on ne m'a pas demandé, changer mes habitudes en peinture... il n'est pas rare de voir des gens qui peignent toute leur vie le même thème! ça fait un peu peur, non? …En peinture; au début, je voilais les visages je trouvais simplement que c'était plus facile de s'identifier...

Pour jouer sur les effets de flous, vos personnages semblent se fondre dans le décor quiLandau - Scala les happe...votre public y voit-il un côté sombre, angoissant qui le fascine? ou un côté mystérieux qui l'intrigue?
Oui, c’est parce que je privilégie l’attitude. En quelques minutes, dans mes croquis, il faut que l’on puisse identifier ce que je veux dessiner. De ce côté, je suis plus peintre qu’illustrateur: je préfère donner à la personne qui regarde la possibilité d'utiliser son imaginaire... si tout est dit, ça a moins d'impact, il me semble...

Cet été, quels travaux avez-vous exposé au Canada? Dans quel cadre figurait cette "exhibition" de vos oeuvres?
D'un côté, des caricatures, de l'autre, des portraits de Ladies du Burlesque, et là je boucle la boucle car je les travaille comme des caricatures... mais esthétiques !Je retourne à mes amours premiers,les modeles féminins, avec une seule différence, c'est que dans le burlesque, il y a des personnages différents, l'ambiance est forte, je vais d'ailleurs en faire certaines en peinture et imaginer une exposition de peintures de ces filles, mais ça, c'est une autre histoire...

Eric ScalaLe Canada est-il un lieu privilégié pour les artistes? Les institutions y sont-elles plus ouvertes, plus dynamiques, plus accueillantes?
Je découvre le Canada. Il y a un gros potentiel et peut être une curiosité qui a disparu sur le vieux continent... l'avenir nous en dira plus . Prochaine étape la fin d'année avec une grosse surprise …

Le site d’Eric Scala: ICI

 

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Des places à gagner

robinmckelle

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Événement

Comedieudlivre bscnews

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Saint-Maur en Poche : une 8e édition so british !
Saint-Maur en Poche : une 8e édition so british !
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:48

Par Jonathan Rodriguez - God save the Queen ! Pour sa huitième édition, Saint Maur en Poche propose de partir à la découverte des auteurs de la langue anglaise. Une belle occasion d’écumer les genres les plus prolifiques de la littérature british. Ce salon international du livre au format de poche se déroulera les 18 et 19 juin, place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés. Il est une nouvelle fois organisé par la librairie La Griffe Noire du célèbre Gérard Collard et de Jean Casel et proposera deux espaces de rencontres – le Café de la Griffe noire et le Café des Déblogueurs – dans lesquels les auteurs présenteront leurs ouvrages au cours d’interviews menées par les libraires, des blogueurs ou des journalistes. Au final ce sont plus de 180 auteurs qui viendront à la rencontre des lecteurs.

Stavanger:  un huis-clos aux relents de repentance
Stavanger: un huis-clos aux relents de repentance
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:14

De Florence Yérémian - Florence a sauvé Simon du suicide. En longeant le quai, elle a vu ce jeune homme étendu sur les rails avec sa coupe de champagne. L’esprit grisé par les bulles, il attendait la mort à défaut d’autre chose… Intriguée par ce pauvre ère semblable à un enfant perdu, elle a décidé de le ramener chez elle pour qu’ils puissent finir la nuit ensemble.Malgré la peur et la fatigue, ces deux inconnus ne parviennent pas à s’endormir. Solitaires et amers, ils se font face, se confrontent, et vont, l’espace d’un soir, s'ouvrir l’un à l’autre afin de comprendre enfin ce qui les ronge depuis toujours...  

Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Publication : mercredi 25 mai 2016 15:54

Par Nicolas Vidal - Lorsqu’on tire ses influences entre autres de Fiona Apple, on a finalement une prédisposition artistique qui flirte avec le bon goût. Athenais, jeune songwriter montpelliéraine, après avoir fait ses classes à Londres, s’est installée à Montpellier pour lancer ses projets. Voici déjà son second EP qui oscille entre folk et pop porté par une voix délicatement pâtinée qui donne envie d’en savoir plus. On attend maintenant impatiemment son premier album. Rafraîchissant !

Les Suds à Arles : le carrefour des cultures musicales
Les Suds à Arles : le carrefour des cultures musicales
Publication : mercredi 25 mai 2016 14:54

Par Jonathan Rodriguez - La 21e édition du Festival Les Suds à Arles se dévoile. Du 11 au 17 juillet 2016, cet évènement estival au coeur de la cité arlésienne accueillera plus de 60 000 festivaliers, 60 concerts et des rencontres musicales. Viendront s’ajouter une quarantaine de stages et master classes (chant, danse et musique). Chaque été pendant une semaine, jour et nuit, le festival met en avant une exigence artistique assumée doublée d’un esprit festif indispensable. Un mélange bienvenu entre les plus grandes voix et les sonorités du monde, des plus populaires aux plus intimistes alliant acoustiques, électriques ou électroniques.

Tribeqa : à la conjonction du jazz et du hip hop nantais
Tribeqa : à la conjonction du jazz et du hip hop nantais
Publication : mercredi 25 mai 2016 14:23

Par Nicolas Vidal - Tribeqa est un transfuge de la scène musicale nantaise et de son incroyable vitalité. L’idée musicale tourne autour d’une architecture Afro-Jazz-Hip Hop qui surprend et s’affirme au carrefour des influences. Ni trop Jazz, ni trop Hip-Hop, l’alchimie prend avec vigueur. On vous recommande la découverte de Tribeqa.

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.