Par Julie Cadilhac-Bscnews.fr/ Crédit-photo: Nabil Boutros/ Dire que l'ouverture du Centaure et l'Animal ne laissait rien présager de bon est un euphémisme: on découvre un homme au masque inquiétant, tête couverte d'un tissu blanc, qui martyrise les touches d'un piano de ses orteils et de ses doigts tandis que des vers macabres de Lautréamont résonnent sur le rideau tremblant. On tremble déjà d'assister à un spectacle qui sacrifie l'émotion en se noyant dans un projet trop conceptuel et sentant la lenteur pénétrer dans tous les membres du plateau, l'inquiétude de passer une ennuyeuse soirée pointe dangereusement le bout de son nez. Mais, alors, entre un cheval et la beauté sauvage de l'animal gomme tous les manques du début. La danse butô et le cérémonial équestre entament un dialogue troublant et primitif. Homme et cheval sont objet de métamorphoses aussi monstrueuses que fragiles, aussi puissantes que vacillantes. Les ombres se détachent, les corps s'affrontent, se débattent, sont soumis à de violents sursauts. Déguisés de lumière, l'homme et la bête se confondent: le cavalier Bartabas et ses quatre superbes chevaux ( Horizonte, Soutine, Pollock et Le Tintoret) qui dansent sur le plateau s'improvisent spectres inquiétants, papillons gigantesques, cauchemars voilés, centaure bavard. Sujets d'angoisse autant que de fascination. De miroir en jeux de lumière miroitant sur des rideaux d'argent, d'or ou de pierre de lune, on semble revenir au premier temps du monde. Monstre mythologique ou animal nu dans la lumière de la genèse, l'animal s'humanise lorsque l'homme a gagné la mort en un baiser. Sous une pluie de sable d'or cendre, Ko Murobushi ploie sous son humanité dont il souhaiterait s'extraire et son corps tout entier sait s'agiter de soubresauts qui ragent de ne pas quitter leur forme d'origine.Le centaure et l'animal

On applaudira la beauté époustouflante de certains tableaux et le dressage de ces quatre montures, qui, guidées sans rêne, réussissent à rester immobiles pendant plusieurs minutes. Une prouesse dont on ressort admiratif et on salue la témérité d'une entreprise aussi ambitieuse. On félicitera aussi les contorsions du danseur- moine, Ko Murobushi: son travail respiratoire et sa concentration réussissent ainsi le tour de force d'un corps qui se transfigure et, le temps de quelques secondes, s'apparente de façon impressionnante à celui d'un équidé...
Titre: Le centaure et l'animal
Conception, mise en scène: Bartabas
Chorégraphie: Ko Murobushi, Bartabas
Musique: Jean Schwarz
Lumière: Françoise Morel
Textes: Lautréamont ( Les chants de maldoror) dits par Jean-Luc Debattice

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Evènement

SETEOCT2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Pigments : esquisse théâtrale d’une thérapie amoureuse

Publication : mercredi 28 septembre 2016 10:28

Par Florence Yérémian - Chloé et Nicolas sont fiancés. L’une est peintre, l’autre neurologue et ils vivent ensemble depuis quatre ans. L’idylle est belle et semble durer jusqu’au jour où Nicolas découvre que Chloé le trompe. Refusant tout repentir, il la quitte mais son infidèle est soudainement victime d’un accident. Devenue amnésique, Chloé ne se rappelle plus de rien, pas même du prénom de son conjoint ! Un certain neurologue entre alors dans sa vie pour lui faire retrouver la mémoire et tenter, si possible, de la reconquérir.

Brooklyn Village : Ira Sachs, un portrait de famille tout en finesse

Brooklyn Village : Ira Sachs, un portrait de famille tout en finesse

Publication : mercredi 28 septembre 2016 08:56

Par Jonathan Rodriguez – À la mort de son grand-père, la famille de Jake (13 ans) hérite de la maison de Brooklyn, dont le rez-de-chaussée est occupé par Leonor, une couturière latino-américaine, qui tient un magasin. Se liant d’une amitié franche et sincère avec Tony, le fils de Leonor, Jake va être confronté au monde des adultes, et à leurs problèmes. Les relations cordiales entre les parents vont, en effet, s'envenimer pour des raisons financières.  

Loïs Le Van : la nouvelle voix du Jazz français

Loïs Le Van : la nouvelle voix du Jazz français

Publication : mardi 27 septembre 2016 11:22

Par Nicolas Vidal - Loïs Le Van se postionne déjà comme une révélation sur la scène du Jazz.  Lauréat du concours de Jazz Vocal Voicingers,  le jeune chanteur a une vision très précise  de ce que doit être l’émotion du jazz et son rapport intime à la sincérité. Rencontre passionnante avec Loïs Le Van pour son nouvel album.

Val d’Oise : un nouveau cap pour le festival Jazz

Val d’Oise : un nouveau cap pour le festival Jazz

Publication : mardi 27 septembre 2016 10:13

Par Deborah Valentin - Du 19 octobre au 11 décembre 2016, la 21e édition du festival Jazz au fil de l’Oise  laissera la place à des saxophonistes, des chanteurs et des pianistes. Cette nouvelle saison 2016 se déroulera dans les différentes communes du Val d’Oise pour mettre le jazz à l’honneur pendant six semaines.

Saudade : le nouvel album touchant de Fortu

Saudade : le nouvel album touchant de Fortu

Publication : lundi 26 septembre 2016 09:47

Par Romain Rougé - Dans son nouvel album illustré, Fortu propose des clichés d’instants et de saynètes de vie. Saudade est un recueil d’histoires courtes, profondes et touchantes qui ne laissent pas indifférent.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR