BSC News

 

 

 

           

Fanny ChesnelPar Harold Cobert- Bscnews.fr/ En apparence, Une jeune fille aux cheveux blancs de Fanny Chesnel a toute la fraîcheur des premiers romans. En apparence seulement.
Caroline, ancienne dentiste, mariée, deux filles, grand-mère, fête ses soixante ans. Et sa retraite. C’est là que, tel un regard trop longtemps porté dans le rétroviseur qui fait partir dans le décor, tout se met lentement à déraper. Car, que faire de tout ce temps libre qui s’offre à elle ? Comment remplir les pages redevenues vierges de son agenda pour ne pas tomber dans l’ennui, mais sans mettre en péril sa liberté retrouvée ? Pas d’inquiétude, la société est bien huilée. Elle continue à nous créer toute sorte d’obligations pour mieux nous contrôler. Elle veille, notamment par l’intermédiaire des nos propres enfants. Pour ses soixante ans, ceux de Caroline lui offrent une inscription dans un club pour retraités, « Nouvel Âge » – euphémisme terrible, le même qui a transformé les cartes « vermeilles » en cartes « sénior » pour travestir et embellir une réalité en lente mais certaine décrépitude. Une remise en question fondamentale de son existence, du socle et des valeurs sur laquelle elle l’a construite commence alors pour notre sexagénaire.
Si le ton est léger, avec des accents de comédie sentimentale et romantique, ce roman aux allures de divertissement est plus complexe et plus profond qu’il n’y paraît. L’ironie rôde, griffe et épingle les travers de cette période de la vie devenue aujourd’hui un véritable phénomène de société. Rien n’échappe au regard aigu de la romancière : les clubs du troisième âge qui sont en réalité des clubs de rencontres déguisés, le regard de ceux qui sont encore actifs sur ceux passés de l’autre côté de la frontière, la tyrannie morale de ses propres enfants, l’amour et les relations sexuelles des sexas transformées en couguars, etc. Ironie, donc, satire douce-amère, sans concession, mais avec bienveillance. Il y a en effet dans cette fureur de vivre, voire de revivre enfin après une période d’oubli de soi dans ses activités professionnelles, une dimension hautement pathétique, dans le bon sens du terme. Car le désir de liberté de Caroline, son envie de renouer avec sa jeunesse, sont voués à l’échec. Et, au fond d’elle-même, elle le sait pertinemment, mais veut quand même y croire. Elle sait que l’horizon des possibles qui semble s’ouvrir devant elle est en fait entaché de tous les impossibles qu’elle a vécus.
On compare souvent, et à juste titre, l’enfance et la vieillesse. Mais rarement la phase de la retraite à l’adolescence. Comme l’adolescence est cet entre-deux où l’on n’est plus un enfant et pas encore un adulte, la retraite est cet autre entre-deux inconfortable où l’on n’est plus jeune et pas encore réellement vieux. A la différence de l’adolescence, les casseroles que l’on traîne, les blessures et les cicatrices passées, la conscience de la futilité de choses, empêchent et interdisent de retrouver cette insouciance perdue. A cet égard, l’histoire de Caroline est exemplaire, le roman de Fanny Chesnel tendre et cruel à la fois.
Roman de mœurs, comédie sentimentale et romantique, mais également roman social, cette Petite fille aux cheveux blancs a la fraîcheur jubilatoire de la petite fille et la lucidité tragique de ses cheveux blancs.


Auteur: Fanny Chesnel
Editions: Albin Michel
216 pages
Prix:16€.

Crédit photo Fanny Chesnel : Michael Lafontan

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Publication : vendredi 24 mars 2017 08:45

Par Nicolas Vidal - Depuis tout petit, Léo a suivi son père, Ben Sidran. Puis il a appris de son talent et de son expérience. Du Winsconsin à New York en passant par Meudon, Léo Sidran propose un très exaltant Entre chien et loup. Le musicien multifacettes nous parle de sa carrière, de ses projets et de sa conception de la musique.

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Publication : jeudi 23 mars 2017 09:34

Par Nicolas Vidal - Réjouissez-vous chers lecteurs car ce 23 mars sera l’occasion de découvrir une facette pour le moins méconnue de l’un des people préférés   des Français. Ainsi, Gad Elmaleh publie une bande dessinée en librairie intitulée «Le Blond» (Editions Michel Lafon) qui retrace l’histoire de son personnage fétiche, joué sur scène depuis une dizaine d’années.

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer