BSC News

 

 

 

           

Nancy Pena INTERVIEW DE NANCY PENA - Propos recueillis par Julie Cadilhac- Bscnews.fr/ Illustrations de Nancy Pena/

Bonjour Nancy, bébé, la fée de l'illustration s'est penchée sur votre berceau ou votre inclination pour le dessin a pointé le bout de son nez bien plus tard?
J’ai tout de suite aimé dessiner, et tout de suite pour raconter des histoires. Avec ma sœur, nous étions très solitaires, et nous dessinions beaucoup. Nos jeux pouvaient aussi bien se dérouler sur un bout de papier que dans le jardin de mes parents.

Vous avez édité de nombreux albums pour la boîte à bulles: pourriez-vous nous parler de la ligne éditoriale de cette maison en quelques mots?
Les choix de Vincent Henry sont très éclectiques, mais la Boîte à bulles est plutôt tournée vers le roman graphique, avec le désir de lancer et faire découvrir de nouveaux auteurs, d’horizons complètement différents.

Parlez-nous de Jimbal des îles par exemple : qu'est-ce qui vous a séduit dans cette histoire?
J’aime beaucoup la collection Estampillette de Bayard. Jimbal, comme Le cirque dans une petite boite sont des romans denses et prenants, avec des personnages attachants et une bonne dose d’aventure, bref, ce que j’aurai aimé lire enfant. Le travail d’illustration en noir et blanc me convient bien, c’est ce que je préfère faire et c’est assez rare en illustration jeunesse.
Pour Le cirque dans une petite boîte, j’ai été en contact avec Dina Sabitova, l’auteur de ce livre qui avait déjà été illustré en Russie. Je me suis rendu compte à quel point ma façon d’aborder un récit à illustrer et mes références étaient françaises, ça a été une rencontre passionnante et très dépaysante !

Tea Party est une bande dessinée dont vous êtes l'auteur et l'illustratrice? Vous aimez donc travailler aussi avec les Lettrine de Nancy PEnamots?
J’ai surtout du mal à concevoir le dessin séparé du scénario, j’ai une manière de travailler assez anarchique dans laquelle je ne peux pas dissocier les deux. Le dessin appelle souvent des idées. Sinon, oui, je suis en général trop bavarde dans mes albums, j’aime les mots, les différents registres de langage. Je me régale à écrire les petits dialogues médicaux de l’oiseau médecin dans Tea Party, ou les discussions pleines d’argot des marins de la Guilde de la mer. Le langage est très évocateur et participe vraiment à suggérer un univers particulier.

La culture asiatique inspire-t-elle votre trait?
Mon trait est inspiré de la gravure sur cuivre que j’ai pratiqué un peu lors de mes études. La culture asiatique influence plutôt la façon de construire mes images, dans les cadrages comme dans leur aspect très iconographique.

Vous dessinez des boîtes à thés absolument délicieuses...en êtes-vous vous-même une grande consommatrice?
Oui, avec une préférence pour le genmaicha !

Il semble également que vous prisiez un effet "vintage" sur vos illustrations....pourquoi?
J’ai un trait un peu « gravure », et difficile à mettre en couleur parce que très dense. L’ajout de texture me semble coller à ma façon de dessiner, et adoucit les aplats de couleurs que j’utilise sous photoshop. Cet effet, c’est un peu un cache misère finalement. Ma grande frustration est de ne pas savoir faire de couleur directe.

Lettrine C - Nancy penaDans "La princesse Cornelia veut aller à l'école", vous travaillez sur le détail des tapisseries, des draperies...le décor chez Nancy Pena devient toujours objet d'art?
J’adore le motif en général, cela rejoint mon intérêt pour l’iconographie et la culture asiatique dont on parlait. J’aime que mes images aient un aspect décoratif, pour le pur plaisir graphique et pour caractériser un univers. Et aussi, j’ai peur du vide dans une image.

Diriez-vous que l'exotisme ou un retour en arrière important dans le temps (Moyen-Âge, Antiquité etc...) sont des atouts majeurs pour que votre inspiration se sente à l'aise?
Oui, je me sens incapable de dessiner un univers contemporain. Avec un contexte moins proche, je me sens plus libre de composer un univers personnel, surtout du point de vue graphique. Et puis j’adore le travail de documentation en amont du dessin. Le site de la bibliothèque de New-York est une véritable caverne d’Ali Baba pour moi. Ce travail aide aussi à trouver des idées, des scènes dans mes albums.

Dernièrement, vous avez illustré un livre des prénoms rétro... avec des techniques d'enluminure?
Je me suis inspirée des lettrines du début du siècle, de l’art nouveau en particulier. C’est un travail qui m’a beaucoup intéressée, de par son caractère décoratif, mais aussi parce qu’il comprenait beaucoup de contraintes, comme l’utilisation de trois couleurs. Je me suis d’ailleurs obligée à dessiner l'élément dont le nom commence par chaque lettre illustrée. La contrainte est vraiment un bon moyen d’inventer des choses.

Sur votre blog, on découvre un Herakkles grandi depuis l'épisode de la belette, une bonne nuit en couleurs et en noir et blanc, une grande ourse dans les étoiles....des projets en cours que vous faîtes partager à vos lecteurs du blog?
Oui, mon blog sert surtout à montrer mes travaux, d’ailleurs, c’est grâce à lui que je trouve du travail ! Cela permet aux lecteurs de suivre l’avancement des travaux en cours, et à moi de faire le bilan.

Des illustrations grecques et romaines en cours? pour un album? une bande dessinée? Êtes-vous fascinée par la mythologie antique?
Mon père est un grand connaisseur de la mythologie donc j’ai grandi en écoutant ces histoires. En ce moment, je travaille sur un bestiaire antique pour Milan. C’est la première fois que je dessine cet univers, et j’ai l’occasion de le faire avec de grandes planches en couleurs et des ornements de page, un vrai régal.

Nancy...êtes-vous professeur...d'arts plastiques? Avec quel(s) principe(s) de base initiez-vous vos élèves?
J’ai été professeur d’arts appliqués, mais le climat n’est pas très propice à l’apprentissage des arts, j’ai arrêté d’enseigner cette année. Malheureusement, je pense n’avoir pas réussi à ouvrir mes élèves à d’autres horizons, mais j’espère au moins leur avoir inculqué une bonne méthode de travail, de quoi pouvoir analyser, chercher, proposer.

Si vous deviez citer des courants artistiques ( ou littéraires) qui inspirent vos travaux, vous diriez...?
Je dirai la sécession viennoise, l’art nouveau en général, le japonisme. Et la littérature anglaise et américaine du XIXème siècle (enfin, le peu que j’en connais).

Enfin, quels projets pour 2011?
Pas mal de boulots d’illustrations et la suite de Tea party, agrémentée d’un art book réalisé à quatre mains avec une amie, Céline, qui coud les costumes présents dans mes albums. J’ai aussi un projet d’album à partir de nouvelles fantastiques écrites par mon père.

Tea PartyTitre: Tea Party
Auteure: Nancy Pena






Auteure: Nathalie Dargent
Illustratrice: Nancy Pena
Editions: Milan Jeunesse

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Publication : vendredi 24 mars 2017 08:45

Par Nicolas Vidal - Depuis tout petit, Léo a suivi son père, Ben Sidran. Puis il a appris de son talent et de son expérience. Du Winsconsin à New York en passant par Meudon, Léo Sidran propose un très exaltant Entre chien et loup. Le musicien multifacettes nous parle de sa carrière, de ses projets et de sa conception de la musique.

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Publication : jeudi 23 mars 2017 09:34

Par Nicolas Vidal - Réjouissez-vous chers lecteurs car ce 23 mars sera l’occasion de découvrir une facette pour le moins méconnue de l’un des people préférés   des Français. Ainsi, Gad Elmaleh publie une bande dessinée en librairie intitulée «Le Blond» (Editions Michel Lafon) qui retrace l’histoire de son personnage fétiche, joué sur scène depuis une dizaine d’années.

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer