Che malamboPar Julie Cadilhac- Bscnews.fr / Che...Malambô! , loin du floklore touristique, présente une danse traditionnelle individuelle et exclusivement masculine née au coeur de la Pampa.

Soit! le spectateur peut être dérouté, disons-le, lors des vingt premières minutes de la représentation s'il n' a pas été initié au Zapateo argentin. Pas forcément évident de comprendre que l'on assiste à une représentation artistique "de la force et de la puissance d'une horde au grand galop"....d'où la bonne idée de s'informer de la teneur des programmes distribués le jour même ! En effet, si l'on ne sait pas à quel point le Malambô exalte la beauté de ceux qui sont libres, ces 28 talons qui frappent le sol au rythme du bombo, tambour de bois et de peau, finissent par lasser.

Si l'on ne voit pas l'homme qui frappe la terre pour y imprégner ses peines et ses joies, on admire pourtant -dès lors que le groupe entier envahit la scène et chasse les premières scènes monotones- la performance physique de ces danseurs au menton fier! Oui, on apprécie notamment les duos hallucinants entre les talons et les boleadoras, ces lassos munis d'une boule de bois qui cinglent l'air et dessinent des cercles lumineux qui frôlent et ne cessent jamais de tourner sans le consentement des danseurs.

Che...Malambô ! est un superbe spectacle par ses prouesses techniques et son geste chorégraphique stylisé. On prend plaisir lors des joutes où les danseurs s'affrontent face à face en déclinant les rythmes, on célèbre avec eux la vie des gauchos et autres cavaliers de la pampa argentine et on finit par entendre les chevaux....

On applaudira tout particulièrement la maîtrise des corps, l'élégance intrinsèque, les modulations entre force et silence, légéreté et poids. Pieds nus comme en talons, sous la direction de Gilles Brinas, ces 14 danseurs offrent un spectacle généreux inspiré du vocabulaire traditionnel du Malambô et des techniques personnelles de chaque danseur où l'on apprécie autant la puissance et la vitalité masculine que l'envie de partager que véhiculent ces artistes.

Titre: Che....Malambô!

Genre: Ballet d'Argentine

Direction générale: Gilles Brinas

Le lundi 13 et mardi 14 décembre 2010 / Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau.

Dernière minute

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

THÉÂTRE

A LA UNE

L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
L'indivision : troublante chronique sur un amour incestueux
Publication : lundi 2 mai 2016 09:59

Par Boris Henry - Sa soeur, son amour. Frère et sœur, Martin et Virginie sont également amants. Ils s'aiment depuis leur adolescence, sont allés assez loin, hésitent, mais y reviennent inlassablement. Si Virginie, mariée et mère de deux enfants, veut désormais en rester là, Martin souhaite toujours aller plus loin. Où cela va-t-il les mener ?

Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Ulysse Wincoop : un enfant, deux cultures
Publication : lundi 2 mai 2016 09:48

Par Boris Henry - Ulysse Wincoop est né le jour du massacre de Sioux dans lequel périt le chef Big Foot, le 29 décembre 1890. Un soldat américain l'a recueilli, emporté bien loin, puis l'a confié à sa sœur et son mari. Ulysse grandit, persuadé que ses parents adoptifs sont ceux naturels. Mais différentes tensions apparaissent avant que la vie d'Ulysse ne bascule du jour au lendemain.

La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
La cantatrice chauve: un tourbillon burlesque et revigorant !
Publication : lundi 2 mai 2016 09:20

De Florence Yeremian - Deux couples, un capitaine pompier et une servante qui joue les pendules. Tels sont les personnages de la Cantatrice Chauve, prêts à vous entrainer dans leurs infernales jacasseries.Entre une foule d'inepties sur la société, des dialogues ubuesques sur la routine quotidienne et des tirades déjantées à propos de la vie conjugale, vous allez très vite perdre pied mais c'est en partie ce que l'on cherche lorsque l'on vient voir une œuvre de Ionesco...

Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Franck Woeste : Pocket Rapsody, un album complexe et mélodique
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Franck Woeste, le jeune pianiste allemand fait paraître un premier album chez le prestigieux label Act Music. Pocket Rhapsody impressionne par sa vitalité musicale débordante, accompagnée par des invités de marque comme Ibrahim Maalouf, Youn Sun Nah, Sarah Nemtanu ou encore Gregoire Korniluk.

Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Sylvie Paz et Diego Lubrano : rencontre du jazz et du flamenco
Publication : vendredi 29 avril 2016 19:15

Par Nicolas Vidal - Voilà une belle rencontre entre le flamenco et le Jazz incarnés par la chanteuse Sylvie Paz et le guitariste flamenco Diego Lubrano. La Ùltima se laisse apprivoiser dès les premières notes où tout le monde a quelque chose à aimer tant les inspirations sont larges : tango, jazz, tanguillo, buleria... 

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile