BSC News

 

 

 

           

Che malamboPar Julie Cadilhac- Bscnews.fr / Che...Malambô! , loin du floklore touristique, présente une danse traditionnelle individuelle et exclusivement masculine née au coeur de la Pampa.

Soit! le spectateur peut être dérouté, disons-le, lors des vingt premières minutes de la représentation s'il n' a pas été initié au Zapateo argentin. Pas forcément évident de comprendre que l'on assiste à une représentation artistique "de la force et de la puissance d'une horde au grand galop"....d'où la bonne idée de s'informer de la teneur des programmes distribués le jour même ! En effet, si l'on ne sait pas à quel point le Malambô exalte la beauté de ceux qui sont libres, ces 28 talons qui frappent le sol au rythme du bombo, tambour de bois et de peau, finissent par lasser.

Si l'on ne voit pas l'homme qui frappe la terre pour y imprégner ses peines et ses joies, on admire pourtant -dès lors que le groupe entier envahit la scène et chasse les premières scènes monotones- la performance physique de ces danseurs au menton fier! Oui, on apprécie notamment les duos hallucinants entre les talons et les boleadoras, ces lassos munis d'une boule de bois qui cinglent l'air et dessinent des cercles lumineux qui frôlent et ne cessent jamais de tourner sans le consentement des danseurs.

Che...Malambô ! est un superbe spectacle par ses prouesses techniques et son geste chorégraphique stylisé. On prend plaisir lors des joutes où les danseurs s'affrontent face à face en déclinant les rythmes, on célèbre avec eux la vie des gauchos et autres cavaliers de la pampa argentine et on finit par entendre les chevaux....

On applaudira tout particulièrement la maîtrise des corps, l'élégance intrinsèque, les modulations entre force et silence, légéreté et poids. Pieds nus comme en talons, sous la direction de Gilles Brinas, ces 14 danseurs offrent un spectacle généreux inspiré du vocabulaire traditionnel du Malambô et des techniques personnelles de chaque danseur où l'on apprécie autant la puissance et la vitalité masculine que l'envie de partager que véhiculent ces artistes.

Titre: Che....Malambô!

Genre: Ballet d'Argentine

Direction générale: Gilles Brinas

Le lundi 13 et mardi 14 décembre 2010 / Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau.

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Publication : samedi 3 décembre 2016 10:00

Par Nicolas Vidal - Passez un petit moment musical avec Tournée Générale. Le nom du groupe est sans équivoque.

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:51

Par Marc Emile Baronheid - Un maître-queux sybarite propose cette salve époustouflante de nouvelles mitonnées dans la volupté, servies avec un accompagnement carnassier.

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:38

Par Nicolas Vidal  - Du beau et bon Flamenco distillé par Myrdinn qui mérite une écoute attentive et passionnée. Le titre de l’album «Rosa de Papel» est également une chanson de cet album sur le poème de Federico Garcia Lorca.

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Publication : jeudi 1 décembre 2016 09:45

Par Mélina Hoffmann - Pétillante, énergique, cynique, délicieusement déjantée, subtilement provocante, peste juste ce qu’il faut : Elodie Poux a surtout un style bien à elle et un grain de folie totalement assumé qui fait un bien fou.

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Publication : mercredi 30 novembre 2016 08:31

Par Mélina Hoffmann - Vous cherchez un spectacle où ne surtout pas emmener vos enfants ? Alors vous êtes au bon endroit ! 3 minutes suffisent à comprendre le pourquoi du titre : #nofilter. Mais ça aurait tout aussi bien pu être #nolimit, car Loïc Fontaine n’a absolument aucun tabou et il n’édulcore rien.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR