Che malamboPar Julie Cadilhac- Bscnews.fr / Che...Malambô! , loin du floklore touristique, présente une danse traditionnelle individuelle et exclusivement masculine née au coeur de la Pampa.

Soit! le spectateur peut être dérouté, disons-le, lors des vingt premières minutes de la représentation s'il n' a pas été initié au Zapateo argentin. Pas forcément évident de comprendre que l'on assiste à une représentation artistique "de la force et de la puissance d'une horde au grand galop"....d'où la bonne idée de s'informer de la teneur des programmes distribués le jour même ! En effet, si l'on ne sait pas à quel point le Malambô exalte la beauté de ceux qui sont libres, ces 28 talons qui frappent le sol au rythme du bombo, tambour de bois et de peau, finissent par lasser.

Si l'on ne voit pas l'homme qui frappe la terre pour y imprégner ses peines et ses joies, on admire pourtant -dès lors que le groupe entier envahit la scène et chasse les premières scènes monotones- la performance physique de ces danseurs au menton fier! Oui, on apprécie notamment les duos hallucinants entre les talons et les boleadoras, ces lassos munis d'une boule de bois qui cinglent l'air et dessinent des cercles lumineux qui frôlent et ne cessent jamais de tourner sans le consentement des danseurs.

Che...Malambô ! est un superbe spectacle par ses prouesses techniques et son geste chorégraphique stylisé. On prend plaisir lors des joutes où les danseurs s'affrontent face à face en déclinant les rythmes, on célèbre avec eux la vie des gauchos et autres cavaliers de la pampa argentine et on finit par entendre les chevaux....

On applaudira tout particulièrement la maîtrise des corps, l'élégance intrinsèque, les modulations entre force et silence, légéreté et poids. Pieds nus comme en talons, sous la direction de Gilles Brinas, ces 14 danseurs offrent un spectacle généreux inspiré du vocabulaire traditionnel du Malambô et des techniques personnelles de chaque danseur où l'on apprécie autant la puissance et la vitalité masculine que l'envie de partager que véhiculent ces artistes.

Titre: Che....Malambô!

Genre: Ballet d'Argentine

Direction générale: Gilles Brinas

Le lundi 13 et mardi 14 décembre 2010 / Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau.

LE BSC NEWS du mois

COuv BSCNEWS BRILLANTE JAN16

AU THÉÂTRE

AnnonceBCSElyse300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

THÉÂTRE

Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet de qualité !
Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet de qualité !
Publication : jeudi 4 février 2016 18:44
Hikikomori: portrait tortueux d’un enfant en souffrance
Hikikomori: portrait tortueux d’un enfant en souffrance
Publication : mercredi 27 janvier 2016 08:12
Kiki : Un spectacle cabaret autour de la Reine du Parnasse
Kiki : Un spectacle cabaret autour de la Reine du Parnasse
Publication : jeudi 21 janvier 2016 09:06
Les créanciers : dissection scénique d'un triangle amoureux
Les créanciers : dissection scénique d'un triangle amoureux
Publication : mercredi 20 janvier 2016 09:56
Le manuscrit de Rembrandt : un dialogue mystique un peu trop sentencieux
Le manuscrit de Rembrandt : un dialogue mystique un peu trop sentencieux
Publication : lundi 4 janvier 2016 07:48

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Ernest Hemingway : un texte original agrémenté d'inédits
Publication : jeudi 11 février 2016 08:46

Par Marc Emile Baronheid - Pendant les trois années, ou presque, qui s’écoulèrent entre la disparition d’Hemingway et  la première publication de Paris est une fête au printemps 1964, le manuscrit subit de fâcheux amendements de la part d’individus irrespectueux, se croyant investis d’une mission de redressement.

Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Les Editions du Caïman : un florilège de nouveautés
Publication : jeudi 11 février 2016 08:26

                                  Par Sophie Sendra - En ce début d’année les Editions du Caïman offrent à leurs lecteurs un florilège de nouveautés qui raviront les aficionados des Polars et des thrillers.

Colette : " Paris, je t'aime"
Colette : " Paris, je t'aime"
Publication : mercredi 10 février 2016 08:41

Par Marc Emile Baronheid - Colette a vingt ans lorsqu’elle découvre Paris. Elle l’aimera profondément. Ses premières adresses sont pour l’essentiel choisies par ses maris, ses amants, ses maîtresses.

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

Joris-Karl Huysmans : ses chroniques de Paris
Joris-Karl Huysmans : ses chroniques de Paris
Publication : mardi 9 février 2016 08:14

Par Marc Emile Baronheid - Joris-Karl Huysmans  fréquente et raconte le jardin du Luxembourg, le parc Monceau, le boulevard Montparnasse, un gentil bal à Grenelle, de petits coins où les servantes plument des dindons.

CINEMA

Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Yogananda: un documentaire qui tend vers l'hagiographie
Publication : mercredi 10 février 2016 08:21

Par Florence Yérémian - Connaissez-vous Paramahansa Yogananda? Avec ses longs cheveux noirs et ses yeux révulsés, il nous fait songer à une version indienne du mystique Raspoutine. Nommé Swami par son guide spirituel, cet homme singulier a introduit le kriya Yoga aux Etats-Unis durant l’entre deux guerres. Vénéré par des foules immenses, il a également été l’auteur d’un Best Seller (Autobiographie d’un Yogi) qui a influencé Steve Jobs autant que Georges Harisson.

No Land's Song:  un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
No Land's Song: un plaidoyer musical contre l’absurdité d’une tyrannie
Publication : lundi 8 février 2016 08:33

Depuis la révolution de 1979, l'Iran interdit aux femmes et particulièrement aux solistes de chanter devant un public mixte. En effet, selon les dires de la guidance islamique, toute voix féminine serait susceptible d'atteindre une fréquence sonore pouvant provoquer du plaisir, voire de l'ivresse, à un spectateur masculin ...