Par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Les héros sont partout. Où que vous tourniez la tête, ils sont là, portés par la télévision, les médias, les états, les gouvernements, les magazines, les communautés, les clubs sportifs et les associations caritatives. Certains zonent dans les stades, d’autres envahissent votre télévision, investissent votre journal et se répandent dans votre radio. Les héros d’aujourd’hui brandissent des coupes, pleurent sous l’émotion, réfléchissent à des plans médias et soignent leur courbe de popularité. Bref, le héros est partout, omniprésent, vainqueur, fier et indiscutable.
Il est la valeur forte, le pion essentiel, le symbole de l’espoir, l’icône de la réussite ou de la gentillesse, de la courtoisie, de la finesse ou encore de l’intégration.
Il est utilisé comme un bouclier humain contre toutes les tracasseries du quotidien, les malheurs de la vie ou les horreurs de la guerre.
Il est exhibé à la foule pour justifier, pour convaincre et pour amplifier la rumeur tout en faisant taire la réflexion.
Cependant, de nos jours, il devient difficile de distinguer le héros de la personnalité publique, le héros de la pop star, le héros du people, le héros du politique ou encore le héros de l’alibi culturel ?
Nous sommes alors en droit de nous poser légitimement la question de savoir si le héros est politique, social, culturel, anarchiste, conventionnel, politiquement correct ou finalement dépassé. Au fond, n’y a t-il pas une relation incestueuse entre la célébrité et la notion d’héroïsme de plus en plus galvaudée ? Est-on seulement un héros parce que l’on est visible et médiatique ? L’héroïsme repose t-il uniquement sur le plébiscite médiatique?
En somme, est-il vraiment nécessaire que cette matière que nous adulons et que nous appelons « héros» soit vivante ?
Le héros fait aussi partie de la fiction, du rêve et des légendes que chacun de nous s’invente. Ne sont-elles pas le meilleur vivier de vrais héros ?
Dans ce numéro, nous avons demandé à des écrivains, des dessinateurs, des illustrateurs et des artistes de nous exposer leur conception du héros et des héroïsmes. Ils se sont prêtés au jeu avec talent.
Nous vous proposons donc dans ces pages leurs mots, leurs idées, leurs dessins et leurs caricatures du héros.

En tout cas, il apparaît comme évident que de ne pas avoir de vrais héros nuit gravement à la santé.

( Dessin de Charlotte Gastaut d'après le dessin de superman de John Sush)

Dernière minute

Dans les bacs

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Holly Ann, Tome 2 : La dernière Natchez
Holly Ann, Tome 2 : La dernière Natchez
Publication : mercredi 4 mai 2016 13:44

Par Boris Henry - Holly Ann rencontre Diane, une Indienne à la recherche de son père qui, la nuit précédente, n'est pas rentré chez lui. L'étrange et belle détective accompagne la jeune femme dans la maison close où elle compte retrouver son géniteur. Là, Diane a la mauvaise surprise d'y rencontrer une prostituée portant le collier dont son père ne se sépare jamais. Dans le même temps, La Nouvelle-Orléans est le théâtre de pluies incessantes qui intriguent ses habitants.

Rio : Favelas, les pavés sous la plage
Rio : Favelas, les pavés sous la plage
Publication : mercredi 4 mai 2016 10:38

Par Boris Henry - Rubeus et Nina vivent dans l'une des favelas de Rio de Janeiro. Leur mère, amoureuse d'un policier, est victime de la violence de celui-ci. Les deux enfants fuient et sont livrés à eux-mêmes. Rapidement, ils rencontrent des gamins des rues qui les accueillent, non sans réticence, au sein de leur groupe. Des habitants, voyant d'un mauvais œil ces enfants qui vivent de larcins, paient des policiers afin de les éliminer.

Le Très Court festival : du cinéma en trois minutes
Le Très Court festival : du cinéma en trois minutes
Publication : mercredi 4 mai 2016 09:42

Par Léopoldine Deriot - Le Très court festival est déjà adolescent! La 17ème édition du festival propose 150 films cette année. L’évènement ultra-connecté est organisé simultanément sur 5 continents, dans 30 pays, soit 80 villes, du 3 au 12 juin 2016. Après le court métrage, voici le format « très court »: 3 minutes d’images. Un laps de temps très restreint qui donne paradoxalement aux réalisateurs plus de liberté. Il faut aller droit à l’essentiel. La créativité et les expérimentations les plus spectaculaires sont permises grâce à un budget rendu alors plus accessible.

Le Marathon des mots : -expressions africaines à Toulouse
Le Marathon des mots : -expressions africaines à Toulouse
Publication : mercredi 4 mai 2016 09:31

Par Romain Rougé - La douzième édition du Marathon des mots se tiendra du 23 au 26 juin 2016 à Toulouse. Organisée en partenariat avec Toulouse Métropole, le Centre national du Livre et la Fondation La Poste, l’événement aura pour thème l’Afrique, représentée par des écrivains africains francophones, anglophones et lusophones.

Dans le jardin de l’ogre : récit viscéral sur l’addiction sexuelle
Dans le jardin de l’ogre : récit viscéral sur l’addiction sexuelle
Publication : mardi 3 mai 2016 15:59

Par Jonathan Rodriguez – Saisissant. Leila Slimani nous plonge dans le quotidien d’une sex-addict enfermé dans une dépendance insoutenable et puissante. Un récit captivant qui émeut autant qu’il accroche.

CINEMA

Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Les Habitants : le regard attendri et avisé de Depardon
Publication : mercredi 20 avril 2016 10:20

Par Jonathan Rodriguez - Hymne à la vie, à la singularité, au peuple, au multiculturalisme, le nouveau film de Raymond Depardon est un peu tout ça à la fois. Le plus célèbre des documentaristes français est parti d’un postulat très simple : un tour de France en caravane pour aller à la rencontre des gens, les écouter parler en toute liberté. Charleville-Mézières, Nice, Calais, Sète… le cinéaste a choisi 15 villes, qui ne sont pas le fruit du hasard : « Je voulais parler de la France des villes moyennes, des gens de la ville. Je voulais confronter le Nord et le Sud, qui sont des particularités fortes du pays, de mettre à l'image une diversité » nous-a-t-il confié lors d’une rencontre.

Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Démolition: un film qui s’enlise dans la métaphore
Publication : mercredi 20 avril 2016 09:27

Par Florence Yeremian - Davis travaille dans la finance. Suite à un accident de voiture, il perd sa femme et se retrouve seul, face à lui même. Incapable de faire son deuil, il entame une série de courriers destinés à un service de réclamation. Ces lettres sont censées demander un remboursement mais elles permettent surtout à Davis de déverser anonymement ses pensées au fil du papier. Le hasard faisant bien les choses, ces confessions happent l'attention de Karen Moreno, une jeune femme en mal de vivre, totalement accro à la drogue. Poussée par la curiosité et la compassion, elle décide spontanément d'aller voir Davis. La rencontre de ces deux âmes en peine va étrangement les mener vers une nouvelle façon d'appréhender la vie.

La Toile