Par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Les héros sont partout. Où que vous tourniez la tête, ils sont là, portés par la télévision, les médias, les états, les gouvernements, les magazines, les communautés, les clubs sportifs et les associations caritatives. Certains zonent dans les stades, d’autres envahissent votre télévision, investissent votre journal et se répandent dans votre radio. Les héros d’aujourd’hui brandissent des coupes, pleurent sous l’émotion, réfléchissent à des plans médias et soignent leur courbe de popularité. Bref, le héros est partout, omniprésent, vainqueur, fier et indiscutable.
Il est la valeur forte, le pion essentiel, le symbole de l’espoir, l’icône de la réussite ou de la gentillesse, de la courtoisie, de la finesse ou encore de l’intégration.
Il est utilisé comme un bouclier humain contre toutes les tracasseries du quotidien, les malheurs de la vie ou les horreurs de la guerre.
Il est exhibé à la foule pour justifier, pour convaincre et pour amplifier la rumeur tout en faisant taire la réflexion.
Cependant, de nos jours, il devient difficile de distinguer le héros de la personnalité publique, le héros de la pop star, le héros du people, le héros du politique ou encore le héros de l’alibi culturel ?
Nous sommes alors en droit de nous poser légitimement la question de savoir si le héros est politique, social, culturel, anarchiste, conventionnel, politiquement correct ou finalement dépassé. Au fond, n’y a t-il pas une relation incestueuse entre la célébrité et la notion d’héroïsme de plus en plus galvaudée ? Est-on seulement un héros parce que l’on est visible et médiatique ? L’héroïsme repose t-il uniquement sur le plébiscite médiatique?
En somme, est-il vraiment nécessaire que cette matière que nous adulons et que nous appelons « héros» soit vivante ?
Le héros fait aussi partie de la fiction, du rêve et des légendes que chacun de nous s’invente. Ne sont-elles pas le meilleur vivier de vrais héros ?
Dans ce numéro, nous avons demandé à des écrivains, des dessinateurs, des illustrateurs et des artistes de nous exposer leur conception du héros et des héroïsmes. Ils se sont prêtés au jeu avec talent.
Nous vous proposons donc dans ces pages leurs mots, leurs idées, leurs dessins et leurs caricatures du héros.

En tout cas, il apparaît comme évident que de ne pas avoir de vrais héros nuit gravement à la santé.

( Dessin de Charlotte Gastaut d'après le dessin de superman de John Sush)

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Abonnez-vous au BSC NEWS

Abonnement BSC NEWS

Evènement

SETEOCT2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Malia : les racines de Malawi Blues

Malia : les racines de Malawi Blues

Publication : vendredi 23 septembre 2016 13:55

Par Nicolas Vidal - Malia est assurément l’une des plus belles voix et l’une des figures les plus accomplies du Jazz vocal.

Harold Lopez-Nussa : El Viaje, une ode au voyage

Harold Lopez-Nussa : El Viaje, une ode au voyage

Publication : vendredi 23 septembre 2016 10:42

Par Nicolas Vidal - Le pianiste cubain Harold Lopez-Nussa revient avec un voyage musical qui trace son périple de la Havane à l’Afrique.

Librairies indépendantes : 8 départements à l'étude

Librairies indépendantes : 8 départements à l'étude

Publication : vendredi 23 septembre 2016 15:56

Par Deborah Valentin - Une restitution publique de l’étude «  État des lieux de la librairie indépendante : 8 départements, 1 métropole » menée par le Centre National des Lettres Midi Pyrénées (CRLMP) se déroulera ce lundi 26 septembre 2016 à l’Hôtel de Région de Toulouse de 13h30 à 17h30.

David Mackenzie : la puissance mélancolique du Texas

David Mackenzie : la puissance mélancolique du Texas

Publication : vendredi 23 septembre 2016 11:56

Par Jonathan Rodriguez - La nostalgie des plaines texanes. Comancheria signe le retour de David MacKenzie après s’être notamment distingué en 2014 avec Les Poings contre les murs, film carcéral brutal. Le cinéaste britannique abandonne les barreaux pour poser sa caméra dans le désert texan où deux frères, se muent en braqueurs de banques afin d’éviter la saisie de leur propriété familiale.

Charles Jackson : le jeu dangereux de l’ivresse

Charles Jackson : le jeu dangereux de l’ivresse

Publication : jeudi 22 septembre 2016 11:44

Par Deborah Valentin - Grand succès aux Etats-Unis, Le Poison (The Lost Weekend) est le premier roman de l’auteur américain Charles Jackson qui paraît en France chez Julliard en 1946. Aujourd’hui le roman revient pour cette rentrée littéraire 2016 aux éditions Belfond.

La Toile

Enregistrer

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR