Mila lightsPar Antoine Fantin- Bscnews.fr / Ani Hamel met en scène Mila dans un spectacle réellement novateur croisant les faisceaux de l’art contemporain, de la chanson et de la danse pour éclairer sans éblouir nos 5 sens. Emotions inédites.

Et pourtant, la route était large, impeccablement tracée. Il suffisait de la suivre. Il suffisait de suivre les conseils, de suivre les exemples, de suivre le cursus : enregistrement, promo, concerts. Alors pourquoi décide t-elle de s’arrêter là pour suivre ce sentier, petit comme un pressentiment ?

CHANTER
Trois ans après la sortie de Crazy Bubbles, un premier album très réussi qui la fit voyager en France, en Angleterre, aux Etats-Unis et au Japon, Mila vient d’enregistrer à Los Angeles son deuxième opus, Lights. Un album épuré, limpide, sensuel sur lequel elle a travaillé avec son ami le producteur Daniel Presley, et s’est entourée de musiciens prestigieux tels que Renato Neto (pianiste de Prince), John Leftwich, Bernie Dresel (Frank Sinatra, James Brown, etc.), Ricardo Silveira et Emmanuel Baroux. Le disque vient de sortir. C’est le temps de la « promo », et pourtant…
Il y a des évidences qui deviennent brusquement des invraisemblances. Comme si la route large et impeccablement tracée s’avérait soudain être une laisse vous liant à un avenir que vous n’avez plus envie de suivre. Ou pas comme ça. Ou plus comme ça. Elle le comprend aujourd’hui, mais ça remonte à ce jour, il y a quelques années, alors qu’elle longeait les quais de la Seine…

PEINDRE
Tout a basculé un jour disponible. Un jour où, passant devant la vitrine d’un magasin de Beaux-arts, elle s’arrête. Et regarde. A travers les encres, les pigments, les tubes de couleurs, ressurgissent les figures enfantines, poétiques, drôles et célestes des œuvres de Miro qui fut pour elle comme un premier « choc » alors qu’elle avait huit ans, un jour de lumière espagnole. Alors, elle entre dans la boutique. Et sans comprendre, c’est irrépressible, elle achète. Achète tout ce qu’elle peut. Achète comme on dévalise, comme on vole, comme on s’envole dans un jardin défendu ; celui, peut-être, très secret de sa mère qui a peint toute sa vie sans jamais chercher à exposer, presque en cachant son travail et que, petite fille, Mila allait en secret découvrir dans la cave. Pastels, encre de chine, papiers, elle achète sans trop réfléchir puis retourne chez elle s’enfermer. Et s’ouvrir.

Mila peint, cherche, invente, expérimente. Avec boulimie. Comme par urgence. Elle peint un jour, une semaine, un mois. Cela fait aujourd’hui plus de six ans que cette liberté l’emporte et la transporte là où peu de peintres ont accepté d’aller : au delà de l’égo. « Le premier « 4 mains » est venu tout naturellement en accompagnant Mani, mon amoureux, sur une toile ». Une expérience bouleversante qu’ils vont reproduire aussi souvent que possible. « Peindre à deux sur un même espace, sur la même toile, c’est encore une fois repousser ses limites. Il faut se débarrasser de l’égo pour suivre la toile là où elle vous entraine. La peur, le désir, l’abandon de soi, toutes les émotions sont décuplées ! C’est extrêmement fort, parfois même chaotique, mais il faut le vivre jusqu’au bout, jusqu’à la délivrance qui est l’œuvre aboutie. »

« Peindre est lié à un tout ». Et change tout. Les structures « couplet, refrain, couplet, refrain » volent en éclat. S’imposent d’autres rythmes, s’installent d’autres silences, riment d’autres échos. Les musiques font naître des tableaux et les tableaux inspirent des musiques. L’un l’autre se prolongent et l’un sans l’autre, Mila ne le conçoit plus. C’est pourquoi est né ce désir, ce besoin, non pas de les réunir sur scène mais plutôt : de ne pas les désunir. Mais comment faire ?

QUAND MILA RENCONTRE ANI
Paris, printemps 2010. Mila a rendez-vous avec Ani. Ani Hamel. Rien que ça. En deux lignes, on comprend déjà tout : plus de vingt ans de collaboration avec Robert Hossein, mise en scène d’Hélène Segara pour sa tournée mondiale, puis de nombreuses créations en France et à l’étranger avec des auteurs contemporains de renom. Mais, surtout, une envie : mêler le théâtre et la musique et la danse et les images et la peinture. Une demi-heure après qu’elles se soient serrées la main, elles se connaissent depuis toujours, parlent la même langue : c’est une véritable rencontre.

Pour Ani Hamel, le spectacle Mila Lights est un véritable défi. « Il est absolument novateur. Il n’y a pas de repère, pas d’influence. Il y a juste cette idée qui doit trouver sur scène sa concrétisation pour être accessible à tous. » Et probablement marquer le début d’une nouvelle forme de narration.


Un spectacle original, au sens propre du terme. Et l’origine, ce sont nos sens, nos 5 sens. Le goût, le toucher, la vue, l’ouïe et l’odorat. Revenir à la base et retrouver « l’essentiel ». Car à les entendre, Mila Lights est moins un pari artistique qu’une urgence dans notre société. « Actuellement, et bien que l’on redouble de moyens de communication, la société enferme chaque jour un peu plus l’individu dans sa case, dans son rôle, le refoule derrière des intermédiaires, des peurs, des codes, des statistiques. Alors que c’est dans la rencontre, l’échange et le partage que se libère notre lumière ».

Lumière. Lors de cette interview, c’est le mot qui revient toujours. « Ce qui m’inspire dans ce spectacle, c’est de réussir à tourner l’énergie autour de la lumière, de la rendre visible en chacun de nous. » explique Mila. Et autour de cette lumière, du mystère. « Le spectacle se déroule en deux parties, sur deux espaces différents. Le premier espace étant le prolongement du second. Ainsi le spectateur plonge directement dans l’univers artistique de Mila, dès l’instant où il traverse le seuil du théâtre. Puis le voyage continue dans la salle du spectacle illustré entièrement par des couleurs et des formes, rappelant l’univers pictural de Mila, sous forme de projection sur les murs, le plafond, les sièges, sous une lumière ambiante. Il découvre sur la scène une grande toile. Cette toile en cache une autre. Toute une série de toiles défilent comme par enchantement jusqu’au début du spectacle... »

Pour en connaître la suite il faudra être là le 15 décembre prochain ( 2010) au Palais des Congrès.

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Des places à gagner

robinmckelle

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Événement

Comedieudlivre bscnews

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

THÉÂTRE

Stavanger:  un huis-clos aux relents de repentance
Stavanger: un huis-clos aux relents de repentance
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:14
Le Petit Oiseau Blanc : du rêve à l'état pur !
Le Petit Oiseau Blanc : du rêve à l'état pur !
Publication : mardi 17 mai 2016 11:55
Sunderland: une comédie sociale qui parle aux ados
Sunderland: une comédie sociale qui parle aux ados
Publication : mercredi 11 mai 2016 16:51
Festival Maisons-Laffitte : amateurs ou pas, le théâtre est là!
Festival Maisons-Laffitte : amateurs ou pas, le théâtre est là!
Publication : lundi 9 mai 2016 10:14
La Veuve Choufleuri : Une opérette comico-lyrique
La Veuve Choufleuri : Une opérette comico-lyrique
Publication : vendredi 6 mai 2016 14:38

A LA UNE

Bill Frisell : une belle symbiose entre musique et image
Bill Frisell : une belle symbiose entre musique et image
Publication : vendredi 27 mai 2016 10:07

Par Nicolas Vidal - Bill Frisell joue sur cette belle symbiose entre musique et image. De toute son aura qu’il dégage en tant que grand guitariste de jazz depuis près de 30 ans, il rend hommage ( une fois de plus ) dans ce nouvel album à la musique populaire « When You wish upon a star ». Il affirme encore et encore son indéboulonnable statut de défricheur avec cet énième album.

Julien Fortier : l’élégante cavale
Julien Fortier : l’élégante cavale
Publication : vendredi 27 mai 2016 09:55

Julien Fortier, c’est avant tout une empreinte vocale, grave, qui happe, et qui semble venir d’un autre temps. Dans ce nouvel EP,  « CAVALES I  », il déploie un univers « clair-obscur » stylisé, qui lui colle aux pores. Ce jeune trentenaire, auteur, compositeur, interprète Montpelliérain, à la verve poétique et séductrice,  déroule brillamment, un certain côté théâtral à la mélancolie assumée.

Saint-Maur en Poche : une 8e édition so british !
Saint-Maur en Poche : une 8e édition so british !
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:48

Par Jonathan Rodriguez - God save the Queen ! Pour sa huitième édition, Saint Maur en Poche propose de partir à la découverte des auteurs de la langue anglaise. Une belle occasion d’écumer les genres les plus prolifiques de la littérature british. Ce salon international du livre au format de poche se déroulera les 18 et 19 juin, place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés. Il est une nouvelle fois organisé par la librairie La Griffe Noire du célèbre Gérard Collard et de Jean Casel et proposera deux espaces de rencontres – le Café de la Griffe noire et le Café des Déblogueurs – dans lesquels les auteurs présenteront leurs ouvrages au cours d’interviews menées par les libraires, des blogueurs ou des journalistes. Au final ce sont plus de 180 auteurs qui viendront à la rencontre des lecteurs.

Stavanger:  un huis-clos aux relents de repentance
Stavanger: un huis-clos aux relents de repentance
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:14

De Florence Yérémian - Florence a sauvé Simon du suicide. En longeant le quai, elle a vu ce jeune homme étendu sur les rails avec sa coupe de champagne. L’esprit grisé par les bulles, il attendait la mort à défaut d’autre chose… Intriguée par ce pauvre ère semblable à un enfant perdu, elle a décidé de le ramener chez elle pour qu’ils puissent finir la nuit ensemble.Malgré la peur et la fatigue, ces deux inconnus ne parviennent pas à s’endormir. Solitaires et amers, ils se font face, se confrontent, et vont, l’espace d’un soir, s'ouvrir l’un à l’autre afin de comprendre enfin ce qui les ronge depuis toujours...  

Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Publication : mercredi 25 mai 2016 15:54

Par Nicolas Vidal - Lorsqu’on tire ses influences entre autres de Fiona Apple, on a finalement une prédisposition artistique qui flirte avec le bon goût. Athenais, jeune songwriter montpelliéraine, après avoir fait ses classes à Londres, s’est installée à Montpellier pour lancer ses projets. Voici déjà son second EP qui oscille entre folk et pop porté par une voix délicatement pâtinée qui donne envie d’en savoir plus. On attend maintenant impatiemment son premier album. Rafraîchissant !

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.