Mila lightsPar Antoine Fantin- Bscnews.fr / Ani Hamel met en scène Mila dans un spectacle réellement novateur croisant les faisceaux de l’art contemporain, de la chanson et de la danse pour éclairer sans éblouir nos 5 sens. Emotions inédites.

Et pourtant, la route était large, impeccablement tracée. Il suffisait de la suivre. Il suffisait de suivre les conseils, de suivre les exemples, de suivre le cursus : enregistrement, promo, concerts. Alors pourquoi décide t-elle de s’arrêter là pour suivre ce sentier, petit comme un pressentiment ?

CHANTER
Trois ans après la sortie de Crazy Bubbles, un premier album très réussi qui la fit voyager en France, en Angleterre, aux Etats-Unis et au Japon, Mila vient d’enregistrer à Los Angeles son deuxième opus, Lights. Un album épuré, limpide, sensuel sur lequel elle a travaillé avec son ami le producteur Daniel Presley, et s’est entourée de musiciens prestigieux tels que Renato Neto (pianiste de Prince), John Leftwich, Bernie Dresel (Frank Sinatra, James Brown, etc.), Ricardo Silveira et Emmanuel Baroux. Le disque vient de sortir. C’est le temps de la « promo », et pourtant…
Il y a des évidences qui deviennent brusquement des invraisemblances. Comme si la route large et impeccablement tracée s’avérait soudain être une laisse vous liant à un avenir que vous n’avez plus envie de suivre. Ou pas comme ça. Ou plus comme ça. Elle le comprend aujourd’hui, mais ça remonte à ce jour, il y a quelques années, alors qu’elle longeait les quais de la Seine…

PEINDRE
Tout a basculé un jour disponible. Un jour où, passant devant la vitrine d’un magasin de Beaux-arts, elle s’arrête. Et regarde. A travers les encres, les pigments, les tubes de couleurs, ressurgissent les figures enfantines, poétiques, drôles et célestes des œuvres de Miro qui fut pour elle comme un premier « choc » alors qu’elle avait huit ans, un jour de lumière espagnole. Alors, elle entre dans la boutique. Et sans comprendre, c’est irrépressible, elle achète. Achète tout ce qu’elle peut. Achète comme on dévalise, comme on vole, comme on s’envole dans un jardin défendu ; celui, peut-être, très secret de sa mère qui a peint toute sa vie sans jamais chercher à exposer, presque en cachant son travail et que, petite fille, Mila allait en secret découvrir dans la cave. Pastels, encre de chine, papiers, elle achète sans trop réfléchir puis retourne chez elle s’enfermer. Et s’ouvrir.

Mila peint, cherche, invente, expérimente. Avec boulimie. Comme par urgence. Elle peint un jour, une semaine, un mois. Cela fait aujourd’hui plus de six ans que cette liberté l’emporte et la transporte là où peu de peintres ont accepté d’aller : au delà de l’égo. « Le premier « 4 mains » est venu tout naturellement en accompagnant Mani, mon amoureux, sur une toile ». Une expérience bouleversante qu’ils vont reproduire aussi souvent que possible. « Peindre à deux sur un même espace, sur la même toile, c’est encore une fois repousser ses limites. Il faut se débarrasser de l’égo pour suivre la toile là où elle vous entraine. La peur, le désir, l’abandon de soi, toutes les émotions sont décuplées ! C’est extrêmement fort, parfois même chaotique, mais il faut le vivre jusqu’au bout, jusqu’à la délivrance qui est l’œuvre aboutie. »

« Peindre est lié à un tout ». Et change tout. Les structures « couplet, refrain, couplet, refrain » volent en éclat. S’imposent d’autres rythmes, s’installent d’autres silences, riment d’autres échos. Les musiques font naître des tableaux et les tableaux inspirent des musiques. L’un l’autre se prolongent et l’un sans l’autre, Mila ne le conçoit plus. C’est pourquoi est né ce désir, ce besoin, non pas de les réunir sur scène mais plutôt : de ne pas les désunir. Mais comment faire ?

QUAND MILA RENCONTRE ANI
Paris, printemps 2010. Mila a rendez-vous avec Ani. Ani Hamel. Rien que ça. En deux lignes, on comprend déjà tout : plus de vingt ans de collaboration avec Robert Hossein, mise en scène d’Hélène Segara pour sa tournée mondiale, puis de nombreuses créations en France et à l’étranger avec des auteurs contemporains de renom. Mais, surtout, une envie : mêler le théâtre et la musique et la danse et les images et la peinture. Une demi-heure après qu’elles se soient serrées la main, elles se connaissent depuis toujours, parlent la même langue : c’est une véritable rencontre.

Pour Ani Hamel, le spectacle Mila Lights est un véritable défi. « Il est absolument novateur. Il n’y a pas de repère, pas d’influence. Il y a juste cette idée qui doit trouver sur scène sa concrétisation pour être accessible à tous. » Et probablement marquer le début d’une nouvelle forme de narration.


Un spectacle original, au sens propre du terme. Et l’origine, ce sont nos sens, nos 5 sens. Le goût, le toucher, la vue, l’ouïe et l’odorat. Revenir à la base et retrouver « l’essentiel ». Car à les entendre, Mila Lights est moins un pari artistique qu’une urgence dans notre société. « Actuellement, et bien que l’on redouble de moyens de communication, la société enferme chaque jour un peu plus l’individu dans sa case, dans son rôle, le refoule derrière des intermédiaires, des peurs, des codes, des statistiques. Alors que c’est dans la rencontre, l’échange et le partage que se libère notre lumière ».

Lumière. Lors de cette interview, c’est le mot qui revient toujours. « Ce qui m’inspire dans ce spectacle, c’est de réussir à tourner l’énergie autour de la lumière, de la rendre visible en chacun de nous. » explique Mila. Et autour de cette lumière, du mystère. « Le spectacle se déroule en deux parties, sur deux espaces différents. Le premier espace étant le prolongement du second. Ainsi le spectateur plonge directement dans l’univers artistique de Mila, dès l’instant où il traverse le seuil du théâtre. Puis le voyage continue dans la salle du spectacle illustré entièrement par des couleurs et des formes, rappelant l’univers pictural de Mila, sous forme de projection sur les murs, le plafond, les sièges, sous une lumière ambiante. Il découvre sur la scène une grande toile. Cette toile en cache une autre. Toute une série de toiles défilent comme par enchantement jusqu’au début du spectacle... »

Pour en connaître la suite il faudra être là le 15 décembre prochain ( 2010) au Palais des Congrès.

LE BSC NEWS du mois

COuv BSCNEWS BRILLANTE JAN16

AU THÉÂTRE

AnnonceBCSJaoui300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

THÉÂTRE

Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet… de qualité !
Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet… de qualité !
Publication : jeudi 4 février 2016 18:44
Hikikomori: portrait tortueux d’un enfant en souffrance
Hikikomori: portrait tortueux d’un enfant en souffrance
Publication : mercredi 27 janvier 2016 08:12
Kiki : Un spectacle cabaret autour de la Reine du Parnasse
Kiki : Un spectacle cabaret autour de la Reine du Parnasse
Publication : jeudi 21 janvier 2016 09:06
Les créanciers : dissection scénique d'un triangle amoureux
Les créanciers : dissection scénique d'un triangle amoureux
Publication : mercredi 20 janvier 2016 09:56
Le manuscrit de Rembrandt : un dialogue mystique un peu trop sentencieux
Le manuscrit de Rembrandt : un dialogue mystique un peu trop sentencieux
Publication : lundi 4 janvier 2016 07:48

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Pieter Aspe : les tribulations du commissaire Van In
Pieter Aspe : les tribulations du commissaire Van In
Publication : vendredi 5 février 2016 08:55

Par Marc Emile Baronheid - Si Brel avait connu l’univers des romans de Peter Aspe, il y aurait peut-être puisé matière à une autre chanson sur les Flamands. C’est que, chevillées au Plat Pays comme elles le sont, les tribulations du commissaire Van In et de sa pulpeuse amoureuse Hannelore, plongent le lecteur dans une truculence reconnaissable entre toutes.

Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet… de qualité !
Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet… de qualité !
Publication : jeudi 4 février 2016 18:44

Par Florence Yérémian - On ne se lasse jamais de regarder Monsieur Jourdain: siècle après siècle, ce drôle de bourgeois a si souvent été mis en scène qu’il semble faire partie de notre entourage. Poudré, enrubanné et burlesque à souhait, le voici aujourd’hui sur la scène du Théâtre Michel entouré, comme de coutume, de ses Maitres d’arme, de musique ou de philosophie.

Bd Music : Sarah Vaughan & Cabu
Bd Music : Sarah Vaughan & Cabu
Publication : jeudi 4 février 2016 07:35

Par Nicolas Vidal - Allez chiner du côté de Bd music qui vient de faire paraître 2 nouveaux opus de BD jazz composés d’une BD et de deux Cd. On se délectera, d’une part, de la discographie complète de Sarah Vaughan ou l’on retrouvera tous ses plus grands  titres sur deux CD incontournables.

Nicolas d’Estienne d’Orves : le dico d'un amoureux de Paris
Nicolas d’Estienne d’Orves : le dico d'un amoureux de Paris
Publication : mercredi 3 février 2016 08:13

Par Marc Emile Baronheid - A quoi bon une littérature hédoniste par temps de barbarie? Pour faire pièce à la violence, à l’aveuglement, pour réaffirmer que Paris n’a plus rien à prouver, sinon qu’elle demeure insubmersible,

Eddie Muller : la tradition des films noirs d'Hollywood
Eddie Muller : la tradition des films noirs d'Hollywood
Publication : lundi 1 février 2016 08:45

Par Marc Emile Baronheid - Jusqu’à la fin des années 1970, la plupart des films noirs, américains ou français, sont adaptés de livres publiés au sein de Rivages.

CINEMA

Steve Jobs : portrait en trois temps d’un visionnaire mégalomaniaque
Steve Jobs : portrait en trois temps d’un visionnaire mégalomaniaque
Publication : lundi 1 février 2016 08:27

Ce nouveau film consacré à Steve Jobs se focalise sur trois moments clef de sa vie : le lancement du Macintosh en 1984, celui du NeXTcube en 1988 (après son éviction de chez Apple) et la consécration de l’iMac en 98.

L'Odorat: un documentaire qui va vous chatouiller les narines
L'Odorat: un documentaire qui va vous chatouiller les narines
Publication : vendredi 29 janvier 2016 08:44

Par Florence Yérémian - Les odeurs représentent des perceptions particulières car elles sont intrusives et à l'essence même de nos émotions : sans qu'on s'y attende, elles peuvent nous surprendre au détour d'une rue ou nous replonger dans un passé lointain à la façon de la madeleine de Proust