BSC News

 

 

 

           

Seb mesnardPropos recueillis par Julie Cadilhac- Bscnews.fr/ Illustrations de Seb Mesnard.

Bonjour Seb, votre carrière commence avec le cinéma d'animation? Vous avez travaillé pour Disney, Alphanim, Xilam, Canal +; dites-nous en plus sur la nature de vos contributions...
Carrière… Je crois que je suis tout sauf carriériste! J'ai travaillé dans l'animation un peu par hasard. Après mes études j'ai travaillé dans la pub et j'ai tout arrêté d'un coup pour dessiner, peu de temps après j'ai eu la chance de travailler dans l'animation.
Mais aujourd'hui je définis ma relation avec l’animation comme Douloureuse, J’ai grandi avec les Silly symphonies, Chuck Jones, Le roi et l’oiseau qui m’ont donné envie d’évoluer dans ce milieu pour lequel je travaille depuis 6 années, aux décors et au design personnages. Mais pour être réaliste je vois hélas aujourd’hui le monde des séries d'animation uniquement comme une industrie qui se fout totalement de la qualité de l'histoire et de qui regarde les dessins animés!
C'est bien dommage car il y a des personnes de grand talent dans ce pays.

Les éditeurs jeunesse vous "reprochent" le côté sombre de vos dessins : n'avez-vous jamais pensé à illustrer des albums pour adultes? Les éditeurs n'envisagent-ils pas que les lecteurs d'albums sont souvent des adultes passionnés d'illustration? J’aime à penser que l’enfant qui est en chacun de nous est toujours vivant, d’ailleurs on demande aux enfants d’être adulte trop tôt. Quand j’emmène mon fils au parc je me dis: pourquoi il ne font pas des aires de jeux pour adultes? Regardez, moi, par exemple, j'ai 33 ans mais en fait j’en ai 10! et ça ne m’empêche pas d’être une personne responsable! Je crois objectivement que les adultes ont bien plus peur que les enfants!
Pensez vous que Max et les Maximonstres sortirait aujourd’hui comme livre pour enfants? J'en doute hélas !

Vous créez pour des secteurs artistiques très divers: vos dessins pour l'album du groupe Mary's Dream, notamment, sont-elles nées au creux des mélodies?
Oh oui ! La musique est une part très importante dans mon travail ! Bernard Herrman et Danny Elfman sont d’une aide précieuse pour moi (rire)… Mais pour ce projet l'image faisait partie d'un projet de livre sur lequel je travaille mais ce qui m’a le plus séduit c’est le fait que ce groupe ait mis 10 ans pour créer cet Désenchanté Seb mesnardalbum sans faire aucune concession!

Vous définissez votre premier pas dans l'illustration au moment de votre participation à l'exposition " Terrible Yellow Eyes" à la galerie Nucleus ( Los Angeles) : qu'y avez-vous présenté?
Je ne dirais pas premier pas, je verrai ça plutôt comme un éveil. J’ai voulu faire du dessin grâce à Max et les maximonstres de Maurice Sendak et je crois que le projet de Cory (Godbey) " Terrible Yellow Eyes" m’a réouvert les yeux 30 ans après par rapport à mon dessin et je le remercie pour ça!

Depuis, vous avez exposé plusieurs fois dans cette même galerie pour "Zombie in love" et "Enchanté" : quels souvenirs de ces expositions? Une anecdote à nous raconter?
Aaah! « Zombie in love »! Première chose: j’adore les monstres! Loups garous, vampires, squelettes etc… mais pas les zombies… j’ai toujours eu peur des zombies je ne sais pas vraiment pourquoi. Peut être parce que je les trouve trop révélateurs de notre société de consommation (rires).
Mais exposer en compagnie de Graham Annable, Scott C et William Stout… fut un grand bonheur et au final j’aime beaucoup mon zombie!
"Enchanté" avait pour but de réunir des artistes français et je dirais que ce fut étrange pour moi. Je ne me suis jamais senti vraiment français et je n’aime pas le sentiment de nationalité, c’est peut être pour ça que j’ai pris la liberté de détourner le sujet en « dés-enchanté » mais encore une fois savoir mes dessins accrochés aux côtés d’œuvre d’artistes dont je respect le travail fut une grande joie!

Bientôt vingt ans qu'Edward aux mains d'argent a séduit des milliers de spectateurs dans le monde entier: dans quelle mesure Tim Burton est une de vos références picturales? Est-ce le film du réalisateur que vous préférez?
J’adore Edward aux mains d’argent mais aussi Ed Wood. Je crois que, plus que ces films et leur fantastique dimension graphique, ce sont ses personnages qui m’ont le plus influencé : Vincent, Victor Frankenstein, Edward, Oswald copperpot, Jack, Ed wood et Bella. Mais il est vrai que c’est ’Edward aux mains d’argent qui a eu sûrement le plus d’influence sur moi, d’ailleurs je prépare un blog expo en hommage aux 20 ans de ce magnifique conte avec des invités venus des quatre coins du globe qui offriront leur propre version d’Edward!
http://scissorhands20th.blogspot.com/

Zombie in love Seb mesnardEn 2011, vous avez en projet de publier votre premier livre jeunesse...peut-on en savoir davantage?
J’aimerais vous en dire davantage mais c’est encore un peu tôt pour en parler; mais si tout se passe bien; ça sera une belle collaboration avec un auteur dont j'adore le travail!

J'aime beaucoup votre pierrot éclairé en projecteur par la lune.... beaucoup de noir et blanc, un peu de rouge pour les joues, est-ce un principe directeur pour vos créations?
Merci! Ma technique d’encrage me prend un temps fou ( parfois une heure sur un cm2!)... ce qui ne me laisse que peu de temps pour la couleur hélas, mais vous pouvez trouver beaucoup de couleurs dans mes versions digitales!

Le noir et le blanc toujours, est-ce dû à un esprit nostalgique? empreint d'admiration pour la majesté des grands portraits d'autrefois qui trônaient sur les cheminées et surveillaient les allers et venues des visiteurs impertinents?
Il est vrai que je suis un grand nostalgique et un grand amateur d’objets d’époque, livres, films…
Je trouve que le noir et blanc donne un dimension et un charme mystérieux bien plus fort aux images... comme si le temps se figeait.

Des gavroches, des femmes à barbe, des Frankenstein...êtes-vous un revanchard des laissés pour compte? cherchez-vous à montrer la beauté dans la misère et les difformités?

Je trouve bien plus d’humanité chez les monstres que chez les humains, je les vois plus comme des incompris… Frankenstein, par exemple, dont la violence s’exprime par le rejet des autres et son besoin d’être aimé!

Confirmez-vous: plutôt centré sur les portraits que les décors?
Je crois que par mon travail dans l’animation pour lequel je travaille plus les décors que les personnages fait que je me concentre plus sur mes personnages dans mes projets personnels; mais si vous regardez de plus près certaines de mes illustrations vous verrez que les décors sont bien présents!

Pourquoi cette attirance pour les noces funèbres, les squelettes, la nuit profonde....il semble que vous aimiez montrer la lumière là où elle est Seb mesnardle plus difficile à trouver....êtes-vous un chercheur d'impossible? Est-ce une façon de montrer votre côté idéaliste qui veut rendre lumineuses les choses les plus sordides?
Je ne sais pas. L’avatar de mon blog est une petite chauve-souris blanche (chauve-souris pour la nuit et le blanc pour la lumière) donc peut-être....
J’ai toujours aimé le calme de l’obscurité et les créatures de la nuit, il y a un passage de Cyrano que j’aime beaucoup d’ailleurs « … dans la nuit qui me protège j’ose être enfin moi-même».



Vous pouvez retrouver le site de Seb Mesnard sur littlewhitebat.blogspot.com/

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Publication : vendredi 24 mars 2017 08:45

Par Nicolas Vidal - Depuis tout petit, Léo a suivi son père, Ben Sidran. Puis il a appris de son talent et de son expérience. Du Winsconsin à New York en passant par Meudon, Léo Sidran propose un très exaltant Entre chien et loup. Le musicien multifacettes nous parle de sa carrière, de ses projets et de sa conception de la musique.

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Publication : jeudi 23 mars 2017 09:34

Par Nicolas Vidal - Réjouissez-vous chers lecteurs car ce 23 mars sera l’occasion de découvrir une facette pour le moins méconnue de l’un des people préférés   des Français. Ainsi, Gad Elmaleh publie une bande dessinée en librairie intitulée «Le Blond» (Editions Michel Lafon) qui retrace l’histoire de son personnage fétiche, joué sur scène depuis une dizaine d’années.

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer