BSC News

 

 

 

           

Robert Muchamore: interviewPropos recueillis par Julie Cadilhac- Bscnews.fr/ Traduction de l'anglais : Audrey Ader.

Robert Muchamore, "l'écrivain des non-lecteurs" (le Monde), est devenu un auteur anglais incontournable de la littérature jeunesse. Ses intrigues sur fond d'espionnage et d'Histoire sont passionnantes et réussissent à accrocher l'intérêt des adolescents réfractaires à la lecture. Sa première série, Cherub, qui a connu un succès phénoménal en Angleterre, narre les péripéties d'agents secrets britanniques recrutés parmi des orphelins et s'expatriant dans le monde entier au service de l'intérêt commun. Henderson's boys est LE nouvel instrument pour attirer dans ses filets les allergiques aux livres. Après avoir lu et largement apprécié son premier tome, L'évasion, nous souhaitions le faire passer au détecteur de mensonges pour lui soutirer les clefs de son succès mais l'ancien détective a gardé quelques techniques de discrétion affûtées qui laissent planer le mystère...

Bonjour Robert, l'anecdote qui explique le début de votre carrière d'auteur, c'est celle d'un neveu qui se plaignait de ne rien trouver intéressant à lire. Vous êtes père de quatre enfants, dans quelle mesure diriez-vous que vous écrivez d'abord pour un public ciblé et que vous affectionnez?

Oui, je prête toujours attention à ce qui intéresse mon public, et j’ai même un panel de fidèles lecteurs auprès desquels j’essaie de nouvelles idées.

Votre expérience de détective privé vous a-t-elle donné le goût de l'intrigue ou plutôt la nécessité d'être rigoureux et structuré dans vos récits?

Pas vraiment ! La fiction et la réalité ont peu en commun. Par exemple, un policier à la télé court toujours de droite à gauche, poursuit des suspects, conduit des interrogatoires riches en rebondissements et fait tout un tas de choses passionnantes. Mais en réalité, la plupart des policiers passent leur temps assis dans une voiture et à remplir des formulaires et autres paperasses. Mon travail de détective était similaire. Si j’avais utilisé mon expérience en tant que détective privé, mes lecteurs se seraient probablement endormis à la fin du premier chapitre !

Ecrire une saga nécessite beaucoup d'organisation : avez-vous d'immenses carnets où vous notez les détails importants à ne pas oublier d'un roman à l'autre? Comment s'y prend-on pour ne pas s'emmêler les pinceaux?

Je regrette de ne pas l’avoir fait ! Mais avec CHERUB, j’étais un nouvel écrivain qui essayait simplement de faire publier son premier livre. Je n’ai pas pris de notes, et résultat, je suis encore mal organisé aujourd’hui ! Avec Henderson’s Boys, je savais dès le début que ce serait une série. Du coup je me suis mieux organisé, et j’ai pris de vraies notes et ai fait des plans pour toute la série.

Henderson's Boys s'entremêle fortement à l'Histoire: pensez-vous que la fiction est plus palpitante lorsqu'elle se rattache à des événements historiques réels?

Oui, et c’est aussi une grande source d’idées pour une histoire.

Henderson's boys explique les origines de Cherub?

Oui.

L'évasion, le premier tome de la trilogie Henderson's Boys est assez violent pour des adolescents. Raconter l'Histoire aux Henderson's boysadolescents au travers de romans est-il finalement la meilleure façon de leur en faire prendre conscience?

Je suis à l’aise avec le niveau de violence dans mes livres. Je trouve que tant qu’on démontre que la violence a de vraies conséquences, ce n’est pas un problème. Ce qui me dérange c’est la violence type cartoon où les gens se font tuer ou explosent mais dont on ne voit jamais les conséquences.

Vous supprimez assez rapidement les parents. Une façon, avez-vous dit dans Le Monde, de permettre vos fictions, de libérer des contraintes vos apprentis James Bond. Pensez-vous que, rapidement, les adultes paralysent leurs gosses, les empêchent de s'épanouir et de se révéler?

Dans la réalité, les jeunes ont tendance à être plutôt passifs. Bien que chaque parent ait une relation unique avec son enfant, je pense que pour la plupart ils encouragent leurs enfants et les aident à développer leurs talents. Dans la fiction les règles sont différentes. Si chaque décision dans mes livres devait être débattue et approuvée par les parents, les histoires seraient pleines de détails qui ralentiraient l’intrigue et que, du reste, aucun jeune ne voudrait lire.

Votre roman n'use pas des schémas manichéens traditionnels. Certes, les nazis torturent mais ce sont aux lecteurs de se forger leurs propres opinions sur les personnages. Pensez-vous que c'est pour cela que vous rencontrez tant de succès auprès des adolescents? Avez-vous trouvé la clef de leur façon de penser?

Je pense que les très jeunes enfants aiment les personnages clairement identifiés comme « gentil » ou « méchant ». Chez les enfants plus âgés, il est plus intéressant pour eux de décider qui a tort ou raison. Une bonne illustration de ceci est le personnage de Charles Henderson dans Henderson’s Boys. Bien qu’il soit le personnage adulte principal, et en théorie un des « gentils », il est prêt à faire ce qu’il faudra pour aider les alliés à gagner la guerre, et certaines de ses actions sont moralement discutables.

Vous avez un site fort attractif où l'on ne peut entrer qu'avec des codes secrets. Vous rendez la lecture ludique?

Il me semble que le site attire beaucoup les enfants qui lisent mes livres. J’aime que les sites ne soient pas seulement un moyen de promouvoir mes livres mais aussi d’y découvrir des informations supplémentaires. Un peu comme les bonus sur un DVD.

En septembre 2010, le tome 2, Eagle Day, sera en librairie. Nos héros vont-ils réussir à passer en Angleterre?

Ce serait tricher de vous le dire ! Il vous faudra attendre pour le découvrir.

Fervent défenseur de la lecture pour les adolescents? Auriez-vous quelques titres à proposer à nos jeunes lecteurs?

Un livre pour adolescent que j’ai lu récemment et ai beaucoup aimé est « The Hunger Games » par Suzanne Collins . Je ne sais pas si il a été traduit. ( Si!)

Pensez-vous que la lecture des classiques est rébarbative ou indispensable aux jeunes adolescents d'aujourd'hui? La littérature jeunesse ouvre-t-elle véritablement des portes vers des oeuvres plus "monumentales"?

Je pense qu’il faut introduire les textes difficiles avec beaucoup de précaution chez les jeunes lecteurs. En Grande Bretagne, on force souvent les enfants à lire Shakespeare à 12 ou 13 ans. La langue est difficile et le programme leur demande d’étudier le texte dans le détail pour tout un trimestre. Quand j’étais jeune adolescent je trouvais cela d’un ennui mortel et je suis sûr que cela tue le plaisir de lire pour beaucoup de jeunes.

De nouveaux projets d'écriture? Avez-vous déjà envisagé d'écrire pour les adultes?

J’ai un nouveau projet mais il restera secret jusqu’à la fin de l’année. Je pense qu’écrire pour les adultes serait un projet intéressant, mais pour le moment je veux me concentrer à satisfaire mes fans actuels.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Publication : vendredi 24 mars 2017 08:45

Par Nicolas Vidal - Depuis tout petit, Léo a suivi son père, Ben Sidran. Puis il a appris de son talent et de son expérience. Du Winsconsin à New York en passant par Meudon, Léo Sidran propose un très exaltant Entre chien et loup. Le musicien multifacettes nous parle de sa carrière, de ses projets et de sa conception de la musique.

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Publication : jeudi 23 mars 2017 09:34

Par Nicolas Vidal - Réjouissez-vous chers lecteurs car ce 23 mars sera l’occasion de découvrir une facette pour le moins méconnue de l’un des people préférés   des Français. Ainsi, Gad Elmaleh publie une bande dessinée en librairie intitulée «Le Blond» (Editions Michel Lafon) qui retrace l’histoire de son personnage fétiche, joué sur scène depuis une dizaine d’années.

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer