BSC News

 

 

 

           

Par Melina Hoffmann - BSC NEWS.FR / Olivier Giraud, vous êtes actuellement à l’affiche du seul one-man show en anglais de Paris ! Pourquoi ce choix de l’anglais ?
Le choix de l’anglais m’a paru évident car ce spectacle est une leçon de survie pour les expatriés et les touristes.

Est-ce difficile de mettre sur pied un tel projet ?
Ce projet a été dur a réaliser, j'avais l’impression d’avoir une montagne à gravir, remplie de crevasses. J’ai du créer une entreprise, obtenir ma licence de producteur, trouver un théâtre. Le stress et l’anxiété furent mes meilleurs amis pendant de nombreux mois.

Comment vous est venue l’idée d’un spectacle mettant en scène quelques-uns des clichés les plus tenaces à l’égard des parisiens ?
J’ai décidé de créer un one man show en anglais car j ai vécu aux US pendant cinq ans et j’ai observé les américains pendant toute cette période. Les différences culturelles m’ont tellement choqué que j’ai décidé de créer ce spectacle sur ce fossé culturel entre parisiens et étrangers.

Paris, une ville que les parisiens aiment détester selon vous ?
Les parisiens « pure souche » sont fiers de leur ville, par contre les provinciaux vivant dans la capitale critiquent sans cesse leur vie difficile a Paris et comparent toujours leur région natale à la capitale « chez moi, c’est mieux». C’est peut être mieux chez eux mais ils vivent à Paris. Cherchez l’erreur……………..

Les anglais et les américains n’échappent cependant pas non plus à votre œil critique et font l’objet de quelques délicieuses caricatures ! Est-ce pour nous décomplexer un peu, nous, parisiens râleurs et arrogants ?!
Le spectacle avait pour but premier de caricaturer les parisiens, mais je ne pouvais pas passer à coté des « oh my god » répété 100 fois par jour par les américains. Du coup, tout le monde en prend pour son grade !

Vous qui êtes né à Bordeaux et avez vécu cinq ans aux Etats-Unis, quel relation entretenez-vous avec Paris et quel regard portez-vous sur les Parisiens ?
J’entretiens une relation fusionnelle avec Paris. Je trouve cette ville magnifique et je m’y sens épanoui. Je porte un regard attendrissant sur les parisiens, il m’arrive très souvent de m’asseoir à une terrasse de café et de les observer pendant des heures, et je me rends compte que mes caricatures sont très très proches de la réalité .

Votre public est en grande partie composé d’américains, d’Australiens et d’Anglais. Comment expliquez-vous cela ?
Plus de la moitié des spectateurs sont français. L’autre moitié se compose de 20 ou 30 nationalités et pas spécialement d’Américains, Australiens ou Anglais.

Comment les parisiens « pure souche » réagissent-ils généralement à votre spectacle ?

Les vrais Parisiens réagissent très bien, ils me disent souvent que je viens de résumer leur vie en une heure.

Vous invitez votre public à déposer un avis à l’issue du show et à laisser des suggestions. Votre spectacle a-t-il beaucoup évolué grâce à cela depuis vos premières représentations ?

De nombreuses personnes me suggèrent l’ajout du parisien au volant, le parisien en vacances, le bobo parisien. Ces trois parties seront ajoutées tres prochainement.

Vous prenez le temps de serrer la main à chacun de vos spectateurs à la fin du spectacle. Pour quelle raison faites-vous cela ?

Tout simplement pour les remercier d’être venu assister au spectacle et répondre a toutes leurs questions.

Où et quand nos lecteurs pourront-ils venir vous applaudir à la rentrée ?

Le spectacle se joue jusqu’ au 22 décembre 2010, au théâtre de la main d’or, 75011 PARIS
Tous les mardis, mercredis à 20H30
Samedi à 19H et à partir d’octobre le dimanche a 17H30 en plus des 3 jours.

Quels sont vos projets à l’heure actuelle ?
De faire rire encore plus de monde !

Merci Olivier, et que le succès vous accompagne !

Propos recueillis par Mélina Hoffmann

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Judas Priest : le heavy-metal des 80s de "Turbo Lover"

Judas Priest : le heavy-metal des 80s de "Turbo Lover"

Publication : lundi 27 février 2017 09:18

Par Jean-Christophe Mary - Aux côtés de Black Sabbath, Judas Priest fût l’un des pionniers du heavy metal britannique des 70’s. Trente ans après sa sortie en 1986, Sony music réédite le 10ème album studio du groupe, « Turbo 30 ».

Ecrans britanniques : Nîmes projette du cinéma à l’Anglaise

Ecrans britanniques : Nîmes projette du cinéma à l’Anglaise

Publication : samedi 25 février 2017 10:20

Par Manon Bricard - Le festival « Ecrans britanniques » célèbre cette année sa 20e édition. Du 24 février au 5 mars, ce sont plus de 40 films qui seront projetés à Nîmes. 

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Publication : vendredi 24 février 2017 15:32

Par Manon Bricard - Quelle est la place du livre en Occitanie ? Deux agences régionales du livre, le Languedoc-Roussillon livre et lecture basée à Montpellier ainsi que le Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées, ont regroupé leurs données pour répondre à cette question. Elles comptent ainsi montrer comment se positionne la filière du livre dans la nouvelle région, afin de l’aider à orienter sa politique en faveur du livre et de la littérature.  

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer