BSC News

 

 

 

           


Série ZPar Nicolas Bodou - Bscnews.fr / Félix Zac est un cinéphile, mais un cinéphile particulier. Il voue une passion pour les films mal fichus, mal joués, fauchés, bref les séries z : du film français introuvable mettant en scène un Paul Préboist en grande forme aux oeuvres italiennes où des monstres en plastique cherchent des femmes aux formes généreuses pour parvenir à des situations cinématographiquement (ainsi que moralement) inexplicables. En fait, Félix en est fou.
Il vit aux crochets de Sophie, sa compagne (qui aime le café bio équitable avec des vrais morceaux de tiers-monde dedans), qui, en plus d’être exaspérée par la passion un peu spéciale de son compagnon, s’inquiète pour sa santé mentale.
Mais Félix écrit des scénarios. Un beau jour, il est contacté par un mystérieux producteur de cinéma de Rungis, qui est également le roi de la charcuterie.
Son scénario, l’hospice de l’angoisse, a attiré l’attention de ce dernier, mais les problèmes vont commencer lorsque ce thriller palpitant va mystérieusement rejoindre la réalité et perturber la vie déjà bien agitée de Félix, de Sophie et de leur chat Krasucki.
Trois cents pages de délirante littérature alliant dialogues très drôles et situations totalement loufoques.
On pourrait même dire d’une façon assez familière et très peu littéraire que ce roman et poilant, vraiment poilant.
Le petit monde de J.M Erre est peuplé de gens drôles ; les inspecteurs Galachu père et fils, menant leur enquête à l’aide de carnets de notes se situant entre San Antonio et les perles du Bac. D’anciens acteurs pornos se remémorant avec une nostalgie lubrique leur agilité d’autrefois. On croise même un prêtre apocalyptique intermittent du spectacle.
J.M Erre nous emmène dans son univers décalé et nous offre un troisième âge en folie.
Une histoire très drôle où tout peut arriver, foisonnant de références cinématographiques bien sûr, mais les plus folles, qui font de Série Z un roman très original qui vous emportera loin dans son univers pas tout à fait normal et c’est tant mieux.Et bien sûr une pensée à M. Hubert C de Knokke-le-Zout, pour sa détermination littéraire et son abnégation.

Titre: Série Z

Auteur: J.M Erre.

Editions : Buchet-Chastel

365 pages

Prix : 20 euros.

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Publication : samedi 3 décembre 2016 10:00

Par Nicolas Vidal - Passez un petit moment musical avec Tournée Générale. Le nom du groupe est sans équivoque.

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:51

Par Marc Emile Baronheid - Un maître-queux sybarite propose cette salve époustouflante de nouvelles mitonnées dans la volupté, servies avec un accompagnement carnassier.

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:38

Par Nicolas Vidal  - Du beau et bon Flamenco distillé par Myrdinn qui mérite une écoute attentive et passionnée. Le titre de l’album «Rosa de Papel» est également une chanson de cet album sur le poème de Federico Garcia Lorca.

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Publication : jeudi 1 décembre 2016 09:45

Par Mélina Hoffmann - Pétillante, énergique, cynique, délicieusement déjantée, subtilement provocante, peste juste ce qu’il faut : Elodie Poux a surtout un style bien à elle et un grain de folie totalement assumé qui fait un bien fou.

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Publication : mercredi 30 novembre 2016 08:31

Par Mélina Hoffmann - Vous cherchez un spectacle où ne surtout pas emmener vos enfants ? Alors vous êtes au bon endroit ! 3 minutes suffisent à comprendre le pourquoi du titre : #nofilter. Mais ça aurait tout aussi bien pu être #nolimit, car Loïc Fontaine n’a absolument aucun tabou et il n’édulcore rien.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR