BSC News

 

 

 

           

Par Yves BudinPar Guillaume Lagrée - Bscnews.fr / Illustration : Yves Budin
Jelly Roll Morton - « The Library of Congress Recordings ». 1938.

Jelly Roll Morton: piano, chant, récit.
Ferdinand Joseph La Mothe dit Jelly Roll Morton (La Nouvelle Orléans, 1890. Los Angeles, 1941) avait écrit sur sa carte de visite « Inventeur du Jazz ». C’était un peu exagéré mais de la part d’un homme d’un homme qui jouait du piano dans les bordels de la Nouvelle Orléans à l’âge de 10 ans, fut joueur de cartes professionnel, inventa le pimp style (costard flambant, pompes en croco, diamants dans les incisives) rien n’était impossible.

Si Earl « Fatha » Hines est le père des pianistes de Jazz, Jelly Roll Morton en est le grand- père. Avant lui, il y a le ragtime au rythme mécanique. Jelly Roll aère, allège, assouplit la musique. C’était un Créole de la Nouvelle Orléans (« The Sultans of Swing play creole » chante Mark Knopfler en mémoire d’un fameux orchestre de Jazz de la Nouvelle Orléans), au nom français, sachant lire et écrire la musique, un dur et un gentleman.

En 1938, lessivé par la Crise de 1929, il n’est plus que pianiste de bar à Washington lorsqu’il entend à la radio William Christopher Handy, l’auteur de l’immortel « Saint Louis Blues » (écoutez la version chantée par Bessie Smith accompagnée par Louis Armstrong, vous ne vous en remettrez jamais), prétendre qu’il est l’inventeur du Jazz. Furieux, Jelly Roll écrit à la radio une lettre de 4000 mots pour rappeler que l’inventeur du Jazz c’est lui, Jelly Roll Morton, et personne d’autre. Intrigué, Alan Lomax, le producteur qui découvrit Billie Holiday et Bob Dylan l’invite à Washington, à la Bibliothèque du Congrès, la plus grande bibliothèque du monde. Jelly Roll s’assoit au piano, joue, chante, raconte La Nouvelle Orléans. Les bandes tournent. L’enregistrement dura plusieurs mois. Ce qu’il en demeure, c’est l’Ancien Testament du Jazz comme les Variations Goldberg de Johann Sebastian Bach sont celles du classique.

La musique coule comme le fleuve Mississippi, lente, chaude, boueuse, charriant pépites et cailloux. Il suffit de se laisser aller. Rien ne presse. Quelques pépites glanées au fil du voyage : les deux versions de « Maple leaf rag » en style Saint Louis et en style Nouvelle Orléans, la démonstration de breaks (le break, une des clefs du Jazz), Salty Dog où l’auditeur voit littéralement un petit chien sautiller, pour finir par une quintessence de Blues et de Swing « If You was whisky and I was a duck ».

Cet homme avait du feu dans les mains, un charme fou, de la sensibilité, de la sensualité, de la vitalité. Plus qu’une œuvre d’art, c’est un art de vivre qui se joue ici. La Nouvelle Orléans a été ravagée par le cyclone Katrina. Les côtes de Louisiane sont souillées par une marée noire. Il suffit de mettre cet album dans votre mange-disques pour faire revivre une vie, celle de Jelly Roll Morton, une ville, la Nouvelle Orléans, un monde, celui du Jazz d’avant 1917, année de la fermeture des maisons closes de la Nouvelle Orléans pour cause de départ des soldats américains vers l’Europe ce qui chassa hors de la ville de nombreux musiciens.

Cette musique parle t- elle encore à un pianiste de Jazz en 2010 ? C’est la question que j’ai posé à Bruno Angelini, pianiste bien connu des lecteurs de ce blog.

Je cède donc la parole à Bruno Angelini. Vous devinerez mes questions d'après ses réponses, lecteurs raffinés, lectrices subtiles.

Bien sûr que cette musique parle encore aujourd'hui. Pour un musicien, il y a ce qui existe et ce qu'il cherche à raconter. Pour raconter sa propre histoire, il faut se reposer sur l'Histoire. Cet homme était un novateur à son époque, donc il est intéressant. Sur le plan pianistique, je fais partie de cette génération de musiciens qui a commencé directement avec Bill Evans (Bruno Angelini enseigne le piano à la Bill Evans Academy à Paris) puis Herbie Hancock, Paul Bley. Après quand j'ai joué du Jazz, j'ai senti que j'avais des manques. Assez naturellement, j'ai fait un petit retour en arrière et j'ai commencé à prendre conscience de la valeur de ces gens. D'abord, ce fut Monk. J'ai aussi une grande passion pour Duke Ellington. Quand j'ai commencé le piano solo, j'ai eu envie de pratiquer le stride à ma façon. J'ai refait un pas en arrière vers Jelly Roll, Earl Hines, James P. Johnson. J'ai consulté un ouvrage d'un pédagogue Bill Dobbins. Il avait harmonisé " All of me " selon 24 pianistes différents de Scott Joplin à Cecil Taylor. Ca m'a amené à travailler ce standard, à écouter les versions originales. Et puis l'" Anthologie du piano Jazz " d'André Francis que j'ai écouté avant de faire mon abum solo au piano " Never alone ".

C'est un Grand de cette époque. On entend toujours le temps, la pulsation. Il a toujours le time mais il prend des risques. Il a une conception orchestrale du piano, il reprend un orchestre. Il y a de vrais moments de lâcher prise, d'improvisation. C'est extrêmement difficile, très impressionnant, vertigineux. Il garde le time, la fréquence avec la fraîcheur, l'impro.

On ne peut pas autant identifier un musicien avec une origine aujourd'hui que Jelly Roll Morton avec La Nouvelle Orléans en son temps. Le mélange va plus vite avec les moyens actuels de communication. A chaque fois que j'ai joué avec des Américains, de New York, le son était différent de celui dont j'ai l'habitude. A Paris il y a un son avec les Européens, avec les Africains. Il y a tout de même une tendance liée à l'époque. Les jeunes musiciens couvrent aujourd'hui une bonne partie de l'histoire du Jazz vu leur bagage, leur formation, de Broadway au Free Jazz, de la musique européenne au rock et à la pop. Jelly Roll Morton était un Créole, il lisait la musique, avait une bonne éducation. Il faut bien se rendre compte que ces gars étaient des fous furieux! Jelly était joueur de cartes professionnel, avait un diamant incrusté dans les dents.

Je ne dirai pas qu'il y a des traces directes de Jelly Roll dans la musique actuelle. Comme c'est un des premiers qui a mélangé le ragtime avec le Blues, un des premiers improvisateurs, son influence est inestimable puisque le Jazz est LA musique d'improvisation du XX° siècle. Il faut écouter, par exemple, sur cet album, sa démonstration de breaks, le break un truc propre au Jazz. L'influence n'est pas visible mais lui est à la source.
Jelly Roll paraît facile. Ca veut dire que ce gars domine énormément son sujet. J'y réfléchis constamment. Par exemple, sur le tempo up, on a tendance à se presser, se crisper alors que c'est déjà rapide. On peut s'exprimer quand on a une distance de sécurité avec les choses qu'on nous demande. Quand j'ai 6 heures devant moi dans une journée, je fais 6 heures de piano pour améliorer ma technique, ma connaissance afin d'exprimer des émotions, de la fraîcheur, de la sensualité.
Jelly Roll était joueur professionnel de cartes et de piano. On peut aussi bluffer en musique. On peut parfois s'affronter à quelque chose qu'on ne peut, qu'on ne sait pas faire en musique. Le bluff consiste alors à contourner les choses pour les amener sur son terrain mais c'est aussi comme cela qu'on trouve de nouvelles solutions. Par exemple, Miles Davis qui jouait avec Charlie Parker sans avoir la virtuosité de Dizzy Gillespie. Bluffer ça peut aussi vouloir en garder sous le coude, un as dans sa manche.

Je fais écouter cette musique à mes élèves pour qu'ils la découvrent, la respectent. La jeunesse peut avoir un certain dédain pour ces vieux machins, ne pas avoir conscience du passé. Ils doivent aussi apprendre qu'on ne crée jamais à partir de rien.

Tout est dit. Il ne vous reste plus qu'à écouter, étudier, apprécier Jelly Roll Morton.

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Publication : mardi 6 décembre 2016 08:25

Par  Olivier Frégaville-Gratian D'Amore - Face à la sauvagerie cruelle des hommes, une voix féminine s’élève poétique et humaniste. Refusant tout compromis, préférant la transparence aux mensonges, elle se livre sans fard dans un plaidoyer vibrant qui touche cœur et raison. En mixant vers et prose de Goethe, Jean-Pierre Vincent livre un spectacle puissant mais bancal qui séduit par l’intensité des mots et déroute par le jeu trop accentué voire burlesque des comédiens.

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

Publication : lundi 5 décembre 2016 18:14

De Florence Yérémian - Louise Banks est une linguiste émérite vivant dans le Montana. Tandis qu’elle donne un cours de langues romanes, un certain Colonel Weber fait irruption dans sa classe et lui demande de le suivre en urgence: douze vaisseaux spatiaux ont atterri à la surface de la terre et personne ne parvient à communiquer avec leurs habitants. Afin de clarifier les intentions de ces nouveaux venus, Louise accepte d’être envoyée à l’intérieur d’un vaisseau en compagnie de Ian Donnely, un physicien théoricien. Tandis que le monde extérieur craint une attaque extra-terrestre ou une contamination biologique, le Docteur Banks conserve un calme étrange et tente d’engager le dialogue…

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR