BSC News

 

 

 

           

Par Neila Latrous - BSCNEWS.FR / Vous connaissez forcément Justin Halpern. Ou du moins son compte Twitter : ShitMyDadSays, créé en août dernier et où Justin relate tous les jours les inepties et autres phrases hilarantes prononcées par son père. Près d’un million et demi de personnes suivent quotidiennement par ce biais les péripéties de la famille Halpern.

En quelques mois, le compte connaît un succès phénoménal. »ShitMyDadSays » est décliné en blog, en livre et consécration ultime en série télé diffusée à la rentrée par le channel américain CBS. L’histoire ? Un père, ancien docteur, dont le fils publie les citations souvent drôles sur Twitter. La série sera moins vulgaire que les tweets de Justin Halpern. Le titre lui-même a été modifié pour « Bleep My Dad Says », une version bien plus soft.

L’histoire de Justin est mine de rien assez incroyable. Au départ, c’est un loser. Diplômé d’une université de San Diego, il s’installe à Los Angeles pour devenir riche et célèbre et doit vite se rendre à l’évidence : il n’aura ni l’un ni l’autre. Il décide alors de quitter Hollywood pour s’installer avec sa copine. A peine le temps de rendre les clés de son appart qu’il apprend que sa compagne préfère qu’ils se séparent. A 28 ans, il décide alors de retourner vivre chez ses parents. Il écrit pour le webzine américain Maxim et ouvre le compte ShitMyDadSays pour noter les petites phrases prononcées par son père.

Justin Halpern voit alors son nombre d’abonnés croître de manière exponentielle et le succès taper à sa porte. En octobre 2009, l’éditeur Harper Collins l’appelle pour adapter le concept en livre. En novembre, Warner Bros le contacte pour un contrat télé. En février, le dernier chapitre du livre est écrit. En mars, le pilote du film est tourné. En mai, les droits de la série sont achetés par CBS et le livre paraît. Un mois après, il est numéro 1 des ventes selon le New York Times.
Justin Halpern

Justin Halpern

Le plus drôle, c’est que Justin avait toujours voulu devenir scénariste. A l’université, il écrivait déjà de faux scénarios de Seinfeld. A Los Angeles, il avait essayé d’envoyer quelques scénarios. Sans jamais se rendre compte que ce qui allait faire son succès était là, sous ses yeux, pendant des années : son père et ses phrases délirantes.

Morceaux choisis :

« I didn’t say you were ugly. I said your girlfriend is better looking than you, and standing newt to her, you look ugly » : « Je ne dis pas que tu es moche. Je dis que ta petite amie est plus belle que toi, et qu’à côté d’elle, tu as l’air moche ».

« Look, we’re basically on earth to shit and fuck. So unless your job’s to help people shit or fuck, it’s not that important » : « Ecoute, on est sur terre pour chier et baiser. Donc à moins que ton job soit d’aider les gens à chier ou baiser, ce n’est pas si important que ça »

« Engagement rings are pointless. Indiens gave cows… Oh sorry, congrats on proposing. We good now ? Can I finish my indian story ? » : « Les bagues de fiançailles, ça n’a aucun sens. Les indiens donnaient des vaches. Oh pardon, félicitations pour vos fiançailles. Maintenant que c’est fait, je peux finir mon histoire d’indiens ? »

Pour en savoir plus : l’article du La Times Blog et interview de Justin Harpern

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Publication : mardi 6 décembre 2016 08:25

Par  Olivier Frégaville-Gratian D'Amore - Face à la sauvagerie cruelle des hommes, une voix féminine s’élève poétique et humaniste. Refusant tout compromis, préférant la transparence aux mensonges, elle se livre sans fard dans un plaidoyer vibrant qui touche cœur et raison. En mixant vers et prose de Goethe, Jean-Pierre Vincent livre un spectacle puissant mais bancal qui séduit par l’intensité des mots et déroute par le jeu trop accentué voire burlesque des comédiens.

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

Publication : lundi 5 décembre 2016 18:14

De Florence Yérémian - Louise Banks est une linguiste émérite vivant dans le Montana. Tandis qu’elle donne un cours de langues romanes, un certain Colonel Weber fait irruption dans sa classe et lui demande de le suivre en urgence: douze vaisseaux spatiaux ont atterri à la surface de la terre et personne ne parvient à communiquer avec leurs habitants. Afin de clarifier les intentions de ces nouveaux venus, Louise accepte d’être envoyée à l’intérieur d’un vaisseau en compagnie de Ian Donnely, un physicien théoricien. Tandis que le monde extérieur craint une attaque extra-terrestre ou une contamination biologique, le Docteur Banks conserve un calme étrange et tente d’engager le dialogue…

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Publication : samedi 3 décembre 2016 10:00

Par Nicolas Vidal - Passez un petit moment musical avec Tournée Générale. Le nom du groupe est sans équivoque.

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:51

Par Marc Emile Baronheid - Un maître-queux sybarite propose cette salve époustouflante de nouvelles mitonnées dans la volupté, servies avec un accompagnement carnassier.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR