BSC News

 

 

 

           

Propos recueillis par Nicolas Vidal - bscnews.fr/ La musique de Dan Sartain est à l’encontre de tout ce qui se fait actuellement sur la scène internationale. Elle a un côté sauvage, électrique mais terriblement touchante. Dan Sartain ne s’embarrasse pas une seule seconde du politiquement correct. Il joue sa musique pour raconter sa propre histoire ou celles qui lui semblent avoir un certain poids. Il fait du rock pour les uns, du garage rock pour les autres ou du rockabilly pour les plus pointus. Peu importe, Sartain joue sa musique comme il l’entend et c’est plutôt décapant. Nous l’avons reçu pour la sortie de son dernier album « Lives».

Dan, comment caractériser votre musique ?
Un magazine au ROYAUME-UNI, que je viens de lire décrit ma musique comme "un amalgame de rockabilly, de blues et de garage rock qui se mélangent ensemble pour devenir un rock brillant, sale et corrosif ".

Quand avez-vous commencé à jouer ?

L'Alabama, d'où je suis, était un obstacle entre moi et le bon goût. Il était vraiment difficile ici d’avoir des rapports avec les gens et de trouver des personnes intéressantes. Heureusement qu’un vieil homme passionné de Blues m’a appris à jouer de la guitare.

Votre album alterne les mélodies et des morceaux de rock rugueux. À quoi est dû l'ambivalence de votre musique ?
Les sons se marient avec le sujet de mes chansons. Sur cet enregistrement de Lives, le chant joyeux de Ruby Carol est pour une fille que j'ai aimée, tandis que la première chanson sur l'album, appelé «Those Thoughts» est assez sombre. J'ai écrit cette chanson quand je vivais dans un entourage violent à Gate City dans l'Alabama. Chez moi, c’était le bonheur mais dehors on entendait les tirs de flingues. C’était des gangs violents. Mais heureusement que mes voisins étaient très sympas !


Quelles sont les sources d’inspirations de vos chansons, Dan ?
Sur cet album il y a quelques chansons qui parlent d’une fille. Mais il y a en comparaison plus de chansons portant sur les Cobras afin de parler des dangers qui règnent là-bas. Je parle de ce grand mélange de gens qui se retrouvent à San Francisco autour de rituels païens chaque année. Il y a des personnalités importantes qui participent à ces réunions. Ils l'appellent l'Incinération de Soin et il a lieu devant un emplacement appelé Bohème Bosquet.


Votre univers musical particulier est fait de plusieurs influences et se nourrit d’une patte particulière et singulière. Comment le définiriez-vous ?
Les trucs qui m'ont fait vouloir apprendre la guitare le dimanche étaient spécifiquement Alice Cooper et AC/DC. Toute cette musique que les ados arborent maintenant sur des T-shirts pour être rebelles. Moi aussi , j’ai été comme eux. Maintenant, cela ne me plaît plus tout ! J'ai passé beaucoup de temps à écouter Jonathan Richman. Je suis vraiment jaloux de lui. C’est un dieu heureux qui a réussi ! Que pourrait-il m’arriver de plus pour être heureux ?


Quelles sont vos influences musicales, Dan ?
Mon batteur favori est Karen Carpenter. L’un de mes chanteurs favoris est Glen Danzig. Mais je ne sais pas grand chose "de la scène de musique moderne", donc je suis le mieux placé pour en parler. Le dernier album que j'ai acheté a été fait par les gens qui sont morts maintenant. J'ai écrit une chanson sur l'album appelé ' Doin anythin ' je ne dis que des mots qui sont un non-sens complet et ne signifient vraiment rien. J'essayais juste d'écrire une chanson qui toucherait beaucoup de gens. J'ai été inspiré aussi par les gens comme Joan Jett et Gary Glitter, dont la présence sur scène se prête bien à une atmosphère de stade.

Votre style le rockabilly un son particulier, des chansons de la vie quotidienne, Dan Sartain n'est-il pas aussi un personnage à part entière ?
Je ne sais pas si je peux dire que je suis un personnage à part entière. En tout cas, je suis comme je suis et cela c’est la vérité.

Quelle est votre opinion sur le Rock actuel ? Pensez-vous qu’il soit trop commercial ?
Il n'y a pas grand chose que j'aime. Je regarde la culture actuelle et je pense que tous ces nouveaux groupes qui surgissent font juste du commercial. La culture contemporaine fait du commercial. En fait, je n’écoute pas beaucoup de nouveaux groupes mais je sais qu'ils ne sont pas bons.

Pouvons-nous dire que Dan Sartain un artiste en dehors des modes et les courants musicaux ?
Bien sûr, la plupart des gens sont coincés dans une niche. Mais moi j’ai été chanceux d'avoir beaucoup d'amis avec des goût différents.

(Photos: Cats Steven)

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Publication : mardi 6 décembre 2016 08:25

Par  Olivier Frégaville-Gratian D'Amore - Face à la sauvagerie cruelle des hommes, une voix féminine s’élève poétique et humaniste. Refusant tout compromis, préférant la transparence aux mensonges, elle se livre sans fard dans un plaidoyer vibrant qui touche cœur et raison. En mixant vers et prose de Goethe, Jean-Pierre Vincent livre un spectacle puissant mais bancal qui séduit par l’intensité des mots et déroute par le jeu trop accentué voire burlesque des comédiens.

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

Publication : lundi 5 décembre 2016 18:14

De Florence Yérémian - Louise Banks est une linguiste émérite vivant dans le Montana. Tandis qu’elle donne un cours de langues romanes, un certain Colonel Weber fait irruption dans sa classe et lui demande de le suivre en urgence: douze vaisseaux spatiaux ont atterri à la surface de la terre et personne ne parvient à communiquer avec leurs habitants. Afin de clarifier les intentions de ces nouveaux venus, Louise accepte d’être envoyée à l’intérieur d’un vaisseau en compagnie de Ian Donnely, un physicien théoricien. Tandis que le monde extérieur craint une attaque extra-terrestre ou une contamination biologique, le Docteur Banks conserve un calme étrange et tente d’engager le dialogue…

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR