Propos recueillis par Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR/ Nicolai Grozni est à lui seul le fruit d’un métissage extraordinaire : bulgare, pianiste, un peu américain, moine tibétain et écrivain. Et le métissage a développé chez lui un sentiment d’exil aux quatre coins de la planète. Enfant prodige sous la régime communiste bulgare, pianiste promis à un avenir brillant à Boston puis moine en Inde, Nikolai Grozni revient sur ces années d’errance et d’exil pour fuir les systèmes sociaux en vigueur. La recherche de l’équilibre de Nikolai Grozni est un enchantement et une ode à la découverte de l’ailleurs.

Nikolai, vous êtes né à Sofia, vous êtes ensuite parti aux USA, puis en Inde et aujourd’hui vous vivez dans le sud de la France. Qu’est que ce parcours a apporté à votre écriture ?
Oui, cela m’a beaucoup apporté. J’ai lu beaucoup de littérature russe et puis à mon arrivée aux USA, j’ai lu beaucoup de littérature américaine. J’ai grandi également dans un système totalitaire en Bulgarie et cela a été une grande inspiration pour écrire, pour penser. J’ai commencé à écrire à 20 ans. Mon père était chirurgien et écrivain. J’ai lu ses nouvelles et cela m’a aussi beaucoup enrichi.

Alors que vous êtes promis à une grande carrière de pianiste aux USA, vous décidez de partir en Inde.
Je suis un pianiste classique. J’ai remporté de nombreux prix dans ma discipline. Après la chute du Mur de Berlin, j’ai décidé de partir à l’Ouest en Amérique. J’ai gagné ma place à Berkeley pour jouer du jazz. J’ai également beaucoup étudié, et fait pas mal de compostions. Puis j’ai eu du mal à me faire à la philosophie capitaliste américaine autant qu’au communisme totalitaire de la Bulgarie. Pour moi, les deux systèmes étaient aussi repoussants l’un que l’autre, ce qui a précipité mon départ en Inde où j’ai appris le tibétain pour rentrer dans un monastère. J’ai suivi également un enseignement pour devenir moine. Je suis resté 5 ans en Inde où j’ai écris car je puisais mon inspiration dans la simplicité de cette vie.

L’inde a donc été une destination rêvée pour fuir les deux systèmes dans lesquels vous aviez vécu ?

Oui effectivement. J’ai rencontré beaucoup de gens plein de sagesse avec des points de vue très différents sur la vie et la mort que ceux que nous connaissons dans la société occidentale. J’ai été heureux là-bas. Mais la vie est difficile en Inde car c’est un pays qui connaît de grandes injustices et d’une grande pauvreté. Là-bas, j’ai attrapé la malaria et j’ai failli mourir. De plus, l’art était absent de ma vie de moine. Ce fut très difficile à vivre. La vie de moine ne donne pas la place à la création et à l’épanouissement. En fait, c’est un dogme. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de partir.

Vous avez donc quitté l’Inde et fuit cette vie monacale. Qu’en est-il aujourd’hui ?
Aujourd’hui, je pense avoir trouvé un équilibre entre toutes les choses apprises jusqu’à aujourd’hui, entre le totalitarisme bulgare le capitalisme et le bouddhisme. Je trouve en France un équilibre qui me convient. Il y a un système social, de nombreuses opportunités pour travailler et pour vivre. Je suis très content d’être ici. Sans oublier une grande richesse de littérature et de création.

Vous travaillez sur un nouveau roman ?
J’écris une histoire autobiographie sur mon enfance en Bulgarie. J’étais dans une école créée par les communistes pour nous enseigner la musique. C’était en fait une école pour faire éclore des jeunes prodiges musicaux. Ce fut pour moi une expérience très effrayante mais également très spéciale. J’avais beaucoup de privilèges et d’excellents enseignants. Je jouais de la musique pendant dix ou douze heures par jour. J’apprenais également à tirer à la kalachnikov. C’était irréel ! On nous modelait comme de parfaits petits communistes.

Que sont devenus les jeunes gens que vous fréquentiez dans cette école ? Se sont-ils tournés vers la musique ou sont-ils restés en Bulgarie ?
Ils sont tous partis aux USA. La plupart vivent aujourd’hui à New York. Tout cela est très triste car maintenant en Bulgarie, il y a plus d’argent que pendant cette époque mais ces élites ont émigré durant cette période.

Qu’attendez-vous de cette parution ?
Pour moi, c’est un livre très important et j’espère qu’il y aura un écho en Europe. Pour moi, il y a une grande différence entre l’Est et l’Ouest de l’Europe. Je trouve que mes amis bulgares nourrissent une certaine amnésie avec cette période sombre de notre pays. Ils ont du mal à réfléchir et à penser à ces moments car ils préfèrent oublier. J’espère que ce livre servira à contrer cela. (notes : le livre prochain livre de Nikolaï Grozni a été vendu aux USA et paraîtra en librairie en 2011. )

Pensez-vous que votre livre pourra t-il être traduit en bulgare et être vendu là-bas ?
Cela sera très difficile. Les communistes me critiqueront alors que je dénonce dans ce livre tous les systèmes. Mais les gens sont obtus. Dans ce livre, il n’y aucun modèle idéal. Ils ont tous leurs torts. Il sera dédié à mon oncle qui a été déporté pendant 30 ans dans les camps après la seconde guerre mondiale par le nouveau gouvernement communiste bulgare. Il travaillait comme traducteur pour le consulat américain à Sofia.

Une traduction est-elle prévue en français ?
Pas pour l’instant. J’espère qu’un éditeur français s’y intéressera...

Nikolaï Grozni - Photo D.R

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Des places à gagner

robinmckelle

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Événement

Comedieudlivre bscnews

Le BSC NEWS dans la poche !

BANNER APPLIS

 

 

A LA UNE

Bill Frisell : une belle symbiose entre musique et image
Bill Frisell : une belle symbiose entre musique et image
Publication : vendredi 27 mai 2016 10:07

Par Nicolas Vidal - Bill Frisell joue sur cette belle symbiose entre musique et image. De toute son aura qu’il dégage en tant que grand guitariste de jazz depuis près de 30 ans, il rend hommage ( une fois de plus ) dans ce nouvel album à la musique populaire « When You wish upon a star ». Il affirme encore et encore son indéboulonnable statut de défricheur avec cet énième album.

Julien Fortier : l’élégante cavale
Julien Fortier : l’élégante cavale
Publication : vendredi 27 mai 2016 09:55

Julien Fortier, c’est avant tout une empreinte vocale, grave, qui happe, et qui semble venir d’un autre temps. Dans ce nouvel EP,  « CAVALES I  », il déploie un univers « clair-obscur » stylisé, qui lui colle aux pores. Ce jeune trentenaire, auteur, compositeur, interprète Montpelliérain, à la verve poétique et séductrice,  déroule brillamment, un certain côté théâtral à la mélancolie assumée.

Saint-Maur en Poche : une 8e édition so british !
Saint-Maur en Poche : une 8e édition so british !
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:48

Par Jonathan Rodriguez - God save the Queen ! Pour sa huitième édition, Saint Maur en Poche propose de partir à la découverte des auteurs de la langue anglaise. Une belle occasion d’écumer les genres les plus prolifiques de la littérature british. Ce salon international du livre au format de poche se déroulera les 18 et 19 juin, place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés. Il est une nouvelle fois organisé par la librairie La Griffe Noire du célèbre Gérard Collard et de Jean Casel et proposera deux espaces de rencontres – le Café de la Griffe noire et le Café des Déblogueurs – dans lesquels les auteurs présenteront leurs ouvrages au cours d’interviews menées par les libraires, des blogueurs ou des journalistes. Au final ce sont plus de 180 auteurs qui viendront à la rencontre des lecteurs.

Stavanger:  un huis-clos aux relents de repentance
Stavanger: un huis-clos aux relents de repentance
Publication : jeudi 26 mai 2016 10:14

De Florence Yérémian - Florence a sauvé Simon du suicide. En longeant le quai, elle a vu ce jeune homme étendu sur les rails avec sa coupe de champagne. L’esprit grisé par les bulles, il attendait la mort à défaut d’autre chose… Intriguée par ce pauvre ère semblable à un enfant perdu, elle a décidé de le ramener chez elle pour qu’ils puissent finir la nuit ensemble.Malgré la peur et la fatigue, ces deux inconnus ne parviennent pas à s’endormir. Solitaires et amers, ils se font face, se confrontent, et vont, l’espace d’un soir, s'ouvrir l’un à l’autre afin de comprendre enfin ce qui les ronge depuis toujours...  

Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Athenais : une révélation folk & Pop de Montpellier
Publication : mercredi 25 mai 2016 15:54

Par Nicolas Vidal - Lorsqu’on tire ses influences entre autres de Fiona Apple, on a finalement une prédisposition artistique qui flirte avec le bon goût. Athenais, jeune songwriter montpelliéraine, après avoir fait ses classes à Londres, s’est installée à Montpellier pour lancer ses projets. Voici déjà son second EP qui oscille entre folk et pop porté par une voix délicatement pâtinée qui donne envie d’en savoir plus. On attend maintenant impatiemment son premier album. Rafraîchissant !

CINEMA

Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Green Room : Thriller horrifique jubilatoire par Jeremy Saulnier
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Lors de l’été 2014, Jeremy Saulnier se dévoilait à l’hexagone avec Blue Ruin, oeuvre prometteuse et saisissante, lui octroyant des allures d'auteur indépendant confirmé et multitâches - réalisation, scénario, directeur photo - avec une identité singulière. Deux ans plus tard, il revient avec Green Room - petite sensation cannoise - une plongée dans l'univers des punks où un groupe de musique va se retrouver à la merci de Skinheads et autres néo-nazis. Un cocktail détonnant et déroutant.

Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Everybody wants some : Portrait groovy des 80’s par Linklater
Publication : dimanche 8 mai 2016 19:03

Par Jonathan Rodriguez - Ah qu’il les aime ces années 80 Richard Linklater ! Après Génération rebelle (Dazed and confused en VO) - où l’on pouvait découvrir les débuts étonnant d’un Matthew McConaughey chevelure blonde ornée d’une moustache - le cinéaste américain revient à ses premiers amours en dressant le portrait tendre et drôle d’une troupe de sportifs, à quelques jours de la rentrée scolaire.