BSC News

 

 

 

           

Hey Hey My My - l'interviewPar Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR / Les HEY HEY MY MY font partie de la nouvelle vague de la scène française avec tout de même une particularité qui mérite d’être notée, celle du mouvement libre de leur musique.
Il y a quelque chose d’entraînant et de rafraîchissant dans leur façon de faire passer des morceaux très éclectiques.
Il n’échappera pas aux avertis que le nom du groupe représente déjà un repère musical fort comme un clin d’oeil assumé à Neil Young pour sa phrase « Hey Hey My My, my rock&roll will never die.»
Dans tous les cas, nous souhaitons au moins la même chose aux talentueux HEY HEY MY MY qui n’en finissent pas de faire parler d’eux, balançant leurs mélodies électriques sur les scènes françaises toujours en souriant.

Lorsqu'on se renseigne sur le genèse d'Hey Hey My My, on prend rapidement conscience qu'il y a eu des étapes, des changements, une progression artistique importante et une grosse part de frénésie. Le titre de ce dernier album n'incarne t-il pas à lui seul l'histoire de votre groupe ?
Julien Garnier: Oui, c'est vrai c'est un parcours avec des virages serrés. On s'est rendu compte qu'on voulait retrouver l'énergie rock de nos débuts et prendre encore plus de plaisir en live. Retrouver nos amours de jeunesse en quelque sorte.

Migraine Institute, Bristih Hawaii puis Hey Hey My My, lequel d'entre vous est chargé de choisir le nom du groupe ?
Julien Garnier: Migraine institute a été trouvé sur les bancs d'une école de commerce en plein cours de "négociation avec les américains". Avec du recul, on ne peut pas dire qu'on a été touché par la grâce d'une géniale inspiration avec ce nom.... British hawaii a été trouvé par un ami qui décrivait ma tenue vestimentaire sans queue ni tête: un pantalon de costume et des chaussures noires avec une chemise hawaïenne, Mister Bean en vacances.... Hey Hey My My a été choisi par Julien Gaulier pour la signification de cette chanson intrigante et pour la sonorité des onomatopées.

Après vos nombreux projets artistiques, pouvons-nous dire qu'Hey Hey My My est l'aboutissement de vos envies et de votre musique ?
Julien Garnier: C'est devenu une synthèse de ce qu'on aime faire: des chansons pop mais avec une énergie rock.

Sur votre dernier album, on bascule entre le folk et l'électrique. Le nom de votre groupe est tiré de la chanson de Neil Young qui, elle aussi, comporte deux versions. Est-elle la base de Hey Hey My My ?
Julien Garnier: Comme Neil Young, on ne s'interdit rien: faire un premier album avec des guitares acoustiques (comme Harvest) et un deuxième album avec des guitares électriques (comme l'album live Rust Never sleeps).

En 1979, sur son live " Rust Never Sleeps", Neil Young rappelle que " Hey Hey My My, my rock & Roll will never die". Quel est la résonance de cette phrase dans votre création musicale ?
Julien Garnier: Au premier degré ça résonne comme une furieuse envie de faire du rock quand on est sur scène. Après Neil Young critiquait probablement aussi de façon cynique le "rock and roll circus" à travers cette phrase et c'est vrai que le cirque rock avec ses codes pré-établis (le cuir, la coupe de cheveux et la fameuse rock and roll attitude figée et définie depuis 40 ans) nous rebute un peu.

On vous sent totalement libéré dans vos morceaux sans aucune contrainte de style ou de mélodie dans l'air du temps. Vous jouez ce que vous aimez tout en prenant le contre-pied des styles établis ? N'est ce pas la recette de votre succès ?
Julien Garnier: Nous fonctionnons de manière instinctive sans trop regarder ce que font les voisins, c'est vrai.

Depuis votre rencontre à Bordeaux, quel a été le moment, la rencontre ou l'élément déclencheur qui a fait ce que vous êtes aujourd'hui ?
Julien Garnier: Tout est parti d’une histoire de guitare. Nous ne nous connaissions pas et j'ai réalisé que la guitare de Julien de l'époque était la première guitare électrique sur laquelle j'avais joué 5 ans plus tôt. Cette guitare était passée par plusieurs mains entre temps. C'était un pur hasard. Un destin musical commun était né (c'est beau).

Vous avez également associé votre musique au film de Xabi Molia sorti sur les écrans en avril. Comment s'est présentée à vous cette opportunité et qu'en retirez-vous aujourd'hui?
Julien Garnier: Xabi Molia est venu nous chercher (ce qui nous a flatté!). Ce fut une expérience très intéressante de voir que certaines de nos chansons marchaient bien à l'écran. C'est passionnant de travailler sur le couple son-image. J'espère que nous ferons d'autres musiques de film.

Avec toute cette frénésie et cette allégresse déployées, il est impossible de ne pas vous demander sur quoi travaillez-vous aujourd'hui? Et à quoi devons-nous nous attendre pour les prochains mois ?
Julien Garnier: Nous souhaitons en effet communiquer cette "allégresse" comme vous dites au plus grand nombre sur les routes: c'est ça notre programme.

Que diriez-vous aux lecteurs du BSC NEWS MAGAZINE pour les inciter à se jeter sur a Sudden Change of Mood ?
Julien Garnier: Si tu achètes deux disques, on joue dans ton salon.

Pour finir, trois mots qui définissent au mieux votre formation ?

Julien Garnier: rock mais sobre et gentil .

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Publication : vendredi 9 décembre 2016 08:39

Par Nicolas Vidal - Tocororo est le nouvel album d’Alfredo Rodriguez, pianiste et compositeur cubain, installé à Los Angeles. Son nouvel album évoque l’oiseau national de Cuba, Tocororo qui prend son envol pour partir à la découverte d’autres cultures et d’autres identités. C’est en substance le projet musical d’Alfredo Rodriguez qui a, pour l’occasion, convié entre autres Ibrahim Maalouf et Richard Bona pour porter ce message. (Crédit photos : Anna Webber )

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR