BSC News

 

 

 

           

Madame De Sade par Anne Gayan

Par Julie Cadilhac - BSCNEWS.FR / Crédit-photo: Anne Gayan / Marie Clauzade.

Une pièce étonnante aux rebondissements sulfureux qui mériterait de se dévêtir d'une bonne demi-heure de scène...

Oui, c'est bien dommage que les metteurs en scène n'osent se permettre quelques licences horaires et ne coupent de peur de dénaturer: le résultat est contraire à celui espéré: le spectateur, qui appréciait grandement le spectacle, s'essouffle sur la fin et finit par ne plus regarder que...sa montre.

Madame de Sade, écrite par Yukio Mishima, a été jouée le 25 et 26 juin 2010 dans son adaptation française d'André Pieyre de Mandiargues pour le Printemps des Comédiens. L'histoire est accrocheuse : Entre 1772 et 1790, les valeurs s'écroulent et une révolution gronde. Dans ce contexte déstabilisant, six femmes sont réunies par trois fois en dix-huit ans pour évoquer un absent aux débauches monstrueuses: Donatien Alphonse François, marquis de Sade. Chacune a lié son destin d'une façon ou d'une autre avec l'abominable libertin. Au travers d'un texte aussi poétique que cru ,l'on découvre au gré des rencontres de ces femmes de tête les actes aussi sanglants que sexuels auquel le marquis s'est livré. La Marquise fait montre à son égard d'une dévotion irraisonnée " Si mon mari est un monstre de vice, il faudra que je devienne pour lui un monstre de fidélité."

Evidemment, les costumes ( Claire Risterucci) sont à louer ...la récompense d'un Molière en 2009 est largement méritée. Véritables armes de guerre, "corsets et crinoline sont les carapaces précieuses dans lesquelles (les comédiennes) se juchent pour affronter l'adversité. Comme des bernard -l'hermite, elles investissent des coquillages fabuleux qui les protègent et leur donnent forme et consistance.(...) Elles sont les pièces maîtresses d'un échiquier imaginaire" ( Jacques Vincey). Ces femmes couronnées de perruques piquées de fleurs et de plumes magnifiques ( Cécile Kretschmar), ceintes de jupons à la structure métallique fascinent l'oeil du spectateur... un bémol cependant : l'incommodité de leurs tenues savantes semble nuire parfois à la scénographie....même si Jacques Vincey réussit à former quelques tableaux d'une esthétique superbe et a su déployer son imagination pour utiliser les costumes comme décor mouvant.

Autre bémol: l'exposition mammaire d'une des actrices n'apporte rien et ne s'explique que par cette insupportable mode théâtrale où le corps s'expose pour provoquer le spectateur. Pourtant, le récit qu'entreprend Madame de Montreuil de la nuit de noël décadente à laquelle s'est livrée sa fille avec son gendre - dont elle a eu connaissance par un espion qu'elle avait engagé - et qu'elle narre à cette propre fille sans pudeur est d'une provocation bien plus extrême et insinue une gêne ténue dans le public entier. Pas besoin donc de seins exhibés pour choquer, Sade et ses agissements en sont l'acmé indétrônable.

Ce marquis, qui ne paraîtra jamais, est une présence invisible qui aliène des poupées tantôt meurtries, tantôt provocatrices mais toujours fascinées par le Crédit -Photo: Anne GayanMonstre de Sade.

Madame de Sade est une pièce ambitieuse menée par 6 actrices généreuses - hormis Charlotte, la femme de chambre interprétée par un homme - allez savoir pourquoi! Hélène alexandridis ( Renée, marquise de Sade) et Marilù Marini ( Madame de Montreuil, mère de Renée) y sont particulièrement émouvantes et justes. Les autres, dans leurs excès et bizarreries, perdent leur charme sur la longueur - mais il semble que c'est davantage les rôles que le jeu des comédiennes qu'il faut ici blâmer...

Si la pièce ne distille pas tout le charme espéré, elle a le grand mérite tout de même de remettre d'actualité un personnage littéraire aussi controversé qu'inquiétant et d'insuffler un vent de liberté Crédit -Photo: Marie Clauzadecoquine lorsque le dernier talon haut sur scène a pris congé.

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Publication : vendredi 9 décembre 2016 08:39

Par Nicolas Vidal - Tocororo est le nouvel album d’Alfredo Rodriguez, pianiste et compositeur cubain, installé à Los Angeles. Son nouvel album évoque l’oiseau national de Cuba, Tocororo qui prend son envol pour partir à la découverte d’autres cultures et d’autres identités. C’est en substance le projet musical d’Alfredo Rodriguez qui a, pour l’occasion, convié entre autres Ibrahim Maalouf et Richard Bona pour porter ce message. (Crédit photos : Anna Webber )

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR