BSC News

 

 

 

           

Mondial 2010 : Valeurs et usures du ballon rondPar Raphaël Rouillé - BSCNEWS & Sauramps / Intellectuels, philosophes, sociologues : tous, ou presque, ont botté en touche lorsqu’il s’agissait de parler de football, sport réputé trop « populaire » pour que l’on s’y intéresse. Pour le meilleur ou pour le pire, quatre livres expriment leur point de vue sur le ballon rond.
Dés 1999, le philosophe Jean-Claude Michéa s’insurgeait contre « l’état de transe négative » dans lequel le football avait le don de plonger l’intellectuel moyen. Tout en dénonçant les graves dérives capitalistes, il ironisait sur l’incapacité d’une certaine intelligentia à comprendre ce sport populiste. Citant Ombre et Lumière de Galeano comme la joyeuse Illiade qui manquait alors au football, Michéa, par un texte court, puisait aux sources fécondes des vertus de la philosophie.
Dans son sillon, Jean-François Pradeau, spécialiste de la philosophie Antique et auteur, en 2009, d’une remarquable Histoire de la philosophie, publie Dans les tribunes, éloge du supporter. Hymne à la mythologie et à « l’érection culturelle » du Stade, le livre de Pradeau scande la beauté intérieure de cet antre qu’il compare aux statues anciennes tout en dénonçant de nombreux lieux communs, souvent infondés, qui circulent sur le football. Nous venons au stade, dit-il, comme nos lointains ancêtres grecs allaient rejoindre leur lieu de culte. Plus encore, insiste-t-il : « l’objet véritable de la philosophie est le match de football ».
Moins complaisant, Footafric, dénonce sans détours l’aliénation et le contrôle des peuples engendrés par le football. S’intéressant plus particulièrement au cas de l’Afrique les auteurs fustigent les « requins blancs » de la FIFA, les tentations fascistes, les festins sexuels ou l’appétit capitaliste des occidentaux qui organisent un véritable pillage des fonds publics au profit de grandes sociétés.
En abordant le thème du néocolonialisme, le livre rejoint les propos de Maryse Ewanjé-Epée dans Négriers du foot. Ce document explore les trafics d’identités, chantages, ruines familiales ou disparitions qui parsèment orageusement le monde africain du football, pays où maltraitances et escroqueries se multiplient sous couvert de tickets vers un ascenseur social.
Entre valeurs et usures, le foot se fraie un chemin dans les arcanes de la pensée, une fine percée mais qui contribuera peut-être à le rendre intelligible à tous.

Plus d'infos sur ce titre >>>

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Publication : samedi 3 décembre 2016 10:00

Par Nicolas Vidal - Passez un petit moment musical avec Tournée Générale. Le nom du groupe est sans équivoque.

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:51

Par Marc Emile Baronheid - Un maître-queux sybarite propose cette salve époustouflante de nouvelles mitonnées dans la volupté, servies avec un accompagnement carnassier.

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:38

Par Nicolas Vidal  - Du beau et bon Flamenco distillé par Myrdinn qui mérite une écoute attentive et passionnée. Le titre de l’album «Rosa de Papel» est également une chanson de cet album sur le poème de Federico Garcia Lorca.

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Publication : jeudi 1 décembre 2016 09:45

Par Mélina Hoffmann - Pétillante, énergique, cynique, délicieusement déjantée, subtilement provocante, peste juste ce qu’il faut : Elodie Poux a surtout un style bien à elle et un grain de folie totalement assumé qui fait un bien fou.

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Publication : mercredi 30 novembre 2016 08:31

Par Mélina Hoffmann - Vous cherchez un spectacle où ne surtout pas emmener vos enfants ? Alors vous êtes au bon endroit ! 3 minutes suffisent à comprendre le pourquoi du titre : #nofilter. Mais ça aurait tout aussi bien pu être #nolimit, car Loïc Fontaine n’a absolument aucun tabou et il n’édulcore rien.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR