BSC News

 

 

 

           

 Tatiana de Rosnay -  photos Philippe Matsas (opale) Par Harold Cobert - BSCNEWS.FR / Si on ne présente plus Tatiana de Rosnay, romancière aux succès désormais planétaires, on se représente encore mal, en France, l’ampleur de ce qui a définitivement pris l’allure d’un véritable « phénomène ». L’histoire de cette success story a déjà été racontée maintes fois, mais il n’est pas inutile de dérouler à nouveau le fil de ce récit digne d’un conte de fée.
Le Voisin est une réédition. Qu’est-ce qui vous a donné envie de republier ce roman ?
Cela entre dans le projet d’Héloïse d’Ormesson de donner une deuxième vie à mes anciens titres, qui sont épuisés depuis cinq ans. C’était le cas de La Mémoire des murs, c’est aujourd’hui celui du Voisin. Ça n’était donc pas exactement mon idée, mais j’avoue que je suis extrêmement heureuse de voir ce roman ressortir. C’était le livre qui avait le mieux marché pour moi avant Elle s’appelait Sarah. D’ailleurs, beaucoup de gens me le réclamaient. J’avais même vu, avant cette nouvelle publication, qu’il était en vente sur eBay au prix de 80€ ! J’avais écrit au vendeur pour lui dire que je trouvais ça scandaleux, et il m’avait répondu qu’il était désolé, mais qu’il y avait une énorme demande sur ce titre.

Comment est née l’idée de ce roman ?
J’ai emménagé il y a une dizaine d’années dans un très joli appartement, à Montparnasse, où je pensais pouvoir dormir au calme. Et dès la première nuit, j’ai été réveillé par un bruit de chasse d’eau… mais alors, comme les chutes du Niagara, juste au-dessus de ma tête ! Tout d’abord, je me suis dit : « C’est pas grave, c’est juste un voisin qui a une envie pressante au milieu de la nuit. » Mais, le lendemain, idem : 3h du matin, chasse d’eau épouvantable… Le soir d’après, pareil, en pire : chasse d’eau plus aspirateur et meubles qu’on bouge, pendant une heure ! De 3h à 4h du matin, chasse d’eau, aspirateur, meubles, chasse d’eau, aspirateur, meubles… Pendant ce temps, mon mari et mes enfants n’entendent rien.Ils dorment paisiblement. Il n’y a que moi qui entends ces bruits. Au bout de deux semaines, je décide de mettre un petit mot courtois dans la boîte aux lettres de ce monsieur. Je me renseigne auprès de la concierge, qui me dit qu’il s’agit d’un homme très gentil, qu’il travaille dans un hôpital, et que donc il a effectivement des horaires un petit peu décalés. Je lui glisse mon mot dans sa boîte aux lettres, où je lui écris quelque chose comme « Cher Monsieur, les canalisations de l’immeuble étant ce qu’elles sont, vous comprendrez bien que… », etc. Je trouvais que l’histoire de la chasse d’eau était un peu gênante et terre à terre, alors j’essayais de faire des périphrases pour ne pas l’embarrasser. Mais, le soir même, chasse d’eau, aspirateur, meubles, tout recommence… Avec, en plus, des pas très lourds au-dessus de ma tête !… La situation virait au cauchemar : je me réveillais toutes les nuits à trois heures moins cinq, juste avant que le cirque ne commence. Une fois, j’étais tellement énervée que je suis montée sonner au deuxième étage. Je savais qu’il était là. J’ai sonné, j’ai sonné, mais il n’a jamais répondu. C’est comme ça qu’est né l’idée du Voisin.

Vu la proximité entre la réalité que vous avez vécue et la fiction que vous avez écrite, avez-vous résolu ce problème comme Colombe Barou, votre héroïne ?
Non, je suis beaucoup moins audacieuse que Colombe ! D’abord, j’ai très vite commencé à écrire ce livre. Je me suis jetée sur ce roman, il est devenu ma bouée de sauvetage. En plus, ce voisin, le vrai, je ne l’ai jamais vu. Jamais ! Cela dit, je sais qu’il n’était pas aussi sexy de Léo [Léonard Faucleroy, le voisin du roman]. Je savais que c’était un quinquagénaire sans distinction particulière. Dans mon imaginaire, pour le roman, je me suis dit qu’il fallait qu’il ait quelque chose de très puissant. Il fallait qu’il soit à la fois attirant et répugnant, qu’il ait ces deux pôles contraires capables d’exercer une vraie fascination sur Colombe. Quant à la manière dont j’ai réglé le problème avec mon voisin, le vrai, j’ai mis ma stéréo dans ma chambre. Avec Louis, mon fils, qui à l’époque avait dix ans, on a installé les baffles en haut du placard, quasiment collées au plafond. À la différence du roman, ce n’est pas le voisin, mais moi qui lui ai passé le best of des Stones tous les soirs, à fond, de 20 h – je savais qu’avec ses horaires, il se couchait à 21h – jusqu’à 22 h. Et pendant ce temps, j’allais à l’autre bout de l’appartement, qui était agencé en L. Mon voisin a fini par partir, mais un autre a pris sa place, un autre encore pire, car il faisait les cents pas toute la nuit parce qu’il était insomniaque… De toutes les façons, je n’ai eu que des voisins infernaux dans cet appartement-là ! Mais ce livre m’a sauvée. J’y mettais toute ma hargne et cela me permettait de tenir.

Dans ce roman, on retrouve un certain nombre de thèmes qui jalonnent toute votre œuvre : secret, appartement, mémoire des murs… Ecrivez-vous toujours le même livre ou êtes-vous une romancière obsessionnelle ?
C’est vrai qu’on y retrouve mes thèmes fétiches. Mais je pense écrire un roman bien différent à chaque fois. Ici, dans Le Voisin, c’est la première fois que j’ai voulu explorer un sujet « à suspense », un conflit de voisinage, et que j’ai mis deux personnages face à face, dans un duel qui va crescendo jusqu’à la confrontation finale. Mais obsessionnelle, je suis, certes ! Je ne me lasserai jamais des secrets, des maisons à secrets, du passé qui revient comme un boomerang. Peut-être, un jour, me lancerai-je dans une comédie légère et pétillante, à la Nancy Mitford ?

Tous vos romans flirtent avec un suspense proche des meilleurs polars. Pour quelle raison ?
Parce que ma grande hantise, c’est que le lecteur s’ennuie. Donc je l’attrape. I hook him in, comme disent les auteurs anglo-saxons. Et je fais un cliffhanger à la fin de chaque chapitre, à la manière des feuilletonistes du XIXe siècle. Et puis ça m’amuse d’écrire de cette manière. La première personne que je cherche à maintenir éveillée, c’est moi !

Quel sera le sujet de votre prochain livre ?
Suspense…

Quelle est votre conception de la littérature ?
Intriguer et divertir. Partager mes émotions. Donner à réfléchir. Déranger, parfois. Dans Elle s’appelait Sarah, je suis revenue sur cette page noire de l’histoire de notre pays, la rafle du Vel d’Hiv, et les cicatrices que cet événement a laissé, soixante ans plus tard. Ce livre a changé ma vie. J’ai reçu, et je reçois encore, des dizaines de mails par jour, du monde entier. Grâce à Sarah, j’ai trouvé mes lecteurs. Ils ont suivi, avec Boomerang. Je veux continuer à leur donner ce qui je pense fait ma marque de fabrique, un cocktail d’émotion, de suspense, de personnages attachants comme Sarah, ou étranges, comme Leonard Faucleroy, et Angèle Rouvatier, de Boomerang. J’ai commencé à écrire des romans à l’âge de 11 ans, et j’aimerais écrire jusqu’à la fin de ma vie. Je m’imagine très bien, en vieille dame avec une longue tronche d’Anglaise, dans ma maison perchée dans les collines de lavande, un vieux labrador à mes pieds, en train d’écrire. Adolescente, je rêvais d’être une Daphné du Maurier moderne. J’aimerais réussir ce pari.

En 2009, vous avez été l’auteur français le plus lu en Europe, loin devant Marc Lévy, Guillaume Musso, Frédéric Beigbeder ou encore Amélie Nothomb. Comment vivez-vous cette consécration ?

Ça a été pour moins une sorte de stupéfaction lorsque me l’ont annoncé mes éditeurs hollandais, car ce sont eu qui ont vu le palmarès en premier. Je n’y ai tout d’abord pas cru. Je me suis dit : « Ils se sont trompés, c’est une blague. » D’autant qu’en France, je n’ai pas les ventes d’un Marc Lévy, d’un Guillaume Musso, d’une Catherine Pancol, d’une Anna Gavalda, d’un Eric-Emmanuel Schmitt ou d’une Amélie Nothomb. Donc, ça me semblait complètement aberrant ! Et puis j’ai vu arriver les articles, et j’ai compris que, grâce à Elle s’appelait Sarah et à Boomerang, notamment en Hollande et en Allemagne, c’était vrai. Ça n’a rien changé à ma manière d’être ou de vivre, mais j’avoue que j’en conçois une certaine fierté.

Que diriez-vous aux lecteurs du BSC News magazine pour leur donner envie de lire votre roman ?
Chers lecteurs du BSC NEWS magazine, j’ai beaucoup fait pleurer avec Elle s’appelait Sarah et Boomerang. Avec Le Voisin, vous n’allez pas pleurer du tout, mais j’espère de tout cœur que vous aurez un peu peur. Car oui, le Docteur Faucleroy est un voisin terriblement inquiétant, mais très mystérieux, et étrangement séduisant, aussi. J’aimerais avant tout que, tout comme Colombe, sa « victime », sa gentille voisine du dessous, vous ne fermiez pas l’œil de la nuit en me lisant d’une seule traite....
photos Philippe Matsas (opale)

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Publication : vendredi 9 décembre 2016 08:39

Par Nicolas Vidal - Tocororo est le nouvel album d’Alfredo Rodriguez, pianiste et compositeur cubain, installé à Los Angeles. Son nouvel album évoque l’oiseau national de Cuba, Tocororo qui prend son envol pour partir à la découverte d’autres cultures et d’autres identités. C’est en substance le projet musical d’Alfredo Rodriguez qui a, pour l’occasion, convié entre autres Ibrahim Maalouf et Richard Bona pour porter ce message. (Crédit photos : Anna Webber )

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR