BSC News

 

 

 

           

Alice au pays des merveilles : Un visuel présenté chez ArtLudikPar Julie Cadilhac - BSCNEWS.FR / Créée par Jean-Jacques et Diane Launier en 2004 sur l'île Saint-Louis à Paris, la galerie Arludik fut la première au monde à accueillir les artistes qui se cachent derrière les chefs d'oeuvre de la BD, des mangas, du film d'animation, du cinéma et des jeux vidéos; c'est un lieu attractif où le public est invité à découvrir des univers aussi variés que ceux de Sylvain Despretz, Lizette Vega, Benjamin Lacombe, Bobby Chiu, Barbara Canepa, Arthur de Pins, Benjamin, Otomo ou Disney... et les films Ratatouille, Persépolis, l'Age de glace, Ponyo, Cars ont ainsi pris la vedette, l'espace de quelques jours, sur ses murs. Allez y promener vos yeux! Voilà un lieu culturel incontournable!

Bonjour Diane, tout d'abord comment définiriez-vous ce concept de "l'art ludique"?

Pour résumer, il s'agit de mettre en valeur les œuvres majestueuses issues du film d’animation, du cinéma, de la bande dessinée, des mangas, du jeu vidéo qui forment naturellement un véritable courant artistique, figuratif, narratif et international.

Quelle origine pour ce projet, quelle histoire?
La galerie Arludik, créée en 2004, est la première au monde à avoir conceptualisé ce courant artistique novateur. Passionnés depuis toujours par le dessin et la peinture, il nous semblait que l'on minimisait fortement la dimension artistique de ces artistes qui pourtant font naître des images parmi les plus marquantes de notre siècle. Depuis, la bande dessinée a gagné ses lettres de noblesse à travers de spectaculaires ventes aux enchères, et un studio comme Pixar (Toy Story, Ratatouille, Wall-e, La Haut) a été exposé au Moma, le plus grand musée d art contemporain du monde. Mais beaucoup reste à faire !

Cette galerie semble se placer sous le signe de la modernité. Y-a-t-il d'abord une volonté délibérée d'ouvrir les portes de l'art et le dépoussiérer de ses clichés classiques et pompeux?
On peut dire en effet que c'est une galerie totalement d'avant garde. Nous avons été, entre autres, les premiers à exposer en galerie des dessins originaux conçus pour un jeu vidéo (en l’occurrence de superbe dessins de Toby Gard dessinant sa créature, la célèbre " Lara Croft"), et nous avons également exposé de nombreux artistes de chez Pixar, bien avant qu’ils s’exposent au Moma de New York. Nous avons été les premiers à exposer de vrais "géants", comme John Howe, à qui l'on doit les somptueuse peintures de recherche pour la trilogie de Peter Jackson " Le Seigneur des Anneaux", ou encore les fabuleux crayonnés de Peter de Sève, le créateur des personnages de l Age de Glace, du cultissime "Scat", et également auteur de nombreuses couvertures du fameux Newyorker. Aussi incroyable que cela puisse paraître, aucune galerie au monde ne leur avait proposé de faire une exposition de leurs œuvres !

Vous n'êtes pas seulement une galerie mais bien une équipe décidée à sensibiliser à l'art ludique... Ainsi avez-vous organisé des expositions dans les musées. Est-ce difficile pour l'Art ludique de gagner une image d'art véritable? Quelles réactions avez-vous rencontré lors de ces expositions au musée?

Nous avons en effet organisé, entre autres, l’exposition " Miyazaki-Moebius" en 2005 à la Monnaie de Paris. Le succès fut gigantesque, et cette exposition reste une grande première du genre. Nous avons ainsi démontré combien cet art est populaire, et plébiscité par le grand public qui adore découvrir cet univers artistique, souvent issu de productions qui l'ont conquis mais dont ils méconnaissaient les artistes créateurs. Ce genre d’exposition passionne aussi bien les enfants que les amateurs d’art. C’est déjà une fabuleuse réussite en soi.

Vous venez de terminer l'exposition sur Alice au pays des merveilles. Diriez-vous que l'alliance des univers déjantés de Tim Burton et de Lewis Carroll ne pouvaient qu'inspirer les artistes qui ont exposé sur ce thème? Y-a-t-il eu des moments forts durant cette exposition? Des oeuvres qui ont particulièrement touché vos visiteurs?
Alice est en effet un thème particulièrement... ludique! Tim Burton a personnellement validé le choix des œuvres exposées. Nous sommes très fiers de cela. Les designers du film nous ont apporté des œuvres vraiment magiques, la galerie elle-même est devenue un véritable "pays des merveilles", permettant à nos très nombreux visiteurs et collectionneurs d’admirer le trait de crayon ou l’aquarelle nés de l’union de Lewis Carroll et de Burton. Les œuvres les plus touchantes sont peut être les croquis de recherches initiaux du fameux chat de Cheshire, devenu, après sa finalisation, l’une des créatures les plus marquantes du film.

Nous recevons, dans le magazine, ce mois-ci, Benjamin Lacombe qui a déjà fait une exposition chez vous: quel(s) souvenir(s) en avez-vous gardé? Une anecdote à nous raconter ?
Benjamin Lacombe est un artiste unique, dont l’univers est constitué de convergences de techniques artistiques particulièrement expressives, nourri d'un goût pour la littérature , le romanesque et le romantisme qui transparaissent sur chacune de ses œuvres. Je pense que si Edgar Poe et Oscar Wilde étaient vivants, ils adoreraient son travail. Son enthousiasme et son sens du détail sont également des caractéristiques qui le façonnent : Il nous a même aidé, à l’aide de nombreux accessoires décoratifs et gothiques à mettre en scène magistralement ses œuvres au sein de la galerie.

Comment choisissez-vous vos exposants? Sur quels critères? Et où les "dénichez"-vous généralement?

Le concept de l’Art Ludique est très facilement perceptible, logique et légitime. Les artistes qui composent ce courant artistique contemporain sont très aisément identifiables, dans l’univers du film d’animation, du cinéma de la Bd, du jeu vidéo.
L’historique de la galerie et les artistes prestigieux que nous avons déjà exposés nous permettent d’avoir un accueil très favorable de la part des artistes que nous souhaitons exposer. Cela peut être un artiste majeur, qui a signé de nombreuses oeuvres, aussi bien qu’un artiste en devenir, dont le talent s’impose immédiatement, même si il est au début de sa carrière.

Vous vous êtes associés à la FNAC pour organiser un événement chaque année: pourriez-vous nous en dire davantage sur les enjeux de ce projet?

La Fnac est notre partenaire depuis près de 3 ans. Cette enseigne nous suit et nous soutient totalement sur le concept de l’Art Ludique. Tous les deux mois, nous organisons avec eux une exposition dans une quinzaine de magasins et nous vendons durant cette période une série de tirage très limités, encadrés, chacun signés à la main par l’auteur, à un prix très abordable (environ 90 euros) afin de donner au public le goût de la collection d'art, à un prix accessible. Nous avons fait de fabuleuses expositions, comme celle sur le film "Persepolis" de Marjanne Satrapi, de " Ponyo sur la falaise", du studio Ghibli de Miyazaki ou encore sur la bande dessinée " XII" de Vance, et récemment "Adèle Blanc sec" avec des tirages signés Tardi !
Ce qui est fantastique, c’est que grâce à l’affluence dans les magasins Fnac, près de 4 millions de personnes découvrent chacune de ces expositions

Le mois prochain, vous recevez Sylvain Despretz : quels seront les moments clés de cette exposition?
L’exposition Sylvain Despretz est un véritable événement. Cet artiste français est en effet devenu l’un des dessinateurs les plus sollicités d’Hollywood, et depuis plus de 20 ans, son trait magistral inspire les plus grands réalisateurs, tel que Ridley Scott, Tim Burton ou Stanley Kubrick.
On pourra donc admirer des dessins et illustrations pour "Alien Résurrection", des storyboards, études de décors d’armures et de personnages pour "Gladiator", des dessins de concepts pour " Le Cinquième Élément", "La Planète des Singes", "Je suis une légende " ou encore "Harry Potter".
On pourra même découvrir à la galerie des œuvres rarissimes tels les illustrations couleurs réalisées pour l’adaptation de "Superman" par Tim Burton (projet finalement abandonné dont seul restent les dessins) ainsi que les merveilleux pastels réalisés pour les scènes érotiques du "Eyes Wide Shut" de Stanley Kubrick.
La galerie Arludik est donc particulièrement heureuse d’exposer plus de 50 œuvres originales de cet artiste impressionnant qui a esquissé certains des plus beaux moments du cinéma d’Hollywood.

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Publication : vendredi 9 décembre 2016 08:39

Par Nicolas Vidal - Tocororo est le nouvel album d’Alfredo Rodriguez, pianiste et compositeur cubain, installé à Los Angeles. Son nouvel album évoque l’oiseau national de Cuba, Tocororo qui prend son envol pour partir à la découverte d’autres cultures et d’autres identités. C’est en substance le projet musical d’Alfredo Rodriguez qui a, pour l’occasion, convié entre autres Ibrahim Maalouf et Richard Bona pour porter ce message. (Crédit photos : Anna Webber )

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR