BSC News

 

 

 

           

Les Sticks : Du Rock à l'état brutPar Eddie Williamson - BSCNEWS.FR / Les Sticks sont des amateurs auto-proclamés, trois mecs de Brighton qui sur scène donnent l’impression de vouloir détruire leurs instruments. C’est approximatif, on dirait (”dirait” seulement) du rock’n'roll mal joué, ce qui m’a inspiré la réflexion suivante :“Imaginez Husker Du qui aurait bouffé Bo Diddley. Ben les Sticks, c’est la diarrhée qui s’en suit.” J’assume mes horreurs. Les Sticks assument avec fierté leur son crados (l’album a été enregistré à l’arrache dans une maison de quartier de Brighton), le DIY est leur bannière, le garage-pop-surf-trash leur style (mais si ça existe).

La version vinyle de leur album fait 19 minutes. 19 petites minutes pendant lesquelles les Sticks réussissent à caler 10 morceaux. La version CD comprend 10 morceaux supplémentaires, ce qui en fait selon les termes du groupe un véritable “greatest hits” package. Ces 10 morceaux supplémentaires s’étendent eux aussi sur 19 minutes. Autant vous dire que Stuart, James et Iain jouent vite, très vite ! Ils jouent comme des morts de faim et ne sont jamais meilleurs que lorsqu’ils mettent la main sur un semblant de mélodie pop et qu’ils s’éclatent dessus comme des tarés. Cet album est un joyeux bordel, on frôle parfois l’overdose de distorsions mais une telle énergie se dégage de leur garage trash qu’il est franchement difficile d’arrêter de l’écouter après y avoir goûté.

Les riffs de guitares vous feront parfois penser à l’hymne surf de Dick Dale, tandis que les lignes de basse - d’une simplicité ridicule - rendent carrément dansants la plupart des morceaux ! A chaque fois, vous pouvez vous raccrocher au riff ou à la ligne de basse pour vous guider au travers le bordel des morceaux. De temps à autres, comme sur “I’m Wrong”, les Sticks atteignent la perfection. Tout est cohérent, tous les rouages s’enclenchent comme par enchantement, et ils tiennent l’un des meilleurs morceaux pop de l’année. Je pense à The Fall sur “Nothing Song”, à n’importe quel hymne mob sur “Got Me”, aux Monks (!!!) sur “Messing Around”… Les changements de rythme de certains morceaux sont ravageurs, les Sticks improvisent de tous les côtés et s’amusent comme des gosses.

Ils tirent leurs inspirations du garage rock des années 1960, de toute la période punk et post-punk des années 1970s. Le terme “brut” n’est pas assez fort. Enregistré dans les conditions du live dans une salle à l’acoustique vraisemblablement merdique, avec un matériel à chier et des musiciens maîtrisant tout juste les rudiments de leurs instruments, cet album est sauvage, urgent, bref, c’est du rock’n'roll, du vrai, du beau gros rock’n'roll tout droit venu d’un garage de Brighton. C’en est presque émouvant, j’vous jure. Un retour aux sources plus que rafraîchissant, salutaire.

MySpace : http://www.myspace.com/thsticks

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Publication : samedi 3 décembre 2016 10:00

Par Nicolas Vidal - Passez un petit moment musical avec Tournée Générale. Le nom du groupe est sans équivoque.

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:51

Par Marc Emile Baronheid - Un maître-queux sybarite propose cette salve époustouflante de nouvelles mitonnées dans la volupté, servies avec un accompagnement carnassier.

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:38

Par Nicolas Vidal  - Du beau et bon Flamenco distillé par Myrdinn qui mérite une écoute attentive et passionnée. Le titre de l’album «Rosa de Papel» est également une chanson de cet album sur le poème de Federico Garcia Lorca.

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Publication : jeudi 1 décembre 2016 09:45

Par Mélina Hoffmann - Pétillante, énergique, cynique, délicieusement déjantée, subtilement provocante, peste juste ce qu’il faut : Elodie Poux a surtout un style bien à elle et un grain de folie totalement assumé qui fait un bien fou.

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Publication : mercredi 30 novembre 2016 08:31

Par Mélina Hoffmann - Vous cherchez un spectacle où ne surtout pas emmener vos enfants ? Alors vous êtes au bon endroit ! 3 minutes suffisent à comprendre le pourquoi du titre : #nofilter. Mais ça aurait tout aussi bien pu être #nolimit, car Loïc Fontaine n’a absolument aucun tabou et il n’édulcore rien.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR