BSC News

 

 

 

           

Local Natives : Une bande de Californiens un peu geek très doués en musiquePar Eddie Williamson - BSCNEWS.FR / Les Local Natives adorent la Guinness, ce sont donc des gens biens (source). Qui a dit que Twitter ne servait à rien ? On en apprend de belles sur les groupes suffisamment geeks pour avoir un compte. Ils ont même un blog. Voilà, il y a “indie rock”, “Twitter” et “geeks” dans la même chronique, à votre place, j’aurais envie de fuir. La référence à la Guinness est là pour justement vous retenir, car le premier album des Californiens est splendide. L’hédonimètre a explosé à plusieurs reprises, une chronique allait donc de soi.

Les Local Natives ne sont pas Grizzly Bear, et Veckatimest est de loin supérieur dans mon coeur à Gorilla Manor. Pourtant c’est bien au gang de surdoués que je ne peux m’empêcher de penser à l’écoute de ce disque, voire carrément aux Beach Boys, quand le groupe atteint des sommets de pure félicité. Dès les premières secondes de “Wide Eyes”, j’ai été entraînée dans une sorte de tourbillon, propulsée par des rythmiques tribales, des harmonies vocales à la Fleet Foxes et une vraie puissance rock confirmée par “Sun Hands”. Ce morceau met du temps à décoller, mais l’attente vaut largement le coup, avec son explosion post-punk qui fait du bien par où elle passe. “Airplanes”, un hommage au pilote de grand-père d’un des membres du groupe, est aussi sur le podium de mes titres préférés de l’album.

Arrivés à ce morceau, vous devriez déjà être convaincus que ces types sont extrêmement doués. Ils ont digéré toutes leurs influences et réussi à créer leur identité, même si l’étiquette indie-rock va leur coller à la peau, et avec les elles les références obligatoires (Vampire Weekend, Grizzly Bear, Yeasayer). Après ces trois morceaux énormes, le groupe réussit sans trop de problèmes à diversifier leur son, à ralentir la cadence pour mettre un peu plus en valeur leurs harmonies vocales (”Cards and Quarters”). La reprise de “Warning Sign” des Talking Heads est une autre grande réussite. Ce n’est pas une reprise surprenante et elle s’intègre parfaitement à l’album, le groupe y appliquant sa recette, qui s’avère d’ailleurs super efficace en concert.

Les quatre morceaux suivants me plaisent moins, et je les zappe volontiers en écoutant l’album, ce que j’ai fait de manière quasi-obsessive le mois dernier en me rendant au boulot. Je les trouve moins inspirés, moins originaux, il n’y pas ce petit truc en plus qui fait battre le coeur plus vite et donner envie de lever les bras au ciel en criant, ‘voyez ce que j’veux dire ? Gorilla Mano reste donc un très bon premier album, d’une bande de Californiens un peu geek qui devront réussir à diversifier encore un peu plus leur son pour me conserver dans leur escarcelle de fans !

En écoute sur Grooveshark : http://listen.grooveshark.com/#/album/Gorilla+Manor/3454985
MySpace : http://www.myspace.com/localnatives

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Publication : vendredi 9 décembre 2016 08:39

Par Nicolas Vidal - Tocororo est le nouvel album d’Alfredo Rodriguez, pianiste et compositeur cubain, installé à Los Angeles. Son nouvel album évoque l’oiseau national de Cuba, Tocororo qui prend son envol pour partir à la découverte d’autres cultures et d’autres identités. C’est en substance le projet musical d’Alfredo Rodriguez qui a, pour l’occasion, convié entre autres Ibrahim Maalouf et Richard Bona pour porter ce message. (Crédit photos : Anna Webber )

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR