BSC News

 

 

 

           

Siel mon dimanche!: rencontre littéraire autour du thème de l'humour en littérature le 6 JuinPar Elisabeth Guillaud - BSCNEWS.FR / Dimanche 6 juin, Edith le Dico (Le Dico des grots mots cachés dans les mots), Luc Doyelle (C'est au pied du mur qu'on mange des merles), Albert Champeau (Sentiment tropical sur l'infime) , Lilian Lloyd (Joyeux anniversaire quand même) seront au café l'Avenue pour débattre avec vous de l'humour en littérature. ( 120 avenue de France 75013 Paris). la rencontre littéraire est organisée par le SIEL de Paris.
En attendant le 6 juin, appréciez leur humour à travers cette interview!

Votre définition de l'humour?

Edith le Dico: Un antalgique puissant contre la douleur du monde
Albert Champeau: Ah-ah-ah!
Lilian Lloyd: C'est souvent une question de survie. Face aux petits tracas de l'existence jusqu'au plus difficile, j'ai l'impression que l'humour est le seul moyen de résister. Et puis, rire de ce qui ne l'est pas, il me semble que c'est une façon de ne pas se résigner, tout en acceptant. Desproges le dirait dix fois mieux que moi d'ailleurs: "l'humour est la politesse du désespoir"
Luc Doyelle: J’aime bien la définition donnée par les petits roberts de la rousse, 2010):
Humour: genre littéraire dont la finalité est de provoquer des soubresauts dans la région épigastrique, ainsi que des raideurs dans des zones très localisées de la musculature faciale.

Quel genre d'humour appréciez-vous?

Edith le Dico: L’absurde, le caustique, le cynique, la dérision, l’auto dérision, le millième degré mais jamais le vulgaire.
Albert Champeau: Le rictus du rire jaune qui fait pleurer et les insultes. Toujours très drôles.
Lilian LLoyd: Je préfère "l'esprit" anglais qui consiste à se foutre de sa propre gueule plutôt que celle de l'autre. Je n'aime pas la moquerie actuelle. Le politiquement correct m'agace assez aussi. Maintenant, qu'il soit noir, gras ou fin, ce qui me plaît, c'est quand il véhicule une idée, un concept, nosense ou autre. Des Monty Python à Yves Robert, en passant par Les Nuls ou Albert Dupontel, j'y trouve souvent mon inspiration.
Luc Doyelle: Celui qui me prend au dépourvu! Celui qui me cloue le bec, me savonne la planche, me fait douter de moi, mais me redonne confiance en l’humanité.

Pourquoi est-ce si important pour vous de glisser des touches d'humour dans vos ouvrages?
Edith le Dico: L’humour en touche, c’est une claque dans la gueule. Ca fait mal mais ça réanime.
Albert Champeau C: D'abord pour ne pas tomber et, surtout, pour réduire le niveau des hormones de stress chez les lecteurs.
Lilian Lloyd: Le message passe mieux avec une respiration. En même temps, faire un trait d'humour montre une forme de recul par rapport à son sujet, je pense même que cela recentre. Parfois, cela me semble même plus terrible avec de l'humour... Mais clairement, c'est le doux-amer qui prime chez moi...
Luc Doyelle: Parce que sinon, je m’endors en écrivant. Glisser un mot croustillant me redonne un coup de fouet. Et puis, mes lecteurs ne me pardonneraient pas si j’abandonnais ce genre littéraire. N’étant pas de nature à subir la vindicte, surtout quand elle est populaire, je préfère adopter un profil bas et continuer à faire rire, dussé-je y laisser la santé.

Comment se traduit-il dans votre dernière oeuvre?
Edith le Dico: Comme ça, par exemple, sur les 288 pages du "dico des gros mots cachés dans les mots": Pipelette / Pipe laite: De l’argot "pipe" - Fellation- et de "Laite" - Laitance. Qui parle la bouche pleine.
Albert Champeau: Sea, sexe and Sun. (Sea, lire: mère et Sun, lire Dieu)
Lilian lloyd: (Les deux personnages sont au téléphone.)
Insomnié Vide – Je vous entends souffler. Vous fumez?
Insomniée Suicidaire – Oui, quelquefois.
Insomnié Vide – C’est pas bien ça! Je vais le dire à votre mère!
Insomniée Suicidaire – Va falloir creuser alors...
Luc Doyelle: Par une utilisation intensive du dictionnaire français-poitevin en dix-huit volumes, par la mise en lumière d’un clochard utilisant les nouvelles technologies, une fête poitevine où l’enjeu est de retirer ses chaussures à la première occasion. C’est aussi une lutte sans merci entre deux épouses légitimes issues d’univers parallèles, un exorcisme mâtiné de rap, et un contrat d’édition faustien.

Quels sont pour vous les maîtres ès humour en littérature?
Edith le Dico: Sacha Guitry, Desproges, Devos, Woody Allen, Coluche, Gad Elmaleh
Albert Champeau: Edith le Dico, Lilian Lloyd et Luc Doyelle.
Lilian Lloyd: Devos, Woody Allen, Coluche, Desproges et Marc Levy, mais à ses dépends, ça compte?
Luc Doyelle: Pierre Dac, un maître inégalable. Le seul à avoir poussé l’absurde dans ses retranchements. Jacques Faizant, trop peu connu pour ses romans. Un petit chef d’œuvre: Ni d’Eve ni d’Adam (rien à voir avec Amélie Nothomb). Cavanna: Et le singe devint con. Woody Allen, quand il écrit des romans. Le Pierre Desproges américain (et réciproquement).

Pourquoi?
Edith le Dico: Parce que ce sont les meilleurs claqueurs de gueule réanimateurs de la douleur du monde
Albert Champeau: Je veux à tout prix éviter qu'ils se moquent de moi.
Lilian Lloyd: Parce que j'en ai pas beaucoup lu d'autres...

Un dernier trait d'esprit?

Edith le Dico: Un trait d’union plutôt
Albert Champeau C: Puisque la tristesse est le sale de l'animal, le rire est le propre de l'homme.
et puis celui-là que j'adoooore: Se coucher tard, nuit!
Lilian Lloyd: Ça dépend, c'est payé combien?
Luc Doyelle: Un petit extrait de mon prochain roman:
Cette première planque ne m’avait pas appris grand chose, et même si je n’avais espéré découvrir l’assassin de Kennedy ou l’emplacement de l’Atlantide, je repartis bredouille, empruntant de nouveau le fameux pont Pompidou*. Radio nostalgie avait remplacé mon cours de poitevin médiéval, et France Gall racontait, à qui voulait l’entendre, le drame d’un pianiste très affecté par ses hémorroïdes. La chanson était teintée de l’époque bénie où l’amie Gall était appelée à régner** sur les ondes , et même si, pour moi, ce n’était qu’un détail, elle semblait penser, au contraire, que cela voulait dire beaucoup.

Siel de Paris: késaco?


SIEL de Paris est une association loi 1901 qui a pour but de promouvoir les nouveaux écrivains, écrivains indépendants, libraires et nouvelles maisons d’édition, de faciliter la publication et la diffusion des œuvres ainsi que de créer les conditions d’un meilleur accès à la lecture d’œuvres originales pour le grand public.
Nous organisons le Salon Indépendant des Ecrivains, des éditeurs et des Libraires le 6 et 7 Novembre à la BNF de Paris.

Pour s'inscrire à la rencontre littéraire, cliquez ici!

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Publication : vendredi 9 décembre 2016 08:39

Par Nicolas Vidal - Tocororo est le nouvel album d’Alfredo Rodriguez, pianiste et compositeur cubain, installé à Los Angeles. Son nouvel album évoque l’oiseau national de Cuba, Tocororo qui prend son envol pour partir à la découverte d’autres cultures et d’autres identités. C’est en substance le projet musical d’Alfredo Rodriguez qui a, pour l’occasion, convié entre autres Ibrahim Maalouf et Richard Bona pour porter ce message. (Crédit photos : Anna Webber )

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR